Aller au contenu

Tous les livres recommandés

Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie John Maynard Keynes

Œuvre maîtresse de John Maynard Keynes (1883-1946), la «Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie» a marqué dans la pensée économique une véritable révolution et a profondément influencé les gouvernements occidentaux. Keynes y affirme que tout doit être mis en œuvre pour assurer le plein emploi de la main-d’œuvre grâce à une redistribution des revenus telle que le pouvoir d’achat des consommateurs croisse proportionnellement au développement des moyens de production. Telle est la condition, dans une société libre, de l’équilibre politique et social.

Marc Touati : Je le conseille à tous les jeunes économistes, parce que c'est un très bon livre. Si on peut lire en anglais, c'est mieux. Parce que lui, il a vécu le crack de 29.

Recommandé par : Marc Touati

Episode : Marc Touati : Économie : le mensonge face à la réalité ? - Thinkerview

Le Père Goriot Honoré de Balzac

« J’ai trouvé une idée merveilleuse. Je serai un homme de génie », s’exclame Balzac au moment où il écrit Le Père Goriot. Il venait d’imaginer La Comédie humaine, ce cycle romanesque dans lequel les mêmes personnages réapparaissent d’un roman à l’autre. Il venait de créer un monde, le monde balzacien.
Les plus beaux romans, dit André Maurois, sont des romans d’apprentissage. Les illusions de la jeunesse s’y heurtent au monde féroce et pourtant plein de délices. L’ amour devient coquetterie, la vertu s’achète, l’argent ruine tout. Seule la passion balzacienne, ici l’amour paternel, résiste, dévorante et implacable. Le Père Goriot est la clef de voûte d’une œuvre géniale.

Marc Touati : Je l'avais lu à l'école quand j'étais petit, quand j'étais jeune, je ne sais pas quel âge j'avais. Et c'était un peu mon histoire. Le mec qui vient de la campagne, c'est pareil. Et je me suis un peu identifié à lui. C'est-à-dire que ça se passe mal parce qu'à la fin il fait des bêtises. Et moi justement j'ai réussi à éviter de faire des bêtises et j'ai gardé le cap. Et c'est vrai que c'est un livre qui m'a marqué.

Recommandé par : Marc Touati

Episode : Marc Touati : Économie : le mensonge face à la réalité ? - Thinkerview

Le Nom de la rose Umberto Eco

En l’an de grâce et de disgrâce 1327, rien ne va plus dans la chrétienté. Des bandes d'hérétiques sillonnent les royaumes. Lorsque Guillaume de Baskerville, accompagné de son secrétaire, arrive dans le havre de sérénité et de neutralité qu'est l'abbaye située entre Provence et Ligurie – que tout l'Occident admire pour la science de ses moines et la richesse de sa bibliothèque –, il est aussitôt mis à contribution par l’abbé. La veille, un moine s’est jeté du haut des murailles. C’est le premier des assassinats qui seront scandés par les heures canoniales de la vie monastique. Crimes, stupre, vice, hérésie, tout va advenir en l’espace de sept jours.Sous sa forme amusante de roman policier et savante de devinette érudite, un vibrant plaidoyer pour la liberté, pour la mesure, pour la sagesse, menacées de tous côtés par les forces de la déraison et de la nuit.

Recommandé par : Marc Touati

Episode : Marc Touati : Économie : le mensonge face à la réalité ? - Thinkerview

La longue route Bernard Moitessier

Faire le tour du monde.Sans doute l'un des plus vieux rêves de l'homme. En 1968, le Sunday Times décide d'organiser la première régate en solitaire et sans escale, en doublant les trois caps : Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn. Avec d'autres, Bernard Moitessier relève le défi et prend congé des siens dans le port de Plymouth. Seul entre mer et ciel, il relate dans son journal de bord ses dix mois sans toucher terre, sa vie au quotidien sur le Joshua, les dauphins, les poissons volants et les étoiles.La longue route est un chant, un poème à la mer, une grande aventure dont nous sommes les témoins directs.

Recommandé par : Pierrick Horel (et aussi par Matthieu Bourgeaux)

Episode : Pierrick Horel et Quentin Le Guillous : La mort de l'agriculture française ? - Thinkerview

Jours barbares : Une vie de surf William Finnegan

Bien plus qu’un sport, le surf est un art de vivre. D’Hawaï à la Californie, William Finnegan grandit entre le paradis et l'enfer des vagues. Gamin aventureux, il devient écrivain, reporter de guerre et traque les spots aux quatre coins du globe. De l’océan il fait son échappatoire et une source d’émerveillement, loin des vanités du monde. Une inoubliable ode à l'enfance, à l'amitié et à la famille.

Recommandé par : Pierrick Horel

Episode : Pierrick Horel et Quentin Le Guillous : La mort de l'agriculture française ? - Thinkerview

Mémoires du large Eric Tabarly

Le 12 juin 1998, Éric Tabarly disparaissait en mer d’Irlande. Dans ses Mémoires du large, lui, le silencieux, sort de sa réserve et parle. Il raconte son enfance, ses années d’apprentissage, l’École navale, le Maroc, l’Indochine… Mais surtout ce jour du printemps 1938 où, pour la première fois, il monte à bord du Pen Duick, que son père vient d’acheter.
Ce vieux cotre à moitié pourri va transformer sa vie. Éric Tabarly se battra pendant des années pour lui restituer sa splendeur. Mais l’épopée des Pen Duick, c’est aussi Pen Duick II, à bord duquel il remporte en 1964 sa première course ; Pen Duick III, qui inaugure les coques en aluminium… Une succession de victoires et de revers, d’innovations techniques, de traversées dont les équipiers se nomment Lamazou, Kersauson, Poupon, Coste, Colas…
Portés par le soufße du large, ces Mémoires sont le portrait sincère d’un homme qui, envers et contre tout, aura vécu au service d’une passion et d’un idéal.

Recommandé par : Pierrick Horel

Episode : Pierrick Horel et Quentin Le Guillous : La mort de l'agriculture française ? - Thinkerview

Nourrir sans dévaster : Petit précis de mondialisation Julien Denormandie, Érik Orsenna

L'agriculture à la croisée de nos chemins. Nous aimons le pain mais ne chérissons guère les céréaliers. Depuis l'enfance, nous adorons les vaches mais condamnons les éleveurs. En bons Français, nous répétons adorer manger mais accordons de moins en moins d'attention à notre alimentation. Au pays de Pasteur, nous nous méfions de la Science alors que, grâce à elle, une révolution se prépare. Julien a été ministre de l'Agriculture. Érik aurait rêvé de l'être. Pour tenter de comprendre et de dépasser ces contradictions, nous sommes partis en voyage. Aux quatre coins de la France, mais aussi ailleurs en Europe. Et en Chine, au Brésil, en Égypte, en Ukraine. Nous avons visité des fermes et des élevages de toutes tailles et des labos prometteurs. Nous avons rencontré des personnages d'aujourd'hui, de demain mais aussi d'hier. Loin de tomber toujours d'accord, nous nous sommes réunis sur l'enjeu essentiel : nourrir toujours plus d'êtres humains sans dévaster leur planète.

Recommandé par : Quentin Le Guillous

Episode : Pierrick Horel et Quentin Le Guillous : La mort de l'agriculture française ? - Thinkerview

Outlive : The Science and Art of Longevity Peter Attia, Bill Gifford

This is the ultimate manual for living better and longer.

For all its successes, mainstream medicine has failed to make much progress against the diseases of ageing that kill most people: heart disease, cancer, Alzheimer's disease, and type 2 diabetes. Too often, it intervenes with treatments too late, prolonging lifespan at the expense of quality of life. Dr Peter Attia, the world's top longevity expert who is featured on Chris Hemsworth's National Geographic documentary LIMITLESS, believes we must replace this outdated framework with a personalised, proactive strategy for longevity.

This isn't 'biohacking,' it's science: a well-founded strategic approach to extending lifespan while improving our physical, cognitive and emotional health, making each decade better than the one before. With Outlive's practical advice and roadmap, you can plot a different path for your life, one that lets you outlive your genes to make each decade better than the one before.

Recommandé par : Benjamin Cardoso

Episode : Benjamin Cardoso - The Polar Plunge : Faire de son corps une Ferrari - Génération Do It Yourself (GDIY)

The Science and Technology of Growing Young Sergey Young

The prospect of living to 200 years old isn’t science fiction anymore. A leader in the emerging field of longevity offers his perspective on what cutting-edge breakthroughs are on the horizon, as well as the practical steps we can take now to live healthily to 100 and beyond.

In The Science and Technology of Growing Young, industry investor and insider Sergey Young demystifies the longevity landscape, cutting through the hype and showing readers what they can do now to live better for longer, and offering a look into the exciting possibilities that await us. By viewing aging as a condition that can be cured, we can dramatically revolutionize the field of longevity and make it accessible for everyone.
 
Join Sergey as he gathers insights from world-leading health entrepreneurs, scientists, doctors, and inventors, providing a comprehensive look into the future of longevity in two horizons:  
 
 • The Near Horizon of Longevity identifies the technological developments that will allow us to live to 150—some of which are already in use—from AI-based diagnostics to gene editing and organ regeneration.
 • The Far Horizon of Longevity offers a tour of the future of age reversal, and the exciting technologies that will allow us to live healthily to 200, from Internet of Bodies to digital avatars to AI-brain integration.
 
In a bonus chapter, Sergey also showcases 10 longevity choices that we already know and can easily implement to live to 100, distilling the science behind diet, exercise, sleep, mental health, and our environments into attainable habits and lifestyle hacks that anyone can adopt to vastly improve their lives and workplaces.
 
Combining practical advice with an incredible overview of the brave new world to come, The Science and Technology of Growing Young redefines what it means to be human and to grow young.

Benjamin Cardoso : Il explique justement toutes ces avancées, qui sont faites en la matière, de manière accessible et qui explique surtout le déclin lié à l'âge et les actions qui peuvent être faites, les leviers qui sont à la disposition de chacun, pour contrer ce déclin lié à l'âge. Donc c'est deux livres qui sont très bien faits par des gens qui sont très sérieux, avec beaucoup de documentation.

Recommandé par : Benjamin Cardoso

Episode : Benjamin Cardoso - The Polar Plunge : Faire de son corps une Ferrari - Génération Do It Yourself (GDIY)

La mort de la mort - les avancées scientifiques vers l'immortalité José Cordeiro, David Wood

Mourir est-il inévitable ? Selon les auteurs de ce livre qui basent leurs arguments sur des avancées scientifiques et techniques, la mort est aujourd'hui contestable et contestée. Ils vont même plus loin : d'ici 2045, grâce aux progrès exponentiels de l'intelligence artificielle, la régénération et la création de tissus, l'impression d'organes, la cryoconservation, les thérapies génétiques ou immunologiques, la mort sera facultative. Le vieillissement doit être considéré aujourd'hui comme une maladie qui peut – et qui doit – être guérie. La science doit concentrer ses recherches sur le vieillissement, responsable de plus de 70% des décès plutôt que sur les maladies qu'il engendre.La mort de la mort est un livre visionnaire qui nous confronte.

Recommandé par : Benjamin Cardoso

Episode : Benjamin Cardoso - The Polar Plunge : Faire de son corps une Ferrari - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Françafrique François-Xavier Verschave

Plus d'une vingtaine de réseaux politiques, d'officines mafieuses, de filières occultes, se partagent aujourd'hui le gâteau africain. À peine 2 ou 3% de l'aide publique française au développement sert à lutter contre la pauvreté.
Depuis quarante ans, la politique française en Afrique vise uniquement à exploiter les ressources naturelles et géopolitiques des pays francophones. Les profits sont immenses. C'est pourquoi les armes importent peu: la corruption, le meurtre, la manipulation et la guerre. C'est le plus long scandale de la République.
Aujourd'hui, plus aucune digue ne contient la folie de la Françafrique. Notre pays, soi-disant "partie des droits de l'homme", a soutenu, au-delà de toute raison, les inspirateurs et les auteurs du génocide rwandais. L'année dernière, la France appelait à l'aide les miliciens serbes de l'épuration ethnique pour défendre le maréchal Mobutu.
Dans les allées du pouvoir, chacun s'est auto-persuadé que "l'Afrique, c'est autre chose", le pré carré de toutes les compromissions et de tous les coups tordus, un espace protégé où l'impunité est assurée aux puissants. Quels que soient leurs actes.
Pour que chacun sache enfin se repérer dans ce labyrinthe de mensonges, il manquait un livre détaché des jeux d'influence et des informateurs appointés. François-Xavier Verschave l'a écrit, au nom d'une certaine idée de la démocratie et de l'Afrique. Les Français ont le droit de savoir ce que la République commet en leur nom.
François-Xavier Verschave dirige l'association "Survie" qui édite notamment les "Billets d'Afrique" et les "Dossiers noirs de la politique africaine de la France". "Survie" est considérée, en Afrique et à l'étranger, comme une oasis d'indépendance et d'intégrité.

Tiken Jah Fakoly : Il a été écrit par François-Xavier Verschave, qui était le fondateur de l'association Survie, qui a beaucoup fait pour nous, mais qui est même connu, parce qu'il n'est pas connu parce que c'est un blanc. Mais c'est quelqu'un qui est mort, il était en procès avec certains chefs d'État africains comme Sassous Nguesso, etc. Il était poursuivi pour avoir dénoncé le comportement de ces chefs d'État.

Recommandé par : Tiken Jah Fakoly

Episode : Tiken Jah Fakoly : Mon Afrique va mal ? - Thinkerview

Soundjata ou l'epopee mandingue Djibril Tamsir Niane

Tiken Jah Fakoly : Soundjata qui a été écrit par Tamsir Niane je crois, qui m'a permis de découvrir un peu l'histoire du Mandingue. L'Empire du Mandingue où j'ai entendu parler de Soundjata Keïta ou j'étais d'ailleurs fier parce que à un moment on parle de mon ancêtre Fakoly Koumba, Fakoly Dà-Ba. Le guerrier qui a été très important dans la guerre de libération du peuple Mandingue.

Recommandé par : Tiken Jah Fakoly

Episode : Tiken Jah Fakoly : Mon Afrique va mal ? - Thinkerview

Le Premier Rasta Hélène Lee

Qui sont les Rastas ? Comment une poignée de Jamaïcains illettrés, à peine sortis de l'esclavage, a-t-elle eu dans les années vingt la révélation de la divinité d'Hailé Sélassié, et fondé le mouvement mystique le plus populaire du XXe siècle ? C'est l'étonnante histoire de Leonard Percival Howell et, autour de lui, des premiers Rastas. Un voyage sur les traces de Howell, à travers la Caraïbe, sur les chantiers de Panama et dans le New York de Marcus Garvey et de la Harlem Renaissance. Au retour en Jamaïque, les débuts du mouvement sont marqués par les persécutions policières. Incarcéré, Leonard Howell, alias le Gong, ressort inébranlé de cette épreuve. Son charisme illumine le Pinnacle, la première communauté rasta, qui devient la première entreprise industrielle de production de marijuana. Mais, dès la fin des années cinquante, la communauté est contrainte de s'éparpiller, disséminant l'enseignement rasta dans tous les ghettos de l'île. Un jeune chanteur du nom de Bob Marley adopte le surnom du leader, " Tuff Gong ", et son message. Le reggae est prêt à exploser. Au-delà des clichés rastas, joint, reggae et locks, Hélène Lee donne une vision inédite d'un mouvement aux racines complexes. L'itinéraire exceptionnel d'un homme grâce auquel un peuple d'esclaves a réappris la fierté et imposé sa culture au monde.

Tiken Jah Fakoly : Le premier rasta qui a été écrit par la journaliste spécialiste de reggae Hélène Lee, qui a parlé un peu de l'origine du rastafarisme, qui dans ce livre parle du premier homme qui s'est réclamé d'être rasta en Jamaïque qui avait créé un village à quelques kilomètres de Kingston où toute la communauté rasta s'est retrouvée et il cultivait pour ravitailler la ville de Kingston en produits vivriers et en même temps les rastas cultivaient le cannabis à côté et le gouvernement de Jamaïque a profité du fait qu'il cultivait le cannabis pour détruire le village et ce monsieur a été en procès plusieurs fois avec le gouvernement de Jamaïque.

Recommandé par : Tiken Jah Fakoly

Episode : Tiken Jah Fakoly : Mon Afrique va mal ? - Thinkerview

Unbreakable Ronnie O'Sullivan

A teenage snooker prodigy, Ronnie turned professional with the highest of expectations. This pressure, together with a challenging personal life, catapulted Ronnie into a life of excess and addiction. He was winning titles - his first within a year of turning professional - but losing himself and his game as he tried to block out the mental pain and misery. Whilst Ronnie appeared at the height of the game to spectators, these were the moments when he felt at his lowest.

In the year 2000 Ronnie started rehab and began the journey to get his life back, addressing his demons and working on developing a stronger and more resilient mindset. More than twenty years on, Ronnie is still obsessed with delivering his peak performance and never happier than when in a snooker hall, but success has now taken on a new meaning for the record-equalling world champion.

Framed around the many lessons Ronnie has learned from his extraordinary career, Unbreakable takes us beyond the success and record-breaking achievements to share the reality - and brutality - of making it to the very top, whatever your field. Ronnie is the first to say he doesn't have all the answers, but in sharing the experiences that have shaped him and mistakes that have made him, he hopes to help readers navigate their own personal challenges and obstacles, and in turn reach their maximum potential.

This is Ronnie O'Sullivan as you've never seen him before, the definitive and unflinching story of a true British icon and a fascinating insight into the mindset of the world's greatest snooker player.

Alexandre Jenny : Un livre que j'ai vu récemment, récemment il s'appelle Unbreakable, il est en anglais. C'est l'histoire d'un sportif, je connais pas trop le sport, j'aime bien juste de l'extérieur, c'est du snooker anglais. Unbreakable c'est l'histoire de Ronnie O'Sullivan, c'est son autobiographie qu'il a sorti assez récemment. Comment un gars peut être, là il vient de faire sur septième ou huitième world, donc huitième fois champion du monde en 20-25 ans. Comment faire une fois champion du monde, c'est simple, faire deux fois champion du monde, faire champion du monde sur 25 ans sur un jeu aussi compliqué que le snooker ou les billes sont toutes petites, où la table fait 3m84, c'est un truc de dingue, comment il arrive à faire ceci ? Et bien les choses que j'ai appris dans ce livre-là, c'est une vie de fou quoi, une part en prison, précoce, mais très vite dans la drogue, dépression etc. Comment tu passes toutes ces épreuves-là et tu fais ta première victoire, ensuite ça descend, comment tu... en fait comment tu passes ceci ? Et il y a un paragraphe qui va marquer à vie, sa victoire qui l'a fait, le maximum de score faisable au snooker, c'est 148 points, il l'a fait en 6 minutes, c'est le record du monde et il te met par des mots à lui, ce qui s'est passé dans sa tête et là j'ai compris la première fois cette notion de flow, tu sais, ces sportifs qui gagnent etc. et il y a ce paragraphe là sur deux pages, qu'est-ce qui s'est passé dans sa tête sur ceci ? Et ça t'apprend comment être au bon endroit, au bon moment, dans le bon processus mental pour pouvoir réussir sur des rendez-vous clés, la pression qui est derrière, la relation en tant que sportif par rapport aux autres qu'il a dû, etc. une très très belle, très beau livre, beaucoup, c'est mon livre de cette année.

Recommandé par : Alexandre Jenny

Episode : Alexandre Jenny - Pixfield : L’incroyable histoire du geek de Chambéry derrière la GoPro 360 - Génération Do It Yourself (GDIY)

La règle ? Pas de règles ! : Netflix et la culture de la réinvention Reed Hastings

Netflix a provoqué une véritable révolution dans l'univers de l'entertainment. Présente dans cent quatre-vingt-dix pays, rassemblant des centaines de millions de clients, dont sept millions en France, pesant plus de 200 milliards de dollars, elle est devenue un monstre qui fascine autant qu'elle effraie le monde de l'audiovisuel, producteurs et chaînes confondus. Reed Hastings a d'abord fondé en 1997 une entreprise qui a un service en ligne de location et d'achat de DVD livrés à domicile. Comprenant, en avance sur tous, les conséquences de la révolution numérique, il va s'adapter à toute vitesse, rejeter toutes les règles et élaborer sa propre doctrine du changement et du management basée sur la liberté et la responsabilité. Chez Netflix, la qualité des employés a plus d'importance que celles des procédures, l'innovation prime sur l'efficacité ; il n'y a pas de limites pour les congés et les notes de frais ; on attend la sincérité absolue plutôt que l'esquive ; on est payé bien au-dessus du marché tant que la créativité et les performances sont là. Tout en racontant l'histoire de cette société hors du commun, en donnant la parole à beaucoup de ceux qui y ont participé et vécu les erreurs et les fulgurances, c'est toute la vie quotidienne, la philosophie et l'expérience d'une entreprise unique qui a su créer son propre modèle révolutionnaire. Reed Hastings a choisi de développer ses idées d'une façon très originale : un dialogue souvent contradictoire entre lui et Erin Meyer.

Recommandé par : Alexandre Jenny (et aussi par Charles Christory, Matthieu Stefani, David Laroche, Timothée Rambaud)

Episode : Alexandre Jenny - Pixfield : L’incroyable histoire du geek de Chambéry derrière la GoPro 360 - Génération Do It Yourself (GDIY)

A la recherche du temps perdu Marcel Proust

À la recherche du temps perdu, couramment évoqué plus simplement sous le titre La Recherche, est un roman de Marcel Proust, écrit de 1906 à 1922 et publié de 1913 à 1927 en septembre, où trois derniers parurent après la mort de l'auteur. Plutôt que le récit d'une séquence d'événements, cette œuvre s'intéresse non pas aux souvenirs du narrateur mais à une réflexion psychologique sur la littérature, sur la mémoire et sur le temps. Cependant, comme le souligne Jean-Yves Tadié dans Proust et le roman, tous ces éléments épars se découvrent reliés les uns aux autres quand, à travers toutes ses expériences négatives ou positives, le narrateur (qui est aussi le héros du roman), découvre le sens de la vie dans l'art et la littérature au dernier tome.

Recommandé par : Bertrand Badré (et aussi par Adrien Labastire)

Episode : Bertrand Badré : La Finance peut-elle arrêter de ruiner la planète ? - Thinkerview

Blueberry, La Mine de l'Allemand perdu Jean Giraud, Jean-Michel Charlier

En matière de western, Blueberry constitue la référence absolue. C'est en 1963 qu'est créé ce personnage pour PILOTE par Charlier et Giraud. Ils campent au départ un solide soldat qui s'affiche comme le sosie de Belmondo. La ressemblance s'estompe au fil des épisodes. Blueberry est une forte tête : teigneux, pas toujours respectueux de la rigueur militaire, indiscipliné, il n'hésite pas parfois à déserter pour remplir au mieux ses missions. Le scénario utilise tous les poncifs du Western américain avec tout ce qu'il faut de rebondissements et de personnages pittoresques (Mc Clure, Angel Face, Red Nick, Chihuahua Pearl etc. sans compter les Indiens qui sont réhabilités par les auteurs, point de vue adopté d'ailleurs dans Cartland). Parallèlement au cycle classique de la saga de Blueberry, Giraud dessine entre 68 et 70 la jeunesse du futur lieutenant. Cette "série" reprend son cours en 85 sous le crayon de Colin Wilson, très respectueux du style imposé par Giraud. Les albums ont successivement été édités par Dargaud (22 titres, l'essentiel du fond) puis par Fleurus/Hachette, puis par Novédi et enfin par Alpen pour la nouveauté dessinée par Vance. Dargaud a entrepris la réédition des albums Blueberry remaquettés et agrémentés de nouvelles couleurs.

Bertrand Badré : Une bande dessinée qui était une des premières que j'ai lues, c'est Blueberry, le lieutenant de la cavalerie américaine. Je pense que c'est de là que vient mon goût des États-Unis. Et Blueberry, il y a, je pense, pour les spécialistes, il y en a deux qui sont au-dessus de tout. C'est La mine de l'Allemand perdu et Le spectre aux balles d'or. C'est extraordinaire. C'est le dessinateur Giraud au sommet de son art. L'histoire est exceptionnelle, le dessin est dingue. Je suis devenu fou amoureux de l'Ouest américain.

Recommandé par : Bertrand Badré

Episode : Bertrand Badré : La Finance peut-elle arrêter de ruiner la planète ? - Thinkerview

Mémoires d'Hadrien Marguerite Yourcenar

Cette oeuvre est à la fois roman, histoire et poésie. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu "refaire du dedans ce que les archéologues du XIXᵉ siècle ont fait du dehors". Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout. "... Je me sentais responsable de la beauté du monde", dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors menacent lescivilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la "discipline auguste", entre l'intelligence et la volonté.

Frédéric Biousse : Notamment pour la dernière phrase : "Tachons de rentrer dans la mort les yeux ouverts".

Julien Devaureix : Ca m'avait vraiment marqué. L'empereur qui se pose des questions sur le monde, sur la puissance, sur la vie, sur la politique. C'est très philosophique et en même temps très ancré dans une forme de réalité historique. J'avais trouvé ça fascinant, extrêmement bien écrit.

Recommandé par : Bertrand Badré (et aussi par Frédéric Biousse, Julien Devaureix)

Episode : Bertrand Badré : La Finance peut-elle arrêter de ruiner la planète ? - Thinkerview

The Hard Thing About Hard Things : Building a Business When There Are No Easy Answers Ben Horowitz

Ben Horowitz, cofounder of Andreessen Horowitz and one of Silicon Valley's most respected and experienced entrepreneurs, offers essential advice on building and running a startup—practical wisdom for managing the toughest problems business school doesn’t cover, based on his popular ben’s blog.

While many people talk about how great it is to start a business, very few are honest about how difficult it is to run one. Ben Horowitz analyzes the problems that confront leaders every day, sharing the insights he’s gained developing, managing, selling, buying, investing in, and supervising technology companies. A lifelong rap fanatic, he amplifies business lessons with lyrics from his favorite songs, telling it straight about everything from firing friends to poaching competitors, cultivating and sustaining a CEO mentality to knowing the right time to cash in.

Filled with his trademark humor and straight talk, The Hard Thing About Hard Things is invaluable for veteran entrepreneurs as well as those aspiring to their own new ventures, drawing from Horowitz's personal and often humbling experiences.

Stanislas de Bentzmann : Je pense qu'en phase startup, tu as un bouquin qui est de mon point de vue celui qui m'a le plus inspiré. Il n'existait pas à l'époque, mais je l'ai lu depuis. C'est le bouquin d'Horowitz. Ça, je trouve que c'est la Bible de la startup et tu as à peu près tous les cas que tu vas rencontrer et le gars, il te donne, dans un mode fantastiquement intense en plus, le milieu de la tech, dos au mur. Il y a un stress dans ce bouquin qui est gigantesque. J'espère que tous les start-upeurs ne vont pas vivre un tel stress, mais en tout cas, tout ou partie de ce stress, tu sens que le gars l'a vécu et derrière, il a fait une carrière d'investisseur extraordinaire. On a bien le droit de ne pas adhérer, mais ma vision de l’entrepreneuriat, de la start-up, c'est ça. Et moi, j'ai fait une start-up dans la tech, j'ai eu d'énormes difficultés, j'étais tout près de mourir aussi, donc je me sens parfaitement en phase avec ça. Puis, ce côté dos au mur et volonté farouche d'arriver à faire décoller sa boîte. Après, un certain nombre de situations que tu vas vivre, de toute façon, plus ou moins, et il te donne quand même des recettes. Moi, je le conseille beaucoup.

Recommandé par : Stanislas de Bentzmann (et aussi par Jonathan Cherki, Denis Fayolle, Maud Caillaux)

Episode : Stanislas de Bentzmann - Devoteam : Perdre 30% de ses effectifs, rester coté en Bourse 22 ans et faire un demi-milliard de CA - Génération Do It Yourself (GDIY)

Good To Great Jim Collins

After a five-year research project, Jim Collins concludes that good to great can and does happen. In this book, he uncovers the underlying variables that enable any type of organisation to make the leap from good to great while other organisations remain only good. Rigorously supported by evidence, his findings are surprising - at times even shocking - to the modern mind.

Good to Great achieves a rare distinction: a management book full of vital ideas that reads as well as a fast-paced novel. It is widely regarded as one of the most important business books ever written.

Stanislas de Bentzmann : Un bouquin fabuleux sur comment tu dois regarder tes collaborateurs, comment tu fabriques une stratégie focus. Tout est là, donc c'est vraiment très, très riche. Ce n'est pas un livre pour rire, mais c'est un bon bouquin pour les vacances. C'est un très bon bouquin pour les vacances. Si vous aimez l'entreprise, ça va être super. On va passer des super vacances. Si vous aimé monter à cheval aussi.

Recommandé par : Stanislas de Bentzmann

Episode : Stanislas de Bentzmann - Devoteam : Perdre 30% de ses effectifs, rester coté en Bourse 22 ans et faire un demi-milliard de CA - Génération Do It Yourself (GDIY)

Une brève histoire de tout Ken Wilber

De la science à la philosophie, de la méditation aux droits de l’homme, de l’histoire à l’écologie ou à la psychologie, Ken Wilber navigue avec une aisance déconcertante à travers la multitude d’aspects qu’a pu prendre, chez l’être humain, le sens de la vie. ''Une brève histoire de tout'' s’adresse à quiconque est à la recherche d’une philosophie globale du monde dans lequel nous vivons et de la place qu’y tiennent les hommes et les femmes, d’une approche de la conscience et de l’histoire, en tenant compte du meilleur de la pensée occidentale et orientale. Ken Wilber examine le cours de la matière de la vie à l’esprit, y compris les niveaux élevés de développement spirituel où l’Esprit devient conscient de lui-même. Le résultat est un voyage extraordinaire et passionnant à travers le Cosmos en compagnie d’un des plus grands penseurs de notre temps, pour lequel « la question n’est pas de chercher à savoir qui a tort, mais plutôt de voir s’ils n’auraient pas tous un peu raison, car l’univers est si grand qu’il y a suffisamment de place pour Freud et Bouddha. » Ce livre est écrit sous forme de dialogues, de questions-réponses. Certaines questions ont réellement été posées à l’auteur lors de rencontres, séminaires, conférences…, d’autres ont été spécialement écrites pour ce livre. Parmi tous les livres de Ken Wilber, ''Une brève histoire de tout'' est le plus accessible à un large public.

Frédéric Laloux : Il n'est pas très connu en France, alors que je trouve que c'est un bonhomme énorme. Le Ken Wilber, je l'ai déjà cité, Une brève histoire de tout. C'est une façon vraiment accessible de rentrer dans son monde. Donc ça c'est vraiment un très très beau livre qui est plus cérébral quelque part. C'est ce meta framework pour comprendre le monde. Moi, ça m'a beaucoup aidé.

Recommandé par : Frédéric Laloux (et aussi par )

Episode : Frédéric Laloux : Dépasser l’angoisse écologique - Sismique

Paresse pour tous Hadrien Klent

Paresse générale ! Et si on ne travaillait que trois heures par jour ? 
Paresse pour tous : un roman espiègle qui offre ​le portrait d'une France qui se remet en marche, mais pas du tout comme certains voudraient. 
Et si on ne travaillait que trois heures par jour ? 
Telle est la proposition qu'Émilien Long, prix Nobel français d'économie, fait dans son dernier ouvrage, Le Droit à la paresse au XXIe siècle. Très vite, portée par la renommée de l'économiste et le sérieux de ses analyses, l'idée fait son chemin dans le débat public. Moquée par les uns, portée au nues par les autres, elle se retrouve au bout du compte débattue dans toutes les rédactions, sur tous les plateaux télé. En quelques jours, elle devient le sujet sur lequel tous doivent se prononcer. Et si un autre monde était possible ? 
L'ampleur du phénomène est tel qu'Émilien Long, pris de court par le succès colossal de son livre, se voit poussé par ses proches à l'élection présidentielle de 2022. L'enjeu est simple : changer de modèle de société, sortir d'un productivisme morbide pour redécouvrir le bonheur de vivre. 
Paresse pour tous est un roman espiègle. Fort d'une érudition jamais pédante et de clins d'œil taquins à nos choix de vie, il rend crédible une utopie, celle d'une société qui renverse ses priorités et prend le temps d'exister. 

Après La Grande Panne, roman d'une France qui se retrouvait à l'arrêt, Hadrien Klent nous offre cette fois-ci avec le même humour le portrait d'une France qui se remet en marche, mais pas du tout comme certains voudraient. 

Frédéric Laloux : Un petit roman joyeux, léger, mais qui donne l’espoir. C'est l'histoire d'un outsider qui fait une course à la présidentielle française en proposant un autre modèle de transition et c'est assez joyeux de se dire "OK, mais même la course à la présidentielle, en fait, je n'ai pas envie de la faire à l'ancienne, du coup, à quoi est-ce que ça ressemble". Si vous avez envie d'un petit roman à la fois profond mais joyeux.

Recommandé par : Frédéric Laloux (et aussi par Timothée Parrique)

Episode : Frédéric Laloux : Dépasser l’angoisse écologique - Sismique

Rêveries du promeneur solitaire Jean-Jacques Rousseau

Lorsqu’il commence à écrire les Rêveries à l’automne 1776, Rousseau est un vieil homme proche de la mort, presque pauvre, célèbre dans toute l’Europe et pourtant assuré que l’espèce humaine le rejette. Il continue cependant d’écrire et les Rêveriessont à ses yeux la suite des Confessions. Mais il ne s’agit plus désormais de raconter sa vie ni de s’expliquer aux autres pour dévoiler sa vraie nature. Dans une solitude propice à l’introspection, si des souvenirs épars remontent maintenant à sa mémoire, c’est pour lui-même qu’il les consigne en même temps qu’il cherche à se mieux connaître et réfléchir plus largement sur les ressorts de notre esprit humain.
Mais ces méditations sont aussi des promenades où la rêverie devient expansion de l’être, où le contact avec la nature est source de bonheur dans la pure conscience d’exister. Une nouvelle manière d’écrire s’inaugure donc, un libre parcours sans effort que la ligne mélodieuse d’une prose souvent poétique rend admirablement sensible. Ces Rêveries que Rousseau nous laisse lorsqu’il meurt à Ermenonville en juillet 1778, il se peut ainsi qu’elles ne nous soient pas adressées : elles nous sont en tout cas destinées.

Fabrice Eboué : Je l'ai lu beaucoup dans ma vie, il y a un côté très nihiliste à ce bouquin, c'est pas le plus simple à lire, mais quand tu prends de l'âge, quand tu es un peu dégoûté du monde qui t'entoure à certains moments, et en ce moment c’est vrai qu'on a tous parfois un petit dégoût, il y a Rêverie du promeneur solitaire de Jean-Jacques Rousseau. Il y a certaines promenades, c'est par promenade, qui font un bien fou. Et Jean-Jacques Rousseau vous parle de ce moment puisque vous savez que Jean-Jacques Rousseau a dit "Je ne supporte plus le monde, tout le monde est contre moi", il est devenu un peu parano, puis il s'est isolé dans la botanique. Et il y a des moments, il vous parle de botanique, il vous parle de l'être humain en même temps, et comme ça lui fait du bien de prendre un peu de recul puisqu'on parlait de la France profonde, du recul, de la Normandie, où j'aime aller aussi... Lisez quelques promenades, c'est vachement intéressant.

Recommandé par : Fabrice Eboué

Episode : Fabrice Éboué : plus rien à perdre ? - Thinkerview

Smonk Tom Franklin

En 1911, le sud-ouest de l'Alabama est peuplé de juges corrompus, de tueurs, de putains, de fanatiques religieux, de sorcières, de veuves et de zombies... Mais le plus redoutable de tous, c'est E.O. Smonk. Syphilitique, goutteux, goitreux, tricheur, jouant de la Winchester, des explosifs et du poignard, il sème la destruction, roue les hommes de coups et viole les femmes.

A travers un pays dévasté par la rage et la sécheresse, une cohorte de défenseurs de l'ordre se lance à la poursuite d'Evavangeline, prostituée de quinze ans, prompte à jouer de la gâchette et du bouchon de gnôle. Elle finit par arriver à Old Texas où son sort, celui de Smonk et des habitants de la ville semblent irrésistiblement liés. Hilarant, violent, paillard, ce roman écrit dans une langue d'une virtuosité étonnante n'est pas sans évoquer une vie de Jesse James revue par Tarantino.

Fabrice Eboué : C'est un livre qui est passionnant, c'est du Tarantino en bouquin. J'ai d'habitude du mal avec la littérature américaine parce que je parle pas suffisamment bien l'anglais, donc je me dis toujours je perds certainement des choses, mais celui-ci, voilà, comme j'aime l'univers Sergio Leone, Tarantino, etc. Smonke, allez-y si vous aimez tout ça, si vous aimez bouquiner c'est pas mal.

Recommandé par : Fabrice Eboué

Episode : Fabrice Éboué : plus rien à perdre ? - Thinkerview

Les Indes fourbes Alain Ayroles, Juanjo Guarnido

De l'ancien au Nouveau Monde, la fabuleuse épopée d'un vaurien en quête de fortune... En 160 pages au très grand format, le dessinateur de Blacksad et le scénariste de De Cape et de Crocs nous offrent cet album d'exception qui constitue leur Livre d'Or !Fripouille sympathique, don Pablos de Ségovie fait le récit de ses aventures picaresques dans cette Amérique qu'on appelait encore les Indes au siècle d'or. Tour à tour misérable et richissime, adoré et conspué, ses tribulations le mèneront des bas-fonds aux palais, des pics de la Cordillère aux méandres de l'Amazone, jusqu'à ce lieu mythique du Nouveau Monde : l'Eldorado !

Fabrice Eboué : Et pour parler BD alors, parce que je lis beaucoup de BD, parce que c'est plus pratique. Je lis de moins en moins, mon fils, le boulot, machin, et les BD ça va vite. Et aujourd'hui tout se fait sur le mode de la BD, c'est vachement intéressant, pour les momes aussi, c'est une belle porte d'entrée pour la lecture. Mais Les Indes fourbes, qui est sorti il y a peut-être deux ans, il y en a un autre qui vient de sortir du même auteur, mais vraiment Les Indes fourbes c'est une claque si vous aimez rire, sur un fond d'histoire en plus, ça se passe au moment des conquistadors. Franchement c'est une belle claque de BD.

Recommandé par : Fabrice Eboué

Episode : Fabrice Éboué : plus rien à perdre ? - Thinkerview

Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry

"Le premier soir, je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors, vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : “S'il vous plaît... dessine-moi un mouton !” J'ai bien regardé. Et j'ai vu ce petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement..."

Recommandé par : Stéphanie Delestre (et aussi par Dominique Trinquand, Alain Juillet)

Episode : Stéphanie Delestre - Volubile.ai : Vendre QAPA 65 millions et faire QVEMA - Génération Do It Yourself (GDIY)

Comment réussir une négociation Roger Fisher, William Ury

Quel que soit le domaine – famille, travail, relations internationales –, et que nous en soyons conscients ou non, nous devons négocier. Or, trop souvent encore, les différends sont « réglés » à l’issue d’une épreuve de force. Résultat, en instaurant un vainqueur et un vaincu, on crée des risques de nouveaux conflits : l’actualité nous en apporte tous les jours des exemples criants.
Rédigé par des spécialistes américains de la négociation et de la médiation, ce livre expose, concrètement, des stratégies éprouvées pour apprendre à négocier et parvenir à un accord satisfaisant pour les deux parties.
Avec plus de quinze millions d’exemplaires vendus dans le monde depuis sa première parution aux États-Unis (1981, et 1982 en France), le succès de ce livre ne se dément pas.

Recommandé par : Nicolas Schweitzer

Episode : Nicolas Schweizer - La Vie : “Le problème de la viande, c’est qu’elle vient des animaux” - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sapiens : Une brève histoire de l'humanité Yuval Noah Harari

Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d'hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l'homme ? À dépendre de l'argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d'édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d'Histoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l'Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l'humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

Joël Dupuch : Je lis et je relis parce-que c’est quand même touffu. Je l’ai au dessus de mon plumard et je prends des chapitres, t’as pas vraiment une suite, t’es pas obligé de lire du début à la fin et je réfléchis.

Charles Christory : Ça m'a bouleversé. J'en ai parlé avec pas mal de monde parce que forcément, on parle pas mal aussi de religion au début quand même, ça te bouleverse. C'est écrit d'une façon qui te change ta façon de voir les choses.

Recommandé par : Nicolas Schweitzer (et aussi par Carlos Espinal, Joël Dupuch, Charles Christory, Pascal Boniface, Arthur Auboeuf)

Episode : Nicolas Schweizer - La Vie : “Le problème de la viande, c’est qu’elle vient des animaux” - Génération Do It Yourself (GDIY)

Homo Deus, Une brève histoire de l'avenir Yuval Noah Harari

Que deviendront nos démocraties quand Google et Facebook connaîtront nos goûts et nos préférences politiques mieux que nous-mêmes ? Qu'adviendra-t-il de l'Etat providence lorsque nous, les humains, serons évincés du marché de l'emploi par des ordinateurs plus performants ? Quelle utilisation certaines religions feront-elles de la manipulation génétique ?

Homo Deus nous dévoile ce que sera le monde d'aujourd'hui lorsque, à nos mythes collectifs tels que les dieux, l'argent, l'égalité et la liberté, s'allieront de nouvelles technologies démiurgiques. Et que les algorithmes, de plus en plus intelligents, pourront se passer de notre pouvoir de décision. Car, tandis que l'Homo Sapiens devient un Homo Deus, nous nous forgeons un nouveau destin. 

Best-seller international - plus de 200 000 exemplaires vendus en France, traduit dans près de 40 langues - Sapiens interrogeait l'histoire de l'humanité, de l'âge de la pierre à l'ère de la Silicon Valley. Homo deus offre un aperçu vertigineux des rêves et des cauchemars qui façonneront le XXIe siècle.

Recommandé par : Nicolas Schweitzer (et aussi par Pascal Boniface, Arthur Auboeuf)

Episode : Nicolas Schweizer - La Vie : “Le problème de la viande, c’est qu’elle vient des animaux” - Génération Do It Yourself (GDIY)

L’ange exterminateur, la vraie vie de Bernard Arnault Airy Routier

Comment, en partant d'une PME familiale, Bernard Arnault a-t-il pu devenir, en moins de vingt ans, l'un des hommes les plus riches et les plus influents de France ?
Actionnaire principal de LVMH, le premier groupe mondial du luxe, de Christian Dior et de centaines d'autres sociétés, Bernard Arnault fait irruption au coeur du capitalisme français en reprenant l'empire Boussac. Il a 35 ans, le look provincial, et une détermination totale. L'ange exterminateur « se méfie » de tout et de tous. Aussi, de peur d'être abattu, il dégaine le premier.
Jusqu'à ce jour de mars 1999 où il apprend que son alter ego François Pinault vient de lui souffler le maroquinier de luxe italien Gucci. Plus qu'un coup financier, c'est une blessure personnelle que Bernard Arnault ne supporte pas. S'ensuit une bataille féroce...

Airy Routier brosse un univers balzacien, celui des trente dernières années de la vie économique et financière française qui ont vu, au gré des alternances politiques, des empires industriels s'effondrer et de nouvelles fortunes apparaître. À travers les secrets de la réussite de Bernard Arnault, L'ange exterminateur lève le voile sur des méthodes qui tranchent singulièrement avec l'image lisse que le roi du luxe veut donner de lui-même.

Recommandé par : Nicolas Schweitzer (et aussi par Damien Morin)

Episode : Nicolas Schweizer - La Vie : “Le problème de la viande, c’est qu’elle vient des animaux” - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les Essais Michel de Montaigne

À bien des égards, Les Essais constituent l'oeuvre fondatrice des lettres françaises et de la pensée occidentale moderne, dont Montaigne est l'un des pères. Or rares sont ceux qui, en France, peuvent vraiment lire Montaigne, hormis les spécialistes, à cause des difficultés du moyen français. Une nouvelle édition des Essais s'imposait, non pas " modernisée " et encore moins " traduite en français moderne ", mais rajeunie et rafraîchie, pour rendre enfin accessible l'oeuvre du plus contemporain de nos classiques, le seul qui sache allier savoureusement des réflexions sur l'amour, la politique, la religion, et des confidences plus intimes sur sa santé ou sa sexualité.

Dominique Schelcher : C'est mon livre essentiel. Alors, ce n'est pas le livre le plus lu... J'ai rencontré Montaigne dans mon épreuve du bac. J'ai été interrogé au bac là-dessus sur l'accoutumance à la mort. Et Montaigne ne m'a plus jamais quitté depuis là. J'ai lu les essais en entier. Je le relis, je me replonge dedans régulièrement. Pour moi, c'est le premier philosophe des temps modernes, dans son style à lui. Et il allie deux choses. L'homme d'action, il était maire de Bordeaux. Il était maire pendant la peste au 17e siècle. Et c'était un homme de réflexion qui a écrit ses essais pour réfléchir sur lui et sur l'intime, etc. J'aime ces deux notions. Pour moi, c'est un livre fondateur essentiel.

Gaspard Koenig : Il y a vraiment dans ses essais énormément de choses très contemporaines. Le rapport à l'animal, il est souvent cité comme un des premiers anti-spécistes. Le rapport à la modernité, à la technologie, puisque c'est une sorte de personnage pompidolien, à la fois très technophile et un peu conservateur et le rapport à la norme, déjà il dénonce le fait qu'il y ait trop de lois en France et que la loi la plus belle et la loi la plus simple. C'est un juriste aussi, il est sensible à ce genre de questions. Et puis surtout il y a une forme de scepticisme qui est très importante à notre époque où les gens ont des convictions assez arrêtées et où ensuite les choses se polarisent très vite. Montheigne vit en pleine guerre de religion et il essaye de comprendre les motivations des uns et des autres. Il écoute les différents discours, il doute et il se revendique du scepticisme, qui est une philosophie antique, du pyrrhonisme d'ailleurs pour être très exact.

Recommandé par : Dominique Schelcher (et aussi par Gaspard Koenig)

Episode : Dominique Schelcher : Inflation, bientôt la révolution ? - Thinkerview

La Côte sauvage Jean-René Huguenin

Dans le décor paisible de la Bretagne des grandes vacances, un drame secret se joue entre un frère et une sœur. Soleil et brume, baignades et marches dans la lande ; la douceur du paysage contraste avec la brûlure des âmes à vif : les passions sont d'autant plus fortes qu'elles n'osent se dévoiler.

Né à Paris en 1936, Jean-René Huguenin connaît le succès avec ce premier roman et fut salué comme une révélation. Deux ans plus tard, il se tue dans un accident de voiture, à l'âge de 26 ans.

Dominique Schelcher : Vraiment je le conseille à tout le monde, l'auteur qui s'appelle Jean-René Huguenin, qui est un auteur des années 60, qui malheureusement est mort à l'âge de 26 ans, et qui a écrit deux choses, qui a écrit tout d'abord un roman magnifique qui s'appelle "La côte sauvage", une histoire de famille entre un frère et une sœur, absolument magnifique, et qui était plein de promesses, et un journal intime, son journal personnel, et c'est surtout celui-là qu'il faut lire, et ce journal est un journal fondateur pour tout jeune qui se cherche puisqu'il est confronté aux réflexions de cet auteur absolument fabuleux, qui est mort dans un accident de la route à 26 ans, et l'année dernière dans la collection Bouquin est sortie la réunion de son œuvre, donc le journal "La côte sauvage" et de la correspondance, et c'est magnifique, et je regrette tellement la mort de cet auteur.

Recommandé par : Dominique Schelcher

Episode : Dominique Schelcher : Inflation, bientôt la révolution ? - Thinkerview

Journal Jean-René Huguenin

Jean-René Huguenin commence une nouvelle vie. À la veille de ses vingt ans, il décide d’écrire un chef-d’œuvre. Ou rien. Ambitieux et plein d’orgueil, Huguenin se jette tout entier dans l’écriture. Ce Journal, pensé comme une création littéraire à part entière, raconte les espoirs et les déceptions d’un écrivain en devenir, révolté par une époque jugée désespérément vide.

Jean-René Huguenin est né à Paris en 1936. Son unique roman, La Côte sauvage, connaît un succès exceptionnel. Il se tue deux ans plus tard dans un accident de voiture, à l’âge de 26 ans.

« Une méditation angoissée sur la jeunesse, la liberté, le désir de pureté et la mort. »

Le Monde

Recommandé par : Dominique Schelcher

Episode : Dominique Schelcher : Inflation, bientôt la révolution ? - Thinkerview

Dictionnaire amoureux des Dictionnaires Alain Rey

Dictionnaire : derrière cette façade imprimée, il y a l'aventure des hommes, linguistes, philologues, encyclopédistes, écrivains, savants. Souvent érudits, curieux de tout, opiniâtres, ils ont mis par ordre alphabétique le grand désordre de toutes nos curiosités. Remettre le dico en amour, faire l'éloge d'une passion du dictionnaire, c'est un peu boucler la boucle. 

Le dictionnaire est sans doute l'un des livres les plus familiers qui soient. Mais c'est un " illustre inconnu ". Ce dictionnaire-ci a été imaginé en hommage à diverses traditions culturelles et à des auteurs, célèbres ou ignorés, qui ont ainsi rendu service à leurs langues et aux mots. Ces aventuriers des manières de dire (dictiones), ces virtuoses du " prêt-à-parler " sont ici mis en scène avec leurs prouesses et leurs secrets. Chaque grand dictionnaire cache une aventure passionnée, qui mérite d'être relevée.
Ainsi l'ouvrage d'Alain Rey s'en prend amoureusement à ses semblables et à leurs auteurs. Le " dico ", avec sa petite famille, lexiques, glossaires, encyclopédies et un instrument de connaissance, un outil familier et nécessaire. C'est une célébration de la parole et de l'écrit, un livre banal et déconcertant, un texte migrateur, du papier à l'écran. C'est surtout un livre ludique qui nous raconte avec bonheur et curiosité l'aventure des mots et du langage, c'est-à-dire des hommes.

Recommandé par : Dominique Schelcher

Episode : Dominique Schelcher : Inflation, bientôt la révolution ? - Thinkerview

Latitude zéro Mike Horn

Mike Horn se lance un défi inouï : parcourir en solitaire les 40 000 kilomètres de l'équateur. Des côtes d'Afrique aux portes de l'Asie, en passant par le continent américain, il traverse trois océans ; autant de jungles impénétrables ; deux sommets de 6 000 mètres ; des pays en guerre, rongés par la maladie, envahis par une faune hostile et par une flore vénéneuse. Son exigence est stricte : ne jamais quitter la " latitude zéro ".

Recommandé par : Pierre Garonnaire (et aussi par Alexis Pinturault, Mike Horn, Thomas Thumerelle)

Episode : Pierre Garonnaire - MYM : Porno, Yoga, Astrologie : que se cache-t-il vraiment derrière MYM ? - Génération Do It Yourself (GDIY)

Nos grands défis du XXIe siècle : Énergie et immigration Charles-Henri Gallois

Le XXIe siècle sonnera l’an prochain son premier quart-temps. De multiples bouleversements ont déjà eu lieu, avec de nombreuses guerres, des attentats et la crise énergétique révélée à la suite de la guerre en Ukraine.

Lorsque l’on se penche sur tous ces événements ainsi que leurs conséquences, et que l’on analyse les évolutions démographiques, deux grands défis, pour le monde en général et pour la France en particulier, se détachent toutefois aisément des autres : l’énergie d’une part, et l’immigration d’autre part.

Tout l’objet de ce livre est de montrer pourquoi ce seront les deux défis majeurs de ce siècle. Il ne s’agira pas uniquement de présenter tous les problèmes que l’on rencontre à l’heure actuelle ou ceux auxquels on fera face dans les années à venir. Poser le bon diagnostic est certes essentiel pour apporter les bonnes solutions, mais cet ouvrage entend également fournir des propositions et une méthode.

Né en 1988, Charles-Henri Gallois est diplômé de l’école de commerce EM Lyon. Travaillant dans le secteur privé depuis sa sortie d’école, il est aujourd’hui directeur financier dans un grand groupe français. Il est également l’auteur du livre Les illusions économiques de l’Union européenne. Lanceur d’alerte des emprunts indexés sur l’inflation de l’État français et de l’erreur de gestion colossale du financement du « plan de relance » de l’UE, il est par ailleurs président du mouvement Génération Frexit.

Recommandé par : Olivier Delamarche

Episode : Olivier Delamarche et Charles-Henri Gallois : Accueillir des migrants avec moins d'énergie ? - Thinkerview

La Vérité vous rendra libre Charles Gave

Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin s’écroule. Peu de temps après l’Union Soviétique est dissoute. La guerre froide est finie, l’économie de marché et la démocratie l’emportent sur la technocratie et le totalitarisme. L’avenir s’annonce tout à la fois paisible et prospère.

Trente-quatre ans plus tard, où en sommes-nous ?

La guerre a ravagé la Serbie, l’Iraq, la Syrie, le Yémen, la Lybie, le Soudan et fait rage en Ukraine. Les situations financières de bien des pays (dont les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne) sont désespérés, partout en Occident les peuples grondent, le système monétaire international basé sur le dollar est remis en question, l’écart des revenus s’est creusé comme jamais entre les plus riches et les plus pauvres…

Et je ne peux pas m’empêcher de me demander : mais que s’est-il produit en un peu plus de trente ans pour que nous soyons passés de ce qui apparaissait comme des matins qui chantent à ce crépuscule sanglant dans lequel nous nous enfonçons ? C’est à cette question que je vais essayer de répondre.

Recommandé par : Olivier Delamarche

Episode : Olivier Delamarche et Charles-Henri Gallois : Accueillir des migrants avec moins d'énergie ? - Thinkerview

Les Frères Karamazov Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

L’odieux Féodor Karamazov est assassiné. De ses trois fils – Dimitri le débauché, Ivan le savant et l’ange Aliocha –, tous ont pu le tuer, tous ont au moins désiré sa mort.
Drame familial, drame de la conscience humaine, interrogations sur la raison d’être de l’homme, tableau de la misère, de l’orgueil, de l’innocence, de la Russie au lendemain des réformes de 1860, orgies, miracles, la richesse de ce roman de Dostoïevski, son dernier, et considéré comme son chef-d’œuvre, ne sera jamais épuisée.
Le génie de Dostoïevski est à ce point divers que Nabokov a même osé écrire : « N’oublions jamais que Dostoïevski est avant tout un auteur de romans policiers… un maître du suspens. »

Recommandé par : Charles-Henri Gallois (et aussi par Renaud Van Ruymbeke)

Episode : Olivier Delamarche et Charles-Henri Gallois : Accueillir des migrants avec moins d'énergie ? - Thinkerview

Le Secret de l'Occident David Cosandey

Pourquoi la Grèce antique, puis l'Europe moderne ont-elles été les matrices de deux " miracles " scientifiques et culturels sans équivalent dans le monde ? À quelles circonstances, à quelles qualités spécifiques l'Occident doit-il d'être l'" inventeur " de la modernité? Fruit de plusieurs années de recherche, Le Secret de l'Occident met en lumière les raisons politiques et économiques du progrès, en fournissant une explication globale et cohérente de ce qu'il est convenu d'appeler le développement. Dans un souci d'universalité, l'auteur applique sa grille d'analyse à l'Islam, à l'Inde et à la Chine, parvenant à interpréter les périodes d'avancée et de recul de ces diverses civilisations. Il montre enfin qu'au-delà des apparences, les ressorts de l'innovation restent inchangés à l'ère d'Internet et de la " mondialisation libérale ". Ouvrage d'érudition et de référence, Le Secret de l'Occident est également un précieux outil de travail. Il nous aide à repenser radicalement la relation qui lie l'Occident au reste du monde.

Charles-Henri Gallois : Ça décrit un petit peu ce que je disais tout à l'heure, c'est-à-dire ce qui a fait la richesse de l'Occident, c'est tout l'inverse du modèle de l'Union européenne, c'est-à-dire parce qu'il y avait une diversité, parce qu'il y avait des modèles différents et on avait tendance à imiter, bizarrement, celui qui marchait, à prendre des parties et avoir tout un tas de modèles et pas tous les œufs dans le même panier, c'est ce qui a fait la richesse de l’Occident. C'est très intéressant à lire, à comparer avec le système de l'Union européenne.

Recommandé par : Charles-Henri Gallois

Episode : Olivier Delamarche et Charles-Henri Gallois : Accueillir des migrants avec moins d'énergie ? - Thinkerview

L'étrange suicide de l'Europe Douglas Murray

Ce livre est le récit d'une longue enquête. Depuis la fin des années soixante, des vagues migratoires successives touchent de façon continue les pays d'Europe occidentale. Pour en mesurer l'impact, tant démographique que culturel, Douglas Murray a voyagé pendant deux ans dans la quasi-totalité des pays de l'Union. De Malmö à Lampedusa et de Londres aux îles grecques, il a rencontré et interrogé migrants, policiers, juges, médecins, responsables politiques et humanitaires. Non seulement le continent change à grande vitesse mais Murray constate partout le même phénomène : en matière migratoire, les responsables européens préfèrent toujours les positions généreuses, compatissantes et ouvertes car elles leur rapportent des bénéfices médiatiques immédiats. Ils savent bien pourtant qu'elles conduisent, partout, à des problèmes nationaux à long terme. Et comme Murray a pu le constater, ces problèmes commencent à se voir dangereusement. D'ici la moitié de ce siècle, il est plus que probable que la Chine ressemblera encore à la Chine, l'Inde à l'Inde... Mais, au rythme auquel elle change, l'Europe ne pourra plus ressembler à ce qu'elle était il y a juste quelques décennies. Douglas Murray pose donc la question : faut-il faire de l'Europe le seul endroit au monde qui appartienne à tout le monde ? Est-ce la volonté des Peuples et est-ce raisonnable du point de vue du "bien commun" ? Le compte à rebours a commencé.

Recommandé par : Charles-Henri Gallois

Episode : Olivier Delamarche et Charles-Henri Gallois : Accueillir des migrants avec moins d'énergie ? - Thinkerview

Barbarians at the Gate : The Fall of RJR Nabisco Bryan Burrough, John Helyar

A book that stormed both the bestseller list and the public imagination, a book that created a genre of its own, and a book that gets at the heart of Wall Street and the '80s culture it helped define,Barbarians at the Gate is a modern classic—a masterpiece of investigatory journalism and a rollicking book of corporate derring-do and financial swordsmanship.

The fight to control RJR Nabisco during October and November of 1988 was more than just the largest takeover in Wall Street history. Marked by brazen displays of ego not seen in American business for decades, it became the high point of a new gilded age and its repercussions are still being felt. The tale remains the ultimate story of greed and glory—a story and a cast of characters that determined the course of global business and redefined how deals would be done and fortunes made in the decades to come.

Barbarians at the Gate is the gripping account of these two frenzied months, of deal makers and publicity flaks, of an old-line industrial powerhouse (home of such familiar products a Oreos and Camels) that became the victim of the ruthless and rapacious style of finance in the 1980s. As reporters for The Wall Street Journal, Burrough and Helyar had extensive access to all the characters in this drama. They take the reader behind the scenes at strategy meetings and society dinners, into boardrooms and bedrooms, providing an unprecedentedly detailed look at how financial operations at the highest levels are conducted but also a richly textured social history of wealth at the twilight of the Reagan era.

At the center of the huge power struggle is RJR Nabisco's president, the high-living Ross Johnson. It's his secret plan to buy out the company that sets the frenzy in motion, attracting the country's leading takeover players: Henry Kravis, the legendary leveraged-buyout king of investment firm KKR, whose entry into the fray sets off an acquisitive commotion; Peter Cohen, CEO of Shearson Lehman Hutton and Johnson's partner, who needs a victory to propel his company to an unchallenged leadership in the lucrative mergers and acquisitions field; the fiercely independent Ted Forstmann, motivated as much by honor as by his rage at the corruption he sees taking over the business he cherishes; Jim Maher and his ragtag team, struggling to regain credibility for the decimated ranks at First Boston; and an army of desperate bankers, lawyers, and accountants, all drawn inexorably to the greatest prize of their careers—and one of the greatest prizes in the history of American business.

Written with the bravado of a novel and researched with the diligence of a sweeping cultural history, Barbarians at the Gateis present at the front line of every battle of the campaign. Here is the unforgettable story of that takeover in all its brutality. In a new afterword specially commissioned for the story's 20th anniversary, Burrough and Helyar return to visit the heroes and villains of this epic story, tracing the fallout of the deal, charting the subsequent success and failure of those involved, and addressing the incredible impact this story—and the book itself—made on the world.

Guillaume Lacroix : Il y a un livre que j'adore, qui s'appelle "Barbarians at the Gate", qui est un classique de la littérature économique américaine, qui a été un des grands best-seller du New York Times. Ça raconte l'une des premières grandes opérations de Wall Street avec Nabisco, etc. C'est incroyablement écrit et moi qui suis CEO qui lève des fonds, qui me pose des questions sur comment tu fais, etc. Ce que ça décrit de la motivation des gens, c'est les débuts des KKR, etc, des grands fonds d'investissement, c'est passionnant. C'est une histoire vraie. Il faut aimer ce genre de trucs évidemment, mais franchement, c'est incroyable. C'est un super bouquin à lire.

Recommandé par : Guillaume Lacroix

Episode : Guillaume Lacroix - Brut : “Start-up de vieux”, et premier média des jeunes - Génération Do It Yourself (GDIY)

L’almanach de Naval Ravikant Eric Jorgenson

Devenir riche n'est pas qu'une question de chance ; le bonheur n'est pas qu'une caractéristique que l'on hérite à la naissance. Faire fortune et être heureux pourraient passer pour des aspirations inaccessibles, mais ce ne sont rien d'autre que des compétences qui s'apprennent. En quoi consistent ces compétences et comment les développe-t-on ? Quels principes doivent guider nos efforts ? À quoi ressemble véritablement le progrès ? Entrepreneur, philosophe et investisseur, Naval Ravikant captive le monde en partageant ses principes pour s'enrichir et être heureux durablement. Cet Almanach est une synthèse de ses perles de sagesse et de ses expériences des dix dernières années, présentées à travers ses réflexions les plus incisives et des extraits de ses interviews les plus marquantes. Il ne s'agit pas d'un manuel pratique ni d'une formule à appliquer pas à pas. Bien au contraire, les mots de Naval vont vous aider à tracer votre propre route, qui ne ressemble à nulle autre, pour vivre plus heureux et plus riche.

Recommandé par : Nicolas Hennion

Episode : Nicolas Hennion, Libérez la bête - Le retour de l’explorateur perché du développement personnel radical - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Source noire Patrice Van Eersel

De la mort, nous avons tout oublié, tout ce que notre culture avait érigé en sagesse. Même la science est devenue ignorante. Tellement que des savants tirent la sonnette d'alarme. Il faut, disent-ils, réhabiliter l'agonie, écouter les mourants, étudier ce passage aussi capital que la naissance. Psychiatres, cardiologues, chirurgiens, biologistes et physiciens, dans les laboratoires les plus sophistiqués des états-Unis, d'Europe, mais encore en Inde et partout dans le monde, analysent, sondent, interrogent la mort, ou du moins ceux qui ont frôlé la mort, collectionnent leurs écrits, examinent leurs témoignages, confrontent leurs expériences. Et l'on découvre que la mort cacherait une clarté à l'éblouissante beauté, pleine de vie, pourrait-on dire. La source noire. Aux portes de la mort, c'est une nouvelle approche de la vie, de la connaissance, de la mémoire... La Source noire, un livre fascinant et plein d'espoir.

Nicolas Hennion : Une bonne intro aux états modifiés de conscience, sur les expériences de mort imminente. Il a écrit le bouquin en tant que journaliste rationnel, qui est plutôt pas convaincu, et qui va essayer de démonter le truc, et il s'est fait un peu chopper ...

Recommandé par : Nicolas Hennion

Episode : Nicolas Hennion, Libérez la bête - Le retour de l’explorateur perché du développement personnel radical - Génération Do It Yourself (GDIY)

Tous enthousiastes André Stern

Savez-vous que tous les enfants naissent enthousiastes ? Avec ce livre, André Stern propose aux lecteurs de renouer avec leur enthousiasme, une énergie fondamentale qu’ils possèdent tous, parfois sans le savoir. 

Un récit construit de manière poétique et initiatique, composé d’histoires, de pensées, de témoignages et de textes qui racontent l’enthousiasme comme moteur de vie à tout âge.
Une réalité démontrée par les neurosciences. L’analyse d’André Stern se fonde notamment sur les recherches du Professeur Gerald Hüther, chercheur en neurobiologie.
Un message porteur de changement.La lecture de ce livre vous aide à libérer votre force intérieure, à revoir l’échelle de vos priorités et à trouver l’élan de votre accomplissement.

Nicolas Hennion : Il est beau ce bouquin ! De André Stern, qui a l'avantage d'être respectueux, pas militant. Quelles sont les qualités que les enfants ont naturellement, d'attention, de rigueur, de détermination, de passion, de persévérance qui sont pas forcément encouragés à l'école.

Recommandé par : Nicolas Hennion

Episode : Nicolas Hennion, Libérez la bête - Le retour de l’explorateur perché du développement personnel radical - Génération Do It Yourself (GDIY)

Lou Reed : The Life Mick Wall

Rock 'n' roll was Lou Reed's life. From recording one of the most critically acclaimed albums of all time with THE VELVET UNDERGROUND & NICO (1967), to heavy drug abuse and performing in front of the Pope, Lou Reed's story is one of great peaks and deep lows. Forever dedicated to his art, he became one of modern music's most legendary and seismic figures. 

Although a controversial, outspoken and undoubtedly misunderstood musician, Lou Reed's influence on popular culture cannot be overstated. He brought avant-garde to the mainstream with the Velvet Underground and his solo work was pronounced a revelation. Hit albums such as TRANSFORMER, SALLY CAN'T DANCE and BERLIN have cemented his name in the rock pantheon. 

A testament to his strength of character and true spirit, he was a creative and performer until the end, playing benefit gigs, featuring on new releases and, most poignantly, declaring that he was looking forward to 'being on stage performing, and writing more songs to connect with your hearts and spirits and the universe well into the future.' A true icon of rock 'n' roll - his legacy will live on in this book.

Recommandé par : Bill Nighy

Episode : Bill Nighy, Acteur - Un Noël So British - Génération Do It Yourself (GDIY)

Down the Highway : The Life of Bob Dylan Howard Sounes

Recommandé par : Bill Nighy

Episode : Bill Nighy, Acteur - Un Noël So British - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Livre de Hain Ursula Le Guin

Il y a plusieurs milliers d’années, les humains du monde de Hain ont colonisé de nombreuses planètes, mais leur déclin a entraîné la fin des voyages stellaires et l’isolement de chacune d’elles. Aujourd’hui, une organisation interplanétaire, l’Ekumen, envoie des émissaires partout dans l’espace dans un but précis : reconstituer une civilisation interstellaire qui regroupera tous les peuples. Ursula K. Le Guin signe ici l’un des chefs-d’œuvre de la science-fiction, un cycle visionnaire récompensé par trois prix Hugo, deux prix Nebula, deux prix Locus et un Grand Prix de l’Imaginaire.
Le premier des deux tomes de cette édition intégrale supervisée par l’autrice avant sa disparition regroupe cinq romans – dont les célèbres La Main gauche de la nuit et Les Dépossédés –, quatre nouvelles ainsi que sept textes inédits en France, une chronologie et des notes.

Maxime Blondeau : C'est une anthropologue, fille elle-même d'ethnologue et anthropologue émigré aux États-Unis au XXe siècle. C'est l'une des auteurs de science-fiction les plus primés de l'histoire. Elle a tout remporté. Elle est prix Hugo, Locus, Nebula. Elle produit de la science-fiction qui n'est pas
du tout de la science-fiction classique. Un peu techno, on dit art-science-fiction parfois. Elle est à mi-chemin entre la fantaisie, l'imaginaire et la science-fiction. Ce qu'elle fait, c'est des planètes opéra. En gros, chacun de ses livres, c'est la description d'un monde. C'est la description d'une planète avec une réalité géographique, avec du végétal, avec des animaux. Elle invente des mondes. Et elle a un cycle qui s'appelle le cycle de Hain. Et chaque livre est l'occasion de traiter un sujet, le mensonge, les rapports hommes-femmes, les animaux, la géopolitique, ... Et c'est passionnant.

Recommandé par : Maxime Blondeau

Episode : Maxime Blondeau : Vers une écologie de l’attention - Sismique

La Légende des Siècles Victor Hugo

Lorsque l'éditeur Hetzel commande à Hugo des "Petites Épopées", il ne se doute pas que le poète bâtira un monument littéraire, La Légende des Siècles, dont l'ambition est, ni plus ni moins, de retracer l'histoire de l'humanité. Le résultat est une fresque lyrique, épique et satirique à la fois, qui, des exploits de chevaliers errants aux crimes des pires tyrans, des premiers temps du monde à un au-delà de l'histoire, offre de l'homme un portrait contrasté. Suivant ce chemin sinueux, Hugo livre une interrogation inquiète sur le Progrès : qu'espérer dans cette nuit d'atrocités où se devine l'ombre du Second Empire ? Cette nouvelle édition reprend la première des trois séries de La Légende des Siècles. Sa genèse et ses enjeux sont ici restitués dans toute leur ampleur et toute leur complexité.

Maxime Blondeau : C'est un recueil de poèmes où j'ai rarement vu un auteur qui plonge dans les racines de notre histoire humaine et vraiment du genre humain, mais vraiment presque jusqu'à la pointe des racines.

Recommandé par : Maxime Blondeau

Episode : Maxime Blondeau : Vers une écologie de l’attention - Sismique

Mr. China Tim Clissold

The idea of China has always exerted a pull on the adventurous type. There is a kind of entrepreneurial Westerner who just can't resist it: red flags, a billion bicycles, and the largest untapped market on earth. What more could they want? After the first few visits, they start to feel more in tune and experience the first stirrings of a fatal ambition: the secret hope of becoming the Mr. China of their time.

In the 1990s, China went through a miraculous transformation from a closed backwater to the workshop of the world. Many smart young men saw this transformation coming and mistook it for their destiny. Not a few rushed East to gain strategic footholds, plant their flags, and prosper. After all, the Chinese had numbers on their side: a seemingly endless population, a thirst for resources, and the tide of history. What they needed was Western knowledge and lots of capital. Or so it seemed ...

Mr. China tells the rollicking story of one man's encounter with the Chinese. Armed with hundreds of millions of dollars and a strong sense that he and his partners were -- like missionaries of capitalism -- descending into the industrial past to bring the Chinese into the modern world, Clissold got the education of a lifetime.

The ordinary Chinese workers, business owners, local bureaucrats, and party cadres Clissold encountered were some of the most committed, resourceful, and creative operators he would ever meet. They were happy to take the foreigner's money but resisted just about anything else. At every turn, the locals seemed one step ahead of Clissold's crew threatening to take the Westerners for all they were worth.

In the end, Mr. China isn't a tale of business or an expatriate's love for his adopted land. It's one man's coming-of-age story where he learns to respect and admire the nation he sought to conquer.

Sia Houchangnia : C'est des investisseurs occidentaux, anglais et américains, qui se sont lancés dans les années 90 en Chine. Et voilà, c'est vraiment tous les challenges en fait de se lancer dans un territoire aussi énorme, où le potentiel est vertigineux mais où en même temps, certains des codes sont différents. Et c'est vraiment, je trouve, un beau livre qui permet aussi de voilà, à aucun moment, c'est un regard critique. Et surtout, avec beaucoup, je pense aussi, d'amour, d'admiration de l'auteur pour la Chine, une vue assez drôle et sympa mais qui aussi à un certain moment assez terrible et assez difficile de son aventure en Chine.

Recommandé par : Sia Houchangnia

Episode : Seedcamp - Voyage au centre du capital/risque - Génération Do It Yourself (GDIY)

Notice rouge Bill Browder

Haute finance, complot, meurtre… Ce livre est un incroyable thriller. Pourtant tout est vrai.

« Mon grand-père était le secrétaire général du parti Communiste américain ; j’ai décidé d’être le premier capitaliste en Russie. » Bill Browder l’a fait : en pariant sur la gigantesque campagne de privatisation des entreprises russes, son fonds d’investissement a atteint quatre milliards de dollars. Mais le 1er novembre 2009, Sergueï Magnitski, son avocat, est conduit dans une cellule d’isolation d’une prison de Moscou, menotté puis battu à mort par huit policiers. Son crime ? Avoir défendu Bill Browder contre le ministère de l’Intérieur impliqué dans une escroquerie d’un montant de 230 millions de dollars. Bill Browder abandonne alors les affaires pour se lancer dans un combat à corps perdu pour la liberté et la justice.

Notice rouge nous emmène dans un voyage explosif depuis les hauts lieux de la finance new-yorkaise, en passant par sa guerre contre les oligarques, jusqu’au cœur du Kremlin. Bienvenue dans une plongée glaçante dans les eaux troubles du système Poutine.

Recommandé par : Sia Houchangnia

Episode : Seedcamp - Voyage au centre du capital/risque - Génération Do It Yourself (GDIY)

La culture du narcissisme Christopher Lasch

La culture occidentale est en crise. Le Narcisse moderne, terrifié par l'avenir, méprise la nostalgie et vit dans le culte de l'instant ; dans son refus proclamé de toutes les formes d'autorité, il se soumet à l'aliénation consumériste et aux conseils infantilisants des experts en tout genre.Aujourd'hui plus que jamais, l'essai majeur de Christopher Lasch frappe par son actualité.Décortiquant la personnalité typique de l'individu moderne, Lasch met en lumière ce paradoxe essentiel qui veut que le culte narcissique du moi en vienne, in fine, à détruire l'authentique individualité.Christopher Lasch déroule le fil d'une analyse souvent subtile, nourrie de psychanalyse et de sociologie ; sa critique du mode de vie contemporain et d'une pensée de gauche complice du capitalisme est radicale, mais non sans espoir, car elle est pénétrée de la conviction que la conscience de l'histoire peut redonner du sens à un monde qui n'en a plus.

Guillaume Bigot : Un livre que j'avais lu rapidement, trop rapidement et que j'ai relu récemment et que je trouve vraiment très puissant, avec une prescience, une prémonition incroyable. Texte de 79, de sociologue, historien américain assez connu, c'est un peu un classique. Lasch est très étonnant dans ses prémonitions. Je recommande à tout le monde de lire ce texte. Il y a une anticipation, justement, je reviens un peu à cette idée d'une société sans surmoins. En fait, qu'est-ce que ça peut donner une société qui essaye de fonctionner de manière totalement narcissique en considérant que les individus, voilà, ne sont plus sous une loi commune.

Recommandé par : Guillaume Bigot

Episode : Guillaume Bigot : Trahison des chefs, où va la France ? - Thinkerview

Voyage au centre du malaise français Paul Yonnet

Trente ans après sa parution, la pénétrante clairvoyance de ce livre et son actualité brûlante frappent le lecteur au plus haut point. En matière d’immigration, Paul Yonnet avait identifié très tôt l’origine du déni dans laquelle la France allait être enfermée, cet « antiracisme de nouvelle génération » apparu dans les années 80, porté par l’agent idéologique mitterrandien que fut SOS Racisme. Alors que la France, et en particulier la gauche, avait depuis longtemps convenu que la « race » était une idée sans fondement, Paul Yonnet a compris et osé dire que ce néo-antiracisme allait l’installer, déclenchant avant même la parution de son livre, les premières foudres du politiquement correct. Il montre que les comparses d’Harlem Désir et de Julien Dray n’ont pour cela qu’une seule mission : en finir avec l’assimilation républicaine en promouvant le « droit à la différence ». Sans le dire, il s’agit d’adapter la France à l’arrivée d’une immigration musulmane massive dont on sait bien que sa culture religieuse inégalitaire ne lui permettra pas d’emprunter le chemin assimilationniste qu’ont respecté les autres vagues d’immigration. Pour y parvenir, toutes les culpabilisations sont bonnes, colonialisme ou pétainisme, et pour se faire pardonner, les valeurs françaises doivent être réduites aux seuls droits de l’Homme : tout être humain doit être accueilli et pouvoir rester lui-même, avec ses coutumes et ses traditions. Dès lors, s’opposer à cette immigration devenue inconditionnelle devient un « repli » nauséabond. Médias, dirigeants économiques, responsables politiques, églises, tous avalisent cette tragique renonciation. Or c’est là un tournant majeur de l’histoire française dont les conséquences sont toujours devant nous.

Guillaume Bigot : Texte qui avait fait polémique à l'époque. Et qui est un texte qui pose une question d'une actualité brûlante. Qu’est-ce qu’il se passe si on attaque, sous couvert de SOS Racisme, de retour aux origines, de valoriser les origines des immigrés, en creux, dis Yonnet, c'est quand même une mise en cause de ce qui fait le creuset français, de ce qui fait l’affectio societatis français, de ce qui fait un peu la marque de fabrique ou la signature de la nation française. C'est évidemment quelque chose de très abstrait et de très subjectif. C'est l'idée que la France ne connaît que des citoyens égaux. Il explique ça, valoriser dans un contexte de montée de l'extrême droite, on est dans les années 80, et de montée parallèle d'S.O.S Racisme, qui valorise les origines. On est en train d'abîmer vraiment le récit national. Et Yonnet dit qu'il y a quand même quelque chose de très dangereux là-dedans, il ne parle pas de guerre civile, mais il dit qu'effectivement, on va vers des temps très troubles.

Recommandé par : Guillaume Bigot

Episode : Guillaume Bigot : Trahison des chefs, où va la France ? - Thinkerview

Fascination du djihad : Fureurs islamistes et défaite de la paix Gabriel Martinez-Gros

Nous protégeons les animaux, Daesh égorge des hommes. On pourrait penser que nous vivons sur des planètes différentes... Il n'en est rien. La violence de l'État Islamique se nourrit de notre désarmement, elle est l'envers des progrès pacifiants de la civilisation. Le djihadisme incarne la puissance d'une idéologie religieuse qui nous méprise et nous insulte. C'est là notre vraie blessure : l'histoire est peut-être en train de changer de camp, à notre détriment. Notre pacification sourcilleuse abandonne au djihadisme l'immense fascination de la violence collective.

Guillaume Bigot : Il a travaillé beaucoup sur les grandes invasions musulmanes et les invasions de la steppe. La fascination du djihad, c'est absolument fascinant. C'est un livre qui s'appuie beaucoup sur la pensée d'Ibn Khaldun, probablement le père de tous les sociologues, ce grand penseur du monde arabo-musulman, qui a à peu près l'âge de la Renaissance pour nous. Ce que raconte Ibn Khaldun, que reprend Martinez-Gros, c'est qu'une société ne peut fonctionner finalement que si elle a une cohésion, on revient à cette idée d'intérêt général, elle a une cohésion forte et elle est prête à défendre les armes à la main, cette cohésion, et elle est toujours consciente que l'inimitié, la guerre, peuvent être de retour. Et pourquoi il est fait référence à Ibn Khaldun ? Parce qu'Ibn Khaldun a vécu l'effondrement de ces sociétés, notamment en Andalousie, des sociétés issues d'une conquête, de peuples du désert, très aguerris, qui avaient conquis des sociétés, qui se sont aujourd'hui, on dirait un peu embourgeoisées, empâtées, et qui finalement, 3, 4, 5 générations après, n'étaient plus en mesure de se défendre, et qui veut la paix prépare la guerre, et comme ils n'étaient plus en mesure de se défendre, comme finalement, ils n'avaient plus le terme arabe, c'est d'asabiyya, de cohésion, de force de cohésion, mais en même temps de croyance très forte, qui les reliait entre eux, et qui leur permettait d'avoir une raison d'aller à la guerre ensemble, finalement, comme cet asabiyya c'était effondré, et bien ces empires se sont effondrés. Et voilà, c'est ce que rappelle Martinez-Gros dans ce texte, et ça me fait penser à cette expression qui est très à la mode, qui est le "Vivre ensemble", et je pense que ce texte de Gabriel Martinez-Gros, il traite de cette question, de l'expression du "Vivre ensemble", il dit "y a pas de vivre ensemble", en fait, il y a une société qui ne peut tenir, que si ceux qui habitent ensemble dans la cité ou dans la société donnée, sont capables de mourir côte à côte, pour un bien commun ensemble. Si ce bien communs disparait, ils ne sont pas capables de se défendre les uns à côté des autres, et bien la cité disparaît, et il n'y a pas de vivre ensemble, il y aura un mourir séparément.

Recommandé par : Guillaume Bigot

Episode : Guillaume Bigot : Trahison des chefs, où va la France ? - Thinkerview

Le Mythe de Sisyphe Albert Camus

Matthieu Pigasse : Le mythe de Sisyphe démarre par cette phrase pour moi magnifique : « Il n'y a qu'une question philosophique vraiment sérieuse, le suicide, et donc celle du sens de la vie » et il termine par une phrase « Il faut imaginer Sisyphe heureux » et au fond, c'est en donnant du sens à sa vie qu'on devient heureux. C'est très court, magnifique, sur le sens de la vie et pourquoi il faut être ensemble et arriver à vivre ensemble, en étant soi.

Recommandé par : Matthieu Pigasse (et aussi par Clément Delangue)

Episode : Centerview - Le punk qui murmure à l’oreille des patrons et des gouvernements - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Comte de Monte-Cristo Alexandre Dumas

1815 : Edmond Dantès est ce jeune marin à qui tout réussit. On lui promet le grade de capitaine ; il va pouvoir épouser sa fiancée. Mais, victime d'une machination, il est accusé d'être un conspirateur bonapartiste. Son bonheur et son ascension sociale sont brisés net. Dans les geôles du château d'If, au large de Marseille, s'amorce le roman de sa vengeance. Après quatorze années d'enfermement, Edmond Dantès n'aura de cesse de punir ceux qui l'ont trahi. Puisque sa vie lui a été volée, autant en rêver d'autres. Il est temps de se réinventer : le simple marin devient comte de Monte-Cristo.Entre liberté et justice, vengeance et métamorphose, voici le chef-d'oeuvre du roman d'aventures.

Matthieu Pigasse : Parce que pour moi c'est Dumas, avec toute la longueur parfois de Dumas, parce qu'il était payé, je rappelle, au feuillet, mais voilà c'est une destinée humaine que je trouve magnifique, que je vais résumer en une phrase : « C'était donc toi ».

Edouard Caraco : Un chef d'œuvre !

Recommandé par : Matthieu Pigasse (et aussi par Edouard Caraco, Arnaud Katz, Michel Wieviorka, Fabien Pinckaers)

Episode : Centerview - Le punk qui murmure à l’oreille des patrons et des gouvernements - Génération Do It Yourself (GDIY)

Poteaux d'angle Henri Michaux

S'est-il jamais senti de ce monde ? A-t-il jamais perçu une appartenance, une parenté, une filiation ? Henri Michaux semble être né par mégarde et l'existence lui fut souvent à charge. Entre lui et les choses, entre lui et les êtres : un abîme. Un abîme qui déborde d'un bric-à-brac de peurs, de sursauts, de cris, de hantises, de rires cruels, de scalps, d'insomnies.Henri Michaux est singulier parce qu'il est radicalement seul, abandonné, retranché, exclu. Abandonné volontaire, retranché volontaire, exclu volontaire. S'il ne fuit pas systématiquement les autres, s'il se trouve des compagnies, il a en lui ce surcroît de lucidité ou d'alarme qui maintient la distance, ce tranchant de l'intelligence qui coupe jusqu'à l'air du temps.Aussi, quand il aborde un genre littéraire a priori peu fait pour lui, celui très noble des "Pensées", il s'emploie à le détourner, le dévoyer, le mettre en péril et en perdition. Les Poteaux d'angle d'Henri Michaux apparaissent comme les plus égarants et les plus réjouissants poteaux indicateurs jamais offerts au balisage de la raison, de la conscience et de nos comportements grégaires. Ce sont des aphorismes pour vivre à l'écart, des préceptes pour ne pas se laisser faire, des réflexions à contre-norme, des conseils qui n'ont pas de conseils à vous donner.

Matthieu Pigasse : Un livre tout petit, un livre d’aphorisme, qui est pour moi extraordinaire et dans lequel il y a des phrases comme ça, incroyable : « Faute de soleil, sache murir dans la glace », qui est pour moi une philosophie de vie. « Que faire de la soif dans un pays sans eau ? De la fierté ». Michaux est un poète non pas français mais belge du XXe siècle, incroyablement méconnu, probablement un des plus grands poète de la langue française, magnifique, mais de combat, dur.

Recommandé par : Matthieu Pigasse

Episode : Centerview - Le punk qui murmure à l’oreille des patrons et des gouvernements - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'âge de diamant ou le Manuel illustré d'éducation à l'usage de filles Neal Stephenson

Un monde de l’avenir bardé de nanotechnologies, d’univers virtuels, de réseaux neuronaux et d’intelligences qui s’efforcent d’être le plus artificielles possible.

Une petite fille qui reçoit une éducation singulière grâce à un Livre Mentor qui raconte des histoires.

Et tout cela dans une Chine de l’avenir, partagée entre les territoires des sectes, les enclaves des multinationales et les espaces électroniques.

Dans la foulée de William Gibson, Neal Stephenson a écrit avec ce roman, après Le Samouraï virtuel, son second chef-d’œuvre.

Justine Cassell : Un livre de science-fiction que j'adore, qui date maintenant d'il y a au moins 20 ans, qui parle d'une IA qui accompagne une jeune femme à travers sa vie.

Recommandé par : Justine Cassell

Episode : Justine Cassell et Cédric Villani - IA : notre futur assistant ou nouveau maître ? - Thinkerview

Algorithmes : la bombe à retardement Cathy O’Neil

Qui choisit votre université ? Qui vous accorde un crédit, une assurance, et sélectionne vos professeurs ? Qui influence votre vote aux élections ? Ce sont des formules mathématiques.
Ancienne analyste à Wall Street devenue une figure majeure de la lutte contre les dérives des algorithmes, Cathy O’Neil dévoile ces « armes de destruction mathématiques » qui se développent grâce à l’ultra-connexion et leur puissance de calcul exponentielle. Brillante mathématicienne, elle explique avec une simplicité percutante comment les algorithmes font le jeu du profit.
Cet ouvrage fait le tour du monde depuis sa parution. Il explore des domaines aussi variés que l’emploi, l’éducation, la politique, nos habitudes de consommation. Nous ne pouvons plus ignorer les dérives croissantes d’une industrie des données qui favorise les inégalités et continue d’échapper à tout contrôle. Voulons-nous que ces formules mathématiques décident à notre place ? C’est un débat essentiel, au cœur de la démocratie.

Cédric Villani : Décrit bien des biais, un certain nombre de catastrophes déjà produites, dans un certain nombre d'administrations par l'usage de l'IA mal encadrée ou mal développée.

Recommandé par : Cédric Villani (et aussi par Camille Morvan)

Episode : Justine Cassell et Cédric Villani - IA : notre futur assistant ou nouveau maître ? - Thinkerview

Toxic Data : Comment les réseaux manipulent nos opinions David Chavalarias

Un polar contemporain qu'il faut lire pour ne pas en être la victime.Avec la montée en puissance des réseaux sociaux, une lame de fond s'abat sur les démocraties : le tissu social se déchire, les opinions sont manipulées, les élections sont déstabilisées. Si les outils numériques ont représenté une innovation majeure dans la production et la diffusion de savoirs, ils ont également leurs côtés obscurs : ils donnent les clés de l'influence sociale à tout acteur, politique ou étatique, qui souhaiterait asseoir ses idées auprès d'un grand nombre de nos concitoyens.Comment se prémunir des intoxications et sauver notre démocratie de l'overdose numérique ?La science révèle notre dangereuse inadaptation à la nouvelle donne numérique mais nous aide également à en combattre les ravages. Livrant une analyse stupéfiante des effets de l'action des GAFAM dans notre quotidien, David Chavalarias propose des pistes concrètes, tant individuelles que collectives, pour nous en protéger.

Cédric Villani : Le meilleur exposé que j'ai vu récemment sur les questions informationnelles.

Recommandé par : Cédric Villani

Episode : Justine Cassell et Cédric Villani - IA : notre futur assistant ou nouveau maître ? - Thinkerview

Dream Machine : ou comment j'ai failli vendre mon âme à l'intelligence artificielle Laurent Daudet, Appupen

"Jamais un domaine du savoir n'avait connu une telle croissance exponentielle. Il était temps de tirer mon épingle du jeu..." Hugo a créé sa start-up sur les modèles d'IA au coeur de la révolution ChatGPT. En passe de vendre sa technologie au géant du numérique REAL.E, il s'interroge sur les véritables motivations de son mystérieux client. Est-ce le contrat dont rêve tout entrepreneur ou bien le début d'un long cauchemar à l'échelle planétaire ? Alors que les plans de REAL.E semblent de plus en plus nébuleux se profile à l'horizon une IA incroyablement puissante, mais aussi source de chaos et d'indécentes concentrations de richesse...

Cédric Villani : C'est une bande dessinée très pédagogique sur ce qu'est l'intelligence artificielle et sur ses possibles dérives et en particulier la possibilité pour des intérêts privés extrêmement puissants de s'en emparer et d'utiliser pour un projet qui soit un projet non seulement économique mais politique avec des visées importantes sur les libertés des citoyens. Mais l'ouvrage est très pédagogique sur ce que c'est que l'intelligence artificielle d'entraînement ainsi de suite.

Recommandé par : Cédric Villani

Episode : Justine Cassell et Cédric Villani - IA : notre futur assistant ou nouveau maître ? - Thinkerview

Livre vert du projet CLIMATOR 17 équipes de 8 organismes de recherche et de développement agricole

Quels impacts le changement climatique est-il susceptible d'avoir au cours du XXIe siècle sur l'agriculture française et tout particulièrement sur nos systèmes cultivés ?

Pour répondre à cette question, 17 équipes de 8 organismes de recherche et de développement agricole, coordonnées par l'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), ont collaboré quatre années durant au projet de recherche CLIMATOR (2007 - 2010) financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) dans le cadre du programme « Vulnérabilité, Milieux et Climat » (VMC).

Serge Zaka : Alors moi j'ai quelque chose qui m'a lancé dans l’agro-météorologie, c'est pas un livre au grand public, c'est un livre scientifique. C'est le livre vert du projet climator qui a été écrit par l'INRA. Disponible sur le site de l'Ademe en PDF, téléchargeable gratuitement. C'est une overview, on va dire, une grande vision de ce que c'est le changement climatique et les impacts agricoles sur la vigne, le blé, le maïs. Et on apprend plein de choses. Alors c'est pas du tout un roman qu'on va lire, mais c'est des bases en agro-climatologie.

Recommandé par : Serge Zaka

Episode : Serge Zaka : Souveraineté alimentaire face au dérèglement climatique ? - Thinkerview

Refonder l'agriculture à l'heure de l'Anthropocène Bertrand Valiorgue

L'ambition de l'ouvrage est de revenir sur l'avenir de l'agriculture en se penchant plus spécifiquement sur la dynamique de nos systèmes alimentaires qui détruisent simultanément la profession agricole et les conditions mêmes de l'agriculture.

Serge Zaka : Vachement intéressant et je te conseille de le lire parce que là, il y aura beaucoup d'aspects sociétaux et aussi sur l'évolution des sociétés par rapport à l'agriculture et les problèmes de prix aussi agricoles. Il y a plein de choses, les problèmes d'environnement. Il y a plein de choses à voir dans ce livre.

Recommandé par : Serge Zaka

Episode : Serge Zaka : Souveraineté alimentaire face au dérèglement climatique ? - Thinkerview

Géopolitique du blé : Un produit vital pour la sécurité mondiale Sébastien Abis

Produit vital pour l’humanité, le blé s’invite chaque jour à la table de milliards d’individus. Alors que sa consommation se mondialise, sa production s’avère très inégalement répartie sur la planète. Les changements climatiques et géostratégiques rappellent également la fragilité d’une denrée agricole dont la récolte n’a lieu qu’une fois par an. Quand ce blé vient à manquer et que son prix se met à flamber, c’est l’agitation et la peur.
Nourrir une population en croissance, dans un contexte de raréfaction des ressources et de transformation des rapports de force, constitue l’un des enjeux les plus complexes de ce siècle. Face à ces dynamiques sociodémographiques et à ces disparités territoriales, le rôle du commerce s’amplifie et les stratégies des acteurs s’affirment à propos du blé. Aux défis de sa production durable s’ajoutent ceux du transport et des investissements nécessaires pour que les récoltes en blé puissent être suffisamment mobiles et accessibles afin de suivre la progression de la demande.
Cet ouvrage révèle la permanence du pouvoir du blé dans la stabilité des pays et des relations internationales. Il rappelle avec force le rôle de l’Europe et de la France pour continuer à en faire l’un des produits ambassadeur de la paix à l’heure où certains États tentent de faire du blé une arme de guerre.
Un livre pour comprendre sur quoi se joue une partie de l’avenir du monde ; à consommer sans modération.

Recommandé par : Serge Zaka

Episode : Serge Zaka : Souveraineté alimentaire face au dérèglement climatique ? - Thinkerview

La place Annie Ernaux

Annie Ernaux compose La Place après la disparition de son père. Au fil de ses souvenirs, elle retrace la vie de cet homme, ouvrier devenu cafetier, qui avait conquis sa « place » dans la société. Dans une écriture épurée et pudique, elle dévoile la douloureuse distance que ses études et son mariage ont installée entre elle et son père, et rend un vibrant hommage à ses parents.

Chloé Ridel : Une sorte d'uppercut magnifique !

Recommandé par : Chloé Ridel

Episode : Chloé Ridel : Eco-socialisme : une voie crédible ? - Sismique

La promesse de l'aube Romain Gary

"- Tu seras un héros, tu seras général, Gabriele D'Annunzio, Ambassadeur de France - tous ces voyous ne savent pas qui tu es !Je crois que jamais un fils n'a haï sa mère autant que moi, à ce moment-là. Mais, alors que j'essayais de lui expliquer dans un murmure rageur qu'elle me compromettait irrémédiablement aux yeux de l'Armée de l'Air, et que je faisais un nouvel effort pour la pousser derrière le taxi, son visage prit une expression désemparée, ses lèvres se mirent à trembler, et j'entendis une fois de plus la formule intolérable, devenue depuis longtemps classique dans nos rapports : - Alors, tu as honte de ta vieille mère ?"

Recommandé par : Chloé Ridel (et aussi par Maÿlis Staub)

Episode : Chloé Ridel : Eco-socialisme : une voie crédible ? - Sismique

Les racines du ciel Romain Gary

La viande ! C'était l'aspiration la plus ancienne, la plus réelle, et la plus universelle de l'humanité. Il pensa à Morel et à ses éléphants et sourit amèrement. Pour l'homme blanc, l'éléphant avait été pendant longtemps uniquement de l'ivoire et pour l'homme noir, il était uniquement de la viande, la plus abondante quantité de viande qu'un coup heureux de sagaie empoisonnée pût lui procurer. L'idée de la "beauté" de l'éléphant, de la "noblesse" de l'éléphant, c'était une idée d'homme rassasié...

Recommandé par : Chloé Ridel (et aussi par Claude Bourguignon)

Episode : Chloé Ridel : Eco-socialisme : une voie crédible ? - Sismique

Histoire d'une vie Aharon Appelfeld

Comment un enfant ayant tout perdu peut-il survivre seul dans les sombres forêts ukrainiennes ? Aharon Appelfeld a 10 ans lorsqu’il s’échappe du camp. Son errance le conduira, quatre ans plus tard, en Palestine. Plongé dans le silence depuis le début de la guerre, il apprend une nouvelle langue. Il l’utilisera désormais pour tenter de relier les différentes expériences de sa vie à leurs racines perdues.

Chloé Ridel : L'histoire de la vie d'un homme israélien, qui est mort maintenant, mais qui est né en Roumanie Moldave, dont la famille a été décimée pendant la Shoah, alors qu'il était enfant, et qui a vécu, c'est vrai, plusieurs années tout seul dans la forêt ukrainienne, tout seul à l'âge de 8 ans. Et il en est ressorti il avait 13 ans et c'est là qu'il a immigré tout seul sur un bateau vers Israel. Et c'est devenu un grand écrivain, il ne parlait pas du tout hébreu, il parlait au départ l'allemand, aussi le romain. Donc c'est un livre qui montre que des pires épreuves, tu peux te relever, et non seulement tu peux te relever, mais tu peux te relever dans la grâce. En l'occurrence il a fait une œuvre cet homme-là, une œuvre d'écrivain, donc c'est un livre très touchant.

Recommandé par : Chloé Ridel

Episode : Chloé Ridel : Eco-socialisme : une voie crédible ? - Sismique

Le Bug humain Sébastien Bohler

L'humanité détient une arme secrète : son cerveau. Longtemps notre meilleur allié, notre cerveau risque aujourd'hui de causer notre perte. Car il existe un défaut de conception, un véritable bug, au cœur de cet organe extraordinaire : les neurones en charge d'assurer notre survie ne sont jamais rassasiés et réclament toujours plus de nourriture, de sexe et de pouvoir. Comment se fait-il que, ayant conscience de ce danger, nous ne parvenions pas à réagir ? Peut-on résoudre ce bug et redevenir maîtres de notre destin ? Oui, à condition d'analyser en chacun de nous ce mécanisme infernal qui pousse notre cerveau à en demander toujours plus ! 

Gilles Henry : C'est un livre qui m'a fait complètement exploser le cerveau. Je suis très sensibilisé, même préoccupé par tout ce qui se passe et tout ce qu’il y a à faire aujourd'hui dans le monde, il faut tout réinventer. Moi j'essaye de réinventer à mon petit niveau des vélos, mais il faut réinventer le monde entier. Il y a un sacré boulot. En fait il explique comment fonctionne le cerveau humain et pourquoi, en gros, le cerveau humain qui est si puissant, en fait c'est celui qui nous pousse à faire les pires bétises. Il faut que tu le lises parce que c'est un point de vue qui est hyper intéressant. Ça permet aussi de comprendre comment on pourrait changer les choses, simplement en sachant comment le cerveau fonctionne et comment on pourrait réussir à canaliser un petit peu les pires aspects de notre cerveau, qui sont en fait des aspects très primaires. Il explique comment on est piloté en réalité par notre cerveau reptilien et on pense faire des choix qui sont de très haut niveau, parce qu'on est super intelligents quand même. Moi je fais ça beaucoup de choix de très haut niveau parce que je suis super intelligent. Non ? Tu vas découvrir qu'en fait tu es piloté par ton striatum qui est le cerveau central, etc. Et c'est intéressant parce que ça donne des clés sur la façon dont on pourrait un peu sortir de ça, en s'élevant un petit peu, en ayant un peu plus de conscience, et dans le monde dans lequel on est aujourd'hui, les vrais batailles à mener, c'est dans le cerveau des gens, parce qu'il faut que les gens prennent conscience à ce moment de choses.

Emma Haziza : J'aime bien le lien qu'il fait entre nos cerveaux et derrière notre manière de concevoir et de continuer dans un système sans fin. Je trouvais que c'était intéressant de mêler neuroscience et questions climatiques et la planète.

Emma Haziza : Il montre comment, en fin de compte, on est complètement soumis à notre cerveau. Et ça, moi je suis convaincue que la plupart de nos solutions sont dans notre cerveau et dans notre perception des choses. Et en fait, je trouve que c'est assez intéressant la manière dont il déroule cette information dans le bug humain.

Raphaël Rossello : Il y a dans notre carcasse, il y a un débat violent entre le stratium, qui est au coeur du cerveau, et qui lui ne gère que nos pulsions, on a envie de bouffer, de pisser, de baiser, de dominer l'autre, etc. Et il y a le Cortex qui, lui, est le siège de la raison, de la conceptualisation, etc. Et donc, il y a un conflit entre les deux, et c'est passionnant à utiliser.

Recommandé par : Gilles Henry (et aussi par Emma Haziza, Emma Haziza, Raphaël Rossello)

Episode : La poussette YOYO & Bastille Cycles - Le génie des objets pliants - Génération Do It Yourself (GDIY)

Dans la cour des grands James Dyson

" S'il devait exister un meilleur modèle d'aspirateur, Hoover ou Electrolux l'auraient déjà inventé ". Cette sentence, James Dyson, designer et inventeur, se l'est entendue répéter des centaines de fois. Pourtant, après des milliers de prototypes et un nombre d'essais incalculable, Dual Cyclone, l'aspirateur sans sac, entame dans le monde une carrière foudroyante. Aujourd'hui l'entreprise de James Dyson a déposé plus de 170 brevets et vient de lancer une machine à laver révolutionnaire.

Ce récit est celui de la victoire de David contre Goliath, celui de la réussite désormais légendaire d'un inventeur passionné qui a pris tous les risques et s'est battu seul contre tous pour réaliser son rêve. C'est aussi une histoire d'entreprise qui va à l'encontre de bien des idées reçues.

De l'Angleterre des années 60 où tous les rêves étaient permis aux temps de la mondialisation, ce récit fascinant nous fait revivre toutes les étapes de cette aventure incroyable, depuis les années de formation jusqu'à ce fameux dimanche ou James Dyson passant l'aspirateur chez lui, s'emporte contre l'inefficacité de ces damnés en papier...

Recommandé par : Gilles Henry

Episode : La poussette YOYO & Bastille Cycles - Le génie des objets pliants - Génération Do It Yourself (GDIY)

La volonté et la fortune Carlos Fuentes

Sur une plage mexicaine du Guerrero, à l'aube, la tête décapitée de Josué raconte son histoire. Elevé par une gouvernante acariâtre, ignorant de ses origines, Josué Nadal est un enfant solitaire jusqu'à sa rencontre avec Jéricho, qui semble n'avoir ni nom de famille ni parents. Dès lors, unis par cette absence d'environnement familial, les deux garçons deviennent inséparables tels Castor et Pollux, guidés seulement par leur soif d'absolu et leur professeur libre-penseur, le père Philopater. Quelques années plus tard, les deux amis, anciens complices eu quête de la Toison d'Or, de la Volonté et de la Fortune, sont-ils voués à devenir Caïn et Abel en s'affrontant sur le terrain politique ? Au sein d'une narration complexe, qui se tisse implacablement telle une toile d'araignée, dans un roman choral riche en personnages hauts en couleur, Carlos Fuentes donne une nouvelle fois à la ville de Mexico, "hydre aux mille têtes", un rôle central, dans des pages où alternent la réalité la plus noire et sordide du Mexique contemporain, la critique, dans un humour féroce, des luttes de pouvoir d'une société corrompue et un lyrisme onirique et atemporel.

Thomas Piketty : C'est vraiment Balzac au Mexique dans les années 2000. C'est à dire que tu as la puissance de l'argent, les trafiquants de drogue, des jeunes qui hésitent entre mettre la main sur un héritage ou faire du militantisme politique. Il y a une espèce de puissance évocatrice sur les conséquences de l'argent dans la vie quotidienne, dans la vie de tous les jours.

Recommandé par : Thomas Piketty

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

Le Ministère du futur Kim Stanley Robinson

L'auteur de science-fiction légendaire Kim Stanley Robinson nous propose une vision du changement climatique pareille à nulle autre.

Établi en 2025, l'objectif de la nouvelle organisation était simple : plaider pour les générations à venir du monde et protéger toutes les créatures vivantes, présentes et futures. Il fut vite surnommé « le Ministère du Futur ».

Raconté entièrement sous forme des témoignages directs de ses personnages, Le Ministère du Futur est un chef-d'oeuvre de l'imaginaire, l'histoire de la façon dont le changement climatique nous affectera tous dans les décennies à venir.

Le décor n'est pas un monde postapocalyptique et désolé, mais un avenir qui nous fonce dessus... et où il nous reste une petite chance de surmonter les défis extraordinaires auxquels nous devons faire face.

Thomas Piketty : Il nous imagine une solution au changement climatique dans les décennies qui viennent, ça se passe dans les 10-20 ans qui viennent donc très vite mais en même temps c'est pas très rigolo son histoire, c'est à dire qu'en gros t'as une espèce de canicule dans l'Inde qui tue des millions de personnes après t'as une espèce d'éco-terrorisme vengeur venu du Sud pour se venger contre le Nord qui va se mettre à flinguer les jets privés et puis les avions de ligne puis les containers commerciaux et à la fin t'as une agence des Nations Unies, donc le ministère des Futures, un peu désespérée de l'inaction du Nord qui va... Bon, moi ce que j'aimerais c'est qu'on n'en arrive pas là, qu'on trouve des solutions plus pacifiques mais au moins le bouquin bon qui n'est pas tout à fait écrit comme Balzac ou Fuentes mais qui au moins traite d'une question vraiment centrale avec la puissance de la littérature.

Recommandé par : Thomas Piketty

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

Le vote FN au village : Trajectoires de ménages populaires du périurbain Violaine Girard

Les ménages modestes du périurbain sont devenus, au fil des succès électoraux du FN, une figure centrale des commentaires médiatiques. Peu d'enquêtes sérieuses se sont pourtant intéressées à leurs conditions de travail, à leurs parcours résidentiels et aux devenirs de leurs enfants. Basé sur un travail de terrain de longue durée, ce livre restitue les trajectoires des salarié-e-s d'un parc d'activités comme il en existe beaucoup à la périphérie des grandes villes. A partir d'extraits d'entretiens et d'observations, il revient sur les transformations qui affectent depuis plusieurs décennies les fractions stables des milieux populaires : restructurations dans l'industrie et les services, durcissement des conditions d'accès à la propriété et évolution du système de formation. Même si leurs pratiques électorales s'avèrent plus diversifiées qu'on ne le pense, le FN attire une part de ces ménages du périurbain, qui sont pourtant loin de tous figurer parmi les plus démunis. Au-delà des explications convenues, notamment celles du déclassement, l'ouvrage offre ainsi des clés de compréhension des processus de radicalisation politique. Il montre enfin comment des élus municipaux, sans être encartés au FN, s'emploient très concrètement à empêcher la venue de familles issues de l'immigration et de ménages en situation précaire, contribuant par-là à banaliser le rejet de ces catégories sociales stigmatisées. Dans un contexte de hausse de l'abstention et de défiance envers les responsables politiques, ce livre éclaire les aspirations et les tensions vécues par nombre de ménages populaires.

Julia Cagé : Ca nous a beaucoup inspiré, tout à l'heure tu demandais est-ce qu'on allait sur le terrain. Nous on fait plutôt un travail à partir de données. T'as des gens qui font de la sociologie électorale qui vont sur le terrain. Violaine Girard, elle fait de l'ethnographie, elle va parler aux électeurs FN, elle va parler aux électeurs RN, elle permet de mieux comprendre leur vote. Si on n'a pas ce travail là, nous derrière, on n'a pas grand chose à faire dire à nos données. Donc c'est un peu cette articulation avec les gens qui vont sur le terrain, parler directement aux électeurs, qui nous a profondément enrichi.

Recommandé par : Julia Cagé

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

Affluence and Influence : Economic Inequality and Political Power in America Martin Gilens

Can a country be a democracy if its government only responds to the preferences of the rich? In an ideal democracy, all citizens should have equal influence on government policy - but as this book demonstrates, America's policymakers respond almost exclusively to the preferences of the economically advantaged. "Affluence and Influence" definitively explores how political inequality in the United States has evolved over the last several decades and how this growing disparity has been shaped by interest groups, parties, and elections. With sharp analysis and an impressive range of data, Martin Gilens looks at thousands of proposed policy changes, and the degree of support for each among poor, middle-class, and affluent Americans. His findings are staggering: when preferences of low- or middle-income Americans diverge from those of the affluent, there is virtually no relationship between policy outcomes and the desires of less advantaged groups. In contrast, affluent Americans' preferences exhibit a substantial relationship with policy outcomes whether their preferences are shared by lower-income groups or not. Gilens shows that representational inequality is spread widely across different policy domains and time periods. Yet Gilens also shows that under specific circumstances the preferences of the middle class and, to a lesser extent, the poor, do seem to matter. In particular, impending elections - especially presidential elections - and an even partisan division in Congress mitigate representational inequality and boost responsiveness to the preferences of the broader public. At a time when economic and political inequality in the United States only continues to rise, "Affluence and Influence" raises important questions about whether American democracy is truly responding to the needs of all its citizens.

Julia Cagé : Il y a un bouquin qui m'avait beaucoup marqué, c'est un livre de 2012 de Martin Gilens qui s'appelle "Affluence & Influence" qui essaie de comprendre les politiques qui sont menées notamment aux États-Unis et est-ce que tu vas avoir des politiques qui vont être davantage envers les préférences des plus favorisées ou envers les préférences des plus modestes.

Recommandé par : Julia Cagé

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

Democracy in America ? : What Has Gone Wrong and What We Can Do About It Benjamin I. Page, Martin Gilens

America faces daunting problems—stagnant wages, high health care costs, neglected schools, deteriorating public services. How did we get here? Through decades of dysfunctional government. In Democracy in America? veteran political observers Benjamin I. Page and Martin Gilens marshal an unprecedented array of evidence to show that while other countries have responded to a rapidly changing economy by helping people who’ve been left behind, the United States has failed to do so. Instead, we have actually exacerbated inequality, enriching corporations and the wealthy while leaving ordinary citizens to fend for themselves.

What’s the solution? More democracy. More opportunities for citizens to shape what their government does. To repair our democracy, Page and Gilens argue, we must change the way we choose candidates and conduct our elections, reform our governing institutions, and curb the power of money in politics. By doing so, we can reduce polarization and gridlock, address pressing challenges, and enact policies that truly reflect the interests of average Americans.

Julia Cagé : C'est l'idée de démocratie par coïncidence. En fait si tu regardes les politiques que veulent les citoyens en général sur l'économie, sur le social, sur l'international, en général les politiques qui sont mise en oeuvre, ça correspond à peu près aux préférences des citoyens. Mais dès que tu prends des situations dans lesquelles les préférences des plus riches et les préférences des plus pauvres divergent, tu t'aperçois que les politiques qui sont mise en oeuvre, elles vont dans le sens des préférences des plus riches. Et d'ailleurs il s'interroge dans ce cas là, pourquoi la démocratie fonctionne, c'est quand même la majorité qui va voter, parce qu'il se trouve que par coïncidence, en moyenne les plus riches sur plein de sujets ont les mêmes préférences que les plus pauvres. Et une des situations vers laquelle un truc qui fait qu'on est aujourd'hui en crise de la démocratie, c'est que du fait de l'augmentation des inégalités, bah tu as de moins en moins de convergence entre les préférences des plus aisés et les préférences des moins favorisés.

Recommandé par : Julia Cagé

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

La femme gelée Annie Ernaux

Elle a trente ans, elle est professeur, mariée à un " cadre ", mère de deux enfants. Elle habite un appartement agréable. Pourtant, c'est une femme gelée. C'est-à-dire que, comme des milliers d'autres femmes, elle a senti l'élan, la curiosité, toute une force heureuse présente en elle se figer au fil des jours entre les courses, le dîner à préparer, le bain des enfants, son travail d'enseignante. Tout ce que l'on dit être la condition " normale " d'une femme.

Julia Cagé : Une femme engagée, moi qui m'a beaucoup impressionnée pour son engagement, toujours aujourd'hui c'est Annie Ernaux. Je trouve qu'en fait de pouvoir avoir le prix Nobel de littérature, le vendredi, le dimanche, c'est tout au premier rang de la manif contre les retraites, chapeau, il n'y a pas beaucoup de gens qui le font, plus beaucoup d'intellectuels, d'écrivains qui s'engagent, elle elle le fait, et en plus de ça, elle se trouve que tous ses livres, je pense de La femme gelée à tous les autres, c'est quand même extrêmement important pour la construction de l'indépendance de la femme, de la liberté de la femme, des droits de la femme, donc voilà, elle, j'inviterai plutôt à lire son œuvre complète, qu'un seul livre, d'ailleurs elle écrit des petits livres, qu'on peut lire tout d'un coup.

Recommandé par : Julia Cagé

Episode : Julia Cagé et Thomas Piketty : Deux économistes sous stress-test ? - Thinkerview

Les Piliers de la Terre Ken Follett

Dans l’Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s’assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l’amour, ou simplement de quoi survivre. Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle. Les fresques se peignent à coups d’épée, les destins se taillent à coups de hache et les cathédrales se bâtissent à coups de miracles… et de saintes ruses. La haine règne, mais l’amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.
Abandonnant le monde de l’espionnage, Ken Follett, le maître du suspense, nous livre avec Les Piliers de la Terre une œuvre monumentale dont l’intrigue, aux rebonds incessants, s’appuie sur un extraordinaire travail d’historien. Promené de pendaisons en meurtres, des forêts anglaises au cœur de l’Andalousie, de Tours à Saint-Denis, le lecteur se trouve irrésistiblement happé dans le tourbillon d’une superbe épopée romanesque dont il aimerait qu’elle n’eût pas de fin.

Emmanuel Chain : Ça raconte les bâtisseurs de cathédrales au Moyen Âge. C'est une épopée épique romanesque. Moi, j'adore les histoires romanesques, j'adore les grandes histoires, j'adore les romans, j'adore ça. Donc "Les piliers de la terre", Ken Follett, un livre incroyable. C'est comme un thriller. Et en même temps, c'est d'une humanité incroyable.

Recommandé par : Emmanuel Chain

Episode : Producteur - 34 ans de Capital, la fabrique des émissions business - Génération Do It Yourself (GDIY)

Latitude zéro Mike Horn

Mike Horn se lance un défi inouï : parcourir en solitaire les 40 000 kilomètres de l'équateur. Des côtes d'Afrique aux portes de l'Asie, en passant par le continent américain, il traverse trois océans ; autant de jungles impénétrables ; deux sommets de 6 000 mètres ; des pays en guerre, rongés par la maladie, envahis par une faune hostile et par une flore vénéneuse. Son exigence est stricte : ne jamais quitter la " latitude zéro ".

Recommandé par : Alexis Pinturault (et aussi par Pierre Garonnaire, Mike Horn, Thomas Thumerelle)

Episode : Skieur - Écouter sa peur pour prendre les bonnes décisions - Génération Do It Yourself (GDIY)

L’économie du bien commun Jean Tirole

Avec ce premier livre en français destiné à un large public, le prix Nobel d'économie 2014 nous invite à partager sa passion pour cette discipline. Il défend une certaine vision de l'économie, science qui croise la théorie et les faits au service du bien commun, et de l'économiste, chercheur et homme de terrain. C'est dire que le lecteur pénètre dans l'atelier d'un économiste et voyage à travers les sujets affectant notre quotidien : économie numérique, innovation, chômage, changement climatique, Europe, État, finance, marché... En dressant un panorama des grandes problématiques de l'économie d'aujourd'hui, Jean Tirole nous fait entrer au coeur des théories dont il est le père.

Eléonore Crespo : Jean Tirole qui a été pris Nobel d'économie en 2014, qui a créé un livre qui s'appelle « L'économie du bien commun ». Je trouve que c'est un livre qui est intéressant parce qu'il explique très bien les problématiques actuelles autour de l'emploi, du chômage, justement des défis climatiques en expliquant pourquoi on n'arrive pas à résoudre certaines problématiques, tu vois le problème de l'individualisme versus le collectif et comment l'un influence l'autre, et puis le rôle évidemment des États à jouer là-dedans, parce que tu vois on en parlait pour l'IA, l'État a un très grand rôle à jouer de régulation qui est très difficile. Et donc je trouve que ce livre est intéressant parce qu'il ouvre des bonnes pistes pour réfléchir dans ce monde dans lequel les ressources sont limitées et dans lequel on est très nombreux, beaucoup d'êtres humains, et où on fait des choses qui gâchent les ressources, et comment est-ce qu'on peut réfléchir à ça, comment l'État peut influencer, et puis pourquoi certaines choses ne sont pas faites à temps, tu vois notamment sur le défi climatique, si des pays comme la France prennent des actions, est-ce que ça bénéficie qu'à la France ? Ben sûrement non, et c'est un problème parce que justement tu te dis « ben pourquoi je fais un effort individuel quand en fait ça va surtout bénéficier au collectif et pas qu'à moi, etc. » Et donc je trouve que c'est un livre qui donne un angle très intéressant pour prendre un peu du recul sur l'économie aujourd'hui, même s'il date de 2016 il est encore très actuel. Et accessible. Il est long hein. Alors voilà, mais tu peux le prendre par morceaux, c'est ça qui est bien, c'est que tu peux prendre des sujets et puis c'est un livre qui a justement essayé de démocratiser au public les théories, la recherche de Jean Tirole et je trouve que c'est des théories qui sont très valables et très intéressantes aujourd'hui.

Recommandé par : Eléonore Crespo

Episode : Pigment - La Française qui va remplacer Excel - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Tyrannie de la pénitence Pascal Bruckner

Le monde entier nous hait et nous le méritons bien, telle est la conviction d’une majorité d’Européens et a fortiori de Français. Depuis 1945, notre continent est habité par les tourments de la repentance. Ressassant ses abominations passées, les guerres incessantes, les persécutions religieuses, l’esclavage, le fascisme, le communisme, il ne voit dans sa longue histoire qu’une continuité de tueries.
À ce sentiment de culpabilité, une élite intellectuelle et politique donne ses lettres de noblesse, appointée à l’entretien du remords comme jadis les gardiens du feu.
Dans cette rumination morose, les nations européennes oublient qu’elles, et elles seules, ont fait l’effort de surmonter leur barbarie pour la penser et s’en affranchir.
Et si la contrition était l’autre visage de l’abdication ?

Recommandé par : Pierre Conesa

Episode : Pierre Conesa - Comment devient-on bourreau ? - Thinkerview

Japon, la face cachée de la perfection Karyn Nishimura-Poupée

Le Japon fascine et attire les voyageurs du monde entier : sa culture et sa longue histoire, sa nature et ses rites suscitent curiosité et admiration. Mais son apparente perfection a des revers. Dans une enquête inédite, une journaliste révèle la face cachée de l’archipel.

La démocratie japonaise est-elle aussi solide qu’elle en a l’air ? Comment un Premier ministre – Shinzo Abe – a-t-il pu être assassiné en pleine rue dans un pays où la délinquance est si faible ? La liberté de la presse y est-elle vraiment respectée ? Par quel moyen l’école y fabrique-t-elle des enfants si parfaits ? Quel sort y réserve-t-on aux immigrés ou aux minorités sexuelles ? Que cache la folle industrie du manga ? Pour quelles raisons, au pays de l’enfant-roi, la dénatalité n’a-t-elle pu être enrayée ? Le cinéma japonais est-il celui que l’on voit en France ? 
Au fil de ses reportages et de son expérience personnelle, Karyn Nishimura-Poupée, journaliste correspondante au Japon, raconte les réussites éclatantes et les atouts d’une société japonaise singulière et révèle, derrière ce grand pouvoir d’attraction, de plus sombres réalités – sociétale, politique, judiciaire, médiatique, éducative.

Valérie Niquet : Très intéressant parce qu'il essaye de voir derrière les succès indéniables du Japon, les blocages aussi. Et ça c'est un véritable enjeu pour les équilibres en Asie, l'avenir du Japon.

Recommandé par : Valérie Niquet

Episode : Valerie Niquet : Taïwan et la Chine : vers la guerre ? - Sismique

Les Grands cimetières sous la lune Georges Bernanos

Recommandé par : Dominique Trinquand

Episode : Dominique Trinquand : L’effet papillon des conflits mondiaux - Sismique

Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry

"Le premier soir, je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J'étais bien plus isolé qu'un naufragé sur un radeau au milieu de l'océan. Alors, vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m'a réveillé. Elle disait : “S'il vous plaît... dessine-moi un mouton !” J'ai bien regardé. Et j'ai vu ce petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement..."

Recommandé par : Dominique Trinquand (et aussi par Stéphanie Delestre, Alain Juillet)

Episode : Dominique Trinquand : L’effet papillon des conflits mondiaux - Sismique

L'attrape-cœurs Jerome David Salinger

Phénomène littéraire sans équivalent depuis les années 50, J. D. Salinger reste le plus mystérieux des écrivains contemporains, et son chef-d'œuvre, "L'attrape-cœurs", roman de l'adolescence le plus lu du monde entier, est l'histoire d'une fugue, celle d'un garçon de la bourgeoisie new-yorkaise chassé de son collège trois jours avant Noël, qui n'ose pas rentrer chez lui et affronter ses parents. Trois jours de vagabondage et d'aventures cocasses, sordides ou émouvantes, d'incertitude et d'anxiété, à la recherche de soi-même et des autres. L'histoire éternelle d'un gosse perdu qui cherche des raisons de vivre dans un monde hostile et corrompu.

Kev Adams : Je trouve que c'est un livre qui ne vieillit pas. Tu vois, c'est un livre sur le passage à l’âge adulte, ce mec qui est perdu tout seul dans une grande ville comme New York, ça me bouleverse.

Recommandé par : Kev Adams

Episode : Humoriste - 15 ans sous les projecteurs : La persévérance de l’enfant terrible du PAF - Génération Do It Yourself (GDIY)

Charlie et la chocolaterie Roald Dahl

"Moi, Willy Wonka, j'ai décidé de permettre à cinq enfants de visiter ma chocolaterie cette année. Ces cinq chanceux seront initiés à tous mes secrets, à toute ma magie." Willy Wonka est le plus grand inventeur de chocolat de tous les temps. Et savez-vous qui est Charlie ? Charlie Bucket est le héros de cette histoire. Il y a quatre autres enfants dans ce livre, d'affreux petits garnements, nommés Augustus Gloop (goinfre), Veruca Salt(gâtée), Violette Beauregard (mordue de chewing-gum) et Mike Teavee (obsédé par la télé). Les voilà qui arrivent, avec leurs tickets d'or, à la chocolaterie Wonka ! Quels secrets vont-ils découvrir ? Notre tournée va commencer ! Mais ne vous dispersez pas ! Wonka n'aimerait pas perdre l'un de vous à ce stade...

Recommandé par : Kev Adams

Episode : Humoriste - 15 ans sous les projecteurs : La persévérance de l’enfant terrible du PAF - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'Ukraine et le basculement du monde François Martin

« Une fois écartée l’explication manichéenne, issue des agences de com’ américaines et répandue dans toute la presse occidentale, d’un conflit lu comme l’agression des « gentils ukrainiens » par de « méchants russes » en mal de territoire, plusieurs lectures sont possibles de cette guerre : guerre historique et géopolitique d’abord, suite aux visées polonaises et allemandes sur l’Ukraine depuis le XIXème Siècle, reprises par les USA dès 45, et plus encore après 91 et la chute de l’URSS, théorisées par Zbigniew Brzezinzski dans « Le grand échiquier », guerre internationale et même mondiale, et guerre diplomatique, puisque l’ensemble des pays du monde ont été sollicités à l’occasion des sanctions (et très peu les ont acceptées), guerre économique, où les intérêts des oligarques locaux et la contrebande d’armes sont loin d’être absents, guerre financière, autour de la recherche par les russes d’une alternative au système SWIFT, guerre du gaz, du blé et des matières premières, guerre médiatique bien sûr, guerre militaire, et enfin, guerre idéologique et culturelle, puisqu’à travers elle, deux systèmes de pensée et deux « modes de vie » s’affrontent, l’un profondément matérialiste et progressiste, l’autre profondément spiritualiste et conservateur.

Aujourd’hui, l’issue militaire n’est pas encore connue. Cependant, la supériorité d’artillerie des russes (avec un rapport de tir de 20 pour 1) et leur maîtrise quasi totale du ciel, sont telles que la victoire ukrainienne semble bien peu probable. Pour le moment, ils tiennent grâce à la colossale capacité de soutien financier américaine, mais pour combien temps ?

Mais le plus important est ailleurs : ce conflit se produit au moment d’une métamorphose du monde, et il l’accélère puissamment. C’est de la fin de l’hégémonie occidentale, et de l’avènement d’un ordre beaucoup plus international et multipolaire qu’il s’agit. Quelles sont ses chances d’aboutir ? Quel rôle, différent, pourraient y jouer les USA ? Et la faible Europe ? Et l’Inde et la Chine ? Et les monarchies du Golfe ? Et le reste du monde, Asie, Afrique et Amérique latine ? Quelque chose de totalement nouveau se prépare. C’est cela, surtout, que nous devons tenter d’anticiper ».

Recommandé par : Nicolas Meilhan

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

De Gaulle : Une certaine idée de la France Julian Jackson

S’appuyant sur une très large masse d’archives et de mémoires, Julian Jackson explore toutes les dimensions du mystère de Gaulle, sans chercher à lui donner une excessive cohérence. Personne n’avait décrit ses paradoxes et ses ambiguïtés, son talent politique et sa passion pour la tactique, son pragmatisme et son sens du possible, avec autant d’acuité et d’esprit. Des citations abondantes, éblouissantes d’intelligence, de drôlerie, de méchanceté parfois, restituent la parole de De Gaulle mais aussi les commentaires de Churchill et de tous ceux qui ont appris à le connaître, à se méfier de lui ou à s’exaspérer de son caractère vindicatif, de son ingratitude ou de ses provocations…
Aucun détail inutile ici et aucun des défauts de ces biographies-fleuves où l’on se perd, mais une narration toujours tendue, attachée aux situations politiques, intellectuelles, sociales et aux configurations géopolitiques qui éclairent une action et son moment.
Julian Jackson relit cette existence politique hors norme et son rapport à la France à la lumière des questions du passé, qu’il restitue de manière extraordinairement vivace, et de celles qui nous occupent aujourd’hui – et notamment l’histoire coloniale et l’Europe, la place de la France dans le monde, mais aussi évidemment les institutions de la Ve République. En ce sens, c’est une biographie pour notre temps.
C’est aussi une biographie à distance, par un observateur décalé qui mieux qu’aucun autre fait ressortir le caractère extravagant d’un personnage singulier à tout point de vue, extraordinairement romanesque dans ses audaces comme dans ses parts d’ombre, et dont l’héritage ne cesse de hanter la mémoire des Français.

Spécialiste de l’histoire de la France au XXe siècle, Julian Jackson est professeur d’Histoire à Queen Mary, University of London. Sur toutes les listes des meilleurs livres de l’année en Grande-Bretagne, sa biographie de De Gaulle a été couronnée du très prestigieux Duff Cooper Prize.

Loïk Le Floch-Prigent : C'est un livre de fait 900 pages et qui est absolument extraordinaire et qui reprend comment De Gaulle en particulier a repris une économie en difficulté et comment il a redressé le pays en ayant des objectifs et en tenant ses objectifs. Et c'est un livre absolument extraordinaire à lire aujourd'hui parce qu'il est actuel.

Recommandé par : Loïk Le Floch-Prigent

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

Se libérer de son moi toxique Marie-Estelle Dupont

Vous n’avez qu’une vie et elle n’appartient qu’à vous ! Rien ne vous oblige à la subir. Mauvaise image de soi, complexe d’infériorité dû aux influences familiales, emprise d’un parent négatif, tout cela forme ce moi toxique qui nous piège, nous fait opter pour de mauvais choix, pollue notre présent et peut boucher notre avenir…

Mais alors comment s’en libérer pour décider de vivre pleinement ?

Loïk Le Floch-Prigent : Pourquoi avons-nous peur ? Et qu'est-ce qu'on est en train de donner à nos enfants comme peur, comme anxiété ? Or, moi j'ai envie que les enfants qui me survivront dans quelques années, ils aient envie de faire des choses, ils aient envie d'agir, d'entreprendre, j'ai envie de ça. Et on a fait avec l'époque du Covid, mais surtout avec l’éco-anxiété permanente, sur la peur que la planète explose, la peur de ceci est à propos de celà, des éco-anxieux, il faut absolument qu'on réagisse par rapport à ça. Et ce livre vous permettra aux uns et aux autres de comprendre qu'il faut faire autrement.

Recommandé par : Loïk Le Floch-Prigent

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

Guerre de l'énergie : Au coeur du nouveau conflit mondial Fabien Bouglé

La Troisième Guerre mondiale a commencé. C'est une guerre de l'énergie. Elle a éclaté le 26 septembre 2022 avec le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 qui reliaient la Russie et l'Allemagne par la mer Baltique.Les États qui contrôlent les ressources énergétiques disposent d'un puissant levier géopolitique. Vladimir Poutine a été plus loin : il a utilisé l'énergie, et en particulier le gaz, comme outil politique et arme de guerre économique.L'énergie a une importance vitale pour nos économies, notre santé, notre production industrielle ou alimentaire. Le contrôle de sa production est déterminant pour les nations qui veulent assurer leur souveraineté et leur indépendance politique.Choc gazier, inflation, confrontations entre les empires russe et américain, contrôle du gaz et du nucléaire, affaiblissement de l'Europe, amitié franco-allemande vacillante, guerre en Ukraine, propagande anti-nucléaire, ONG en eau trouble, perte de souveraineté... Cet ouvrage décrypte les ressorts et les enjeux de cette Troisième Guerre mondiale.
Fabien Bouglé, expert en politique énergétique, a publié en 2021 Nucléaire, les vérités cachées et en 2019, Éoliennes, la face noire de la transition écologique. Il est auteur de nombreuses études et tribunes sur le sujet.

Recommandé par : Nicolas Meilhan

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

Le Monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l’impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d’humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l’énergie et du changement climatique au coeur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s’avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d’Orsay" signé avec l’expertise d’un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Charles Christory : Un bouquin que tout le monde devrait lire parce qu'on doit comprendre comment notre monde fonctionne, pourquoi on en est arrivé là dans un monde d'énergie fossile depuis 100 ans.

Justine Hutteau : Géniale cette BD. Elle est ouf en fait, je l'ai lu deux fois et mon père l'a lu quatre fois et j’en parle à chaque dîner, l'offre à tout le monde. En fait je trouve que cette BD elle t'ouvre les yeux sur le monde, sur l’environnement, sur où on va et ce qu'il faut faire. Et aujourd'hui je trouve que les discours d'environnement sont très anxiogènes et je trouve que Jancovici a réussi à le rendre beaucoup moins anxiogène, mais juste éducatif. En fait, je vous éduque, je vous raconte ce qui se passe vraiment. Et du coup, je vous donne les clés pour agir mieux et changer des choses dans vos vies. Et du coup, j'adore cette BD et pour moi, ça doit être la Bible qui se retrouve dans chaque foyer.

Nicolas Meilhan : C'est quand même assez incroyable, ce qu'il a fait avec Christophe Blain. Moi ça fait plus de 15 ans que je parle du sujet autour de moi, mais là, je vois tout le monde autour de moi qui a ce livre-là. Ils ne l'ont pas forcément lui jusqu'à la fin, mais il a quand même réussi à faire pénétrer le sujet dans les chaumières.

Recommandé par : Nicolas Meilhan (et aussi par Charles Christory, Justine Hutteau, Olivier Cotinat, Jean-Marc Jancovici, Thibaud Elzière, Alexandre Chrétien, Christophe Clouzeau)

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

Plastique Bashing : L'intox Joseph Tayefeh

Les prises de position médiatiques et politiques contre le plastique cachent une réalité complexe. Lorsque la critique se fait sans contradictions, le débat auquel nous avons droit est confisqué. 
Mais qu'en est-il réellement du plastique ? Est-il vraiment l'ennemi public numéro 1 ? 
Sans esquiver les problèmes de fond, ce livre donne des repères scientifiques et techniques. Il plaide pour une approche en cohérence avec les initiatives internationales et les vœux de réindustrialisation dans l'Hexagone. 
Tri, collecte, compostage, recyclage, réemploi... Les solutions, plus vertueuses et réalistes, tant écologiquement qu'économiquement, existent, pour un autre chemin que l'impasse proposée par la législation française. Cet ouvrage appelle à une prise de conscience réfléchie, car avant de condamner ou de défendre, il est essentiel de comprendre.

Recommandé par : Loïk Le Floch-Prigent

Episode : Loïk Le Floch-Prigent et Nicolas Meilhan : Produire en France, au-delà de l'inquiétude ? - Thinkerview

Le Manuel d'Épictète Épictète

Le Manuel d’Épictète est un guide à garder sous la main qui résume la doctrine du philosophe stoïcien Épictète. Il représente un condensé de son enseignement tel que l’a reçu Arrien — l’un de ses plus proches élèves et l’auteur de cet ouvrage. Le Manuel est l’un des principaux textes de la doctrine stoïcienne qui nous soit parvenu. C’est aussi celui dont les conseils sont les plus accessibles et les plus faciles à mettre en application.Bien que publié pour la première fois aux alentours de l’an 125, Le Manuel — et le stoïcisme en général — est aujourd’hui plus pertinent que jamais. La thérapie cognitive est d’ailleurs souvent considérée comme une adaptation moderne de cette doctrine.Depuis que je l’ai découvert il y a quelques années, Le Manuel m’a beaucoup aidé et continue à le faire chaque jour. Je suis certain que beaucoup d’autres personnes pourraient, tout comme moi, profiter de ces enseignements, et c’est pour cette raison que j’ai décidé de publier cette traduction.Mon objectif n’est pas d’être le plus fidèle possible au texte original — d’autres auteurs s’en sont déjà chargés et sont bien plus compétents que moi pour le faire — mais plutôt de le rendre accessible au plus grand nombre.En lisant Le Manuel, en appliquant les conseils que vous y trouverez, vous profiterez de la sagesse stoïcienne et constaterez rapidement des améliorations dans la façon dont vous menez et percevez votre vie.Cette philosophie, couplée avec une pratique artistique comme la photographie ou l’écriture, a le pouvoir de vous rendre heureux et épanoui.

Recommandé par : Rachel Delacour

Episode : Sweep - Réduire l’impact carbone des géants, pour de vrai - Génération Do It Yourself (GDIY)

Mémoires de guerre Winston Churchill

En 1936, lors d'un débat houleux aux Communes, le député Churchill lançait à Stanley Baldwin : « L'Histoire dira que vous avez eu tort... Et si j'en suis certain, c'est parce que c'est moi qui l'écrirai ! » Parole tenue : voici une traduction aussi fidèle que possible des Mémoires de guerre du célèbre Premier ministre et prix Nobel de littérature Winston Churchill. Elle est complétée par des commentaires destinés à corriger les omissions, exagérations, approximations et improvisations inévitables chez tout homme d'exception ayant entrepris de faire l'histoire et de l'écrire à la fois.Winston Churchill (1874-1965) commença sa carrière politique en 1900. Député, plusieurs fois ministre, il dirigea le gouvernement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, jouant un rôle prédominant dans la résistance au nazisme. Il reçut le prix Nobel de littérature en 1953.

Raphaël Di Meglio : Je crois en quelque chose, dans un environnement où tout le monde pense l’inverse, et je me bats pour cette croyance et je vais aller au bout de mes idées. Tu vois, l'Angleterre est un peu isolée, enfin complètement isolée d’ailleurs, quand toute l'Europe est sous le joug nazi, et Churchill qui est convaincue que la démocratie est le meilleur des régimes, et qui va se battre, qui va aller au bout de ses idées, etc. Enfin, c'est un personnage extraordinaire. Bon, il a un peu romancé, je crois, ses mémoire, mais...

Recommandé par : Rachel Delacour (et aussi par Raphaël Di Meglio)

Episode : Sweep - Réduire l’impact carbone des géants, pour de vrai - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le quatrième tournant : Ce que les cycles de l'histoire nous enseignent sur l'avenir de notre société William Strauss, Neil Howe

Au début, il y a le Sommet, une période d'expansion confiante. Vient ensuite l'Éveil, une période d'exploration spirituelle et de rébellion. Puis vient une Décomposition, au cours de laquelle l'individualisme triomphe de l'effondrement des institutions. C'est alors que survient une Crise - le Quatrième Tournant - lorsque la société traverse une grande et périlleuse porte de l'histoire. William Strauss et Niel Howe vont changer votre façon de voir le monde - et votre place dans ce monde. Avec une originalité flamboyante, Le Quatrième Tournant éclaire le passé, explique le présent et réimagine l'avenir. Plus remarquable encore, il offre une prophétie tout à fait convaincante sur la manière dont le passé de l'Amérique prédit son avenir. Strauss et Howe fondent cette vision sur une théorie provocatrice de l'histoire américaine. Les auteurs remontent cinq cents ans en arrière et révèlent un schéma précis : l'histoire moderne évolue par cycles. Chacun d'entre eux dure à peu près la durée d'une longue vie humaine et est composé de quatre ères de vingt ans - ou "tournants" - qui constituent le rythme saisonnier de l'histoire : croissance, maturation, entropie et renaissance. Illustrant ce cycle par une brillante analyse de la période de l'après Seconde Guerre mondiale, Le Quatrième Tournant propose des prédictions audacieuses sur la manière dont nous pouvons tous nous préparer, individuellement et collectivement, à ce rendez-vous avec le destin.

François Lenglet : En anglais il s'appelle The fourth turning, le quatrième tournant qui justement m'a beaucoup inspiré dans cette théorie des cycles. Il est écrit par un homme qui s'appelle Neil Howe. Il avait écrit le précédent que j'avais lu il y a une dizaine d'années avec un monsieur Strauss qui est mort depuis. C'est associé la démographie, la politique, la finance, c'est éblouissant. Et ces types-là publient leur premier livre en 97 et en 97 ils vous disent, voilà, vers 2005-2007, il y aura une grave crise financière, enfin c'est lumineux dans les prévisions, dans l'anticipation. Ça c'est un livre important.

Recommandé par : François Lenglet

Episode : François Lenglet : Dans le mur, quoi qu’il en coûte ? - Thinkerview

Capitalisme et pulsion de mort Bernard Maris, Gilles Dostaler

La crise contemporaine, remettant en cause le dogme des marchés infaillibles, suscite un regain d’intérêt pour les auteurs qui insèrent l’économie dans une réflexion anthropologique plus ample et jugent réductrices les anticipations qui misent sur un individu calculateur et rationnel. Tel fut le cas de Keynes, mais aussi de Freud, dont les intuitions, se croisent étrangement, comme le montre cet ouvrage.
L’énergie motrice du capitalisme est celle de la pulsion de mort, au sens freudien, heureusement mise au service de la croissance. Mais celle-ci n’est-elle pas en train de rencontrer une inflexion majeure ? La course sans fin à une production qui n’est plus réglée par la satisfaction des besoins, mais mue par la seule espérance de gains futurs, ne dessine-t-elle pas un avenir de destruction plutôt que d’abondance ?

François Lenglet : Le meilleur livre économique, je pense, écrit par Bernard Maris et Gilles Dostaler. Ça s'appelle « Capitalisme et pulsions de mort ». Vous savez que Freud et Keynes se sont non pas connus mais écrits ,curieusement. Et donc Dostaler est spécialiste de Keynes, Maris, il était encyclopédique, mais il s'intéressait beaucoup à la psychanalyse et c'est le rapport à l'argent chez les deux personnages et finalement chez nous tous, c'est profond, c'est puissant, c'est vraiment un livre qui vous élève l'esprit.

Recommandé par : François Lenglet

Episode : François Lenglet : Dans le mur, quoi qu’il en coûte ? - Thinkerview

The Great Demographic Reversal : Ageing Societies, Waning Inequality, and an Inflation Revival Charles Goodhart

This original and panoramic book proposes that the underlying forces of demography and globalisation will shortly reverse three multi-decade global trends - it will raise inflation and interest rates, but lead to a pullback in inequality. "Whatever the future holds", the authors argue, "it will be nothing like the past". Deflationary headwinds over the last three decades have been primarily due to an enormous surge in the world's available labour supply, owing to very favourable demographic trends and the entry of China and Eastern Europe into the world's trading system. This book demonstrates how these demographic trends are on the point of reversing sharply, coinciding with a retreat from globalisation. The result? Ageing can be expected to raise inflation and interest rates, bringing a slew of problems for an over-indebted world economy, but is also anticipated to increase the share of labour, so that inequality falls. Covering many social and political factors, as well as those that are more purely macroeconomic, the authors address topics including ageing, dementia, inequality, populism, retirement and debt finance, among others. This book will be of interest and understandable to anyone with an interest on where the world's economy may be going.

François Lenglet : Je pense à un livre qui m'a beaucoup intéressé récemment de Charles Goodhart. Je n'ai plus son titre, mais c'est un livre de démographie qui explique que finalement la période de désinflation des 40 dernières années était liée à l'augmentation du nombre de personnes dans la population mondiale, population active mondiale, que ça a créé une pression à la baisse sur les salaires et donc ça a permis de baisser les prix. Mais, dit-il, comme ça s'inverse en ce moment, toutes les populations actives sont en train de se rétrécir, on entre probablement, et il a publié son bouquin il y a deux ou trois ans, dans une période inflationniste et dans une période où le travail va retrouver le rapport de force face au capital.

Recommandé par : François Lenglet

Episode : François Lenglet : Dans le mur, quoi qu’il en coûte ? - Thinkerview

Le Monde d'hier Stefan Zweig

Rédigé en 1941 au Brésil où le triomphe du nazisme en Autriche a contraint Zweig à émigrer, Le Monde d'hier raconte une perte : celle d'un monde de sécurité et de stabilité apparentes, où chaque chose avait sa place dans un ordre culturel, politique et social qui nourrissait l'illusion de l'éternité. Un monde austro-hongrois et une ville sans égale, Vienne, qu'engloutira le cataclysme de 1914. Dans ce qui est l'un des plus grands livres-témoignages sur l'évolution de l'Europe de 1895 à 1941, Zweig retrace dans un va-et-vient constant la vie de la bourgeoisie juive éclairée, moderne, intégrée, et le destin de l'Europe jusqu'à son suicide, sous les coups du nationalisme, de l'antisémitisme, de la catastrophe de la Première Guerre mondiale et de l'effondrement de l'Empire austro-hongrois, sans oublier le rattachement de Vienne au Reich national-socialiste. Ce tableau d'un demi-siècle de l'histoire de l'Europe résume le sens d'une vie, d'un engagement d'écrivain, d'un idéal d'une République de l'intelligence par-dessus les frontières. Chemin faisant, le lecteur croise les amis de l'auteur : Schnitzler, Rilke, Rolland, Freud, Verhaeren ou Valéry.

Karine Schrenzel : J'ai adoré parce que c'est un bijou de littérature, d’histoire, et un témoignage personnel bouleversant donc je trouve que c'est un mélange des trois et c'est rare, t'as toujours des beaux livres historiques, des romans littéraires extraordinaires mais t'as rarement le mélange et surtout ce témoignage bouleversant qui est un mélange d'histoire et qui te présente sa vie, c'est la vie de Stefan Zweig, sa vie avant la guerre et puis le début de la guerre, de la montée du nazisme etc. et en fait tu peux faire encore plein de parallèles malheureusement aujourd’hui. C'est à la fois très personnel et complètement historique et je trouve que ce mélange est assez, moi j'aime beaucoup.

Thomas Wagner : Un livre que j’ai déjà relu cet été qui est formidable en plus d'être bien écrit. Ça rappelle un peu la société et la montée à l'époque du nazisme. Il faut savoir que le Stéphane là, c'est un mec qui a vu le nazisme monter et qui est parti vivre aux États-Unis, qui a fini sa vie au Brésil, si j'ai bonne mémoire, et qui s'est suicidé. Et on ne sait pas, alors j'aimerais bien, s'il n'y a jamais des historiens qui écoutent, qu'ils confirment qu'en fait, il se sentait impuissant face à la montée du nazisme. Donc aucun parallèle, absolument, avec ce qui se passe en France évidemment, mais ce livre est formidable donc vraiment il faut le lire.

Recommandé par : Karine Schrenzel (et aussi par Gilles Babinet, Thomas Wagner)

Episode : Shopinvest - Manger ou être mangé : leçons de la boss de l’e-commerce - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le commencement de l'infini David Deutsch

La science n'a jamais eu un avocat tel que David Deutsch. Son argumentation est si claire que le lire, c'est éprouver le sentiment du plus haut niveau de discours existant sur terre, tout en comprenant ce discours.

Stanislas Polu : C'est un physicien. "Le commencement de l’infini" c'est parce qu'il dit que le pouvoir explicatif de l'humain est infini et qu'on ne tariera jamais d'explication. Donc ça parle pas mal d'intelligence artificielle aussi, il rentre aussi dans une interprétation de la mécanique quantique qui est intéressante. C'est un livre qui part un peu dans tous les sens. C'est un physicien qui essaye d'expliquer sa théorie du monde, d’une certaine manière. Qu'est-ce qui fait qu'on arrive, que l'intelligence émerge, qu'est-ce qui fait que l'univers est comme ça ? Passionnant !

Recommandé par : Stanislas Polu

Episode : Dust - La vérité sur ce que l’IA nous réserve - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le gai savoir Friedrich Nietzsche

Ecrit entre 1881 et 1887, publié une première fois en 1882, dans une version incomplète, repris et parachevé ensuite, Le Gai Savoir confirme et renforce le radicalisme nietzschéen. Les grands thèmes de sa réflexion sont désormais parvenus à leur pleine maturité. L’idéal, la nécessité de l’héroïsme en philosophie, l’analyse de la décadence, mais aussi le principe de l’éternel retour, le mythe de Zarathoustra, la connaissance, la religion : c’est un véritable bréviaire du « nietzschéisme » qui apparaît au fil des pages.

Recommandé par : François Bégaudeau

Episode : François Bégaudeau : Les boniments du capitalisme ? - Sismique

Nous trois Jean Echenoz

Nous sommes, Meyer et moi, des agents de l'astronautique. Hélicoptères, avions, fusées, tout est bon pour nous élever l'esprit. Même les ascenseurs et les grues. Nous aimons tout ce qui est vertical. Nous sommes aussi des hommes à femmes. Nous connaissons par cœur leurs numéros de téléphone et leurs parfums, nous gardons leurs photos, leurs affaires oubliées chez nous. Nous ne les séduisons pas toujours avec le même bonheur. Elle est sans doute une femme inaccessible mais nous la voulons, nous l'aurons. Nous la suivrons partout. Nous trois parcourrons des millions de kilomètres pour découvrir que, si l'espace n'est que routine, la Terre ne manque pas d'affreux imprévus.

Recommandé par : François Bégaudeau

Episode : François Bégaudeau : Les boniments du capitalisme ? - Sismique

L'entreprise du bonheur Tony Hsieh

Pour développer Zappos - entreprise américaine de vente en ligne de chaussures devenue légendaire dans le monde entrepreneurial -Tony Hsieh n'a pas misé sur les profits et les rendements. Il a mis au coeur de ses préoccupations le bonheur de ses employés et de ses clients. Cette culture d'entreprise passionnée et différente a fait de Zappos un modèle de succès : son chiffre d'affaires a atteint 1 milliard de dollars en moins de dix ans. Et en 2009, Zappos est entré dans le giron d'Amazon : une transaction de 1,2 milliard de dollars !

Dans ce livre passionnant, Tony Hsieh partage les leçons qu'il a apprises durant son parcours. À l'aide de nombreuses anecdotes, il montre que le bien-être des gens n'est pas qu'un objectif noble mais un formidable générateur de succès, et il donne une foule de conseils pour appliquer sa formule gagnante à n'importe quelle organisation : étonner le client par la qualité du service, être drôle et un peu insolite, créer une équipe constructive et animée par un esprit de famille, etc.

Thomas Thumerelle : Ca ressemble beaucoup à notre boîte, on en a acheté une trentaine d'exemplaires, c'est dans notre bibliothèque chez Motoblouz, tout le monde peut le lire, c’est une super histoire d’entrepreneur.

Recommandé par : Juliette Lévy (et aussi par Charles Christory, Matthieu Stefani, Pascal Meyer, Laurent De la Clergerie, David Laroche, Thomas Thumerelle)

Episode : Oh My Cream ! - Se mesurer aux géants de la beauté, casser les codes des DNVB, et tout rafler - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'obsolescence de l'homme Günther Anders

Tout le monde est d'une certaine manière occupé et employé comme travailleur à domicile. Un travailleur à domicile d'un genre pourtant très particulier. Car c'est en consommant la marchandise de masse - c'est-à-dire grâce à ses loisirs - qu'il accomplit sa tâche, qui consiste à se transformer lui-même en homme de masse. Alors que le travailleur à domicile classique fabriquait des produits pour s'assurer un minimum de biens de consommation et de loisirs, celui d'aujourd'hui consomme au cours de ses loisirs un maximum de produits pour, ce faisant, collaborer à la production des hommes de masse. Le processus tourne même résolument au paradoxe puisque le travailleur à domicile, au lieu d'être rémunéré pour sa collaboration, doit au contraire lui-même la payer, c'est-à-dire payer les moyens de production dont l'usage fait de lui un homme de masse (l'appareil et, le cas échéant, dans de nombreux pays, les émissions elles-mêmes). Il paie donc pour se vendre. Sa propre servitude, celle-là même qu'il contribue à produire, il doit l'acquérir en l'achetant puisqu'elle est, elle aussi, devenue une marchandise.

Eric Sadin : Un très grand livre, qui est relu aujourd'hui, qui a vu exactement ce que je viens de dire. L'ampleur de quantités de danger et dont il sentait, d'ailleurs des amis disaient, ça commence à le rendre fou, le fait qu'on ne se rendait pas compte de quantités de danger et on se rend compte aujourd'hui qu'on aurait bien fait de l'écouter à plus d'un titre. Donc l'obsolescence de l'homme qui date je crois de 1956. Lui c'est un frère, frère humain et frère qui m'inspire.

Recommandé par : Eric Sadin

Episode : Éric Sadin : IA : le devenir légume de l’humanité ? - Thinkerview

L'homme révolté Albert Camus

Deux siècles de révolte, métaphysique ou historique, s'offrent justement à notre réflexion. Un historien, seul, pourrait prétendre à exposer en détail les doctrines et les mouvements qui s'y succèdent. Du moins, il doit être possible d'y chercher un fil conducteur. Les pages qui suivent proposent seulement quelques repères historiques et une hypothèse de lecture. Cette hypothèse n'est pas la seule possible ; elle est loin, d'ailleurs, de tout éclairer. Mais elle explique, en partie, la direction et, presque entièrement, la démesure de notre temps. L'histoire prodigieuse qui est évoquée ici est l'histoire de l'orgueil européen.

Eric Sadin : L'homme révolté. Albert Camus. Car ce que je viens de dire là en finale, il s'agit de ça. Il s'agit de prendre conscience qu'il y a certaines choses qui vont trop loin. Au-delà de notre petit avantage immédiat et des petits avantages que ça nous procure, voyons plus loin l'étendue et voyons comment des frères humains vont être fracassés par ce mouvement qui est à l'œuvre et engageons-nous aussi, pas au nom de notre intérêt, mais au nom de l'humanité ou de notre condition tout entière. Donc ça c'est l'homme révolté. Au-delà de cette limite, vous n’irez pas, vous ne la passerez pas. Pourquoi ? Parce que vous allez trop loin et ça fait offence à nos principes qui nous fondent et qui nous animent.

Recommandé par : Eric Sadin

Episode : Éric Sadin : IA : le devenir légume de l’humanité ? - Thinkerview

Le Bilan de l’Intelligence Paul Valéry

Eric Sadin : Déjà à une époque, il y a fort longtemps, il y a plus d'un siècle, il voyait à quel point la rationalisation des sociétés entamait quelque chose de la créativité humaine de nos intelligences.

Recommandé par : Eric Sadin

Episode : Éric Sadin : IA : le devenir légume de l’humanité ? - Thinkerview

Notre jeunesse Charles Péguy

Publié en 1910, Notre jeunesse est peut-être l'écrit politique et polémique le plus accompli de Péguy. C'est dans ce livre que se trouve sa phrase célèbre que tout commence en mystique et finit en politique. Péguy dresse, en effet, un bilan de la France, un bilan de la République, un bilan de notre pays depuis la Révolution jusqu'à l'Affaire Dreyfus.

Eric Sadin : Il a une conception de la politique, du politique, dont j'ai dit qui est grande, qui est à son honneur, et qui devrait être tout à notre honneur, et dont le drame est qu'elle a été oubliée, ignorée, et avec lequel nous devrions reprendre plus que jamais langue et nous inspirer.

Recommandé par : Eric Sadin

Episode : Éric Sadin : IA : le devenir légume de l’humanité ? - Thinkerview

Le monde comme volonté et comme représentation Arthur Schopenhauer

Pour Clément Rosset, auteur de la préface de ce volume, Schopenhauer est « le philosophe insolite par excellence ». Il précise qu'une des singularités de cet auteur est la clarté et la lisibilité de son écriture, qualité peu fréquente chez les philosophes. L'influence de cette oeuvre se retrouve chez la plupart des intellectuels du XXe siècle qui considèrent Le monde comme volonté et comme représentation comme l'un des livres phare de la philosophie.

Recommandé par : Tom Benoit

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

Diplomatie Henry Kissinger

Ce livre d'une exceptionnelle puissance raconte l'histoire mondiale de la diplomatie, du XVIIe siècle à nos jours.

Pourquoi le XVIIe siècle? Parce que c'est à cette époque que Richelieu invente la diplomatie européenne, désormais fondée sur la raison d'Etat, la défense de l'intérêt national, la recherche de l'équilibre entre les puissances.

A cette tradition, les Etats-Unis, dès leur constitution, opposeront une autre façon de conduire les affaires étrangères, en affirmant la primauté des principes sur l'intérêt, de la coopération sur la compétition, de la sécurité collective sur l'équilibre des forces.

Qui eut raison, qui eut tort? Qui est dans le vrai aujourd'hui? C'est le plus souvent à travers de brillants portraits (ceux de Napoléon III, de Bismarck, de De Gaulle, de Truman, de Reagan sont inoubliables) que se dit le sentiment profond du spécialiste. Et l'on se régalera de l'humour et de la vigueur qui donnent leurs couleurs à cette fresque aux tons vifs et contrastés.

Tom Benoit : Passionnant et prémonitoire.

Recommandé par : Tom Benoit (et aussi par Wu Chih-chung)

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

Dictionnaire amoureux de la géopolitique Hubert Vedrine

Les 250 entrées de ce dictionnaire englobent la géopolitique issue du passé, siècles et millénaires dont les effets persistent. Celle du monde d'aujourd'hui : mondialisation, pandémie, flux démographiques, révolution numérique, compétition des puissances. Enfin, les futurs possibles issus des mouvements tectoniques qui secouent les principaux acteurs mondiaux.Difficile d'être " amoureux " de la géopolitique " ! En fait, il s'agit ici d'un dictionnaire libre et subjectif nourri de connaissances historiques. J'ai enrichi par des décennies d'expérience du fonctionnement du monde et des relations entre les puissances, installées ou émergentes. Le dictionnaire aborde les stratégies des acteurs étatiques, économiques, idéologiques, culturels ou sociétaux. Il traite aussi les scénarios dans les domaines géopolitiques, diplomatiques, économiques, commerciaux et écologiques, ainsi que la transformation souhaitable mais difficile de l'Europe, dans un monde où l'Occident a perdu le monopole de la puissance. 
Il comporte des portraits des grandes personnalités – César, Alexandre le Grand, Bonaparte, de Gaulle, Staline, Hitler, Mao – du passé lointain ou proche, ou d'aujourd'hui. Les 250 entrées de ce dictionnaire englobent la géopolitique issue du passé, siècles et millénaires dont les effets persistent. Celle du monde d'aujourd'hui : mondialisation, pandémie, flux démographiques, révolution numérique, compétition des puissances. Enfin, les futurs possibles issus des mouvements tectoniques qui secouent les principaux acteurs mondiaux.

Tom Benoit : Ca ne se lit pas comme un dictionnaire amoureux parce que lui-même le dit, il n'est pas amoureux de la géopolitique, mais passionné pour ainsi dire acteur, spectateur de la géopolitique. Il y a des références que l'on lire avec beaucoup de fluidité, aux années 60, 70, 80, qu'il a connu et à la situation politique et géopolitique actuelle. Donc ça c'est un très bon ouvrage que je recommande à toutes celles et ceux qui s'intéressent à l'économie et à la géopolitique.

Recommandé par : Tom Benoit

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

En finir avec le règne de l'illusion financière : Pour une croisssance réelle Jacques de Larosière

« Nous savons tous que notre monde s’est beaucoup endetté depuis des décennies et que sa “financiarisation” a atteint des proportions jamais atteintes auparavant, du moins en temps de paix.
Mais quelle est la gravité de ce phénomène ? Quelles sont ses conséquences sur la solidité de notre système financier, sur le fonctionnement de notre économie et sur l’avenir même de notre société ?
Il faut surtout comprendre comment notre monde a changé subrepticement de modèle : il a glissé, depuis deux décennies, vers un paradigme étrange, celui où l’essentiel de l’activité économique se traduit désormais par la hausse des valorisations d’actifs financiers au détriment de la croissance, des revenus salariaux et de l’investissement productif.
Il est temps de mettre fin au règne de l’illusion et de remettre en valeur les ressorts économiques fondamentaux sans lesquels il ne peut y avoir de vraie croissance. » J. de L.

Tom Benoit : Un livre absolument magistral. Je le dis en toute sincérité. Et qui se lit, on s'en délacte. Et j'ai invité Jacques que je connais depuis seulement 6 mois, d'ailleurs, dans mon émission, à la suite de la lecture de ce livre, que Maria de Oliveira, que je salue, m'avait fait parvenir, son éditrice. J'ai trouvé ce livre absolument magistral. C'est la définition la plus efficiente, la plus précise de la situation économique et financière. Même si les ravages de la finance sont soulignés, c'est une définition de la situation financière actuelle.

Recommandé par : Tom Benoit

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

Nous étions seuls : L'histoire diplomatique de la France 1919-1939 Gérard Araud

« Quand on a de tels alliés, on n’a pas besoin d’ennemis ! » constate Gérard Araud dans cette relecture inédite de l’entre-deux-guerres. Un regard passionnant sur cette période cruciale où la France,lucide et terriblement seule, se battait pour sauver la paix.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale, la France sort victorieuse mais épuisée, durablement blessée dans sa chair et sur son territoire. L’Allemagne n’accepte pas sa défaite et se sent humiliée par le traité de Versailles. L’Angleterre, qui a limité les pertes grâce à sa géographie, trouve que la France se plaint trop. Quant aux États-Unis, ils n’ont qu’une obsession : récupérer l’argent prêté. Et en ne ratifiant pas le traité, les Américains rendent caduque la sécurité de notre frontière. Le rêve de Clemenceau d’une entente à trois s’évanouit, trahi par ses alliés.
C’est en diplomate que Gérard Araud retrace cette histoire, agrémentée de savoureux portraits : Poincaré, Briand, Berthelot, Lloyd George dont Clemenceau dit qu’il est « capable de mentir huit fois dans la même journée ! », Saint-John Perse, Keynes, Barthou ou Daladier. Il raconte les avancées, les reculades, les espoirs et les trahisons de chaque acteur jusqu’au précipice de la Seconde Guerre mondiale.
Au moment où la guerre est de retour en Europe et où pèse l’ombre du passé, voici une formidable et nécessaire leçon d’Histoire.

Jacques De Larosière : C'est un livre d'un ex ambassadeur qui s'appelle « Nous étions seuls ». C'est un livre remarquable parce que c'est le livre qui décrit les conséquences du traité de Versailles. Et tout le monde croit qu'on a fait une énorme erreur à Versailles en pénalisant l'Allemagne de telle façon qu'elle allait avoir l'inflation, les problèmes sociaux, puis Hitler. La réalité est toute différente. L'Allemagne n'a pas été touchée par la guerre de 14. Il n'y a pas eu de bombardement, il n'y a rien eu. C'est la France qui a été touchée. Et Keynes a réussi à bâtir une mythologie selon laquelle les pénalités que la France, avec Clemenceau, a imposées à l'Allemagne au traité de Versailles ont été à l'origine des drames européens. Il n'en est rien et l'auteur le démontre.

Recommandé par : Jacques De Larosière

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

Andre Darrigade, le Landais volant Jacques olivier Boudon

Le 120ème anniversaire du Tour de France est l'occasion de revenir sur une des figures le plus marquantes de son histoire, André Darrigade, qui fête cette année ses 94 ans. Certes Darrigade n'a jamais gagné le Tour de France, mais il a porté le maillot jaune dix-neuf jours et remporté vingt-deux étapes, lui l'enfant de Narosse dans les Landes, fils de métayer, qui reçut un jour en cadeau de son oncle, un vélo, véritable don du ciel et outil d'émancipation. Il s'impose d'abord sur les vélodromes de Paris et Bordeaux, mais comprend vite que sa voie passe par la route. Routier-sprinteur comme on disait alors, il multiplie les victoires, remportant le tour de Lombardie en 1956 et devenant champion du monde en 1959, imposant sa classe et son élégance, imprimant dans les esprits un nom qui résonne encore dans les Landes bien sûr et dans le Sud-Ouest, mais aussi dans tous les coeurs des passionnés de cyclisme.

Jacques De Larosière : C'est le livre qui vient d'être consacré à André Darrigade. Je ne sais pas si vous savez qui est André Darrigade. C'était un coureur cycliste. Et c'était le coureur qui était toujours numéro 2. Parce que son objectif, c'était de favoriser l'équipe de France. Les Bobet, les Anquetil, les grands de cette période. Alors il était toujours numéro 2. Mais une fois dans sa vie, il a gagné le tour du monde, pas le tour de France, le tour du monde qui se donnait en Italie. Et il l'a gagné contre un coureur prestigieux qui était Copi. Donc une fois, le numéro 2 éternel qui était un très brave type, qui ne pensait que à son équipe, jamais à lui. Une fois, il a été gagnant et champion du monde. Alors c'est une petite biographie qui est sans histoires d'un professeur de lettre à la Sorbonne.

Recommandé par : Jacques De Larosière

Episode : Jacques de Larosière et Tom Benoit : La faillite du système bancaire ? - Thinkerview

Apprendre à transgresser : L'éducation comme pratique de la liberté Bell Hooks

Si bell hooks est connue pour son engagement féministe, l'articulation de cet engagement avec les pratiques dans le domaine de l'éducation et de la pédagogie a été peu débattue en Europe. Ce livre est un recueil d'essais sur la pédagogie de l'émancipation qui aborde non seulement l'importance du féminisme dans les salles de classe mais aussi l'articulation de la théorie et de la pratique dans la lutte féministe afro-américaine. bell hooks y parle de solidarité et d'économie politique, et de la façon dont la pédagogie des opprimés à laquelle elle a été formée par Paulo Freire peut s'appliquer à l'émancipation des Afro-américaines. Des cas particuliers y sont décrits pour souligner l'importance de l'enseignant·e dans la pratique de la liberté. La traduction de cet ouvrage présente un intérêt bien au-delà du monde universitaire francophone. bell hooks est une enseignante-chercheuse mais son travail trouve une résonance tant dans la théorie que dans les pratiques politiques. Ainsi, Apprendre à transgresser parlera aux lecteurs·rices intéressées par le féminisme, par les pratiques éducatives et par les stratégies antiracistes. C'est d'ailleurs ce qui la distingue de beaucoup d'ouvrages féministes publiés en français : le déploiement de la théorie en pratique de l'enseignement et la transformation de la salle de classe en lieu d'émancipation Les pratiques éducatives françaises et la singularité des élèves dans le contexte scolaire ont été débattues en France ces deux dernières années, et ce livre apporte un regard différent en décrivant des stratégies d'enseignement dans un monde multiculturel. Par ailleurs, l'intérêt du public pour l'intersectionnalité et le féminisme antiraciste s'est développé en France. Le modèle universaliste français étant réinterrogé et la question de l'identité plus que jamais d'actualité, l'ouvrage constitue une contribution importante au débat, que ce soit dans le champ disciplinaire des sciences humaines et politiques et dans le milieu associatif féministe, LGBT et antiraciste.

Recommandé par : Camille Aumont Carnel

Episode : Je m'en bats le clito - Se battre pour plutôt que se battre contre - Génération Do It Yourself (GDIY)

Reinventing organizations Frédéric Laloux

La version résumée et illustrée du livre phénomène qui invite à repenser le management Cet ouvrage s'adresse à tous ceux qui n'ont pas le temps de lire les 500 pages de la première version de Reinventing Organizations. Entièrement réécrit et illustré, il résume les idées principales du premier livre, sans trahir la profondeur du propos. Ce livre raconte l'émergence d'une manière entièrement nouvelle de gérer les entreprises, associations, écoles, hôpitaux.

Recommandé par : Nick Hernandez (et aussi par Mehdi Berrada)

Episode : 360Learning - L’art de transmettre le savoir-faire à (très) grande échelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Rivage des Syrtes Julien Gracq

À la suite d'un chagrin d'amour, Aldo se fait affecter par le gouvernement de la principauté d'Orsenna dans une forteresse sur le front des Syrtes. Il est là pour observer l'ennemi de toujours, replié sur le rivage d'en face, le Farghestan. Aldo rêve de franchir la frontière, y parvient, aidé par une patricienne, Vanessa Aldobrandi dont la famille est liée au pays ennemi. Cette aide inattendue provoquera les hostilités... Dans ce paysage de torpeur, fin d'un monde où des ennemis imaginaires se massacrent, le temps et le lieu de l'histoire restent délibérément incertains dans un récit à la première personne qui semble se situer après la chute d'Orsenna. Julien Gracq entraîne son lecteur dans un univers intemporel qui réinvente l'Histoire et donne lieu à une écriture qui s'impose avec majesté, s'enflamme au contact de l'imagination. Pour Le Rivage des Syrtes Julien Gracq obtint en 1951 le prix Goncourt, qu'il refusa.

Nick Hernandez : Ce n'est pas un livre de business, mais c'est un roman qui s'appelle Le Rivage des Syrtes de Julien Gracq, pour moi le plus beau livre que j'ai lu, qui est un livre magnifique et qui est un peu le couronnement de... je dirais que c'est le dernier livre avant la pensée de Michel Foucault. Pour moi, il a cette valeur d'être le plus beau et le dernier livre du monde avant la révolution que l'on est en train de vivre, la révolution de pensée. C'est le dernier livre du monde d'avant et le plus abouti et le plus beau, c'est un livre onirique qui se passe sur des rivages d'un pays qui n'existe pas et puis Julien Gracq c'est un grand poète quand écrivain français. C'est super accessible, moi tous les gens qui l'ont lu m'ont dit c'est génial, tu ne peux pas t'en décrocher alors que c'est un livre onirique où tu traverses, en gros, un rivage brumeux où il se passe pas grand chose, sur 300 pages et tu ne peux pas t'en décrocher. Tu es obligé de lire.

Recommandé par : Nick Hernandez (et aussi par Sacha Filipenko, Henri Bentégeat)

Episode : 360Learning - L’art de transmettre le savoir-faire à (très) grande échelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'ordre du discours Michel Foucault

L'ordre du discours est la leçon inaugurale de Michel Foucault au Collège de France, prononcée le 2 décembre 1970.

Recommandé par : Nick Hernandez

Episode : 360Learning - L’art de transmettre le savoir-faire à (très) grande échelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Naissance de la biopolitique Michel Foucault

Le cours prononcé par Michel Foucault au Collège de France de janvier à avril 1979, Naissance de la biopolitique, s'inscrit dans la continuité de celui de l'année précédente, Sécurité, Territoire, Population. Après avoir montré comment l'économie politique, au XVIIIe siècle, marque la naissance d'une nouvelle raison gouvernementale - gouverner moins, par souci d'efficacité maximum, en fonction de la naturalité des phénomènes auxquels on a affaire -, Michel Foucault entreprend l'analyse des formes de cette gouvernementalité libérale. Il s'agit de décrire la rationalité politique à l'intérieur de laquelle ont été posés les problèmes spécifiques de la vie et de la population : "Étudier le libéralisme comme cadre général de la biopolitique."

Quels sont les traits spécifiques de l'art libéral de gouverner, tel qu'il se dessine au XVIIIe siècle ? Quelle crise de gouvernementalité caractérise le monde actuel et à quelles révisions du gouvernement libéral a-t-elle donné lieu ? C'est à cette tâche de diagnostic que répond l'étude des deux grandes écoles néolibérales du XXe siècle, l'ordolibéralisme allemand et le néolibéralisme de l'École de Chicago - unique incursion de Michel Foucault, tout au long de son enseignement au Collège de France, dans le champ de l'histoire contemporaine.

Cette analyse met en évidence le rôle paradoxal que joue la "société" par rapport au gouvernement : principe au nom duquel celui-ci tend à s'autolimiter, mais cible également d'une intervention gouvernementale permanente, pour produire, multiplier et garantir les libertés nécessaires au libéralisme économique. La société civile, loin de s'opposer à l'État, est donc le corrélatif de la technologie libérale de gouvernement.

Nick Hernandez : La biopolitique c'est hyper intéressant, parce qu'il parle de l'émergence de ce moment où le fait que l'on est naturel, qu'on est nous-mêmes un élément de la nature, rencontre la statistique dans l'exercice de la politique, avec des supers exemples.

Recommandé par : Nick Hernandez

Episode : 360Learning - L’art de transmettre le savoir-faire à (très) grande échelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

Elites in French Society : The Politics of Survival Ezra N. Suleiman

Why do some elites survive while others do not? How do certain institutions manage to preserve their importance in the face of crises, instability, and change? How does a democratic society legitimize elitist institutions? Combining the use of important social theories--particularly those of Mosca, Schumpeter, Tocqueville, and Pareto--with empirical analysis, Ezra Suleiman tries to answer these questions in his examination of the dominance and stability of France's governing elites. The author draws on original survey data, historical evidence, and specialized documentary sources. His three part discussion deals, first, with the state institutions that nurture the French elite; second, with the organization, legitimization, and adaptation of the elite and its institutions; and third, with some of the policy and political implications of France's elitist system. In the final section of his book, he closely examines the relationship between elites in the public and private sectors. In his investigation of France's "state-created" elites, Professor Suleiman shows the great importance of the grandes écoles in training and promoting the elites, and the grand corps in providing a base from which the elites launch themselves into extra-governmental careers. He also finds that the elites' capacity to adapt to an evolving social, political, and economic environment is a major factor in their ability to survive. Originally published in 1979. The Princeton Legacy Library uses the latest print-on-demand technology to again make available previously out-of-print books from the distinguished backlist of Princeton University Press. These paperback editions preserve the original texts of these important books while presenting them in durable paperback editions. The goal of the Princeton Legacy Library is to vastly increase access to the rich scholarly heritage found in the thousands of books published by Princeton University Press.

Recommandé par : Alexandre Moatti

Episode : Alexandre Moatti : Faillite des élites ? - Thinkerview

Humain, posthumain Dominique Lecourt

Il se pourrait que nous ayons grand besoin d'une autre conception de l'éthique qui, elle aussi, s'émanciperait de la nécessité de « fonder » le partage du bien et du mal. La philosophie heureusement, n'est pas sans ressources pour commencer à le faire. Certains progrès scientifiques fondamentaux peuvent même nous aider à déblayer le terrain.

Recommandé par : Alexandre Moatti

Episode : Alexandre Moatti : Faillite des élites ? - Thinkerview

Mémoires d'Outre-Tombe François-René de Chateaubriand

Quand vers 1830 Chateaubriand revient aux Mémoires de ma vie entrepris depuis plus de vingt ans, il les juge trop intimes et réoriente son projet. A travers le récit de sa propre existence, les Mémoires d’outre-tombe seront également l’épopée de ce temps qu’il a vécu et comme témoin et comme acteur. Au-delà de ce qu’il fut lui-même, son destin deviendra ainsi exemplaire de celui d’une génération qui connut à la fois l’effondrement de l’ancien monde et le commencement du nouveau, issu de la Révolution.
La première partie de ces Mémoires traversés par l’Histoire, où la mélancolie dit la difficulté à croire en la réalité du monde, où la vanité des choses toujours transparaît, est la plus personnelle. Car l’écrivain n’y retrace pas seulement ce qu’il appelait sa première carrière de soldat et de voyageur, mais le commencement d’une vie qui se découvre à nous comme un récit de formation : celui du jeune chevalier breton bientôt parti pour l’Amérique et de l’aristocrate qui combat dans l’armée des Princes, émigre en Angleterre, avant de revenir en France pour y devenir Chateaubriand.

Henri Guaino : Un des plus grand livre de la littérature française.

Recommandé par : Alexandre Moatti (et aussi par Henri Guaino, Eric Zemmour)

Episode : Alexandre Moatti : Faillite des élites ? - Thinkerview

23 Things They Don’t Tell You About Capitalism Ha-Joon Chang

Ha-Joon Chang's 23 Things They Don't Tell You About Capitalism turns received economic wisdom on its head to show you how the world really works. 

In this revelatory book, Ha-Joon Chang destroys the biggest myths of our times and shows us an alternative view of the world, including: 

There's no such thing as a 'free' market
Globalization isn't making the world richer
We don't live in a digital world - the washing machine has changed lives more than the internet
Poor countries are more entrepreneurial than rich ones
Higher paid managers don't produce better results

We don't have to accept things as they are any longer. Ha-Joon Chang is here to show us there's a better way. 

Carlos Espinal : C'est un livre extraordinaire parce que si vous avez eu des intuitions sur ce qui ne va pas avec le capitalisme, c'est comme si vous le lisiez et que vous vous disiez : "Oui, exactement". C'est exactement ça. C'est un livre extraordinaire parce qu'il vous fait réaliser à quel point le système dans lequel nous fonctionnons est le meilleur que nous ayons eu. Et je pense que si vous avez lu le livre Sapiens, vous vous rendez compte que ce que nous avions auparavant est loin d'être aussi bon que ce que nous avons aujourd'hui. Mais cela vous fait aussi prendre conscience de tout ce qu'il nous reste à découvrir. Je pense donc que, du point de vue de l'évolution de notre système financier, il s'agit d'une série de livres intéressante. Je pense que si je devais empiler ces trois livres, ce serait lire Sapiens, lire 23 choses qu'on ne vous dit pas sur le capitalisme, et ensuite lire Rules for a changing world order de Ray Dalio. Si vous les lisez dans cet ordre, je pense que vous aurez une idée des défis auxquels l'humanité est confrontée dans le système capitaliste que nous avons créé au cours de l'histoire de notre existence, et des défauts qu'il présente. Nous pouvons parfois rejeter la responsabilité de ces défauts sur des personnes, mais parfois, c'est le système qui est en cause. Et le système, certaines personnes veulent le renverser parce qu'il est défectueux à bien des égards. Ce livre "23 choses qu'ils ne vous disent pas" est un très bon moyen de le montrer. Mais les alternatives n'ont pas été meilleures. Et c'est ce que Sapiens montre aussi, n'est-ce pas ? C'est aussi ce que montre le livre de Ray Dalio. Je pense donc qu'il s'agit d'un trio de livres intéressant à lire parce qu'ils décrivent les différents défis que nous devons relever en tant que civilisation pour surmonter les problèmes que nous avons créés pour nous-mêmes.

Recommandé par : Carlos Espinal

Episode : SeedCamp - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’investissement early-stage - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sapiens : Une brève histoire de l'humanité Yuval Noah Harari

Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d'hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l'homme ? À dépendre de l'argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d'édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d'Histoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l'Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l'humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

Joël Dupuch : Je lis et je relis parce-que c’est quand même touffu. Je l’ai au dessus de mon plumard et je prends des chapitres, t’as pas vraiment une suite, t’es pas obligé de lire du début à la fin et je réfléchis.

Charles Christory : Ça m'a bouleversé. J'en ai parlé avec pas mal de monde parce que forcément, on parle pas mal aussi de religion au début quand même, ça te bouleverse. C'est écrit d'une façon qui te change ta façon de voir les choses.

Recommandé par : Carlos Espinal (et aussi par Nicolas Schweitzer, Joël Dupuch, Charles Christory, Pascal Boniface, Arthur Auboeuf)

Episode : SeedCamp - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’investissement early-stage - Génération Do It Yourself (GDIY)

Principles for Dealing with the Changing World Order : Why Nations Succeed or Fail Ray Dalio

From legendary investor Ray Dalio, author of the international bestseller Principles, who has spent half a century studying global economies and markets, Principles for Dealing with the Changing World Order examines history’s most turbulent economic and political periods to reveal why the times ahead will likely be radically different from those we’ve experienced in our lifetimes - but similar to those that have happened many times before. 

A few years ago, Ray Dalio noticed a confluence of political and economic conditions he hadn’t encountered before. They included huge debts and zero or near-zero interest rates that led to massive printing of money in the world’s three major reserve currencies; big political and social conflicts within countries, especially the US, due to the largest wealth, political and values disparities in more than 100 years; and the rising of a world power (China) to challenge the existing world power (US) and the existing world order. The last time that this confluence occurred was between 1930 and 1945. This realisation sent Dalio on a search for the repeating patterns and cause/effect relationships underlying all major changes in wealth and power over the last 500 years.

Recommandé par : Carlos Espinal

Episode : SeedCamp - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’investissement early-stage - Génération Do It Yourself (GDIY)

Meditations Marcus Aurelius

Written in Greek by the only Roman emperor who was also a philosopher, without any intention of publication, the Meditations of Marcus Aurelius offer a remarkable series of challenging spiritual reflections and exercises developed as the emperor struggled to understand himself and make sense of the universe. While the Meditations were composed to provide personal consolation and encouragement, Marcus Aurelius also created one of the greatest of all works of philosophy: a timeless collection that has been consulted and admired by statesmen, thinkers and readers throughout the centuries.

Carlos Espinal : Les méditations d'Aurèle et The Daily Stoic de Ryan Holiday sont très utiles pour atténuer la façon dont vous réagissez aux défis que nous rencontrons au quotidien. C'est donc une sorte de juxtaposition de livres. Ce que nous avons essayé de faire pour que les choses fonctionnent le mieux possible et pourquoi elles sont imparfaites, puis ce que nous pouvons faire pour nous améliorer afin de faire face à ces circonstances qui sont compliquées et qui n'ont pas de solutions faciles.

Recommandé par : Carlos Espinal

Episode : SeedCamp - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’investissement early-stage - Génération Do It Yourself (GDIY)

The Daily Stoic Ryan Holiday

Where can you find joy? What's the true measure of success? How should we manage anger? Find meaning? Conquer grief? The answers to these questions and more lie at the heart of Stoic philosophy.

The Daily Stoic is a wise, calming, page-a-day guide to living a good life, offering inspirational daily doses of classic wisdom. Each page features a powerful quotation from the likes of Emperor Marcus Aurelius, the playwright Seneca, or philosopher Epictetus, as well as historical anecdotes and thought-provoking commentary to help you tackle any problem, approach any goal and find the serenity, self-knowledge and resilience you need to live well.

Recommandé par : Carlos Espinal

Episode : SeedCamp - Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’investissement early-stage - Génération Do It Yourself (GDIY)

Vendredi ou les Limbes du Pacifique Michel Tournier

"Tous ceux qui m'ont connu, tous sans exception me croient mort. Ma propre conviction que j'existe a contre elle l'unanimité. Quoi que je fasse, je n'empêcherai pas que dans l'esprit de la totalité des hommes, il y a l'image du cadavre de Robinson. Cela suffit - non certes à me tuer - mais à me repousser aux confins de la vie, dans un lieu suspendu entre ciel et enfers, dans les limbes, en somme... Plus près de la mort qu'aucun autre homme, je suis du même coup plus près des sources mêmes de la sexualité."

Jean-Luc Mélenchon : Vendredi ou les Limbes du Pacifique, version intégrale pas la version pour les plus jeunes, ça oui ça c'est bien, ça c'est un beau livre qui va vous apprendre plein de choses sur la vie surtout les garçons. Les garçons ne parlent jamais de choses, il ya une culture viriliste. Peut-être que maintenant c'est plus comme ça mais quand moi j'étais jeune homme il y avait une culture viriliste qui rabotait la réalité Tu vois, on t'interdisait presque d'avoir des sentiments, de pleurer, d'avoir de la sensibilité, ça se faisait pas.

Recommandé par : Jean-Luc Mélenchon

Episode : Jean-Luc Mélenchon : Bataille de civilisation dans un monde en ruine ? - Thinkerview

L'idéologie allemande Friedrich Engels, Karl Marx

L'Idéologie allemande est une oeuvre posthume de Karl Marx et Friedrich Engels, qu'ils rédigèrent en collaboration entre le printemps 1845 et la fin 18461, et publiée pour la première fois en 1932. Il s'agit d'une critique par Marx des jeunes hégéliens, en particulier de Max Stirner, et d'un exposé du matérialisme historique. Un deuxième tome, écrit principalement par Engels, est dirigé contre le socialisme « vrai », tendance politique de l'époque. Si l'essentiel de L'Idéologie allemande consiste en une contestation par Marx de la plupart des affirmations de L'Unique et sa propriété de Stirner, c'est en partie en critiquant ce dernier que Marx élabore sa conception matérialiste de l'histoire. Aussi certains spécialistes de Marx jugent-ils cette oeuvre de grande valeur, y trouvant l'exposition de la théorie de l'histoire selon Marx la plus longue et détaillée. L'idéologie allemande, "Conception matérialiste et critique du monde", de 1845-1846, fait partie des premiers textes communs des deux fondateurs du marxisme et des oeuvres fondatrices du matérialisme dialectique. C'est l'ouvrage, dont seul le chapitre sur la critique de l'ouvrage de Grun fut publié du vivant de Karl MARX, de référence sur la conception de l'idéologie de la philosophie marxiste. Karl MARX et Friedrich ENGELS ont écrit là un ouvrage à la fois théorique et polémique (et satirique, contre le "vrai socialisme"), en plusieurs fois, entre leurs activités directement politiques à l'intérieur du mouvement révolutionnaire.

Recommandé par : Jean-Luc Mélenchon

Episode : Jean-Luc Mélenchon : Bataille de civilisation dans un monde en ruine ? - Thinkerview

Le Berceau du chat Kurt Vonnegut

En 1963, le journaliste Jonas entreprend d'écrire un livre sur Hiroshima et la bombe atomique. Ses recherches l'amènent à s'intéresser à l'un des pères de la bombe, le Dr Hoeniker, par ailleurs inventeur d'un produit appelé " Glace-9 " qui fait geler l'eau. En retrouvant le fils d'Hoeniker sur une île des Caraïbes, Jonas va passer un séjour étonnant dans une république bananière. L'île est aux mains d'un dictateur, secondé par un déserteur et une sorte de gourou, Bokonon, qui a inventé la religion bokononiste et qui prêche une apocalypse imminente... Véritable réquisitoire contre la bêtise humaine, ce roman picaresque et comique, dans la lignée de la " science-fiction pop " chère à Kurt Vonnegut, met en lumière toute l'absurdité d'un monde aux valeurs contrefaites.

Recommandé par : Jean-Luc Mélenchon

Episode : Jean-Luc Mélenchon : Bataille de civilisation dans un monde en ruine ? - Thinkerview

Le cycle de Fondation Isaac Asimov

En ce début de treizième millénaire, l'Empire n'a jamais été aussi puissant, aussi étendu à travers toute la galaxie. C'est dans sa capitale, Trantor, que l'éminent savant Hari Seldon invente la psychohistoire, une science nouvelle permettant de prédire l'avenir. Grâce à elle, Seldon prévoit l'effondrement de l'Empire d'ici cinq siècles, suivi d'une ère de ténèbres de trente mille ans. Réduire cette période à mille ans est peut-être possible, à condition de mener à terme son projet : la Fondation, chargée de rassembler toutes les connaissances humaines. Une entreprise visionnaire qui rencontre de nombreux et puissants détracteurs...

Recommandé par : Jean-Luc Mélenchon

Episode : Jean-Luc Mélenchon : Bataille de civilisation dans un monde en ruine ? - Thinkerview

Blade runner Philip K. Dick

Le mouton n'était pas mal, avec sa laine et ses bêlements plus vrais que nature - les voisins n'y ont vu que du feu. Mais il arrive en fin de carrière : ses circuits fatigués ne maintiendront plus longtemps l'illusion de la vie. Il va falloir le remplacer. Pas par un autre simulacre, non, par un véritable animal. Deckard en rêve, seulement ce n'est pas avec les maigres primes que lui rapporte la chasse aux androïdes qu'il parviendra à mettre assez de côté. Holden, c'est lui qui récupère toujours les boulots les plus lucratifs - normal, c'est le meilleur. Mais ce coup-ci, ça n'a pas suffi. Face aux Nexus-6 de dernière génération, même Holden s'est fait avoir. Alors, quand on propose à Deckard de reprendre la mission, il serre les dents et signe. De toute façon, qu'a-t-il à perdre ?

Recommandé par : Jean-Luc Mélenchon

Episode : Jean-Luc Mélenchon : Bataille de civilisation dans un monde en ruine ? - Thinkerview

Réaliste : soyons logiques autant qu'écologiques Bertrand Piccard

Remplacer ce qui pollue par ce qui protège l'environnement, c'est ça, le marché de l'avenir. Les problèmes sont connus. Ce qu'il faut maintenant, ce sont des solutions. Redonner de l'espoir. Sortir du dilemme actuel entre décroissance menant au chaos social et consumérisme effréné conduisant au désastre écologique. Loin des dépenses et des sacrifices redoutés par beaucoup, Bertrand Piccard nous offre un plaidoyer original, clair et sans concession, dans lequel il expose les fondements de sa troisième voie, la " croissance qualitative ", qui réconcilie écologie et économie. Limpide et fédératrice, l'approche de Bertrand Piccard est à la hauteur de l'énormité de l'enjeu qui pèse sur l'avenir de notre planète. 

Recommandé par : Bertrand Piccard

Episode : Solar Impulse - Explorer les cieux, soigner l’esprit, protéger la Terre - Génération Do It Yourself (GDIY)

Changer d'altitude Bertrand Piccard

Comment ne pas rester emprisonnés dans notre zone de confort ? Comment nous libérer des automatismes et des carcans ? Bertrand Piccard, fort de son expérience d'explorateur et de médecin psychiatre, spécialisé en hypnose, présente ici un cheminement novateur et percutant pour permettre à chacun de résoudre ses difficultés et changer d'altitude. 
L'auteur nous apprend à utiliser l'adversité, à savoir changer de point de vue, à avoir confiance en l'inconnu, à établir des modes de relations différents avec soi-même et avec les autres, à stimuler nos performances et à ainsi élargir notre compréhension de l'existence. 

Recommandé par : Bertrand Piccard

Episode : Solar Impulse - Explorer les cieux, soigner l’esprit, protéger la Terre - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'amant Marguerite Duras

Dans L'Amant, Marguerite Duras reprend sur le ton de la confidence les images et les thèmes qui hantent toute son œuvre. Ses lecteurs vont pouvoir ensuite descendre ce grand fleuve aux lenteurs asiatiques et suivre la romancière dans tous les méandres du delta, dans la moiteur des rizières, dans les secrets ombreux où elle a développé l'incantation répétitive et obsédante de ses livres, de ses films, de son théâtre. Au sens propre, Duras est ici remontée à ses sources, à sa "scène fondamentale" : ce moment où, vers 1930, sur un bac traversant un bras du Mékong, un Chinois richissime s'approche d'une petite Blanche de quinze ans qu'il va aimer. Il faut lire les plus beaux morceaux de L'Amant à haute voix. On percevra mieux ainsi le rythme, la scansion, la respiration intime de la prose, qui sont les subtils secrets de l'écrivain. Dès les premières lignes du récit éclatent l'art et le savoir-faire de Duras, ses libertés, ses défis, les conquêtes de trente années pour parvenir à écrire cette langue allégée, neutre, rapide et lancinante à la fois, capable de saisir toutes les nuances, d'aller à la vitesse exacte de la pensée et des images. Un extrême réalisme (on voit le fleuve ; on entend les cris de Cholon derrière les persiennes dans la garçonnière du Chinois), et en même temps une sorte de rêve éveillé, de vie rêvée, un cauchemar de vie : cette prose à nulle autre pareille est d'une formidable efficacité. À la fois la modernité, la vraie, et des singularités qui sont hors du temps, des styles, de la mode. » (François Nourissier) Marguerite Duras (1914-1996) a reçu le prix Goncourt en 1984 pour ce roman. Traduit dans 35 pays, il s'est vendu à 2 400 000 exemplaires toutes éditions confondues.

Recommandé par : Anne Hommel

Episode : Majorelle PR - Tempêtes médiatiques, gestion de l’image et communication de crise - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le prophète Khalil Gibran

Une langue limpide, des images évocatrices et fortes : à travers l’enseignement d’Al-Mustafa se dessinent quelques-uns des trésors
de l’expérience humaine. Rien n’échappe à la leçon du Sage : amour, joie, liberté, douleur, connaissance de soi, beauté, couple, passion, mort… La vie la plus intime, comme les problèmes les plus quotidiens.
Hymne à la vie et à l’épanouissement de soi, Le Prophète s’impose désormais comme l’un des textes cultes du xxe siècle.

Jean-Claude Biver : C'est un livre que j'ai adoré. Mais c'est un livre de morale. C'est presque comme une Bible. Il vaut la peine de le lire.

Recommandé par : Jean-Claude Biver

Episode : Biver Watches - Leçons d’une légende de l’horlogerie de luxe - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Meilleur des mondes Aldous Huxley

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains " sauvages " dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des " Alphas ", génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...

Romane Clément : "64 000 répétitions, en font une vérité". C'est tiré de ce livre et je trouve que ça rend bien compte de tout le techno-solutionnisme aussi et des imaginaires, des mythes technologiques qui nous entourent.

Recommandé par : Laurent Alexandre (et aussi par Romane Clément)

Episode : Laurent Alexandre : La guerre des intelligences ? - Thinkerview

1984 George Orwell

Année 1984 en Océanie. 1984 ? C'est en tout cas ce qu'il semble à Winston, qui ne saurait toutefois en jurer. Le passé a été réinventé, et les événements les plus récents sont susceptibles d'être modifiés. Winston est lui-même chargé de récrire les archives qui contredisent le présent et les promesses de Big Brother. Grâce à une technologie de pointe, ce dernier sait tout, voit tout. Liberté est Servitude. Ignorance est Puissance. Telles sont les devises du régime. Pourtant Winston refuse de perdre espoir. Avec l'insoumise Julia, ils vont tenter d'intégrer la Fraternité, une organisation ayant pour but de renverser Big Brother. Mais celui-ci veille...

Recommandé par : Laurent Alexandre (et aussi par Pierre Conesa)

Episode : Laurent Alexandre : La guerre des intelligences ? - Thinkerview

Magellan Stefan Zweig

En 1518, un Portugais exilé du nom de Magellan convainc le roi d’Espagne, Charles Quint, d’un projet fou : « Il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien. Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai et je ferai le tour de la terre en allant de l’est à l’ouest. » Partie en 1519, l’expédition reviendra trois ans plus tard, disloquée, victorieuse. Malgré les fausses cartes et les mutineries, le froid, la faim et les maladies, Magellan a forcé le détroit qui porte aujourd’hui son nom et vaincu le Pacifique, inconnu à l’époque. Un destin héroïque magistralement conté et réfléchi par Zweig.

Pierre Entremont : Quand tu entreprends, au début, les 6 mois, un an, etc. et puis probablement après aussi souvent, tu as tous les jours une bonne nouvelle, mais tu as aussi tous les jours une mauvaise nouvelle. Tu penses que tu vas y passer. Et tu as l'impression que c'est que à toi que ça arrive en fait. Et quand tu mets en perspective avec les histoires des autres, avec notamment Magellan, tu te rends compte qu'en fait, bah non, même le mec qui a découvert le détroit, en fait il a failli mourir 52 fois, à la fin il est mort, il est parti avec 5 bateaux, il est rentré avec un, et c'était galère de A à Z. Et donc ça rassure pas mal et ça relativise pas mal quoi.

Benjamin Netter : C'est incroyable ! Ca m'a vachement parlé ! Parce que Magellan il part, on revient à Buenos Aires, mais il a lu une note qui disait qu'on pouvait passer par cette latitude je crois, qu'on pouvait traverser et aller vers les Indes en passant par Buenos Aires. Il part avec 4 bateaux, il débarque là-bas, en fait non, tu passes pas quoi. Qu'est-ce qu'on fait ? Et c'est marrant parce que c'est ça l'entrepreneuriat, non, tu pars sur une erreur, une conception erronée du monde et tu finis par trouver la Patagonie quoi. Ca se lit hyper bien.

Recommandé par : Pierre Entremont (et aussi par Florent Malbranche, Benjamin Netter, Matthieu Bourgeaux)

Episode : Frst Capital - Faire de Paris le hotspot des startups du monde - Génération Do It Yourself (GDIY)

Being You : A New Science of Consciousness Anil Seth

Anil Seth's radical new theory of consciousness challenges our understanding of perception and reality, doing for brain science what Dawkins did for evolutionary biology. 'A brilliant beast of a book.' DAVID BYRNE 'Hugely important.' JIM AL-KHALILI 'Masterly . . . An exhilarating book: a vast-ranging, phenomenal achievement that will undoubtedly become a seminal text.' GAIA VINCE, GUARDIAN Being You is not as simple as it sounds. Somehow, within each of our brains, billions of neurons work to create our conscious experience. How does this happen? Why do we experience life in the first person? After over twenty years researching the brain, world-renowned neuroscientist Anil Seth puts forward a radical new theory of consciousness and self. His unique theory of what it means to 'be you' challenges our understanding of perception and reality and it turns what you thought you knew about yourself on its head. 'Seth thinks clearly and sharply on one of the hardest problems of science and philosophy, cutting through weeds with a scientist's mind and a storyteller's skill.

Recommandé par : Robert Plomin (et aussi par Albert Moukheiber)

Episode : Psychologue & Généticien - Et s’il était possible de prédire vos atouts dès votre naissance ? - Génération Do It Yourself (GDIY)

De l'inégalité parmi les sociétés : Essai sur l'homme et l'environnement dans l'histoire Jared Diamond

Pourquoi une telle domination de l'Eurasie dans l'histoire ? Pourquoi ne sont-ce pas les indigènes d'Amérique, les Africains et les aborigènes australiens qui ont décimé, asservi et exterminé les Européens et les Asiatiques ?L'inégalité dans la répartition des richesses entre les sociétés est liée aux différences de milieux, pas aux différences génétiques.Mobilisant des disciplines aussi diverses que la génétique, la biologie moléculaire, l'écologie des comportements, l'épidémiologie, la linguistique, l'archéologie et l'histoire des technologies, Jared Diamond montre notamment : - le rôle de la production alimentaire (c'est-à-dire la domestication des plantes et des animaux sauvages, puis l'augmentation des vivres par l'agriculture et l'élevage, qui permet d'entretenir des bureaucraties et des artisans spécialisés dans la production des armes) ;- l'évolution des germes caractéristiques des populations humaines denses favorisées par la révolution agricole (les germes eurasiens ont tué plus d'indigènes américains et non eurasiens que les fusils ou les armes d'acier des Eurasiens) ;- le rôle de la géographie dans la diffusion contrastée de l'écriture et de la technologie, selon la latitude en Eurasie, mais la longitude aux Amériques et en Afrique.À l'ère de la globalisation, Jared Diamond nous propose opportunément cet essai, en tout point singulier, sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les sociétés.

Jean-Marc Jancovici : Il explique comment est-ce que l'environnement physique, à l'échelle des milliers d'années, explique les sociétés qui ont dominé les autres dans l'époque contemporaine. Alors, probablement qu'on trouvera des critiques, je l'ai trouvé beaucoup plus intéressant que l'autre bouquin de Jared Diamond, Effondrement, qui a beaucoup fait parler de lui, où il se concentre quand même sur quelques cas d'études, les Vikings, l'Ile de Pâques, etc. toute la société mondiale n'est pas comme l'Ile de Pâques. Là, j'ai trouvé que c'était beaucoup plus intéressant.

Recommandé par : Jean-Marc Jancovici

Episode : Jean-Marc Jancovici : Sobriété, déconsommateurs : cache-misère des gouvernements ? - Thinkerview

Les Limites à la croissance (dans un monde fini) : Le rapport Meadows, 30 ans après Donella Meadows, Jorgen Randers et Dennis Meadows

En 1972, quatre jeunes scientifiques du MIT rédigent à la demande du Club de Rome un rapport qu’ils intitulent The Limits to Growth. Celui-ci va choquer le monde et devenir un best-seller international. Pour la première fois, leur recherche établit les conséquences dramatiques sur le plan écologique d’une croissance économique et démographique exponentielle dans un monde fini. Leur analyse repose sur le modèle « World3 », qui permet une simulation informatique des interactions entre population, croissance industrielle, production alimentaire et limites des écosystèmes terrestres.Ce rapport paraît avant la première crise pétrolière de 1973, et pour beaucoup d’esprits, la croissance économique est alors un fait durable, qui ne saurait être discuté. En 2004, les auteurs reprennent leur analyse et l’enrichissent de données accumulées durant trois décennies d’expansion sans limites : l’impact destructeur des activités humaines sur les processus naturels les conforte définitivement dans leur raisonnement.En 1972, la problématique centrale du livre était : « comment éviter le dépassement » ; l’enjeu est désormais : « comment procéder pour que nos activités ralentissent et puissent tenir dans les limites de la planète ».Ce livre propose donc la dernière version du Rapport Meadows, à un moment où la crise majeure que nous traversons jette une lumière crue sur la dynamique de la croissance et ses effets.

Jean-Marc Jancovici : Pour ceux qui ne l'ont toujours pas lu, je continue à recommander Les limites à la croissance, des époux Meadows, de 1972. Et moi je recommande le bouquin original, pas les versions mises à jour derrière, je trouve que le bouquin original est vraiment dans son jus, extraordinaire.

Nicolas Meilhan : C'est le premier modèle économique qui prend en compte le fait que la terre est ronde et que les ressources ne sont pas illimitées. C'est un modèle systémique. Donc ça m'a beaucoup marqué et c'est ça qui ma encouragé un petit peu à m'engager sur ces sujets et à m’impliquer. Mais il ne donne pas de solution.

Richard Heinberg : Tout le monde devrait lire ce livre une fois dans sa vie. Je crois qu’il s’agit du livre le plus important du 20e siècle !

Recommandé par : Jean-Marc Jancovici (et aussi par Nicolas Meilhan, Richard Heinberg)

Episode : Jean-Marc Jancovici : Sobriété, déconsommateurs : cache-misère des gouvernements ? - Thinkerview

Une Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 a nos jours Howard Zinn

Cette histoire des États-Unis présente le point de vue de ceux dont les manuels d’histoire parlent habituellement peu. L’auteur confronte avec minutie la version officielle et héroïque (de Christophe Colomb à George Walker Bush) aux témoignages des acteurs les plus modestes. Les Indiens, les esclaves en fuite, les soldats déserteurs, les jeunes ouvrières du textile, les syndicalistes, les GI du Vietnam, les activistes des années 1980-1990, tous, jusqu’aux victimes contemporaines de la politique intérieure et étrangère américaine, viennent ainsi battre en brèche la conception unanimiste de l’histoire officielle.

Albert Dupontel : C'est un bouquin extraordinaire dont les lectures ont été faites par des grands acteurs hollywoodiens, Matt Damon, etc. Il est qualifié comme activiste aujourd'hui par l'establishment américain. Il a participé au Pentagon papers, c'est lui qui tenait la photocopieuse, il a planqué des gens. Il a une vraie présence dans l'histoire américaine. Il était bombardier dans un avion, il était en train de déverser du napalm sur Royan. 25 ans après, j'ai fait des pâtés. Et déversant ce produit qui s'expérimentait, c'était du napalm, donc sur cette bonne ville de Royan, où mes grands-parents avaient planqué ma mère pendant la guerre. C'était pas une super idée. Et il a pris conscience de ce qu'il était en train de faire. Et après, il a eu le droit au GI Job Act, c'est-à-dire qu'il avait le droit d'avoir une bourse pour faire des études, il est devenu historien, respecté, respectable. Et quand vous lisez L'histoire populaire des États-Unis, vous comprenez tout ce qui s'est passé au XXe siècle, la mentalité américaine, et les déviances qu'on a eu à subir en Europe. Je vous recommande ce bouquin qui est absolument passionnant.

Recommandé par : Albert Dupontel

Episode : Albert Dupontel : Second tour, fable politique ? - Thinkerview

Robe de marié Pierre Lemaitre

Nul n’est à l’abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer lentement dans la démence : mille petits signes inquiétants s’accumulent puis tout s’accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n’a aucun souvenir. Alors, désespérée mais lucide, elle organise sa fuite, elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape… L’ombre de Hitchcock et de Brian de Palma plane sur ce thriller diabolique.

Albert Dupontel : Un truc terrifiant, du grand Pierre Lemaitre, Robes de mariée, c'est un petit polar mais terrifiant, qui se lit rapidement, que j'ai relu il y a pas longtemps, qui est effroyable.

Recommandé par : Albert Dupontel

Episode : Albert Dupontel : Second tour, fable politique ? - Thinkerview

Mémoires de guerre Charles de Gaulle

En 1939, lorsque la guerre éclate, voilà déjà cinq ans qu'un colonel clame dans le désert qu'elle est préalablement perdue. L'armée française est trop lourde, trop peu offensive, ses blindés sont inadaptés à la puissance de feu de l'Allemagne nazie : aveuglée par le traumatisme de 14-18, la France court à la défaite.
Appelé d'urgence à de hautes responsabilités ministérielles, de Gaulle assiste à la débâcle, malgré quelques faits d'armes personnels, à l'Est. Bientôt le gouvernement fuit à Bordeaux, et c'est l'armistice. Une lâcheté insupportable, inacceptable pour un homme qui a, depuis toujours, " une certaine idée de la France " : il s'envole pour Londres. Tandis que d'autres s'accommodent de Vichy, le Général fait retentir, depuis l'Angleterre, la voix d'une France irréductible, libre, debout : la voix de la France éternelle.

Recommandé par : Albert Dupontel

Episode : Albert Dupontel : Second tour, fable politique ? - Thinkerview

Trailblazer : The Power of Business as the Greatest Platform for Change Marc Benioff

When Salesforce chairman and CEO Benioff called for more regulation on the tech industry during the Davos World Economic Forum, and followed it up by saying Facebook should be regulated in 'the same way you regulated the cigarette industry', he found himself at the centre of a storm. This was not what people expected to hear from a hugely successful tech entrepreneur, and some industry leaders began calling him to say how he had betrayed them. 

But Benioff shows how he created a company committed to shared values in everything they do, creating a model for others to follow if they want to thrive in today's business environment, where criticism of corporate greed is bringing new pressures on industry. At Salesforce, the aim was to take decisions that were not only good for business, but also for society as a whole, and this book will show you how to make these positive steps. Benioff believes that, in future, the only businesses that will thrive are those that take an active role in making the world a better place. 

Trailblazer is a guidebook to help leaders, employees and customers to prepare for the next phase of global capitalism: the arrival of business for good. 

Recommandé par : Jonathan Cherki

Episode : Contentsquare - Tout faire à 400% et fonder la référence de la French Tech valorisée à plus de $5MDS - Génération Do It Yourself (GDIY)

The Hard Thing About Hard Things : Building a Business When There Are No Easy Answers Ben Horowitz

Ben Horowitz, cofounder of Andreessen Horowitz and one of Silicon Valley's most respected and experienced entrepreneurs, offers essential advice on building and running a startup—practical wisdom for managing the toughest problems business school doesn’t cover, based on his popular ben’s blog.

While many people talk about how great it is to start a business, very few are honest about how difficult it is to run one. Ben Horowitz analyzes the problems that confront leaders every day, sharing the insights he’s gained developing, managing, selling, buying, investing in, and supervising technology companies. A lifelong rap fanatic, he amplifies business lessons with lyrics from his favorite songs, telling it straight about everything from firing friends to poaching competitors, cultivating and sustaining a CEO mentality to knowing the right time to cash in.

Filled with his trademark humor and straight talk, The Hard Thing About Hard Things is invaluable for veteran entrepreneurs as well as those aspiring to their own new ventures, drawing from Horowitz's personal and often humbling experiences.

Stanislas de Bentzmann : Je pense qu'en phase startup, tu as un bouquin qui est de mon point de vue celui qui m'a le plus inspiré. Il n'existait pas à l'époque, mais je l'ai lu depuis. C'est le bouquin d'Horowitz. Ça, je trouve que c'est la Bible de la startup et tu as à peu près tous les cas que tu vas rencontrer et le gars, il te donne, dans un mode fantastiquement intense en plus, le milieu de la tech, dos au mur. Il y a un stress dans ce bouquin qui est gigantesque. J'espère que tous les start-upeurs ne vont pas vivre un tel stress, mais en tout cas, tout ou partie de ce stress, tu sens que le gars l'a vécu et derrière, il a fait une carrière d'investisseur extraordinaire. On a bien le droit de ne pas adhérer, mais ma vision de l’entrepreneuriat, de la start-up, c'est ça. Et moi, j'ai fait une start-up dans la tech, j'ai eu d'énormes difficultés, j'étais tout près de mourir aussi, donc je me sens parfaitement en phase avec ça. Puis, ce côté dos au mur et volonté farouche d'arriver à faire décoller sa boîte. Après, un certain nombre de situations que tu vas vivre, de toute façon, plus ou moins, et il te donne quand même des recettes. Moi, je le conseille beaucoup.

Recommandé par : Jonathan Cherki (et aussi par Stanislas de Bentzmann, Denis Fayolle, Maud Caillaux)

Episode : Contentsquare - Tout faire à 400% et fonder la référence de la French Tech valorisée à plus de $5MDS - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'entreprise, une affaire de cœur Hubert Joly, Caroline Lambert

Loin de la poursuite effrénée du profit à court terme, il décrit comment les entreprises gagnent à mettre les collaborateurs au coeur d'un projet mobilisateur au service du bien commun. Il démontre comment elles peuvent ainsi satisfaire simultanément l'ensemble de leurs parties prenantes et obtenir des résultats extraordinaires. 

Facile à énoncer, cette approche est en réalité difficile à mettre en oeuvre. Elle requiert de repenser fondamentalement notre vision du travail, notre définition de la nature et de la finalité de l'entreprise, la manière de mobiliser les hommes et les femmes qui y travaillent, et notre conception du leadership. 

Dans ce livre, Hubert Joly apporte des illustrations très concrètes et des conseils pratiques tirés de son expérience et de sa propre transformation d'un pur produit de l'éducation française en un leader qui croit en la capacité de mobiliser la " magie humaine " au service du bien commun. 

Jonathan Cherki : Un livre écrit par Hubert Joly, qui est l'ancien patron de Best Buy, produit type ordinateurs, téléphones aux États-Unis, qui était un des derniers des Mohicans à avoir survécu en face d'Amazon et qui a écrit toute une thèse, j'ai eu le plaisir de le rencontrer à quelques reprises, toute une thèse sur le fait d'avoir un sens commun entre les collaborateurs, les partenaires, les shareholders et sur le pouvoir de l'humain. En fait, finalement, l'humain est au début et à la fin de beaucoup d'histoires, il permet de comprendre quels sont les dysfonctionnements de l'entreprise, il permet de les résoudre, il est au milieu, il est à la fin du maillon de la chaîne et c'est quelque chose dont on a pu entendre parler à un moment donné, pas mal au Forum économique de Davos, cette notion de Stackholder Capitalism. Cette notion où finalement il faut qu'il y ait ce sens commun qui soit partagé de la même façon sur l'ensemble des différents interlocuteurs. Je l’ai offert à pas mal de nos collaborateurs.

Recommandé par : Jonathan Cherki

Episode : Contentsquare - Tout faire à 400% et fonder la référence de la French Tech valorisée à plus de $5MDS - Génération Do It Yourself (GDIY)

Dans la dèche à Paris et à Londres George Orwell

A la fin des années 20, Orwell tombe brusquement dans la misère. À Paris puis à Londres, il découvre le quotidien des petits ouvriers et des laissés-pour-compte, tenaillés par la faim et rongés par l'alcool. Sans voyeurisme ni complaisance, il dresse un portrait vivant de ces habitués du mont-de-piété où l'espoir et l'infortune se livrent un duel épique.

Esther Duflo : La vie de quelqu'un dans le système de protection sociale anglais. Donc, tout ce dont je parlais sur l'Angleterre victorienne etc. C'est pas un livre de fiction. Ca m'a tout appris sur le danger de cette ère victorienne. Donc ça c'est vraiment exceptionnel, c'est 150 pages, absolument remarquable.

Recommandé par : Esther Duflo

Episode : Esther Duflo : Prix Nobel d'économie : face à la pauvreté ? - Thinkerview

Green Zone Rajiv Chandrasekaran

Envoyé spécial à Bagdad, Ravi Chandrasekaran a enquêté pendant un an et demi dans la Zone verte, cette « petite Amérique », créée pour accueillir les spécialistes chargés de faire de l’Irak un modèle de démocratie. Au cœur d’un pays dévasté par les bombardements et en proie à l’anarchie, l’auteur restitue le quotidien de ces Américains missionnés au nom de la liberté, pour mettre en place des projets impossibles. 

Né en 1978 à Mumbai, en Inde, Rajiv Chandrasekaran a couvert l’Asie, l’Afghanistan et l’Irak en tant que correspondant de guerre pour le Washington Post. Aujourd’hui rédacteur en chef adjoint, il a obtenu le Samuel Johnson Prize pour cette enquête sur l’Irak.

Esther Duflo : Un livre tout à fait intéressant sur cette question de compétence versus corruption. C'est sur la zone verte à Bagdad, après l'invasion américaine en Irak.

Recommandé par : Esther Duflo

Episode : Esther Duflo : Prix Nobel d'économie : face à la pauvreté ? - Thinkerview

Meurtre dans la cathédrale Thomas Stearns Eliot

Ce meurtre est celui de Thomas Becket, l’archevêque de Cantorbéry, que le roi Henri II Plantagenêt fit assassiner dans sa cathédrale le 29 décembre 1170.

Prié, en 1935, par les dirigeants du Festival de Cantorbéry, de créer un drame religieux, Eliot choisit cette page de l’histoire pour décrire le conflit entre le temporel et le spirituel, entre la tentation et la sainteté. Sous une forme insolite, Eliot porte ici à son plus haut degré d’intensité lyrique le mystère de la rédemption. C’est ainsi que la tragédie continue d’assumer sa pleine fonction spirituelle et sociale.

Thomas Stearns Eliot a reçu le prix Nobel de littérature en 1948.

Recommandé par : Esther Duflo

Episode : Esther Duflo : Prix Nobel d'économie : face à la pauvreté ? - Thinkerview

Nous avons le plaisir de vous informer que, demain, nous serons tués avec nos familles Philip Gourevitch

Au printemps 1994, un massacre programmé décima, avec une rapidité stupéfiante, la République du Rwanda. Avec des moyens rudimentaires (à la machette, principalement), près d'un million de personnes furent exécutées en à peine cent jours, sur une population initiale de sept millions et demi d'habitants.Envoyé sur place comme reporter par le New Yorker, un an après le drame, Philip Gourevitch s'est fait l'historien-dramaturge de ce génocide perpétré par les Hutu contre les Tutsi. C'est à travers des centaines de témoignages, comme autant de fables édifiantes, et donc par la voix des Rwandais eux-mêmes, qu'il révèle peu à peu la mécanique fatale, mise en place à l'époque coloniale, dont résultent ces conflits ethniques. Pièce par pièce, il démonte cette "fabrique du génocide".

Recommandé par : Esther Duflo

Episode : Esther Duflo : Prix Nobel d'économie : face à la pauvreté ? - Thinkerview

L'Appel de la Foret Jack London

Comment survivre dans le froid hostile du Grand Nord quand on n'a jamais vu la neige ? Voilà le défi lancé à Buck, vendu comme chien de traîneau. Tandis que l'animal découvre la souffrance et la force, la violence et la joie, la haine et l'amour, un appel retentit, venu du fond des âges... Le goût pour l'aventure ne suffit pas à expliquer l'immense succès de ce roman. C'est l'appel des terres primitives et sauvages résonnant au fil des pages qui assura la renommée de Jack London. Cet appel vibre encore en nous aujourd'hui...

Recommandé par : Thierry Marx

Episode : Chef - De la cité à la cuisine étoilée : l’extraction sociale d’un titan - Génération Do It Yourself (GDIY)

Harricana Bernard Clavel

Nul mieux que Bernard Clavel ne sait communiquer les grands mouvements de la nature, ses splendeurs et ses secrets. Nul mieux que lui n'exprime les émotions des âmes simples. Ses personnages nous bouleversent à force de tendresse et de générosité.
Bernard Clavel sait faire parler les coeurs. Il semblait né pour nous conter ce Grand Nord où la vie de chaque jour est encore une aventure, où l'histoire de chaque famille est une vraie saga, ce pays qui renouvelle totalement son inspiration.
Avec Harricana commence une grande épopée qui vous envoûtera dès ses premiers frémissements.

Recommandé par : Thierry Marx

Episode : Chef - De la cité à la cuisine étoilée : l’extraction sociale d’un titan - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les éclats Bret Easton Ellis

Los Angeles, 1981. Bret, dix-sept ans, plongé dans l'écriture de Moins que zéro, entre en terminale au lycée privé de Buckley. Avec Thom, Susan et Debbie, sa petite amie, il expérimente les rites de passage à l'âge adulte : alcool, drogue, sexe et jeux de dupes. 
L'arrivée d'un nouvel élève fait voler leurs mensonges en éclats. Beau, charismatique, Robert Mallory a un secret. Et ce secret pourrait le lier au Trawler, un tueur en série qui sévit dans les parages. Terrorisé par toutes sortes d'obsessions, Bret se met à suivre Robert. Mais peut-il se fier à son imagination paranoïaque pour affronter un danger menaçant ses amis et lui-même, et peut-être la ville et le pays entier ? 

Elie Kouby : J’ai adoré. Un livre complètement déglingué. C’est un livre sur la drogue, sur la débauche sexuelle, les années 70. Il avait écrit Moins que zéro il y a très longtemps, et en fait il avait commencé à écrire ce livre à la même époque, et il ne l’a fini que maintenant. C’est un livre qui va déplaire à beaucoup de gens parce qu’il n’est pas moral, il est effectivement plein d’excès, sur la dope, la sexualité débridée, sur plein de choses, et en même temps, peut-être que ça m’intéresse parce-que c’est complètement différent de moi, je ne sais pas.

Recommandé par : Elie Kouby

Episode : Experienced Capital - Se prendre 99 portes et créer l’empire du luxe accessible - Génération Do It Yourself (GDIY)

Moins que zéro Bret Easton Ellis

D'une fête à l'autre, en équilibre sur une ligne de coke, Clay et ses amis errent dans Los Angeles, suspendus au-dessus de l'abîme. Mais dans ce monde factice où règne l'alcool, le sexe et l'argent, difficile de se sentir en vie et de trouver un sens. Le premier roman vertigineux de Bret Easton Ellis dresse l'état des lieux glacial d'une jeunesse en perdition. 

Recommandé par : Elie Kouby

Episode : Experienced Capital - Se prendre 99 portes et créer l’empire du luxe accessible - Génération Do It Yourself (GDIY)

Et toi mon coeur pourquoi bats-tu ? Jean d'Ormesson

Disons d'abord ce que ce livre n'est pas: une anthologie de plus de la poésie - ou de la littérature - française. Ce sont des proses et des poèmes que je connais - ou connaissais - par cœur. Ce qui figure dans ces pages, ce sont des mots qui ne sont pas de moi et qui valent mieux que moi, mais qui, à force de familiarité, d'admiration, d'une répétition intérieure proche de la rumination, ont fini par se confondre avec moi. Ils tournent, pour la plupart, autour de ces passions qui nous donnent à tous tant de bonheur et tant de souffrance. Et toi mon cœur pourquoi bats-tu. Renonçant à la fois à l'ordre chronologique ou alphabétique et au classement par thèmes, j'ai choisi de présenter en désordre, en vrac, comme ils me venaient à l'esprit et au cœur, ces mots ailés au lecteur. J'ai cherché à donner du plaisir, et peut-être nu peu d'émotion. Il y a encore autre chose: une élévation, une hauteur, une sorte d'appel vers ailleurs. "La littérature, écrit Pessoa, est la preuve que la vie ne suffit pas." Les textes ici réunis ont le pouvoir mystérieux de rendre la vie plus belle et de transformer notre existence.

Joël Dupuch : Il n’a jamais rien écrit dedans, il a fait le choix de mettre tout ce qui l’a ému dans sa vie, en le coupant en 4 parties de sa vie, le printemps, l’été, l’automne et l’hiver. Et ça, tu le prends, tu ouvres, n’importe où, et c’est joli. Y’a rien de lui, tu as de tout, des chansons de Barbara, des poèmes d’Aragon, des poème de Prévert, de Ronsard, …, c’est le recueil des ses émotions en fait.

Recommandé par : Joël Dupuch

Episode : Ostréiculteur - Surfer sur les vagues du bonheur - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sapiens : Une brève histoire de l'humanité Yuval Noah Harari

Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d'hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l'homme ? À dépendre de l'argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d'édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d'Histoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l'Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l'humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

Joël Dupuch : Je lis et je relis parce-que c’est quand même touffu. Je l’ai au dessus de mon plumard et je prends des chapitres, t’as pas vraiment une suite, t’es pas obligé de lire du début à la fin et je réfléchis.

Charles Christory : Ça m'a bouleversé. J'en ai parlé avec pas mal de monde parce que forcément, on parle pas mal aussi de religion au début quand même, ça te bouleverse. C'est écrit d'une façon qui te change ta façon de voir les choses.

Recommandé par : Joël Dupuch (et aussi par Nicolas Schweitzer, Carlos Espinal, Charles Christory, Pascal Boniface, Arthur Auboeuf)

Episode : Ostréiculteur - Surfer sur les vagues du bonheur - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sauveterre Jean Lartéguy

Dans ce roman, les lieux, les situations, les personnages, même s'ils portent des noms connus, tout est imaginaire. J'ai choisi ce titre Sauveterre pour son sens : terre sauve, terre d'asile. Il existe bien en Lozère, entre Sainte-Enimie et Mende, un Causse de ce nom. Mais jamais il n'y eut de protestants ni de maquisards. Ils ne firent qu'y passer, comme ces huguenots qui infligèrent une sanglante défaite aux royalistes à la tour de Mazel, comme ces maquisards revenus du mont Lozère qui se firent massacrer à la parade, sur le Méjean, alors qu'ils cherchaient à gagner les Cévennes. J'aimerais, cependant, qu'on y retrouve ce qui appartient à tous les Causses : les fermes abandonnées, dont les toits s'écroulent, en laissant voir leurs voûtes romanes. L'hiver, les vents aigres et la neige qui les tourmentent ; l'été, les sotchs, cuvettes bleues, étangs verts d'herbes vivantes au milieu des plateaux brûlés et morts et, toute l'année, les grands troupeaux de moutons qui errent, harcelés par les chiens. Je dédie ce livre à la mémoire de mon arrière-grand-mère, la Césarde de Peyrevioles et à toutes les vieilles Césardes, orgueilleuses et solitaires du pays de Peyres, de la Margeride, des Causses et des Cévennes. Seules, elles se souviennent encore des quelques groupes de maquisards, équipés de fusils de chasse, qui préféraient la rencontre des sangliers à celle des Allemands, des déserteurs de guerres napoléoniennes qui avaient choisi de vivre dans la forêt, plutôt que de mourir dans la gloire, des camisards pourchassés par les dragons de Villars, et des chevaliers du Temple qui se déguisèrent en paysans pour échapper aux argousins de Philippe le Bel. Ce sont elles qui m'ont transmis leur culte des réprouvés, et leur défiance à l'égard de toutes les formes qu'a pu prendre le pouvoir à travers les siècles.

Joël Dupuch : Jean Lartéguy c’est un mec des années 60, considéré un peu comme un facho, parce-que époque d’Algérie, OAS, … qui a écrit Les centurions, Les mercenaires, qui a fait des livres sur les parachutistes de l’Algérie. Un soir je devais me lever à 4h pour aller sur mes parcs à huitres, je me couche à 8h, je cherche un bouquin et je tombe sur Lartéguy, je me dis putain, j’ai pas envie de lire ça, et en fait j’ai lu le bouquin dans la nuit. Je pense que l’œuvre l’a dépassé, totalement. C’est des portraits croisés de personnages, dans les années 62, 65, c’est le gaullisme, l’OAS. Les personnages sont sublimes.

Recommandé par : Joël Dupuch

Episode : Ostréiculteur - Surfer sur les vagues du bonheur - Génération Do It Yourself (GDIY)

La gagne Bernard Lenteric

Face à face, deux hommes. Tout les oppose.
L'un, Benedict Sarkissian : machine à jouer d'une fascinante efficacité.
L'autre, Alex Van Heeren, banquier : membre de l'aristocratie financière depuis des générations.
C'est le commencement d'un duel qui va durer des mois. Sans répit. Une singulière partie de poker : elle se jouera avec et sans cartes.
Deux volontés s'affrontent dans un combat dont l'enjeu secret est une femme : Jamaïca.
Le vaincu sera plus que brisé : il sera détruit, pulvérisé, broyé.

Recommandé par : Pénélope Boeuf

Episode : La Toile - Je suis ingérable ? C’est vous qui ne savez pas me gérer ! - Génération Do It Yourself (GDIY)

Une brève histoire de tout Ken Wilber

De la science à la philosophie, de la méditation aux droits de l’homme, de l’histoire à l’écologie ou à la psychologie, Ken Wilber navigue avec une aisance déconcertante à travers la multitude d’aspects qu’a pu prendre, chez l’être humain, le sens de la vie. ''Une brève histoire de tout'' s’adresse à quiconque est à la recherche d’une philosophie globale du monde dans lequel nous vivons et de la place qu’y tiennent les hommes et les femmes, d’une approche de la conscience et de l’histoire, en tenant compte du meilleur de la pensée occidentale et orientale. Ken Wilber examine le cours de la matière de la vie à l’esprit, y compris les niveaux élevés de développement spirituel où l’Esprit devient conscient de lui-même. Le résultat est un voyage extraordinaire et passionnant à travers le Cosmos en compagnie d’un des plus grands penseurs de notre temps, pour lequel « la question n’est pas de chercher à savoir qui a tort, mais plutôt de voir s’ils n’auraient pas tous un peu raison, car l’univers est si grand qu’il y a suffisamment de place pour Freud et Bouddha. » Ce livre est écrit sous forme de dialogues, de questions-réponses. Certaines questions ont réellement été posées à l’auteur lors de rencontres, séminaires, conférences…, d’autres ont été spécialement écrites pour ce livre. Parmi tous les livres de Ken Wilber, ''Une brève histoire de tout'' est le plus accessible à un large public.

Frédéric Laloux : Il n'est pas très connu en France, alors que je trouve que c'est un bonhomme énorme. Le Ken Wilber, je l'ai déjà cité, Une brève histoire de tout. C'est une façon vraiment accessible de rentrer dans son monde. Donc ça c'est vraiment un très très beau livre qui est plus cérébral quelque part. C'est ce meta framework pour comprendre le monde. Moi, ça m'a beaucoup aidé.

Recommandé par : Frédéric Laloux (et aussi par )

Episode : Auteur - Libérer l’entreprise, comprendre la crise climatique, oser se réinventer - Génération Do It Yourself (GDIY)

Tresser les herbes sacrées Tresser les herbes sacrées : Sagesse ancestrale, science et enseignements des plantes

Générosité, entraide, gratitude…Une magistrale leçon de vie du monde végétal.

Botaniste, chercheuse de pointe en biologie et amérindienne issue de la nation Potawatomi aux États-Unis, Robin Wall Kimmerer est une conteuse extraordinaire. Elle partage ici ses connaissances scientifi ques des plantes et les légendes de ses ancêtres pour illustrer la culture de la gratitude dans laquelle nous devrions vivre. S’appuyant sur sa triple dimension de scientifi que, femme et indigène, elle nous révèle comment d’autres êtres vivants – verge d’or, fraises, courges, algues, avoine odorante… – nous offrent des cadeaux et des leçons, même si nous avons oublié comment les écouter. Ses réflexions nous montrent comment nous sommes appelés à une relation réciproque avec le reste du monde vivant. Car ce n’est que lorsque nous entendrons les langues des autres êtres que nous serons capables de comprendre la générosité de la terre et d’apprendre à donner en retour.

Frédéric Laloux : Mon coup de cœur de ces derniers temps. C'est un livre magique. C'est une femme qui est à la fois une scientifique très réputée, c'est une biologiste, prof d'université et elle a un héritage amérindien et donc elle vit dans ces deux mondes et ce livre raconte comment elle traverse le monde c'est à dire au niveau de qu'est ce qu'elle fait avec ses étudiants qu'est ce qu'elle fait avec l'étang au fond de son jardin, qu'est ce qu'elle fait avec ses enfants, etc, inspirée par sa sagesse amérindienne. J'ai trouvé ça très touchant parce qu'on sait qu'on a les shamans et les machins, mais c'est quand même loin de nous. Et là, c'est une scientifique qui vit dans le monde réel, qui est prof d'université, qui a des enfants, qui a un lopin de terre, qui a machin. Mais elle raconte comment, en fait, elle vit avec cette perspective amérindienne et c'est touchant, c'est bouleversant. Je lis ça, et je me dis, en fait, elle vit dans un monde qui est plus beau que le mien. Tu vois, j'ai trouvé ça super inspirant. Donc c'est très différent du bouquin de Ken Wilber, parce que c'est très poétique, c'est plus lent, mais tu te dis, "Ah ouais, si je suis prof, je veux être prof comme ça, si je regarde un jardin, j'ai envie de regarder comme elle, si j'ai un rapport avec les voisins, ..." Enfin, c'est magistral. Et donc c'est un livre qui s'est vendu, tout à coup, des millions d'exemplaires, le succès est tout à fait inattendu pour un livre très personnel, mais qui a touché profondément plein de gens.

Recommandé par : Frédéric Laloux

Episode : Auteur - Libérer l’entreprise, comprendre la crise climatique, oser se réinventer - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les principes du succès Ray Dalio

Ray Dalio, l'un des investisseurs et entrepreneurs les plus prospères au monde, partage les principes anti-conformistes qui ont contribué à son succès tant dans sa vie qu'en affaires - et que toute personne ou organisation peut adopter pour mieux atteindre ses objectifs. Les Principes d'origine ont été téléchargés plus de trois millions de fois ; cette édition révisée et complétée est la première version à être publiée sous format papier. L'ouvrage en langue anglaise a été N°1 des best-sellers du New York Times.

Toussaint Wattinne : Une petite Bible à laquelle j'adore faire référence mais qui est un sacré pavé c'est Principles de Ray Dialo. C'est incroyable de rigueur de raisonnement et de simplification à nouveau de la manière d'aborder tes objectifs de vie, tes objectifs professionnels et la manière ensuite d'organiser et de gérer une équipe au quotidien. Il y a plein d'aspects dans ce bouquin qui sont incroyables. Donc je recommande la lecture, tu vois, un exemple très concret. C'est qu'il parle extrêmement bien de la raison pour laquelle il y a énormément de valeur à avoir beaucoup de transparence et d'ouverture d'esprit dans une boîte. Et il t'explique que la transparence, c'est l'obligation de dire ce que tu penses quand tu le penses. Et parfois, ce n'est pas facile à dire parce que tu sens que tu vas heurter d'autres, etc. Donc t'es obligé de te forcer à trouver une manière instructive de le dire. Donc il y a la transparence, c'est la seule manière de garantir que toutes les idées sont entendues et l'ouverture d'esprit c'est la capacité à recevoir toutes les infos, ce qui est parfois très difficile aussi parce que tu te sens affecté personnellement par ce qui t'est dit. Et il dit que c'est la garantie de s'assurer que la meilleure décision est prise, c'est que tu sois ouvert à toutes les idées. Donc ça paraît simple, c'est très théorique mais en fait il en parle de manière très concrète et pour moi ça a mis des mots et des concepts sur quelque chose auquel je croyais mais que j'avais du mal à appréhender.

Recommandé par : Toussaint Wattinne

Episode : Upway - Des limousines aux vélos électriques reconditionnés : récit d’une croissance éclair - Génération Do It Yourself (GDIY)

Skin in the game Nassim Nicholas Taleb

In his most provocative and practical book yet,one of the foremost thinkers of our time redefines what it means to understand the world, succeed in a profession, contribute to a fair and just society, detect nonsense, and influence others. Citing examples ranging from Hammurabi to Seneca, Antaeus the Giant to Donald Trump, Nassim Nicholas Taleb shows how the willingness to accept one’s own risks is an essential attribute of heroes, saints, and flourishing people in all walks of life.

As always both accessible and iconoclastic, Taleb challenges long-held beliefs about the values of those who spearhead military interventions, make financial investments, and propagate religious faiths.

Toussaint Wattinne : Le fond est vraiment extraordinaire, c'est vraiment très puissant et ça t'aide dans plein de prises de décisions à comprendre quels sont les enjeux. On parlait d'ownership, de prise de responsabilité individuelle, il en parle extrêmement bien, il t’explique l'ownership, la responsabilité individuelle, c'est vraiment quand t'es exposé à la fois à l'upside et au downside, donc aux bénéfices et aux inconvénients de ta décision.

Recommandé par : Toussaint Wattinne (et aussi par Nicolas D'audiffret)

Episode : Upway - Des limousines aux vélos électriques reconditionnés : récit d’une croissance éclair - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Cygne noir : la puissance de l’imprévisible Nassim Nicholas Taleb

Quel est le point commun entre l'invention de la roue, Pompéi, le krach boursier de 1987, Harry Potter et Internet ?

Pourquoi ne devrait-on jamais lire un journal ni courir pour attraper un train ?

Que peuvent nous apprendre les amants de Catherine de Russie sur les probabilités ?

Pourquoi les prévisionnistes sont-ils pratiquement tous des arnaqueurs ?

Ce livre révèle tout des Cygnes Noirs, ces événements aléatoires, hautement improbables, qui jalonnent notre vie: ils ont un impact énorme, sont presque impossibles à prévoir, et pourtant, a posteriori, nous essayons toujours de leur trouver une explication rationnelle.

Dans cet ouvrage éclairant, plein d'esprit d'impertinence et bien souvent prophétique, Taleb nous exhorte à ne pas tenir compte des propos de certains « experts », et nous montre comment cesser de tout prévoir ou comment tirer parti de l'incertitude.

Recommandé par : Toussaint Wattinne

Episode : Upway - Des limousines aux vélos électriques reconditionnés : récit d’une croissance éclair - Génération Do It Yourself (GDIY)

Bill Campbell : le trillion dollar coach : Leçons de leadership par le coach des entrepreneurs stars de la Silicon Valley Eric Schmidt, Jonathan Rosenberg, Alan Eagle

BILL CAMPBELL a contribué au développement de quelques-unes des plus grandes entreprises de la Silicon Valley – dont notamment Google, Apple et Intuit – et à la création de plus d’un trillion de dollars de valeur de marché. Fondé sur les interviews de plus de quatre-vingts personnes qui connaissaient et aimaient Bill Campbell, Le trillion dollar coach explique les principes du Coach et les illustre d’histoires à propos de grandes entreprises et d’acteurs économiques avec lesquels il a travaillé et cultivé des liens d’amitié. Le résultat est un guide pour tous les managers et leaders avant-gardistes, qui les aidera à créer des équipes et des entreprises très performantes et qui évoluent plus vite.

Toussaint Wattinne : Extraordinaire ! Il est décédé et il a été grosso modo le coach de Steve Jobs, de toute la leadership team de Google pendant une période. C'est intéressant. Il avait un talent inné pour trouver les bons mots, aider aux prises de décision, à la réflexion. Et en fait, il t'apprend énormément de choses, notamment sur une dimension beaucoup plus humaine, sur la gestion humaine au quotidien des équipes, de tes relations avec tes pairs, avec tes associés, avec ton leadership et donc ça complète vachement bien un Ray Dialo qui est plus sec, quoi, qui est plus brut de décoffrage.

Recommandé par : Toussaint Wattinne

Episode : Upway - Des limousines aux vélos électriques reconditionnés : récit d’une croissance éclair - Génération Do It Yourself (GDIY)

Execution : The Discipline of Getting Things Done Larry Bossidy, Ram Charan

When Execution was first published, it changed the way we did our jobs by focusing on the critical importance of “the discipline of execution”: the ability to make the final leap to success by actually getting things done. Larry Bossidy and Ram Charan now reframe their empowering message for a world in which the old rules have been shattered, radical change is becoming routine, and the ability to execute is more important than ever. Now and for the foreseeable future: 
 
Growth will be slower. But the company that executes well will have the confidence, speed, and resources to move fast as new opportunities emerge. 
Competition will be fiercer, with companies searching for any possible advantage in every area from products and technologies to location and management. 
Governments will take on new roles in their national economies, some as partners to business, others imposing constraints. Companies that execute well will be more attractive to government entities as partners and suppliers and better prepared to adapt to a new wave of regulation. 
Risk management will become a top priority for every leader. Execution gives you an edge in detecting new internal and external threats and in weathering crises that can never be fully predicted. 
 
Execution shows how to link together people, strategy, and operations, the three core processes of every business. Leading these processes is the real job of running a business, not formulating a “vision” and leaving the work of carrying it out to others. Bossidy and Charan show the importance of being deeply and passionately engaged in an organization and why robust dialogues about people, strategy, and operations result in a business based on intellectual honesty and realism. 
 
With paradigmatic case histories from the real world—including examples like the diverging paths taken by Jamie Dimon at JPMorgan Chase and Charles Prince at Citigroup—Execution provides the realistic and hard-nosed approach to business success that could come only from authors as accomplished and insightful as Bossidy and Charan.

Jean-Pierre Chessé : L'un des meilleurs bouquin sur la gestion des ressources humaines en entreprise.

Recommandé par : Jean-Pierre Chessé

Episode : Bleu Capital - Être “le moins bon parmi les meilleurs” et faire 200 millions en Chine - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les apprentis sorciers Alexandra Henrion Caude

Je ne suis pas complotiste mais généticienne, l'une des plus renommées d'après certains. Dans ce livre, je vous dirai ce qu'est l'ARN messager, celui qui compose les vaccins anti-covid. Parce que vous avez le droit de savoir. Êtes-vous prêts ? Lauréate du prestigieux prix Eisenhower Fellowship aux États-Unis en 2013, Alexandra Henrion Caude a dirigé plusieurs équipes de recherche en génétique à l'hôpital Trousseau, puis à Necker en tant que directrice de recherche de l'Inserm. Elle a découvert l'implication de l'ARN dans différentes maladies génétiques de l'enfant et a révélé l'existence des ARN MitomiR, qui servent aux régulations fondamentales de la cellule.

Recommandé par : Olivier Delamarche

Episode : Pierre Sabatier et Olivier Delamarche : Quand est-ce que l'on touche le fond ? - Thinkerview

Ménon Platon

" Comment devenir vertueux ? " Cette question, posée à Socrate par Ménon, jeune noble thessalien en visite à Athènes, se révèle ambiguë. Car la vertu, est-ce l'excellence du citoyen et le talent de l'homme politique ? Ou bien est-ce la vertu telle que l'entend Socrate, subordonnée au bien et soumise au plus strict exercice de la justice ? Mais les essais infructueux d'une définition de la vertu cèdent bientôt la place à une question plus générale : " comment est-il possible de chercher et d'apprendre ? " Les réponses que Platon nous donne dans le Ménon seront reprises deux mille ans plus tard par Descartes et par Leibniz : " La vérité de ce que nous devront jamais découvrir et connaître nous appartient depuis toujours ". C'est dans ce dialogue que, pour la première fois, l'idée d'une connaissance prénatale qui appartienne à l'âme indépendamment de tout apprentissage, est exposée de façon systématique et argumentée. Dernière défense de Socrate que Platon ait écrite, le Ménon fait voir clairement ce qu'est le travail de la pensée, l'approche d'une vérité dont la présence est connue avec conviction, mais dont la forme est encore ignorée. " Si le Phédon et le Gorgias sont de nobles statues, le Ménon est un joyau.

Pierre Sabatier : Je trouve ça assez fascinant, c'est une belle illustration du monde dans lequel on vit, je trouve. C'est que l'esprit humain est un esprit extrêmement élevé, ça fait longtemps qu'il l'est. Donc c'est d'une manière déjà de nous apprendre l'humilité par rapport à nos populations et nos générations aujourd'hui, comme si nous avions tout inventé. La réalité, c'est que lorsqu'on lit ce type d'ouvrage, Socrate et les échanges et les dialogues de Socrate, c'est absolument formidable parce que tout est moderne. Tout nous raconte l'époque actuelle. J'adore un mythe, notamment le mythe du tonneau percé. C'est aussi pour ça que je recommande ce type de lecture. Ce mythe du tonneau percé il est tellement dans le être et l'avoir que j'évoquais tout à l’heure, il est tellement l'illustration de ce qu'on vit aujourd'hui. On passe notre vie à faire croire aux gens que le bonheur, c'est l'accumulation d'expériences. C'est comme essayer de remplir un tonneau percé. Elle ne sera jamais assez suffisante. Et donc d'une certaine manière, ces lectures-là, elles vous permettent de sortir de la société, de la dureté de la société aujourd'hui, de la dureté de l'information au quotidien, et en fait nous faire prendre espoir en disant que c'était il y a déjà 2000 ans. Voilà, donc c'est un élément qu'il faut lire et relire parce que ce sont des fondations sur lesquelles on peut rebâtir des référentiels qui m'apparaissent sains et valables, quel que soit en fait l'épisode du temps qu'on considère.

Recommandé par : Pierre Sabatier

Episode : Pierre Sabatier et Olivier Delamarche : Quand est-ce que l'on touche le fond ? - Thinkerview

Génocides tropicaux Mike Davis

À la fin du XIXe siècle, plus de cinquante millions de personnes moururent dans d'épouvantables famines qui survinrent quasi simultanément en Inde, au Brésil, en Chine et en Afrique. Déclenchées par le phénomène climatique aujourd'hui connu sous le nom d'El Niño, la sécheresse et les inondations provoquèrent des épidémies terribles, l'exode des populations rurales et des révoltes brutalement réprimées. C'est cette tragédie humaine absolument méconnue que Mike Davis relate dans cet ouvrage. Il montre en particulier comment la " négligence active " des administrations coloniales et leur foi aveugle dans le libre-échange aggrava de façon meurtrière ces situations catastrophiques.
Ce livre offre une description saisissante des méfaits du colonialisme et de son régime politique et économique. Il présente ainsi un autre regard sur la naissance du tiers monde, en construisant une double histoire économique et climatique du développement qui conduit à penser l'interconnexion des deux grandeurs, naturelles et humaines, dans le cadre de ce qui était déjà, au XIXe siècle, un " système-monde ".
À bien des égards, Génocides tropicaux ajoute un chapitre important au grand " livre noir du capitalisme libéral ".

Christophe Bonneuil : Ça raconte une catastrophe climatique parce que c'est des événements El Nino qui provoquent 50 millions de morts dans les régions tropicales, Chine, Inde, Afrique, Amazonie. Et que cet auteur montre que ce n'est pas juste une catastrophe naturelle, le nombre de morts est renforcé par le fait qu'on vit dans un système colonial à cette époque-là et que, en pleine famine, l'Inde continue à exporter des produits alimentaires vers la métropole britannique. Donc, il fait toute une analyse sur comment s'entrecroissent les dominations sociales, coloniales, raciales et les catastrophes climatiques vers lesquelles on est en train d'aller également. Il y a des événements El Nino qui sont annoncés pour cette année et l'année prochaine.

Recommandé par : Christophe Bonneuil

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

La Société ingouvernable : Une généalogie du libéralisme autoritaire Gregoire Chamayou

Dans ce livre, on apprendra notamment comment fut imaginé un nouveau « management des ressources humaines », imposé le « primat de la valeur actionnariale », formulé un « management stratégique de l’environnement social » sur fond de guerre aux « parties prenantes », remobilisée à des fins de dérégulation une « responsabilité sociale des entreprises » avec ses « codes de conduite », échafaudées, enfin, des stratégies invasives de « limitation de la démocratie » et de « détrônement de la politique », parmi lesquelles la « constitutionnalisation économique de la politique » et une « micropolitique de la privatisation ». Cette généalogie mettra aussi en lumière les racines intellectuelles méconnues d’un libéralisme autoritaire aux multiples facettes qui est à l’heure actuelle de plus en plus ostensiblement remis à l’ordre du jour.

Christophe Bonneuil : C'est une analyse des stratégies des élites économiques capitalistes pour répondre aux critiques sociales et aux critiques environnementales. On apprend par exemple que Nestlé, à la fin des années 70, il y a un boycott sur le lait en poudre qui tue des enfants en Afrique, toutes les assos chrétiennes qui suivent le boycott. Que fait Nestlé pour lutter contre ça ? ils embauchent un spécialiste de la contre-insurrection formé à la CIA en Amérique centrale et qui va élaborer une stratégie contre les mouvements tiers-mondistes et les mouvements écolos. Et donc ce livre nous permet de ne pas sous-estimer le fait qu'en face de nous, il y a des gens qui veulent pas le bien humain, le bien de la planète et qui ont des stratégies.

Recommandé par : Christophe Bonneuil (et aussi par François Ruffin)

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

Surveiller et punir Michel Foucault

Peut-être avons-nous honte aujourd'hui de nos prisons. Le XIXᵉ siècle, lui, était fier des forteresses qu'il construisait aux limites et parfois au coeur des villes. Elles figuraient toute une entreprise d'orthopédie sociale. Ceux qui volent, on les emprisonne ; ceux qui violent, on les emprisonne ; ceux qui tuent, également. D'où vient cette étrange pratique et le curieux projet d'enfermer pour redresser ? Un vieil héritage des cachots du Moyen Âge ? Plutôt une technologie nouvelle : la mise au point, du XVIᵉ au XIXᵉ siècle, de tout un ensemble de procédures pour quadriller, contrôler, mesurer, dresser les individus, les rendre à la fois "dociles et utiles". Surveillance, exercices, manoeuvres, notations, rangs et places, classements, examens, enregistrements, toute une manière d'assujettir les corps, de maîtriser les multiplicités humaines et de manipuler leurs forces s'est développée au cours des siècles classiques, dans les hôpitaux, à l'armée, dans les écoles, les collèges ou les ateliers : la discipline. Penser les relations de pouvoir aujourd'hui ne peut se faire sans prendre en compte l'ouvrage de Michel Foucault (1926-1984), devenu aussi indispensable à notre époque que le Léviathan de Hobbes le fut à l'époque moderne.

Marcelle Dulac : Je pense que vu la situation actuelle avec les révoltes populaires, à l'heure où des personnes pensent que mettre des mineurs en prison, ça peut être une bonne idée, je pense que c'est vraiment nécessaire de relire, Surveiller et punir de Foucault qui explique vraiment la fabrique de cette imaginaire autour du délinquant, de comment est-ce que le dispositif de la prison, comment est-ce qu'en fait ça pousse plutôt les gens et que ça enfonce en fait les gens dans des dynamiques de récidive, etc.

Recommandé par : Marcelle Dulac (et aussi par Benjamin Bayart)

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

On ne dissout pas un soulèvement : 40 voix pour les Soulèvements de la Terre Collectif

Geneviève Azam, Jérôme Baschet, Aurélien Berlan, Blue Monk, Christophe Bonneuil, Isabelle Cambourakis, Confédération paysanne, Alain Damasio, Des cantinières et cantiniers de l’Ouest, Philippe Descola, Virginie Despentes, Alix F., Malcom Ferdinand, David Gé Bartoli, Sophie Gosselin, Florence Habets, Lea Hobson, Celia Izoard, François Jarrige, Léna Lazare, Julien Le Guet, Cy Lecerf Maulpoix, Martine Luterre, Marcelle et Marcel, Virginie Maris, Tanguy Martin, Gaïa Marx, Baptiste Morizot, Naturalistes des Terres, Kassim Niamanouch, Lotta Nouqui, Alessandro Pignocchi, Geneviève Pruvost, Kristin Ross, Scientifiques en rébellion, Isabelle Stengers, Françoise Vergès, Eduardo Viveiros de Castro, Terra Zassoulitch et des dizaines d'organisations internationales.

On ne dissout pas un dérèglement planétaire. On n’efface pas par décret les constats scientifiques ni le refus d’un capitalisme radicalisé fonçant dans le mur. Loin des procès en « écoterrorisme », ce qui se joue autour des mouvements comme les Soulèvements de la Terren’est rien d’autre que la bataille de ce siècle.

Les droits d’auteur de ce livre sont versés aux Soulèvements de la Terre.

Recommandé par : Marcelle Dulac

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

Reprendre la terre aux machines : Manifeste pour une autonomie paysanne et alimentaire L'Atelier paysan

Le temps joue pour nous : les AMAP, la Bio et les circuits courts apparaissent de plus en plus dans les médias comme dans nos assiettes – l’opinion publique est acquise.

L’appel à la responsabilité individuelle, ce « chacun doit faire sa part », est une fable et ne mettra jamais fin au modèle alimentaire industriel et marchand. Celui-ci est une machine à produire artificiellement au moindre coût, une machine à confisquer les savoirs et savoir-faire, à enrichir les industries technologiques, à déshumaniser.

Il est temps d’échapper à notre enfermement dans les niches d’un marché alimentaire réservé aux classes aisées et de reprendre entièrement la terre aux machines. Ce manifeste propose de sérieuses pistes de rupture.

L’Atelier Paysan

Cette coopérative accompagne la conception et le colportage des technologies paysannes. Les auteurs, paysans, syndicalistes et militants, font le constat que les alternatives paysannes, aussi riches soient-elles, s’avèrent totalement inoffensives face au complexe agro-industriel, plus prédateur que jamais.

Marcelle Dulac : Ça retrace toute l'histoire, justement, de la mal-nommée modernisation agricole. Et je pense que c'est vraiment des bases nécessaires à avoir pour comprendre ce qui se passe actuellement.

Recommandé par : Marcelle Dulac

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

La guerre des pauvres Eric Vuillard

1524, les pauvres se soulèvent dans le sud de l’Allemagne. L’insurrection s’étend, gagne rapidement la Suisse et l’Alsace. Une silhouette se détache du chaos, celle d’un théologien, un jeune homme, en lutte aux côtés des insurgés. Il s’appelle Thomas Müntzer. Sa vie terrible est romanesque. Cela veut dire qu’elle méritait d’être vécue ; elle mérite donc d’être racontée.

Recommandé par : Adèle Planchard

Episode : M. Dulac, C. Bonneuil, A. Planchard : Criminalisation des luttes : écoterrorisme ? - Thinkerview

Le mythe de l'entrepreneur Anthony Galluzzo

Elon Musk et Jeff Bezos aujourd'hui, Steve Jobs et Bill Gates hier, Thomas Edison et Andrew Carnegie un siècle plus tôt... De nombreuses célébrités entrepreneuriales peuplent nos imaginaires. Ces grands hommes seraient des créateurs partis de rien, des visionnaires capables d'imaginer des innovations révolutionnaires, des génies aux capacités hors du commun. Régulièrement, un même miracle semble se produire : un être d'exception pénètre un marché et le révolutionne. Il y provoque la création destructrice et bouleverse un ordre que l'on croyait immuable. Dans le grand roman de notre économie, les entrepreneurs sont ces héros qui sortent l'humanité de sa torpeur et lui permettent de faire des bonds en avant sur la route du progrès. Dans ce livre, Anthony Galluzzo s'attache à défaire cette mythologie, à comprendre ses caractéristiques et ses origines. Il montre en quoi cet imaginaire fantasmatique nous empêche de saisir la dimension fondamentalement systémique de l'économie et contribue à légitimer un ordre politique fondé sur le conservatisme méritocratique, où chaque individu est considéré comme pleinement comptable de ses réussites et de ses échecs.

Recommandé par : Samah Karaki

Episode : Samah Karaki : Le mythe de la méritocratie - Sismique

Martin Eden Jack London

Martin Eden, un marin de vingt ans issu des quartiers pauvres d'Oakland, décide de se cultiver pour faire la conquête d'une jeune bourgeoise. Il se met à écrire, et devient un auteur à succès. Mais l'embourgeoisement ne lui réussit pas... Désabusé, il part pour les îles du Pacifique. Ce magnifique roman paru en 1909, le plus riche et le plus personnel de l'auteur, raconte la découverte d'une vocation, entre exaltation et mélancolie. Car la réussite de l'oeuvre met en péril l'identité de l'écrivain. Comment survivre à la gloire, et l'unir à l'amour, sans se perdre soi-même ? Telle est la quête de Martin Eden, le marin qui désire éperdument la littérature.

Recommandé par : Samah Karaki (et aussi par Philippe Corcuff)

Episode : Samah Karaki : Le mythe de la méritocratie - Sismique

Mazarin : le maître du jeu Simone Bertière

Bien qu’il fût à l’origine un étranger sans naissance ni fortune, Mazarin se trouvait, à sa mort, maître de la France et arbitre de l’Europe, plus puissant que ne le fut jamais aucun ministre. Triomphant de tous les obstacles, il dut à son intelligence et à sa ténacité une victoire sans appel. Cette victoire fut aussi celle de la France, à l’issue de la longue lutte qui l’opposait à la maison d’Autriche, et elle apporta à l’ensemble de l’Europe une paix ardemment désirée.
Autour de lui, les papes Urbain VIII et Innocent X, Anne d’Autriche et le jeune Louis XIV, Condé, Turenne, le cardinal de Retz et tant d’autres, que le style alerte de Simone Bertière convoque pour dresser un panorama vivant et vrai de cette période charnière, qui fut la matrice du « Grand Siècle ».
Fondée sur l’information la plus rigoureuse, cette biographie passionnante ouvre, au détour du chemin, quelques réflexions salutaires sur notre époque.

Sophie Cahen : Simone Bertière, c'est une historienne phénoménale avec une prose sublime, j'ai hésité entre sublime et splendide, et toute son œuvre est bonne à lire. Ça rappelle juste que des gens talentueux, il y en a des milliards par génération, mais c'est le caractère qui forge le destin.

Recommandé par : Sophie Cahen

Episode : Ganymed Robotics - Réparer les vivants avec des robots - Génération Do It Yourself (GDIY)

Antifragile : Les bienfaits du désordre Nassim Nicholas Taleb

Le hasard nous rend meilleurs

Avec ce provocant paradoxe, Nassim Nicholas Taleb, l'auteur du best-seller Le Cygne Noir, nous offre un enseignement d'une portée révolutionnaire: comment non seulement surmonter les cataclysmes de notre temps – ces Cygnes Noirs qui fondent sur un homme, une culture, une civilisation, les bouleversent et les réduisent à néant –, mais en faire une source de bienfaits.

De même que le corps humain se renforce à mesure qu'il est soumis au stress et à l'effort, de même que les mouvements populaires grandissent lorsqu'ils sont réprimés, de même le vivant en général se développe d'autant mieux qu’il est confronté à des facteurs de désordre, de volatilité ou à quoi que ce soit à même de le troubler. Cette faculté à non seulement tirer profit du chaos mais à en avoir besoin pour devenir meilleur est « l’antifragile », à l’image de l’antique Hydre de Lerne dont les têtes se multipliaient à mesure qu’elles étaient coupées.

Riche, limpide et spirituel, promenant son lecteur dans les rues tonitruantes de Brooklyn, les chemins de la pensée antique, les dédales de l’affaire Kerviel, de la « gauche caviar » ou les méandres des neurosciences avec autant d’aisance et de légèreté profonde, ce livre, dont la science n’est jamais sans conscience, laisse une question en suspens: êtes-vous prêt à devenir antifragile ?

Recommandé par : Sophie Cahen (et aussi par Nicolas D'audiffret, Victor Lugger)

Episode : Ganymed Robotics - Réparer les vivants avec des robots - Génération Do It Yourself (GDIY)

Outliers : The Story of Success Malcolm Gladwell

In this stunning book, Malcolm Gladwell takes us on an intellectual journey through the world of "outliers"--the best and the brightest, the most famous and the most successful. He asks the question: what makes high-achievers different?
His answer is that we pay too much attention to what successful people are like, and too little attention to where they are from: that is, their culture, their family, their generation, and the idiosyncratic experiences of their upbringing. Along the way he explains the secrets of software billionaires, what it takes to be a great soccer player, why Asians are good at math, and what made the Beatles the greatest rock band.

Recommandé par : Sophie Cahen (et aussi par Alain Weill, Owen Simonin)

Episode : Ganymed Robotics - Réparer les vivants avec des robots - Génération Do It Yourself (GDIY)

Talking to Strangers Malcolm Gladwell

The highly anticipated new book from Malcolm Gladwell, No.1 international bestselling author of The Tipping Point, Blink, Outliers, What the Dog Saw and David and Goliath. In July 2015, a young black woman named Sandra Bland was pulled over for a minor traffic violation in rural Texas. Minutes later she was arrested and jailed. Three days later, she committed suicide in her cell. What went wrong? Talking to Strangers is all about what happens when we encounter people we don't know, why it often goes awry, and what it says about us. How do we make sense of the unfamiliar? Why are we so bad at judging someone, reading a face, or detecting a lie? Why do we so often fail to 'get' other people? Through a series of puzzles, encounters and misunderstandings, from little-known stories to infamous legal cases, Gladwell takes us on a journey through the unexpected. You will read about the spy who spent years undetected at the highest levels of the Pentagon, the man who saw through the fraudster Bernie Madoff, the suicide of the poet Sylvia Plath and the false conviction of Amanda Knox. You will discover that strangers are never simple. No one shows us who we are like Malcolm Gladwell. Here he sets out to understand why we act the way we do, and how we all might know a little more about those we don't.

Recommandé par : Sophie Cahen

Episode : Ganymed Robotics - Réparer les vivants avec des robots - Génération Do It Yourself (GDIY)

Malevil Robert Merle

Une guerre atomique dévaste la planète, et dans la France détruite un groupe de survivants s'organise en communauté sédentaire derrière les remparts d'une forteresse. Le groupe arrivera-t-il à surmonter les dangers qui naissent chaque jour de sa situation, de l'indiscipline de ses membres, de leurs différences idéologiques, et surtout des bandes armées qui convoitent leurs réserves et leur " nid crénelé " ?

Jeff Pillou : C'est un roman assez incroyable avec des mecs qui sont dans un château, en vacances, et arrive une explosion nucléaire, ils se retrouvent coincés là-dedans. Et en fait, je l'ai lu il y a 15-20 ans et le Covid, ça m'a fait penser à ce truc-là, parce que tu vois tout ce qu'il a pu se passer dans le Covid, comment tu fais, quand tu peux pas aller à l'extérieur, etc.

Jean-Marc Jancovici : Malville, qui raconte l'histoire d'un petit groupe, d'une toute petite société humaine qui se reforme après justement la fin du monde. Mais il y a eu une espèce d'explosion thermonucléaire, on ne sait pas trop bien quoi, un truc qui a tué à peu près tout le monde. Et c'est un bouquin que j’ai lu très jeune, mais je m'en souviens encore. Il y a eu un film derrière qui n'était pas du tout à la hauteur du bouquin, qui m'a marqué parce que ça explore justement un tout petit peu les ressorts de l'âme humaine, mais dans une scénarisation que j'avais bien aimée.

Recommandé par : Jeff Pillou (et aussi par Jean-Marc Jancovici)

Episode : Around.us - Rien ne détrônera un bon vieux lien bleu, paroles d'un génie du web - Génération Do It Yourself (GDIY)

Petit traité de manipulation à l'usage des honnêtes gens Jean-Léon Beauvois et Vincent Joule

Toujours fidèles à Madame O., les auteurs ont actualisé leur best-seller sur le plan des recherches et des témoignages vécus. Un chapitre inédit sur la manipulation de masse viendra clore cet ouvrage indispensable ! *** « Comment amène-t-on autrui à faire ce qu'on voudrait le voir faire ? La solution se trouve dans cette introduction aux techniques de la manipulation. » Le Monde « Et le plus fort, c'est que ça marche aussi en amour. Essayez, vous verrez... » L'Écho des savanes « Cinquante ans de recherches scientifiques, basées sur l'administration de la preuve, permettent aujourd'hui à qui veut influencer autrui de mettre un maximum de chances de son côté et à qui en a assez de se faire "manipuler" de mieux comprendre les ressorts psychologiques au moyen desquels il se fait piéger. » Réponse à tout ! « Finalement, le titre est on ne peut plus exact. La manipulation est observée sous tous ses angles scientifiques, puis disséquée dans toutes ses utilisations pratiques... » Challenges « Voici un petit ouvrage à ne pas mettre entre toutes les mains. Deux psychosociologues de talent y démontrent comment, dans la vie de tous les jours, nous sommes manipulés par les commerciaux ou la publicité. Idéal pour ne plus tomber dans le panneau... Mais aussi pour obtenir des autresce que vous souhaitez. » Entreprise et carrières « Un livre étonnant, utile, indispensable... qu'il faudrait d'urgence inscrire au programme des écoles primaires, peut-être même avant le code de la route... » Annales des mines *** Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois figurent parmi les chercheurs francophones en psychologie sociale les plus connus. Le premier est professeur à l'université d'Aix-Marseille, le second à l'université de Nice Sophia Antipolis. Outre ce Petit traité, ils ont rédigé ensemble trois ouvrages : Soumission et idéologies et La soumission librement consentie (Presses universitaires de France), ainsi que A radical dissonance theory (Taylor & Francis).

Jeff Pillou : Ce livre est extraordinaire parce qu'en fait, il t'explique que dans la vie, on a tous une façon un peu standard de réagir à des choses et que les mecs qui manipulent s'en servent. C'est-à-dire qu'en fait, je t'en donne un, la technique du pied dans la porte, ou que tu as même quand quelqu'un t'appelle. Le mec, il arrive chez toi et toque, et en fait, il parle sans discontinuer, il te met le pied dans la porte, et tu dis pourquoi il fait ça, pourquoi il passe autant de temps. Parce qu'il part du principe qu'à partir du moment où tu lui as consacré beaucoup de temps, tu te sens un peu redevable, tu dis "le pauvre, il m'a expliqué ça pendant trois minutes, etc. Je ne vais pas quand le laisser repartir. Donc tu te dis, bon, je vais quand même lui prendre un bouquin, ok, les témoins de Jéhovah je m'en fout, mais bon, c'est que 5 euros, donc tu lui achètes. Et en fait, ça t'explique tous les mécanismes de manipulation, celles-ci en étant une, qui font que tu te sens obligé. Et moi, tu vois, je pense que fondamentalement, je suis un gentil au fond de moi, c'est à dire que les gens viennent, j'ai envie de les aider, etc. Il y a des gens qui en abusent. Je me souviens une fois être devant la tour Montparnasse, je sors. Et un mec me dit, tiens, est-ce que vous voulez signer la pétition contre je ne sais pas quoi ? Donc ça me soulait un petit peu. Et finalement, je me dis, c'est toujours sur des causes très louables, tu sais. Et je me dis, allez, je signe la pétition. Donc tu signes, tu mets ton prénom, ton nom, tu signes. Et à la fin, tu vois participation 10 euros, 20 euros, etc. Et tu vois tous les gens dessus qui ont donné. Forcément tu t'es fait piéger, t'as commencé à faire le truc, tu peux plus aller en arrière. Tu peux pas dire non, c'est bon moi je... Alors qu'en fait si ça te dit, quand t'as cette boule au ventre, ce que je te disais tout à l'heure au début, t'as cette boule au ventre, ça veut dire qu'en fait t'es en train de te faire arnaquer et tout ton éducation à participer à ce que, à la fin, les gens sont fondamentalement des gentils et à la fin les gens se disent ok j'ai signé une fois que tu as signé la pétition et que tu es d'accord avec la cause tu peux plus dire je donne plus. Donc ce bouquin là qui n'est pas très gros il décrit les principales méthodes de manipulation et en fait c'est pas tant pour manipuler les gens c'est pour faire en sorte qu'une fois que tu les connais tu ne te fais plus jamais avoir.

Recommandé par : Jeff Pillou (et aussi par Clément Viktorovitch, Brice Augras)

Episode : Around.us - Rien ne détrônera un bon vieux lien bleu, paroles d'un génie du web - Génération Do It Yourself (GDIY)

Confiteor Jaume Cabré

Barcelone années cinquante, le jeune Adrià grandit dans un vaste appartement ombreux, entre un père qui veut faire de lui un humaniste polyglotte et une mère qui le destine à une carrière de violoniste virtuose. Brillant, solitaire et docile, le garçon essaie de satisfaire au mieux les ambitions démesurées dont il est dépositaire, jusqu’au jour où il entrevoit la provenance douteuse de la fortune familiale, issue d’un magasin d’antiquités extorquées sans vergogne. Un demi-siècle plus tard, juste avant que sa mémoire ne l’abandonne, Adrià tente de mettre en forme l’histoire familiale dont un violon d’exception, une médaille et un linge de table souillé constituent les tragiques emblèmes. De fait, la révélation progressive ressaisit la funeste histoire européenne et plonge ses racines aux sources du mal. De l’Inquisition à la dictature espagnole et à l’Allemagne nazie, d’Anvers à la Cité du Vatican, vies et destins se répondent pour converger vers Auschwitz-Birkenau, épicentre de l’abjection totale. 

« Confiteor» défie les lois de la narration pour ordonner un chaos magistral et emplir de musique une cathédrale profane. Sara, la femme tant aimée, est la destinataire de cet immense récit relayé par Bernat, l’ami envié et envieux dont la présence éclaire jusqu’à l’instant où s’anéantit toute conscience. Alors le lecteur peut embrasser l’itinéraire d’un enfant sans amour, puis l’affliction d’un adulte sans dieu, aux prises avec le Mal souverain qui, à travers les siècles, dépose en chacun la possibilité de l’inhumain – à quoi répond ici la soif de beauté, de connaissance et de pardon, seuls viatiques, peut-être, pour récuser si peu que ce soit l’enfer sur la terre.

Recommandé par : Sophie Lacoste-Dournel

Episode : Fusalp - Réveiller la belle endormie - Génération Do It Yourself (GDIY)

Ton absence n’est que ténèbres Jón Kalman Stefánsson

"Même en plein soleil nous abritons en nous des vallées de ténèbres. Est-ce le prix à payer pour être humain ?" Égaré dans les fjords loin de Reykjavík, un homme a perdu la mémoire. Dans le village où il s'est arrêté, tous semblent pourtant le connaître. Petit à petit, les récits qui lui sont faits le plongent dans la grande histoire d'une famille. Du XIXᵉ siècle à aujourd'hui, chaque destin est comme une tentative d'échapper à l'immuabilité de la vie islandaise. Un pasteur bouleversé par les lettres d'une inconnue, un fermier qui veut quitter sa terre pour faire des études, des amoureux qui ne peuvent vivre leur passion au grand jour... À travers ce puzzle romanesque extraordinaire, l'homme poursuit sa quête : qui est-il ? Et qui sommes-nous ? Comment aimer, comment mourir ?

Recommandé par : Sophie Lacoste-Dournel

Episode : Fusalp - Réveiller la belle endormie - Génération Do It Yourself (GDIY)

Imperium Robert Harris

Rome, 71 avant J.-C. Par un froid matin de novembre, Tiron, secrétaire particulier du jeune sénateur Cicéron, ouvre la porte à un étranger terrorisé. Cet homme cherche à assurer sa défense contre Gaius Verrès, le redouté gouverneur de Sicile, qui l'aurait odieusement spolié.
Pour Marcus Tullius Cicéron, qui rêve d'accéder à l'imperium, le pouvoir politique suprême, cette affaire pourrait être l'occasion d'accomplir ses desseins. Car sans fortune ni naissance, ce brillant avocat ne peut compter que sur son éloquence pour réussir.
Son irrésistible ascension va pouvoir commencer...

Antoine Vey : Il est facile à lire, il n'apprend rien, mais qu'est-ce qu'on s’amuse. C'est un livre qui s'appelle "Imperium" d'un auteur anglais qui s'appelle Robert Harris, qui raconte l'histoire de Cicéron et de son soi-disant assistant et qui combat pour gagner un procès à Rome, devenir consul, etc. C'est un livre qui parle assez bien de ce que j'ai l'impression de faire et de la façon dont ça se passe. Donc, ouais, c'est un bon petit livre sans prétention.

Recommandé par : Antoine Vey

Episode : Avocat Pénaliste - Je ne veux pas être entrepreneur, je veux être avocat - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Rhétorique dans l’antiquité Laurent Pernot

Au départ de la rhétorique, il y a l'énigme de la persuasion : comment expliquer ce phénomène qui consiste à amener autrui, sans contrainte apparente, à penser quelque chose qu'il ne pensait pas auparavant ? La rhétorique, l'art qui vise à comprendre, à produire et à réguler la persuasion, a été inventée par l'Antiquité pour répondre à cette interrogation. Cet art était un secteur essentiel de l'enseignement et de la culture. Aujourd'hui, à l'heure des médias, la rhétorique antique, porteuse d'un savoir sur le langage, créatrice d'un vocabulaire encore en usage, donne, par-delà les barrières traditionnelles entre disciplines et entre périodes, des clefs indispensables pour aborder les problèmes actuels de la théorie littéraire, de la communication et du débat politique ou judiciaire. Le livre traite, pour la première fois en français, le sujet dans sa totalité, en prenant en considération à la fois la pratique et la théorie de la rhétorique, sur toute la durée de l'Antiquité, dans les deux domaines, latin et grec. Un dictionnaire des termes techniques (Thesaurus) et plusieurs index en facilitent l'utilisation. Laurent Pernot est professeur de grec à l'université de Strasbourg-II, dont il dirige le Centre d'analyse des rhétoriques religieuses de l'Antiquité. Auteur de nombreux ouvrages et articles sur la rhétorique antique, il est aussi directeur de l'Institut de grec de cette université et Associate Editor de la revue Rhetorica (Université de Californie).

Recommandé par : Antoine Vey

Episode : Avocat Pénaliste - Je ne veux pas être entrepreneur, je veux être avocat - Génération Do It Yourself (GDIY)

La maison Julien Gracq

Court récit inédit, La Maison déplie, comme une intrigue, la naissance d’un désir.

Recommandé par : Antoine Vey

Episode : Avocat Pénaliste - Je ne veux pas être entrepreneur, je veux être avocat - Génération Do It Yourself (GDIY)

La compagnie des voyants Mathieu Laine

On trouve tout dans la littérature. Parce que les grands romanciers ont la lucidité des «  voyants  », comme le disait Rimbaud des poètes, la lecture de leurs romans aide à comprendre le monde.
  
Rien de mieux que La Tâche de Philip Roth pour traquer la montée du moralisme dans nos sociétés, La ferme des animaux de George Orwell pour saisir les dynamiques dévorantes de l’extrémisme, Meursault contre-enquête de Kamel Daoud pour traquer les catéchismes idéologiques, Sa majesté des mouches de William Golding pour décoder le populisme, Beloved de Toni Morrison pour interroger nos réécritures du passé, Le Hussard sur le toit de Jean Giono pour déchiffrer nos épidémies de la peur ou les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar pour ne plus jamais penser que la culture et notamment les livres ne seraient pas essentiels.
  
Cet essai riche et éclairant nous fait plonger dans près de vingt-cinq romans incontournables, des textes aussi merveilleux que L’Iliade et l’Odyssée d’Homère, Lady L. de Gary, Germinal de Zola, Ulysse de Joyce, Moby-Dick de Melville, Robinson Crusoé de Defoe ou La chute de Camus. Parce que ces grands livres offrent des clés insoupçonnées, ils deviennent autant de compagnons de route pour mieux lire notre époque.
  
Gourmand et passionné, Mathieu Laine nous convie ainsi dans les invariants de la nature humaine que seule la littérature permet de percevoir avec autant de finesse. Alors qu’on lit de moins en moins, ce livre donne terriblement envie de lire et de relire. Pour nous distraire mais aussi pour aiguiser notre esprit critique et nous garder des idées fausses. «  Lisez pour vivre  », disait Flaubert. Sans roman, la vie est impossible  !

Recommandé par : Antoine Vey

Episode : Avocat Pénaliste - Je ne veux pas être entrepreneur, je veux être avocat - Génération Do It Yourself (GDIY)

La crise de L'esprit Paul Valéry

Philosophe en avance sur son temps, Paul Valery surprend le lecteur contemporain par la modernité de ses propos et la pertinence de sa pensée, ses écrits restant actuels malgrès le temps qui nous sépare de leur première publication. Les thèmes que nous retrouvons dans cette éditions abordent notamment des questions liées à la modernité, au progrès technique, à la construction européene, à la guerre, au pouvoir et à la modification de notre rapport au temps et à l'Histoire.

Recommandé par : Jérôme Clech

Episode : Jérôme Clech : Stratège de guerre : Sabotages, Cupidité et Agressions ? - Thinkerview

La liberté de l'esprit Paul Valéry

Extrait de Regards sur le monde actuel, La liberté de l'esprit (1939), fait suite à La crise de l'esprit (1919), qui établissait le funèbre constat de la faillite de l'Europe au sortir de la première guerre mondiale. Vingt ans plus tard, Paul Valéry n'a rien perdu de son acuité d'analyse. Une fois encore, il appréhende les grands bouleversements de son temps. Son examen, sombre et tendu, dénonce les assauts de la modernité contre la dignité de l'esprit. Ce qu'annoncent ces temps nouveaux, c'est la mort de ce moment civilisationnel où l'homme a considéré que la plus haute valeur résidait dans la connaissance des arts, de la musique, de la philosophie ou de la littérature.
Quelque quatre-vingts ans après la publication de ces deux textes manifestes, l'œuvre de Valéry nous rappelle ce que nous sommes et ce vers quoi nous allons. Brillant Cassandre, il n'a pas connu l'ère numérique et l'accélération irrémédiable de notre monde, mais a vu, mieux que quiconque, la barbarie qui, sous couvert des masques de la modernité et du progrès, s'annonçait implacablement.

Recommandé par : Jérôme Clech

Episode : Jérôme Clech : Stratège de guerre : Sabotages, Cupidité et Agressions ? - Thinkerview

Les Mots et les choses Michel Foucault

Il ne s'agit pas ici d'une "histoire" des sciences humaines, mais d'une archéologie de ce qui nous est contemporain. Les sciences humaines sont plus que du domaine du savoir : déjà des pratiques, déjà des institutions. Michel Foucault analyse leur apparition, leurs liens réciproques et la philosophie qui les supporte.C'est tout récemment que l'"homme" a fait son apparition dans notre savoir : il est né d'une mutation intérieure à notre culture, à partir du XVIIᵉ siècle, dans les trois domaines où le langage classique avait le privilège de pouvoir représenter l'ordre des choses - grammaire générale, analyse des richesses, histoire naturelle. Au début du XIXᵉ siècle, une philologie se constitue, une biologie également, une économie politique. Les choses y obéissent aux lois de leur propre devenir et non plus à celles de la représentation. Le règne du Discours s'achève et, à la place qu'il laisse vide, l'"homme" apparaît - un homme qui parle, vit, travaille, et devient ainsi objet d'un savoir possible.Le jour, prochain peut-être, où ces conditions changeront derechef, l'"homme" disparaîtra, libérant la possibilité d'une pensée nouvelle.

Recommandé par : Jérôme Clech

Episode : Jérôme Clech : Stratège de guerre : Sabotages, Cupidité et Agressions ? - Thinkerview

1984 George Orwell

Année 1984 en Océanie. 1984 ? C'est en tout cas ce qu'il semble à Winston, qui ne saurait toutefois en jurer. Le passé a été réinventé, et les événements les plus récents sont susceptibles d'être modifiés. Winston est lui-même chargé de récrire les archives qui contredisent le présent et les promesses de Big Brother. Grâce à une technologie de pointe, ce dernier sait tout, voit tout. Liberté est Servitude. Ignorance est Puissance. Telles sont les devises du régime. Pourtant Winston refuse de perdre espoir. Avec l'insoumise Julia, ils vont tenter d'intégrer la Fraternité, une organisation ayant pour but de renverser Big Brother. Mais celui-ci veille...

Recommandé par : Laurent Alexandre (et aussi par Pierre Conesa)

Episode : ChatGPT & IA : Dans 6 mois, il sera trop tard pour s’y intéresser - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Hasard et la Nécessité : Essai sur la philosophie naturelle de la biologie moderne Jacques Monod

Cet ouvrage, un grand classique désormais, son auteur l’a écrit pour répondre au « devoir qui s’impose, aujourd’hui plus que jamais, aux hommes de science de penser leur discipline dans l’ensemble de la culture moderne pour l’enrichir non seulement de connaissances techniquement importantes, mais aussi des idées venues de leur science qu’ils peuvent croire humainement signifiantes. L’ingénuité même d’un regard neuf (celui de la science l’est toujours) peut parfois éclairer d’un jour nouveau d’anciens problèmes… ».

Recommandé par : Laurent Alexandre

Episode : ChatGPT & IA : Dans 6 mois, il sera trop tard pour s’y intéresser - Génération Do It Yourself (GDIY)

Your Brain at Work David Rock

A researcher and consultant burrows deep inside the heads of one modern two-career couple to examine how each partner processes the workday—revealing how a more nuanced understanding of the brain can allow us to better organize, prioritize, recall, and sort our daily lives.

Emily and Paul are the parents of two young children, and professionals with different careers. Emily is the newly promoted vice president of marketing at a large corporation; Paul works from home or from clients' offices as an independent IT consultant. Their days are filled with a bewildering blizzard of emails, phone calls, more emails, meetings, projects, proposals, and plans. Just staying ahead of the storm has become a seemingly insurmountable task.


In Your Brain at Work, Dr. David Rock goes inside Emily and Paul's brains to see how they function as each attempts to sort, prioritize, organize, and act on the vast quantities of information they receive in one typical day. Dr. Rock is an expert on how the brain functions in a work setting. By analyzing what is going on in their heads, he offers solutions Emily and Paul (and all of us) can use to survive and thrive in today's hyperbusy work environment—and still feel energized and accomplished at the end of the day.

Ning Li : C'est hyper intéressant et je le recommande puisque ça explique les biais cognitifs mais aussi le modèle de fonctionnement d'un cerveau, notamment dans un contexte de travail. À quel moment tu sur-réagis. Tu vois, ça nous est tous arrivé des contextes où quelqu'un a dit un truc ou tu dis quelque chose à quelqu'un et la personne explose de colère. Et j'ai trouvé que la lecture de ce livre m'a permis de prendre du recul et comprendre aussi, et probablement de relativiser quand j'ai quelqu'un en face de moi qui explose son colère.

Recommandé par : Ning Li

Episode : Typology - Fonder Made.Com, péter tous les scores et devenir le leader de la cosmétique made in France - Génération Do It Yourself (GDIY)

Nudge Cass. R. Sunstein, Richard H. Thaler

La nouvelle édition du livre fondateur sur le nudge : le livre de référence sur l'économie comportementale.

Richard Thaler, spécialiste de l’économie comportementale, prix Nobel d’économie, et Cass Sunstein, l’un des plus grands juristes américains, nous invitent à expérimenter le nudge. Le nudge, c’est le monde des incitations douces, à l’image des parents éléphants qui donnent un léger coup de trompe à leurs petits pour leur permettre d’aller dans la bonne direction. 

Ce livre, à l’origine du phénomène Nudge, s’appuie sur les recherches comportementales les plus poussées pour prendre de meilleures décisions. Il engage le lecteur à changer fondamentalement sa façon de penser, tout en préservant sa liberté de choix. 

Mise à jour, enrichie et augmentée, cette édition analyse les effets du nudge et expose notamment les critiques formulées à son encontre. Elle intègre également de nouveaux thèmes majeurs : la Covid-19, la transparence de l’information, le sludge... Enfin, elle traite avec un regard neuf des questions telles que le changement climatique, le don d’organe, les finances personnelles…

Cette approche originale de l’économie comportementale nous donne un gentil coup de pouce (« Nudge » en anglais) pour aborder facilement des questions sérieuses.

Ning Li : Dans l'économie on pense souvent que les agents sont rationnels, les agents qui sont les individus souvent, et bien il a prouvé et il a eu un prix Nobel pour ça, il y a cinq ans, qui dit en fait il y a beaucoup de petites choses qui sont juste les nudge, qui font que le comportement d'une personne n'a pas besoin d'être incentivé. Tu vois, un exemple qui marque, dans les urinoirs pour homme, souvent tu vois une petite mouche. Et bien, il n'y a pas d'incentive dessus. Et les études ont prouvé que les toilettes sont beaucoup plus propres quand tu mets une mouche dans un urinoir. Ca c'est le nudge.

Recommandé par : Ning Li

Episode : Typology - Fonder Made.Com, péter tous les scores et devenir le leader de la cosmétique made in France - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Grande Extension : Histoire de la santé humaine Jean-David Zeitoun

L'amélioration de la santé humaine est une anomalie à l'échelle de l'évolution. Pendant des dizaines de milliers d'années, les humains ne vivaient pas plus de trente ans en moyenne. La grande extension de notre espérance de vie a commencé autour des années 1750 en Occident. Lente mais continue, elle est principalement due à la désinfection et à une meilleure alimentation. C'est ainsi que, en deux siècles, notre longévité a doublé. Depuis 1950, les progrès de la médecine et de la pharmacie ont permis de gagner encore vingt-cinq années de vie. Mais, en parallèle, les humains ont fait émerger deux énormes risques, environnemental et comportemental, qui causent les maladies chroniques et rendent possible une rétrogression de la santé humaine. La pandémie de Covid-19 n'est pas le fait du hasard. Elle est une illustration sévère des dysfonctionnements des sociétés humaines et notamment de leur rapport à l'environnement. Le SARS-CoV-2 est un produit naturel, mais son émergence et sa persistance sont des produits humains. Le grand récit de la santé humaine.

Recommandé par : Clémence Marque

Episode : Clémence Marque : Effondrement, pénurie de médicaments ? - Thinkerview

Le Suicide de l'espèce : Comment les activités humaines produisent de plus en plus de maladies Jean-David Zeitoun

Ce livre est une tentative d'explication d'une anomalie de masse : la société mondiale produit de plus en plus de maladies, tout en dépensant toujours avantage pour essayer de les traiter. La réponse courte à cette contradiction est que les risques environnementaux, comportementaux et métaboliques qui causent les maladies sont des conséquences de la croissance économique.Nous avons laissé se créer une offre et une demande de risques. La logique de l'offre est simple et son rationnel est économique : les entreprises vendent des risques ou les disséminent pour produire plus et moins cher. La logique de la demande est plus complexe et diversifiée : nous nous exposons aux risques ou nous les consommons par nécessité, par erreur ou inattention, par addiction ou par désespoir.La production de maladies entraîne un suicide au ralenti de l'espèce humaine, qui n'a cependant rien d'une fatalité.

Recommandé par : Clémence Marque

Episode : Clémence Marque : Effondrement, pénurie de médicaments ? - Thinkerview

L'énergie du déni : Comment la transition énergétique va augmenter les émissions de CO2 Vincent Mignerot

« Si sans maîtrise nous filons droit vers l'abîme, l'illusion du contrôle nous y précipiterait plus vite encore. »
La transition énergétique est actée : les investisseurs et les sociétés exploitant les énergies fossiles seraient résolument engagés dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre. Les débats ne portent plus que sur l'orientation générale du modèle, sur la place du nucléaire ou des énergies renouvelables dans le futur mix.
Un regard attentif et documenté sur le sujet fait toutefois apparaître une autre réalité. Au lieu de les remplacer, les énergies dites « décarbonées » nous procurent de nouveaux moyens afin de continuer à exploiter toutes les formes d'énergie existantes. Ainsi, l'extraction des hydrocarbures est à la fois soutenue financièrement et techniquement par le développement des énergies vertes.
Cette « synergie énergétique » pourrait avoir un plus grand impact sur le réchauffement climatique que si aucune transition n'était tentée – transition dont aucune étude scientifique n'a, à ce jour, démontré la possibilité. Au-delà de cette dimension écologique, Vincent Mignerot interroge la propension de l'humanité à se raconter des histoires, à s'illusionner sur ses capacités à orienter le cours de son destin selon son intérêt véritable.

Clémence Marque : Vincent a ce talent, il a cette capacité à poser les questions qui fâchent, à poser les questions qui dérangent parfois, et il a l'honnêteté de présenter ça comme des hypothèses, mais en tout cas, lui, il questionne la question de la transition énergétique, et il se pose la question de "est-ce que la transition énergétique existe vraiment ? Est-ce qu'on n'est pas juste en train d’additionner et est-ce qu'on risque pas, au contraire, de potentialiser finalement l'utilisation des énergies fossiles ?". Donc je trouve ça très intéressant et très, comment dire, inspirant, de se poser des questions fondamentales sur ces questions qui paraissent évidentes et pourtant qui n'ont jamais été démontrées par la science.

Recommandé par : Clémence Marque

Episode : Clémence Marque : Effondrement, pénurie de médicaments ? - Thinkerview

La maison Roberto Innocenti, J. Patrick Lewis

Sur le linteau de la porte, une date gravée : 1656. L'année de la construction. Une année de peste. La Maison est bâtie de pierre et de bois. Au fil du temps, ses fenêtres se sont mises à voir et son toît à entendre. Elle a vu des feuilles grandir, des arbres tomber, entendu des rires et le son du canon. Elle a connu bien des familles, des tempêtes, des marteaux et des scies, des deuils et enfin l'abandon. Puis un jour, à nouveau, des enfants se sont aventurés dans son ombre, à la recherche de champignons et de châtaignes et une vie nouvelle lui a été donnée à l'aube d'un âge moderne. Vue de sa vieille colline, ceci est son histoire du XXe siècle.

Clémence Marque : Une BD qui m'a beaucoup touchée qui s'appelle "La Maison" de Roberto Innocenti. On n'a pas eu l'occasion de parler de complexité et de beaucoup de choses, c'est dommage, et notamment d'autonomie et d’hétéronomie. Cette BD, c'est l'histoire d'une maison au cours du XXe siècle, ça commence en 1900 et c'est très peu de texte, mais beaucoup d'images et on voit en fait l'évolution de cette maison. Et c'est un livre qu'on peut lire plusieurs fois on trouvera d'autres détails à chaque fois qu'on va le relire et c'est je trouve une expression artistique super claire de comment est-ce que notre mode de vie a évolué d'une forme d’autonomie, d'un lien avec nos besoins primaires et fondamentaux à l'hétéronomie qu'on connaît aujourd’hui, c'est à dire c'est pas les gens hyper hors sol qui sont très déconnectés de leurs besoin fondamentaux. Et je trouve que c'est une BD qui illustre ça très très bien.

Recommandé par : Clémence Marque

Episode : Clémence Marque : Effondrement, pénurie de médicaments ? - Thinkerview

Creativity, Inc. : Les secrets de l'inspiration par le fondateur de PIXAR Ed Catmull

Quand il était jeune, Ed Catmull avait un rêve : réaliser le tout premier film animé par ordinateur. Il a poursuivi cette idée en créant Pixar en 1986 avec le fondateur d’Apple. Neuf ans plus tard, Toy  Story naissait, changeant le monde de l’animation pour toujours.

L’ingrédient essentiel du succès de ces films est l’environnement unique que Ed et ses collègues ont construit chez Pixar, basé sur des philosophies de leadership et de gestion qui mettent en valeur le processus créatif et défient les conventions.

Creativity, Inc. est LE guide pour tous ceux en quête de créativité et d’originalité. Il nous dévoile les coulisses du studio Pixar – les réunions, les bilans et les sessions de brainstorming durant lesquelles certains des plus grands films de l’histoire ont été créés. La joie dans la narration, l’inventivité des intrigues, l’authenticité émotionnelle : d’une certaine manière, les films Pixar sont en eux-mêmes une leçon sur ce qu’est la créativité.

Matthieu Rouif : C'est l'histoire de Pixar. A la fois c'est très bien raconté, cette histoire de comment est-ce que tu mélanges science, techno et art dans une équipe. C'était pas gagné, l'histoire de réussir à monter ce premier film animé, fait par un studio d’animation, enfin par ordinateur. Et puis il y a pas mal d’apprentissage sur comment est-ce que tu construis une équipe qui est créative en fait. Donc un peu être ok avec cette tension créative qui existe. On a appris beaucoup, ça nous a pas mal aidé pour la culture de Photo Room. Et c'est une belle histoire, ce mélange d’art et de science, ça me passionne.

Recommandé par : Matthieu Rouif

Episode : PhotoRoom - Comprendre la puissance de l’IA générative avec l’appli aux 40M d’utilisateurs en 3 ans - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les fleurs du mal Charles Baudelaire

Dossier pédagogique de Julie Proust, revu pour les Nouveaux programmes par Denis Roche et Olivier Rocheteau.  1857 : la publication des Fleurs du Mal fait scandale et vaut à leur auteur, Charles Baudelaire, un procès retentissant. Aujourd'hui encore, la modernité subversive de ce recueil de poèmes, riche d'images et de symboles, ne peut qu'étonner : alliance inédite de la volupté et de la souffrance, exaltation du mal, fascination pour la laideur comme pour la beauté... Des profondeurs de la ville aux paradis artificiels, du spleen à l'évasion, suivez le poète dans son cheminement vers l'idéal. Dans le volume, de nombreuses activités d'appropriation et d'étude de la langue, ainsi qu'un cahier photos et un groupement de textes en lien avec le parcours associé « Alchimie poétique : la boue et l'or » (Nouveaux programmes, Bac 2020). Groupements de textes : Transfiguration poétique Ennui, spleen et mélancolie.

Recommandé par : Estelle Youssouffa

Episode : Estelle Youssouffa : Immigration, où va la France ? - Thinkerview

Le Prince Nicolas Machiavel

Traité politique écrit au début du XVIe siècle par Nicolas Machiavel, homme politique et écrivain florentin, qui montre comment devenir prince et le rester, analysant des exemples de l'histoire antique et de l'histoire italienne de l'époque. Parce que l'ouvrage ne donnait pas de conseils moraux au prince comme les traités classiques adressés à des rois, et qu'au contraire il conseillait dans certains cas des actions contraires aux bonnes mœurs, il a été souvent accusé d'immoralisme, donnant lieu à l'épithète machiavélique. Cependant, l'ouvrage a connu une grande postérité et a été loué et analysé par de nombreux penseurs.

Recommandé par : Estelle Youssouffa

Episode : Estelle Youssouffa : Immigration, où va la France ? - Thinkerview

Saint-Germain ou la Négociation Francis Walder

Henri de Malassise et le baron de Biron, authentiques négociateurs de la paix de Saint-Germain, qui fut signée en 1570, sont aux prises avec deux gentils hommes huguenots. Les feintes, les manœuvres, le compromis auxquels ils recourent pour la possession de deux villes, Sancerre et Angoulême, constituent la matière de ce récit, beaucoup plus psychologique qu'historique. Une femme y paraît, assez énigmatiquement, noue une intrigue et disparaît lorsque le traité est conclu et que finit le livre. L'auteur s'est souvenu de diverses missions internationales qu'il a accomplies durant sa carrière. Souhaitant en tirer les leçons et la faire revivre, il a placé son expérience dans le cadre d'un traité historique. En fait, ce qu'il nous offre, c'est un " portrait du négociateur ". Il montre ses finesses, ses roueries, ses astuces. Sous la prudence des personnages et la sobriété du récit, on entrevoit des passions immenses et féroces.

Estelle Youssouffa : Un livre qui m'a permis de comprendre la subtilité, c'est-à-dire que moi j'étais quelqu'un de très linéaire et en fait pour moi la littérature m'a appris à comprendre le double discours et un monde qui est multidimensionnel. En fait ma réflexion est plate, elle est assez simple. La littérature m'a permis de comprendre qu'il pouvait y avoir de la complexité, du sous-entendu, du double discours, enfin de sortir du simplisme dans lequel j'étais.

Recommandé par : Estelle Youssouffa

Episode : Estelle Youssouffa : Immigration, où va la France ? - Thinkerview

Réussir en équipe Michael Ballé, Régis Medina, Nicolas Chartier, Guillaume Paoli

Le récit et les secrets d'une réussite incroyable par les fondateurs d'Aramisauto Aramisauto, n°1 de la vente de voitures en ligne en France, est une start-up qui a maintenu son élan tout au long de sa phase critique de « scale-up » en s'inspirant de la stratégie Lean qui a permis à Toyota de devenir le plus grand constructeur automobile au monde. Cette aventure est racontée du point de vue de son fondateur, déterminé à réussir, et de son sensei. Ils partagent ainsi leur façon de penser, et comment celle-ci a changé au fur et à mesure qu'ils affrontaient question après question pour créer une culture de l'engagement et de la résolution de problèmes.  Une success story autant qu'un partage de bonnes pratiques !

Antoine Freysz : C'est les fondateurs d'Aramis, Nicolas Chartier, Guillaume Paoli. C'est vraiment bien, c'est très complémentaire à toutes les théories sur la fixation d’objectifs, comment on fait pour innover en équipe avec des méthodes qui sont entre l'industriel et le service. Vraiment sympa.

Recommandé par : Antoine Freysz

Episode : Kerala Ventures - Masterclass recrutement : la méthode pour s’entourer des meilleurs - Génération Do It Yourself (GDIY)

Differents : Le genre vu par un primatologue Frans De waal

Passionnant récit de la vie de singes avec lesquels nous partageons 96% de notre patrimoine génétique, ce nouveau livre du célèbre primatologue Frans de Waal est un vibrant manifeste pour l’égalité des genres. Avec humour, clarté et compassion, il élargit la conversation sur la dynamique des genres humains en promouvant un modèle inclusif qui embrasse les différences, plutôt que de les nier. Les découvertes de Frans de Waal s’inscrivent avec force dans les débats contemporains sur le genre, l’égalité, l’opposition entre les phénomènes naturels ou culturels de nos rapports humains. S’il ne conteste pas l’existence de différences entre les sexes, l’auteur affirme qu’il n’y a rien de «naturel» à ce que les hommes exercent une domination et que la biologie ne permet pas de les expliquer.

Antoine Freysz : Un livre qui m'a bouleversé, qui s'appelle "Différents" de Frans de Waal, qui est un chercheur néerlandais, qui reprend l’histoire, depuis 40 ans, de ses recherches sur les grands primates. Sur les genres. Alors, on va pas rentrer dans ce débat-là, mais vraiment, c'est un livre extraordinaire qui n'est ni rétrograde, à ne pas vouloir l'égalité homme-femme, et qui n'est pas non plus wokiste basique de nos jours, mais qui regarde les choses telles qu'elles sont et qui explique en quoi, en effet, les sociétés des grands singes sont beaucoup plus égalitaires qu'on pense. Mais que pour autant les différences sont assez fortes quand même entre les femelles et les mâles. On en sort bouleversé, c'est très concret, très factuel.

Recommandé par : Antoine Freysz

Episode : Kerala Ventures - Masterclass recrutement : la méthode pour s’entourer des meilleurs - Génération Do It Yourself (GDIY)

L’Architecte invisible Robert Plomin

Le 1% de notre ADN qui nous rend unique détermine à plus de 50% ce que nous sommes. L'un des chercheurs en psychologie les plus réputés pour ses travaux sur la génétique du comportement apporte une démonstration passionnante du poids prépondérant de la "nature" sur la "culture". Nos capacités intellectuelles, notre introversion ou extraversion, notre vulnérabilité aux maladies mentales, et même le fait que nous soyons ou pas du matin, tous ces aspects de notre personnalité sont profondément façonnés par les différences d'ADN dont nous avons hérité. Robert Plomin, pionnier de la génétique comportementale, s'appuie sur les recherches de toute une vie pour démontrer que l'ADN est bien le facteur majeur qui construit notre personnalité. Nos familles, nos écoles et notre environnement importent, mais ils n'ont pas le même poids que nos gènes. Raison pour laquelle parents et enseignants devraient accepter les enfants tels qu'ils sont, plutôt que d'essayer de les modeler et de les faire aller dans certaines directions. 
Aujourd'hui, grâce à la révolution de l'ADN, il devient possible de prédire qui nous deviendrons, à la naissance, à partir de notre seule génétique. Comme le montre Plomin, les répercussions de cette évolution sont considérables. Écrit par un ponte de sa discipline, ce livre promet de changer la donne. 

Antoine Freysz : Je m'intéresse beaucoup en ce moment, parce qu'il y a beaucoup de recherches sur le sujet, aux différences entre l'inné et l’acquis. C'est sans fin ce débat. Plutôt un chercheur renommé, Plomin, il est plutôt côté inné, notamment en s'appuyant sur des études de centaines de vrais jumeaux, mais séparés à la naissance aux États-Unis, c'est passionnant. Quand on reprend ces jumeaux là 40 ans après, ils ont quand même des ressemblances alors qu'ils étaient dans des milieux totalement différents, qui interpelle un peu. Moi j'ai toujours été évidemment plutôt de l'école de l'acquis, pas de l'inné, du travail, de qu'est-ce qu'on devient, etc. En fait c'est des discussions qui sont extrêmement difficiles, quasi politique, et c'est pas une raison pour pas prendre du recul et regarder les choses telles qu'elles sont. Passionnant.

Recommandé par : Antoine Freysz

Episode : Kerala Ventures - Masterclass recrutement : la méthode pour s’entourer des meilleurs - Génération Do It Yourself (GDIY)

Mémoires de guerre Winston Churchill

En 1936, lors d'un débat houleux aux Communes, le député Churchill lançait à Stanley Baldwin : « L'Histoire dira que vous avez eu tort... Et si j'en suis certain, c'est parce que c'est moi qui l'écrirai ! » Parole tenue : voici une traduction aussi fidèle que possible des Mémoires de guerre du célèbre Premier ministre et prix Nobel de littérature Winston Churchill. Elle est complétée par des commentaires destinés à corriger les omissions, exagérations, approximations et improvisations inévitables chez tout homme d'exception ayant entrepris de faire l'histoire et de l'écrire à la fois.Winston Churchill (1874-1965) commença sa carrière politique en 1900. Député, plusieurs fois ministre, il dirigea le gouvernement britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, jouant un rôle prédominant dans la résistance au nazisme. Il reçut le prix Nobel de littérature en 1953.

Raphaël Di Meglio : Je crois en quelque chose, dans un environnement où tout le monde pense l’inverse, et je me bats pour cette croyance et je vais aller au bout de mes idées. Tu vois, l'Angleterre est un peu isolée, enfin complètement isolée d’ailleurs, quand toute l'Europe est sous le joug nazi, et Churchill qui est convaincue que la démocratie est le meilleur des régimes, et qui va se battre, qui va aller au bout de ses idées, etc. Enfin, c'est un personnage extraordinaire. Bon, il a un peu romancé, je crois, ses mémoire, mais...

Recommandé par : Raphaël Di Meglio (et aussi par Rachel Delacour)

Episode : Matera - 35M€ levés et 8 procès plus tard : du chaos des syndicats à l’harmonie des copros - Génération Do It Yourself (GDIY)

Diplomatie Henry Kissinger

Ce livre d'une exceptionnelle puissance raconte l'histoire mondiale de la diplomatie, du XVIIe siècle à nos jours.

Pourquoi le XVIIe siècle? Parce que c'est à cette époque que Richelieu invente la diplomatie européenne, désormais fondée sur la raison d'Etat, la défense de l'intérêt national, la recherche de l'équilibre entre les puissances.

A cette tradition, les Etats-Unis, dès leur constitution, opposeront une autre façon de conduire les affaires étrangères, en affirmant la primauté des principes sur l'intérêt, de la coopération sur la compétition, de la sécurité collective sur l'équilibre des forces.

Qui eut raison, qui eut tort? Qui est dans le vrai aujourd'hui? C'est le plus souvent à travers de brillants portraits (ceux de Napoléon III, de Bismarck, de De Gaulle, de Truman, de Reagan sont inoubliables) que se dit le sentiment profond du spécialiste. Et l'on se régalera de l'humour et de la vigueur qui donnent leurs couleurs à cette fresque aux tons vifs et contrastés.

Tom Benoit : Passionnant et prémonitoire.

Recommandé par : Wu Chih-chung (et aussi par Tom Benoit)

Episode : Wu Chih-chung : Domination Globale : Taïwan ? - Thinkerview

La terre est plate Thomas L. Friedman

"Un essai excitant et très accessible sur la mondialisation... il évoque ce que ce nouveau monde deviendra pour nous tous."
Joseph E. Stiglitz, prix Nobel d'économie

Selon Paul Eluard, la Terre est bleue comme une orange. Suivant un regard plus prosaïque, elle a longtemps représenté une sphère bipolaire dominée par les Etats-Unis et l'Union soviétique.
Mais ce monde d'avant est révolu. Grâce à la conjugaison de la chute du mur de Berlin et de la révolution numérique, la Terre est devenue une plateforme multipolaire d'échanges en temps réel. D'où le postulat de Friedman. Ainsi dynamisée et exacerbée, la mondialisation contraint les pays à se livrer une concurrence sans merci. Dans ce nouvel échiquier géopolitique, il est grand temps de prendre conscience que l'ère de l'Occident triomphant touche peut-être à sa fin.
Nourri de nombreux exemples concrets, cet essai, présenté ici dans sa version augmentée, a réussi à alerter une Amérique trop sûre d'elle-même.

Recommandé par : Wu Chih-chung

Episode : Wu Chih-chung : Domination Globale : Taïwan ? - Thinkerview

La Mort suspendue Joe Simpson

En 1985, accompagné de son ami Simon Yates, Joe Simpson entreprend l’ascension du Siula Grande (6 334 mètres) dans les Andes. Lors de la descente, Joe chute et se retrouve suspendu dans le vide : sa vie ne tient plus qu’à la corde qui le relie à son équipier. Simon sait que s’il ne coupe pas cette corde, il sera lui aussi condamné. Il finit par s’y résoudre et son compagnon disparaît. Contre toute attente il survivra… Cette aventure effrayante et extraordinaire, Joe Simpson nous la livre dans ce texte bouleversant sur la souffrance et le courage.

Né en 1960, Joe Simpson est un écrivain et alpiniste anglais connu principalement pour le terrible accident relaté dans La Mort suspendue, où il donne la parole à Simon Yates en contrepoint de son propre récit. Ce drame qu’il a su transfigurer lui a ouvert une carrière d’écrivain.

Georges-Olivier Reymond : C'est une histoire vraie, de deux alpinistes qui font une première dans les Andes au Pérou, sur un sommet à plus de 6000 mètres, dans un endroit très isolé, et il y en a un des deux qui a un accident. Il se casse la jambe, enfin, je ne sais pas, à 6000 mètres d'altitude, dans un endroit assez désertique. C'est lui qui écrit le livre, donc on sait qu'il survit. Donc là, je ne dévoile pas grand chose. Mais en fait tout était aligné pour que les deux meurent et en fait les deux survivent. Il y a un choix, ils s'abandonnent l'un à l'autre et ils arrivent à s'en sortir. Et les points qui m'a vraiment marqué c'est que l’alpiniste, Joe Simpson, il est au fond de sa crevasse. Il est à 5 000 mètres, il est à deux semaines ou trois semaines de marche du premier village, il a une jambe cassée, il est tout seul. Et il pense pas à tout ça, il pense juste à dire "ah bon, premièrement je vais sortir de la crevasse, deuxièmement je vais sortir du glacier, troisièmement je vais atteindre le prochain tas de cailloux devant moi" et ainsi de suite. Il s'effondre pas. Il y va pas à pas, et en fait il arrive à rejoindre le camp de base, enfin c'est incroyable et il s'en sort.

Recommandé par : Georges-Olivier Reymond

Episode : Pasqal - Et si le leader mondial du Quantum Computing était Français ? - Génération Do It Yourself (GDIY)

Moby Dick Herman Melville

Assoiffé d'aventures, Ishmaël prend le large. De tous les Préface de Jean Giono navires qui sillonnent les mers au XIXᵉ siècle, les baleiniers sont sans doute les plus redoutables : c'est sur l'un d'eux qu'Ishmaël s'embarque pour chasser ces léviathans et gagner l'océan. À bord du Péquod, il fait la rencontre du capitaine Achab, voué à la destruction d'un seul être : Moby Dick, la baleine blanche qui jadis emporta sa jambe. Rivé à un unique objet, Achab s'identifie peu à peu à la baleine, métamorphose qui n'épargne pas son corps : à la place de sa jambe mutilée trône désormais l'os d'un cétacé.Les considérations économiques et maritimes, comme les rêves de voyage d'Ishmaël, cèdent le pas devant l'obsession du marin pour l'effroyable animal. Entraîné par la haine obstinée de son capitaine, l'équipage voit son horizon progressivement réduit à la seule ombre blanche de Moby Dick. Derrière le roman d'aventures, Melville peint les tourments d'une haine passionnelle qui touche au plus brûlant des amours.

Georges-Olivier Reymond : Je ne sais pas si je le recommanderais, parce que j'aime la nature et avoir une lecture de gens dont le rêve c'est de tuer des baleines … J'ai un peu de mal, mais c'est une plongée dans une période de l’histoire. Et ça pour le coup c'est assez intéressant et surtout que j'ai découvert en lisant le livre qu'à un moment il se pose la question de "mais est-ce que les baleines vont disparaître un jour ?" Et avant de le lire je pensais que par ignorance l'être humain avait sur-chassé des baleines, en fait non c'est pas du tout par ignorance. On se rend compte que vraiment les chasseurs à la baleine, ils avaient bien conscience de taper dans les réserves.

Recommandé par : Georges-Olivier Reymond

Episode : Pasqal - Et si le leader mondial du Quantum Computing était Français ? - Génération Do It Yourself (GDIY)

Startup : A Silicon Valley Adventure Jerry Kaplan

Kaplan, a well-known figure in the computer industry, founded GO Corporation in 1987, and for several years it was one of the hottest new ventures in the Valley. Startup tells the story of Kaplan's wild ride: how he assembled a brilliant but fractious team of engineers, software designers, and investors; pioneered the emerging market for hand-held computers operated with a pen instead of a keyboard; and careened from crisis to crisis without ever losing his passion for a revolutionary idea. Along the way, Kaplan vividly recreates his encounters with eccentric employees, risk-addicted venture capitalists, and industry giants such as Bill Gates, John Sculley, and Mitchell Kapor. And no one - including Kaplan himself - is spared his sharp wit and observant eye.

Georges-Olivier Reymond : Ca raconte l'histoire de Go, c'est une société de la Silicon Valley des années 80, ils ont inventé le premier ordinateur piloté par stylet. Et c'était très avant-gardiste. Et c'est super intéressant, en fait ça nous plonge au cœur de la Silicon Valley des années 80, donc dans le roman on croise Steve Jobs, on croise Bill Gates. Et qui à l'époque ne sont pas encore ce qu'ils sont devenus. C'est là où on voit que dès les années 80, Steve Jobs, il a déjà en tête son iPad contrôlé par la voix, assez bluffant. Et il y a plein de choses extrêmement intéressantes. C'est à l’Américaine. En gros, il reste deux semaines de cash pour les salaires. Ils n'ont pas d'investisseurs et ils en trouve un à l'arrache à la dernière minute. Ils lancent des développements de puces informatiques qui ne sont pas validés, donc ils doivent bidouiller pour raccorder les interfaces, c'est assez incroyable. Ils ont un tremblement de terre au milieu ...

Recommandé par : Georges-Olivier Reymond

Episode : Pasqal - Et si le leader mondial du Quantum Computing était Français ? - Génération Do It Yourself (GDIY)

The Power of Giving Away Power Matthew Barzun

How do great leaders thrive in uncertain times? By changing their mindsets about power.

If you let go of hierarchy, chaos will reign…or so many leaders believe.  

But when leaders find the courage to distribute rather than hoard power, creativity multiplies, trust deepens and inclusivity expands…and a new kind of order emerges.   

For decades, leaders forced their organizations to look like a pyramid, with all authority flowing from the top. That didn’t work. Next, experts told leaders to adopt “bottom-up” leadership. But that’s not working either. Top-down and bottom-up are the same organizational shape. And neither approach really enables innovation, collaboration, or enthusiasm. The problem is the Pyramid.

A few rare leaders have seen the pyramid for the trap that it is and have learned to embrace a new shape and mindset: Constellations. Organizations designed as constellations are dynamic and flexible networks of distinct yet interwoven individuals. Each member of the team feels like a singular star and is also connected to others to form something greater. That is how Visa reimagined how we pay for things, how Wikipedia beat the richest company in the world and how Barack Obama and his grassroots team revolutionized political campaigning. These leaders did what most leaders dread—they gave away power.  

In this practical and personal journey, Barzun brilliantly layers lessons across history and industries with his own experiences as an internet entrepreneur, political organizer and US ambassador to the United Kingdom and Sweden. With lessons for leaders of all types, The Power of Giving Away Power shows how the Constellation mindset shines in some of the most impactful organizations and innovations the world has ever known. And it encourages us all to recognize, as Barzun writes, "the power we can create by seeing the power in others"—and making the leap to lead. Together.

Recommandé par : Michael Horvath

Episode : Strava - Vous êtes ce que vous faites chaque jour - Génération Do It Yourself (GDIY)

Be Water, My Friend: The Teachings of Bruce Lee Shannon Lee

Bruce Lee's daughter illuminates her father's most powerful life philosophies, and how we can apply his teachings to our daily lives

'Empty your mind; be formless, shapeless like water'

Bruce Lee is a cultural icon, world renowned for his martial arts and film legacy. But Lee was also a deeply philosophical thinker, believing that martial arts are more than just an exercise in physical discipline - they are a perfect metaphor for personal growth.

In Be Water, My Friend, Shannon Lee shares previously untold stories from her father's life along with the concepts at the core of his teachings. Each chapter reveals a lesson from Bruce Lee, expanding on the foundation of his iconic 'be water' philosophy to reveal a path to an enlightened way of being.

This is an inspirational call to action to consider our lives with new eyes and a testament to Lee's unique power to ignite our imaginations and transform our lives.

Recommandé par : Michael Horvath

Episode : Strava - Vous êtes ce que vous faites chaque jour - Génération Do It Yourself (GDIY)

La règle ? Pas de règles ! : Netflix et la culture de la réinvention Reed Hastings

Netflix a provoqué une véritable révolution dans l'univers de l'entertainment. Présente dans cent quatre-vingt-dix pays, rassemblant des centaines de millions de clients, dont sept millions en France, pesant plus de 200 milliards de dollars, elle est devenue un monstre qui fascine autant qu'elle effraie le monde de l'audiovisuel, producteurs et chaînes confondus. Reed Hastings a d'abord fondé en 1997 une entreprise qui a un service en ligne de location et d'achat de DVD livrés à domicile. Comprenant, en avance sur tous, les conséquences de la révolution numérique, il va s'adapter à toute vitesse, rejeter toutes les règles et élaborer sa propre doctrine du changement et du management basée sur la liberté et la responsabilité. Chez Netflix, la qualité des employés a plus d'importance que celles des procédures, l'innovation prime sur l'efficacité ; il n'y a pas de limites pour les congés et les notes de frais ; on attend la sincérité absolue plutôt que l'esquive ; on est payé bien au-dessus du marché tant que la créativité et les performances sont là. Tout en racontant l'histoire de cette société hors du commun, en donnant la parole à beaucoup de ceux qui y ont participé et vécu les erreurs et les fulgurances, c'est toute la vie quotidienne, la philosophie et l'expérience d'une entreprise unique qui a su créer son propre modèle révolutionnaire. Reed Hastings a choisi de développer ses idées d'une façon très originale : un dialogue souvent contradictoire entre lui et Erin Meyer.

Recommandé par : Charles Christory (et aussi par Alexandre Jenny, Matthieu Stefani, David Laroche, Timothée Rambaud)

Episode : Le Fourgon - Relancer l’industrie de la consigne et mettre fin aux 19 milliards de bouteilles jetées chaque année - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'entreprise du bonheur Tony Hsieh

Pour développer Zappos - entreprise américaine de vente en ligne de chaussures devenue légendaire dans le monde entrepreneurial -Tony Hsieh n'a pas misé sur les profits et les rendements. Il a mis au coeur de ses préoccupations le bonheur de ses employés et de ses clients. Cette culture d'entreprise passionnée et différente a fait de Zappos un modèle de succès : son chiffre d'affaires a atteint 1 milliard de dollars en moins de dix ans. Et en 2009, Zappos est entré dans le giron d'Amazon : une transaction de 1,2 milliard de dollars !

Dans ce livre passionnant, Tony Hsieh partage les leçons qu'il a apprises durant son parcours. À l'aide de nombreuses anecdotes, il montre que le bien-être des gens n'est pas qu'un objectif noble mais un formidable générateur de succès, et il donne une foule de conseils pour appliquer sa formule gagnante à n'importe quelle organisation : étonner le client par la qualité du service, être drôle et un peu insolite, créer une équipe constructive et animée par un esprit de famille, etc.

Thomas Thumerelle : Ca ressemble beaucoup à notre boîte, on en a acheté une trentaine d'exemplaires, c'est dans notre bibliothèque chez Motoblouz, tout le monde peut le lire, c’est une super histoire d’entrepreneur.

Recommandé par : Charles Christory (et aussi par Juliette Lévy, Matthieu Stefani, Pascal Meyer, Laurent De la Clergerie, David Laroche, Thomas Thumerelle)

Episode : Le Fourgon - Relancer l’industrie de la consigne et mettre fin aux 19 milliards de bouteilles jetées chaque année - Génération Do It Yourself (GDIY)

Elon Musk : Tesla, Paypal, SpaceX : l'entrepreneur qui va changer le monde Ashlee Vance

Elon Musk fait partie de ceux qui changent les règles du jeu. Largement considéré comme le plus grand industriel du moment, il porte l'innovation à des niveaux rarement atteints - au point d'avoir servi de modèle pour Tony Stark, alias Iron man.

À 46 ans, il a monté en quelques années une entreprise, Tesla, qui révolutionne l'industrie automobile, une autre, SpaceX, qui concurrence Arianespace. Il a auparavant bouleversé le marché des paiements avec PayPal. Son objectif ultime : coloniser Mars.

Avec cette édition enrichie, Ashlee Vance nous conduit toujours au plus près d'Elon Musk et de son talent. Il montre toute l'intensité de cet homme, son génie tumultueux, sa folle exigence envers lui-même et ses équipes, depuis son enfance agitée en Afrique du Sud jusqu'à ses incroyables innovations techniques et réussites entrepreneuriales.

À travers ce portrait d'un des titans de la Silicon Valley, ce livre met au jour les mutations rapides et inéluctables de nos modèles industriels. Car ce ne sont plus seulement des réseaux sociaux ou des messages en 140 signes qui sont proposés par cette nouvelle économie, mais des voitures, des trains, des fusées.

Visionnaire ? Mégalomane ? Elon Musk dessine en tout cas les contours du XXIe siècle.

Charles Christory : Je ne porte pas la personne dans mon cœur, de moins en moins, mais son aventure est quand même dingue. Le mec, c'est quand même une machine. L'histoire est marrante, c’est très inspirant. Donc aujourd'hui, il part un peu en vrille quand même sur plein de trucs, mais voilà, ça a été marquant.

Recommandé par : Charles Christory (et aussi par Axel Allétru)

Episode : Le Fourgon - Relancer l’industrie de la consigne et mettre fin aux 19 milliards de bouteilles jetées chaque année - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sapiens : Une brève histoire de l'humanité Yuval Noah Harari

Il y a 100 000 ans, la Terre était habitée par au moins six espèces différentes d'hominidés. Une seule a survécu. Nous, les Homo Sapiens.

Comment notre espèce a-t-elle réussi à dominer la planète ? Pourquoi nos ancêtres ont-ils uni leurs forces pour créer villes et royaumes ? Comment en sommes-nous arrivés à créer les concepts de religion, de nation, de droits de l'homme ? À dépendre de l'argent, des livres et des lois ? À devenir esclaves de la bureaucratie, des horaires, de la consommation de masse ? Et à quoi ressemblera notre monde dans le millénaire à venir ?

Véritable phénomène d'édition, traduit dans une trentaine de langues, Sapiens est un livre audacieux, érudit et provocateur. Professeur d'Histoire à l'Université hébraïque de Jérusalem, Yuval Noah Harari mêle l'Histoire à la Science pour remettre en cause tout ce que nous pensions savoir sur l'humanité : nos pensées, nos actes, notre héritage... et notre futur.

Joël Dupuch : Je lis et je relis parce-que c’est quand même touffu. Je l’ai au dessus de mon plumard et je prends des chapitres, t’as pas vraiment une suite, t’es pas obligé de lire du début à la fin et je réfléchis.

Charles Christory : Ça m'a bouleversé. J'en ai parlé avec pas mal de monde parce que forcément, on parle pas mal aussi de religion au début quand même, ça te bouleverse. C'est écrit d'une façon qui te change ta façon de voir les choses.

Recommandé par : Charles Christory (et aussi par Nicolas Schweitzer, Carlos Espinal, Joël Dupuch, Pascal Boniface, Arthur Auboeuf)

Episode : Le Fourgon - Relancer l’industrie de la consigne et mettre fin aux 19 milliards de bouteilles jetées chaque année - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l’impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d’humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l’énergie et du changement climatique au coeur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s’avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d’Orsay" signé avec l’expertise d’un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Charles Christory : Un bouquin que tout le monde devrait lire parce qu'on doit comprendre comment notre monde fonctionne, pourquoi on en est arrivé là dans un monde d'énergie fossile depuis 100 ans.

Justine Hutteau : Géniale cette BD. Elle est ouf en fait, je l'ai lu deux fois et mon père l'a lu quatre fois et j’en parle à chaque dîner, l'offre à tout le monde. En fait je trouve que cette BD elle t'ouvre les yeux sur le monde, sur l’environnement, sur où on va et ce qu'il faut faire. Et aujourd'hui je trouve que les discours d'environnement sont très anxiogènes et je trouve que Jancovici a réussi à le rendre beaucoup moins anxiogène, mais juste éducatif. En fait, je vous éduque, je vous raconte ce qui se passe vraiment. Et du coup, je vous donne les clés pour agir mieux et changer des choses dans vos vies. Et du coup, j'adore cette BD et pour moi, ça doit être la Bible qui se retrouve dans chaque foyer.

Nicolas Meilhan : C'est quand même assez incroyable, ce qu'il a fait avec Christophe Blain. Moi ça fait plus de 15 ans que je parle du sujet autour de moi, mais là, je vois tout le monde autour de moi qui a ce livre-là. Ils ne l'ont pas forcément lui jusqu'à la fin, mais il a quand même réussi à faire pénétrer le sujet dans les chaumières.

Recommandé par : Charles Christory (et aussi par Nicolas Meilhan, Justine Hutteau, Nicolas Meilhan, Olivier Cotinat, Jean-Marc Jancovici, Thibaud Elzière, Alexandre Chrétien, Christophe Clouzeau)

Episode : Le Fourgon - Relancer l’industrie de la consigne et mettre fin aux 19 milliards de bouteilles jetées chaque année - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sois jeune et tais-toi : Réponse à ceux qui critiquent la jeunesse Salomé Saqué

Changer de regard sur la jeunesse. Les jeunes seraient « paresseux », « incultes », voire « égoïstes et individualistes ». J’ai entendu mille fois ces accusations à l’égard de la jeunesse : dans des dîners de famille, à la volée chez un commerçant ou portées par des éditorialistes remontés à la télévision. Ces jugements négatifs sont non seulement infondés, mais aussi délétères pour toute la société. Entre le chômage, la dégradation de la situation économique, la pandémie et l’urgence écologique, les jeunes doivent composer avec des paramètres inédits. De plus, les défauts qu’on leur prête sont souvent le symptôme d’une profonde incompréhension – d’un désintérêt ? – pour leurs préoccupations et leurs pratiques. De fait, que ce soit en entreprise, en politique ou dans les médias, les jeunes ont rarement voix au chapitre. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu leur donner la parole, dans cette enquête afin de raconter les difficultés auxquelles ils font face et de montrer les solutions qu’ils proposent pour garder espoir en l’avenir. Car une chose est certaine : les jeunes ne correspondent pas aux clichés qui leur collent à la peau. Il est plus qu’urgent de changer de regard sur la jeunesse : la solidarité intergénérationnelle est indispensable pour faire face aux bouleversements qui nous menacent tous. 

Pierre Larrouturou : Il est super intéressant, super bien écrit. Il y a en même temps des études statistiques globales qui te montrent l'ampleur du problème et des témoignages persos. J’ai été frappé par l'intelligence de son bouquin, je lui ai pas encore dit.

Recommandé par : Pierre Larrouturou

Episode : Pierre Larrouturou : Semaine de 4 jours, taxe sur la spéculation ? - Thinkerview

Perdre la Terre : Une histoire de notre temps Nathaniel Rich

1979. À peu près tout ce que nous comprenons à l’heure actuelle du réchauffement climatique était compris. Et même mieux compris, sans doute. Les principaux aspects du problème étaient tranchés, sans débat possible, et les spécialistes, loin de se disputer sur l'établissement des faits, travaillaient à en affiner les conséquences. Il y a trente ans, nous aurions pu sauver la Terre. Pourtant nous n’avons rien fait. Après des années d’enquête et plus de cent interviews réalisées avec le soutien de la Fondation Pulitzer, Nathaniel Rich retrace comment la planète a raté son rendez-vous avec le climat, comment malgré les efforts de plusieurs lanceurs d’alerte, d’intérêts parfois concordants, souvent contradictoires, y compris de l’industrie pétrolière, rien n’a été fait pour stopper le changement climatique. Implacable et passionnant, Perdre la Terre est un document pour l’histoire. Notre histoire.

Pierre Larrouturou : Il montre depuis 40 ans, comment on avait le diagnostic sur le réchauffement climatique en 79 et comment les lobbies ont volontairement tué toute action politique ou ont ralentit l'action politique. C'est un peu trop centré sur l’Amérique, il oublie un peu les débats en France, mais hélas, ce que j'ai montré, c'est qu'en Europe aussi, les lobbies ont tout fait pour ralentir l'action et ne rien faire contre les changements climatiques.

Recommandé par : Pierre Larrouturou

Episode : Pierre Larrouturou : Semaine de 4 jours, taxe sur la spéculation ? - Thinkerview

Jean Jouzel - Entretiens Paul Goupil

« On trottine lentement derrière un climat qui change vite » résume une actrice du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). Vingt ans après la fameuse formule de Jacques Chirac - « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » - nul ne peut, ne devrait, douter du dérèglement en cours. Mais on est encore loin des mesures généralisées auxquelles les experts appellent depuis des années. Comment passer du discours aux actes, sortir de l’inertie, vaincre certains lobbies? Dans ce long entretien, Jean Jouzel retrace son combat inlassable, dans un souci de transmission aux jeunes générations. Des témoignages d’acteurs concernés par ce combat éclairent son propos. Jean Jouzel, né le 5 mars 1947 à Janzé (Ille-et-Vilaine), est un paléoclimatologue français. Il se fait connaître en 1987 lorsqu'il publie la première étude établissant un lien entre concentration de CO2 dans l'atmosphère et réchauffement climatique. Il a été vice-président du GIEC entre 2002 et 2015. Mondialement reconnu pour ses travaux de recherche, il est lauréat de nombreuses distinctions scientifiques, parmi lesquelles la médaille d'or du CNRS.

Pierre Larrouturou : Je vous conseille le livre que Jean Jouzel sort cette semaine, où il raconte sa vie, mon ami climatologue. Il a une très belle vie. Il raconte comment il était fils de paysans, qui n'avait pas l'électricité à la maison, le plaisir de jouer au foot avec les copains, le plaisir de faire les récoltes de blé quand l'orage menace, le plaisir de faire la fête après la récolte, et comment il s'est mis à s'intéresser à la question du climat. Et donc le livre de Jean Jouzel est une belle histoire d'un scientifique qui découvre les problèmes et qui, avec d’autres, il y a une dimension collective qui est très sympa, qui essaie de faire bouger les choses.

Recommandé par : Pierre Larrouturou

Episode : Pierre Larrouturou : Semaine de 4 jours, taxe sur la spéculation ? - Thinkerview

Rompre avec soi-même, pour se créer à nouveau Joe Dispenza

Nous ne sommes pas condamnés par nos gènes à vivre une certaine forme d'existence. Une nouvelle science permet à tous les êtres humains de créer la réalité qu'ils souhaitent. Dans cet ouvrage, le docteur Joe Dispenza, auteur, conférencier, chercheur et chiropraticien reconnu, unit les domaines de la physique quantique, des neurosciences, de la chimie cérébrale, de la biologie et de la génétique pour nous montrer ce qu'il est vraiment possible de faire. Vous trouverez dans ce livre non seulement les connaissances nécessaires pour modifier tout aspect de votre personnalité, mais aussi les instruments permettant de les appliquer afin d'effectuer des changements significatifs dans n'importe quel secteur de votre vie. Joe Dispenza démystifie les fausses croyances et comble le fossé existant entre la science et la spiritualité. Grâce à ses brillantes conférences et à ses ateliers intensifs, des milliers de personnes, dans environ vingt-cinq pays, ont suivi ces principes pour changer leur vie. Joe Dispenza, auteur de « Faites évoluer votre cerveau », a étudié la biochimie à l'université Rutgers. Il détient un baccalauréat ès sciences avec une spécialisation en neurosciences et a également obtenu un doctorat en chiropratique de l'université Life d'Atlanta, en Georgie. Comptant parmi les scientifiques, chercheurs et enseignants apparaissant dans le film ''Que sait-on vraiment de la réalité !?'', le docteur Joe Dispenza a tenu des conférences dans de nombreux pays pour informer les gens sur les fonctions du cerveau humain.

Grégoire Furrer : Un livre qui a beaucoup changé ma vie. Ca a été un livre de chevet, c'est 10, 12 dernières années pour moi parce que ça m'a permis de me mettre à la méditation. […] Je me suis rendu compte à quel point c'était essentiel à ma vie. Aujourd'hui, je ne peux pas commencer une journée sans passer 20 minutes minimum à méditer. Je suis vraiment au tout début mais ça me fait du bien, ça me permet de me recentrer sur moi-même et puis de respirer, et puis surtout de me dire à quoi va servir ma journée fondamentalement.

Recommandé par : Grégoire Furrer

Episode : Montreux Comedy - Quand l’humour devient un business (très) sérieux - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Comte de Monte-Cristo Alexandre Dumas

1815 : Edmond Dantès est ce jeune marin à qui tout réussit. On lui promet le grade de capitaine ; il va pouvoir épouser sa fiancée. Mais, victime d'une machination, il est accusé d'être un conspirateur bonapartiste. Son bonheur et son ascension sociale sont brisés net. Dans les geôles du château d'If, au large de Marseille, s'amorce le roman de sa vengeance. Après quatorze années d'enfermement, Edmond Dantès n'aura de cesse de punir ceux qui l'ont trahi. Puisque sa vie lui a été volée, autant en rêver d'autres. Il est temps de se réinventer : le simple marin devient comte de Monte-Cristo.Entre liberté et justice, vengeance et métamorphose, voici le chef-d'oeuvre du roman d'aventures.

Matthieu Pigasse : Parce que pour moi c'est Dumas, avec toute la longueur parfois de Dumas, parce qu'il était payé, je rappelle, au feuillet, mais voilà c'est une destinée humaine que je trouve magnifique, que je vais résumer en une phrase : « C'était donc toi ».

Edouard Caraco : Un chef d'œuvre !

Recommandé par : Edouard Caraco (et aussi par Matthieu Pigasse, Arnaud Katz, Michel Wieviorka, Fabien Pinckaers)

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'entreprise du bonheur Tony Hsieh

Pour développer Zappos - entreprise américaine de vente en ligne de chaussures devenue légendaire dans le monde entrepreneurial -Tony Hsieh n'a pas misé sur les profits et les rendements. Il a mis au coeur de ses préoccupations le bonheur de ses employés et de ses clients. Cette culture d'entreprise passionnée et différente a fait de Zappos un modèle de succès : son chiffre d'affaires a atteint 1 milliard de dollars en moins de dix ans. Et en 2009, Zappos est entré dans le giron d'Amazon : une transaction de 1,2 milliard de dollars !

Dans ce livre passionnant, Tony Hsieh partage les leçons qu'il a apprises durant son parcours. À l'aide de nombreuses anecdotes, il montre que le bien-être des gens n'est pas qu'un objectif noble mais un formidable générateur de succès, et il donne une foule de conseils pour appliquer sa formule gagnante à n'importe quelle organisation : étonner le client par la qualité du service, être drôle et un peu insolite, créer une équipe constructive et animée par un esprit de famille, etc.

Thomas Thumerelle : Ca ressemble beaucoup à notre boîte, on en a acheté une trentaine d'exemplaires, c'est dans notre bibliothèque chez Motoblouz, tout le monde peut le lire, c’est une super histoire d’entrepreneur.

Recommandé par : Matthieu Stefani (et aussi par Juliette Lévy, Charles Christory, Pascal Meyer, Laurent De la Clergerie, David Laroche, Thomas Thumerelle)

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'Ile des Gauchers Alexandre Jardin

Dans un archipel du Pacifique Sud ignoré des géographes, l'île des Gauchers abrite une population où les droitiers ne sont plus que l'exception. Mais là n'est pas le plus important. Cette minuscule société, fondée par des utopistes français en 1885, s'est donné pour but de répondre à une colossale question : comment fait-on pour aimer ? Sur cette terre australe, le couple a cessé d'être un enfer. C'est l'endroit du monde où l'on trouve, entre les hommes et les femmes, les rapports les plus tendres. Voilà ce que vient chercher, dans l'île des Gauchers, lord Jeremy Cigogne. À trente-huit ans, cet aristocrate anglais enrage de n'avoir jamais su convertir sa passion pour sa femme Emily en amour véritable. À trop vouloir demeurer son amant, il n'a pas su devenir un mari.

Recommandé par : Matthieu Stefani

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Nuit des temps René Barjavel

L'Antarctique. À la tête d'une mission scientifique française, le professeur Simon fore la glace depuis ce qui semble une éternité. Dans le grand désert blanc, il n'y a rien, juste le froid, le vent, le silence.
Jusqu'à ce son, très faible. À plus de 900 mètres sous la glace, quelque chose appelle. Dans l'euphorie générale, une expédition vers le centre de la Terre se met en place.

Un roman universel devenu un classique de la littérature mêlant aventure, histoire d'amour et chronique scientifique.

Recommandé par : Matthieu Stefani (et aussi par Héloïse Dano)

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

La règle ? Pas de règles ! : Netflix et la culture de la réinvention Reed Hastings

Netflix a provoqué une véritable révolution dans l'univers de l'entertainment. Présente dans cent quatre-vingt-dix pays, rassemblant des centaines de millions de clients, dont sept millions en France, pesant plus de 200 milliards de dollars, elle est devenue un monstre qui fascine autant qu'elle effraie le monde de l'audiovisuel, producteurs et chaînes confondus. Reed Hastings a d'abord fondé en 1997 une entreprise qui a un service en ligne de location et d'achat de DVD livrés à domicile. Comprenant, en avance sur tous, les conséquences de la révolution numérique, il va s'adapter à toute vitesse, rejeter toutes les règles et élaborer sa propre doctrine du changement et du management basée sur la liberté et la responsabilité. Chez Netflix, la qualité des employés a plus d'importance que celles des procédures, l'innovation prime sur l'efficacité ; il n'y a pas de limites pour les congés et les notes de frais ; on attend la sincérité absolue plutôt que l'esquive ; on est payé bien au-dessus du marché tant que la créativité et les performances sont là. Tout en racontant l'histoire de cette société hors du commun, en donnant la parole à beaucoup de ceux qui y ont participé et vécu les erreurs et les fulgurances, c'est toute la vie quotidienne, la philosophie et l'expérience d'une entreprise unique qui a su créer son propre modèle révolutionnaire. Reed Hastings a choisi de développer ses idées d'une façon très originale : un dialogue souvent contradictoire entre lui et Erin Meyer.

Recommandé par : Matthieu Stefani (et aussi par Alexandre Jenny, Charles Christory, David Laroche, Timothée Rambaud)

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

Bad Blood : Secrets and Lies in a Silicon Valley Startup John Carreyrou

The full inside story of the breathtaking rise and shocking collapse of Theranos, the multibillion-dollar biotech startup founded by Elizabeth Holmes, by the prize-winning journalist who first broke the story and pursued it to the end, despite pressure from its charismatic CEO and threats by her lawyers.

In 2014, Theranos founder and CEO Elizabeth Holmes was widely seen as the female Steve Jobs: a brilliant Stanford dropout whose startup 'unicorn' promised to revolutionize the medical industry with a machine that would make blood testing significantly faster and easier. Backed by investors such as Larry Ellison and Tim Draper, Theranos sold shares in a fundraising round that valued the company at more than $9 billion, putting Holmes's worth at an estimated $4.7 billion. There was just one problem: The technology didn't work.

In Bad Blood, John Carreyrou tells the riveting story of the biggest corporate fraud since Enron, a tale of ambition and hubris set amid the bold promises of Silicon Valley.

Recommandé par : Matthieu Stefani

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

Losing My Virginity Richard Branson

In Losing my Virginity, you'll discover how Sir Richard is committed to building a better world through responsible, holistic business practices and ventures such as the Virgin Health Bank, which is contributing to regenerative medicine, Virgin Fuels, which has pledged £200 million to renewable energy projects, and his company's charitable arm, Virgin Unite. You'll also learn about how Sir Richard and his company are reaching for the stars in a new era of commercial space travel with Virgin Galactic. 

With insights into this very public figure's personal life as well as his business successes and the lessons he's learned along the way, this is an amazing memoir, motivational business guide and inspiring story that will capture your imagination.

Recommandé par : Matthieu Stefani (et aussi par David Laroche, William Hauvette)

Episode : The Bradery - Concurrencer Veepee sans savoir coder : l’ambition réussie de deux amis d’enfance - Génération Do It Yourself (GDIY)

Cosmic Trigger Robert Anton Wilson

The great modern classic of a brilliant rebel's personal exploration into the nature of consciousness
Featuring a New Introduction by John Higgs
"Cosmic Trigger deals with a process of deliberately induced brain change. This process is called "initiation" or "vision quest" in many traditional societies and can loosely be considered some dangerous variety of self-psychotherapy in modern terminology. I do not recommend it for everybody . . . briefly, the main thing I learned in my experiments is that "reality" is always plural and mutable."

Recommandé par : Douglas Rushkoff

Episode : Douglas Rushkoff : Planning for the crash ? Understanding the billionaires mindset - Sismique

La Torah

Recommandé par : Douglas Rushkoff

Episode : Douglas Rushkoff : Planning for the crash ? Understanding the billionaires mindset - Sismique

Pensées Blaise Pascal

En 1656, après une existence mondaine où il cherche la gloire par l'exploitation de ses recherches scientifiques, Pascal entreprend une Apologie de la religion chrétienne que sa santé ne lui laissera pas le temps d'achever et dont nous restent seulement les fragments des Pensées. Le genre apologétique alors n'est pas nouveau. Mais Pascal écarte les démonstrations métaphysiques, inutiles et incertaines. Parce qu'il s'adresse au libertin, figure de l'incroyant, il ne parle pas d'emblée le langage de la foi que son interlocuteur ne recevrait pas : il ne part pas de Dieu pour aller à l'homme, mais de l'homme qui cherche le bonheur pour le tourner vers Dieu.
Le lecteur devient donc partenaire d'un dialogue : il s'aventure dans une démarche où tout son être est engagé et qui doit le conduire à se mettre en chemin vers un Dieu que ne chante plus l'harmonie brisée du cosmos, un Dieu plus que caché : un Dieu qui se cache. Et celui qui laisse les espaces infinis à leur effrayant silence est le même qui murmure à l'âme : « Console-toi, tu ne me chercherais pas si tu ne m'avais trouvé. »

Recommandé par : Yves Bréchet

Episode : Yves Bréchet : France : la stratégie du canard sans tête ? - Thinkerview

De la démocratie en Amérique Alexis de Tocqueville

"J'avoue que dans l'Amérique j'ai vu plus que l'Amérique ; j'y ai cherché une image de la démocratie elle-même, de ses penchants, de son caractère, de ses préjugés, de ses passions". La gloire de Tocqueville n'est pas seulement celle d'un analyste politique exceptionnel ; c'est aussi, depuis la récente redécouverte de son oeuvre, celle d'un philosophe politique qui serait en même temps un classique de la sociologie, et qui pourrait aider à comprendre les problèmes qui se posent constamment dans les démocraties modernes. L'égalité des conditions, l'individualisme, le despotisme démocratique, les relations entre maîtres et serviteurs, l'esprit de liberté et l'esprit de religion, autant de notions qui dessinent aujourd'hui encore les contours d'une philosophie de la démocratie.

Yves Bréchet : Je pense qu'il décrit parfaitement la situation dans laquelle on évolue, et Tocqueville est toujours quelqu'un d'extraordinairement lucide.

Jean-Marc Jancovici : Ca a été une espèce de révélation quand je l'ai lu. Je trouve que c'est quelque chose de magistral, sur la façon dont la société s'organise dans un régime démocratique. Et on y lit des trucs comme... des trucs comme, enfin, Tocqueville voyait que la démocratie allait engendrer la publicité, l'égalisation des conditions entre les hommes et les femmes, le court-termisme, la consommation de masse, c’est juste hallucinant quoi, c’est un bouquin très extraordinaire.

Recommandé par : Yves Bréchet (et aussi par Jean-Marc Jancovici, Etienne Klein)

Episode : Yves Bréchet : France : la stratégie du canard sans tête ? - Thinkerview

La Science au coeur de nos vies Maurice Tubiana

La science a été au coeur de la civilisation occidentale. Elle lui a donné une suprématie mondiale pendant trois siècles. Elle a changé la condition humaine en améliorant la santé, la longévité, la dignité puisque, grâce aux machines, on a pu supprimer l'esclavage, le servage, le travail des enfants. Il est plus qu'urgent aujourd'hui qu'elle retrouve la place qui est la sienne : au coeur de nos vies, de notre culture et de l'avenir de notre pays. Loin d'être arrogante, la science refuse toute idéologie. Elle est, au contraire, fondée sur l'humilité devant les faits. Elle est le moteur du changement, de l'anticonformisme. Elle est une grande aventure, car ses avancées sont imprévisibles. C'est pourquoi les doctrinaires, les idéologues et ceux qui voudraient que rien ne change luttent contre elle depuis trois siècles. C'est pourquoi, plus que jamais, il nous faut encourager les nouvelles générations à se diriger vers les études scientifiques et les nombreux métiers fondés sur la science et sa fille, la technologie.

Maurice Tubiana est médecin, biologiste et physicien. Il a été directeur de l'Institut Gustave-Roussy, à Villejuif. Pionnier depuis 1950 de la lutte contre le cancer, il a reçu les prix internationaux les plus prestigieux dans ce domaine. Ancien président de l'Académie nationale de médecine, il est aussi membre de l'Académie des sciences et de l'Académie des technologies et grand-croix de la Légion d'honneur.

Yves Bréchet : Un livre que je trouve remarquable, écrit par un très grand monsieur, qui s'appelait Maurice Tubiana, qui est le père de la médecine nucléaire en France, qui est quelqu'un qui s'est beaucoup battu pour la prévention contre le cancer du poumon, et qui avait fait sa thèse avec Joliot Curie. Donc là, on est vraiment dans l’histoire. Maurice Tubiana est mort à plus de 90 ans, il y a quelques années, et il avait écrit un livre qui s'appelait La science au coeur de nos vies, et c'est un livre qu'il avait écrit sur toute la science, à l'usage de ses petits enfants et arrière petits enfants. C'est un livre qui est très très beau.

Recommandé par : Yves Bréchet

Episode : Yves Bréchet : France : la stratégie du canard sans tête ? - Thinkerview

Sustainable Energy - without the hot air David JC MacKay

Addressing the sustainable energy crisis in an objective manner, this enlightening book analyzes the relevant numbers and organizes a plan for change on both a personal level and an international scale--for Europe, the United States, and the world. In case study format, this informative reference answers questions surrounding nuclear energy, the potential of sustainable fossil fuels, and the possibilities of sharing renewable power with foreign countries. While underlining the difficulty of minimizing consumption, the tone remains positive as it debunks misinformation and clearly explains the calculations of expenditure per person to encourage people to make individual changes that will benefit the world at large. If you've thrown your hands up in despair thinking no solution is possible, then read this book - it's an honest, realistic, and humorous discussion of all our energy options.

Yves Bréchet : C'est aussi un grand monsieur qui est disparut très prématurément, qui était le conseiller scientifique de Tony Blair et de Gordon Brown, qui était un professeur de physique statistique à Cambridge, qui s'appelait David MacKay, et qui a écrit un livre qui s'appelle Sustainable Energy Without the Hot Air, et qui est un livre qui est bourré d'ordre de grandeur. C'est un livre où, en gros, on calcule avec les mains, qu'est-ce qui fait que les choses sont possibles ou pas dans le domaine des choix énergétiques, et c'est vraiment très beau.

Julien Bobroff : Comment faire de l’énergie, en gros, pérennes, sans utiliser de l'air chaud ? C'est David MacKay, un chercheur, qui s'est amusé à prendre vraiment tout ce qui vous arrive dans votre vie quotidienne et combien ça coûte, si vous prenez l'avion, si vous prenez la voiture, si vous vous chauffez, si vous mettez des vêtements etc. Et puis un chapitre sur deux, il fait ça, donc il fait votre bilan et c'est une catastrophe en gros. Et puis un chapitre sur deux, il essaie de trouver des solutions. Alors voilà si on met l'éolien, si on met le solaire, si on met les barrages etc. Et il essaie de voir en mettant des ordres de grandeur, ce qui est quand même important dans ce problème là, où est-ce qu'on pourrait gagner vraiment et où est-ce que c'est la catastrophe actuellement.

Recommandé par : Yves Bréchet (et aussi par Julien Bobroff)

Episode : Yves Bréchet : France : la stratégie du canard sans tête ? - Thinkerview

Une longue route pour m'unir au chant français François Cheng

« C'est à l'âge de quinze ans que le chant s'est éveillé en moi. Je m'ouvrais à la poésie et entrais, comme par effraction, dans la voie de la création... » Depuis son premier essai sur l'eau et la soif - unique témoin de son adolescence chinoise qu'il a emporté en France et dont il nous livre aujourd'hui la traduction - en passant par ses rencontres avec Gide, Vercors, Lacan, Michaux, Emmanuel, Bonnefoy et tant d'autres, François Cheng nous fait partager la longue route qui l'a conduit à devenir, lui l'exilé qui ne savait dire ni « bonjour » ni « merci » lorsqu'il est arrivé à Paris, un poète français.

Cette route, malgré les affres de la guerre en Chine, l'extrême précarité matérielle des premières décennies en France, et de cruels tourments intérieurs, mais est toujours éclairée par la poésie française qu'il intériorise au fond de sa nuit solitaire. Elle l'est aussi par un amour passionné pour la langue d'un pays dont François Cheng a fini par épouser le « chant » et le destin. La lumière singulière qui émane de ce récit est celle d'une symbiose qui unit la Voie du Tao et la voie orphique et christique, orientant sans cesse le poète vers l'authentique universel.

Yves Bréchet : Le dernier livre de François Cheng, que je trouve extraordinaire. François Cheng est un poète français, chinois d'origine, poète, calligraphe, peintre. Il est membre de l'Académie française et il écrit dans ce livre comment il est passé de la culture chinoise à la culture française et comment il a intégré les deux. Et c'est un livre qui est extrêmement émouvant.

Recommandé par : Yves Bréchet

Episode : Yves Bréchet : France : la stratégie du canard sans tête ? - Thinkerview

Magellan Stefan Zweig

En 1518, un Portugais exilé du nom de Magellan convainc le roi d’Espagne, Charles Quint, d’un projet fou : « Il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien. Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai et je ferai le tour de la terre en allant de l’est à l’ouest. » Partie en 1519, l’expédition reviendra trois ans plus tard, disloquée, victorieuse. Malgré les fausses cartes et les mutineries, le froid, la faim et les maladies, Magellan a forcé le détroit qui porte aujourd’hui son nom et vaincu le Pacifique, inconnu à l’époque. Un destin héroïque magistralement conté et réfléchi par Zweig.

Pierre Entremont : Quand tu entreprends, au début, les 6 mois, un an, etc. et puis probablement après aussi souvent, tu as tous les jours une bonne nouvelle, mais tu as aussi tous les jours une mauvaise nouvelle. Tu penses que tu vas y passer. Et tu as l'impression que c'est que à toi que ça arrive en fait. Et quand tu mets en perspective avec les histoires des autres, avec notamment Magellan, tu te rends compte qu'en fait, bah non, même le mec qui a découvert le détroit, en fait il a failli mourir 52 fois, à la fin il est mort, il est parti avec 5 bateaux, il est rentré avec un, et c'était galère de A à Z. Et donc ça rassure pas mal et ça relativise pas mal quoi.

Benjamin Netter : C'est incroyable ! Ca m'a vachement parlé ! Parce que Magellan il part, on revient à Buenos Aires, mais il a lu une note qui disait qu'on pouvait passer par cette latitude je crois, qu'on pouvait traverser et aller vers les Indes en passant par Buenos Aires. Il part avec 4 bateaux, il débarque là-bas, en fait non, tu passes pas quoi. Qu'est-ce qu'on fait ? Et c'est marrant parce que c'est ça l'entrepreneuriat, non, tu pars sur une erreur, une conception erronée du monde et tu finis par trouver la Patagonie quoi. Ca se lit hyper bien.

Recommandé par : Florent Malbranche (et aussi par Pierre Entremont, Benjamin Netter, Matthieu Bourgeaux)

Episode : Brigad - Partir d’un Excel, lever 33M d’€ et réinventer les métiers du service - Génération Do It Yourself (GDIY)

Au nom des requins François Sarano

Vingt mètres de profondeur. L’eau bleu sombre est peuplée de plancton. 
Face à moi, Lady Mystery, une énorme femelle requin blanc, soeur des « Dents de la mer » : 
5,5 mètres, une tonne et demie. Puissance extrême que rien ne peut arrêter. Scientifique, je ne me laisse pas distraire : je consigne profondeur, heure, sexe et taille. Et soudain, à quelques mètres de l’oeil qui me fixe, je réalise le dérisoire de ces informations, si réductrices qu’elles trahissent la créature indomptée que je cherche à connaître. Comment raconter cette élégance sauvage ? Comment traduire ce que ses sens, profondément différents des nôtres, lui disent de cette rencontre et de l’océan qui nous entoure ? 
Je me coule contre son flanc. Nous nageons épaule contre nageoire. La distance qui nous sépare ne se mesure pas en centimètre, elle se mesure en confiance réciproque. Minute d’éternité. Nous ne faisons qu’un corps. Je suis en paix. Rencontre authentique, sans calcul, qui procure la joie profonde de communier avec la vie.

Recommandé par : Florent Malbranche

Episode : Brigad - Partir d’un Excel, lever 33M d’€ et réinventer les métiers du service - Génération Do It Yourself (GDIY)

Pourquoi la guerre ? Albert Einstein, Sigmund Freud

Publié simultanément en allemand, en anglais et en français par l'Institut International de Coopération Intellectuelle, l'une des nombreuses émanations de la Société des Nations, en 1933, «Pourquoi la guerre ?» est composé de deux longues lettres – l'une d' Albert Einstein et l'autre de Sigmund Freud.

Recommandé par : Jean-Jacques Tyszler

Episode : Jean-Jacques Tyszler : Analyser un monde anesthésié par l’horreur ? - Thinkerview

Deuil et mélancolie Sigmund Freud

Que se passe-t-il quand nous sommes confrontés à la perte d'un être aimé ou à celle d'un idéal ? Pourquoi certaines personnes réagissent-elles par le deuil, alors que d'autres sombrent dans la dépression, voire la mélancolie ? Comment comprendre la douleur ? Quel est cet autre dont la perte accable l’endeuillé et qui revient le hanter comme un fantôme ? Par quel mécanisme en arrive-t-on parfois à s'identifier au disparu et à se haïr soi-même ? 

Écrit en 1915, publié deux ans plus tard, cet essai qui relie notamment le deuil aux notions de narcissisme, d'identification et d’ambivalence, est suivi ici du fameux article où Karl Abraham discute des thèses freudiennes sur le deuil et la mélancolie.

Recommandé par : Jean-Jacques Tyszler

Episode : Jean-Jacques Tyszler : Analyser un monde anesthésié par l’horreur ? - Thinkerview

La Métamorphose Franz Kafka

Lorsque Gregor Samsa s'éveilla un matin au sortir de rêves agités, il se retrouva dans son lit changé en un énorme cancrelat. [...] "Que m'est-il arrivé ?" pensa-t-il. Ce n'était pas un rêve. [...] "Et si je continuais un peu à dormir et oubliais toutes ces bêtises", pensa-t-il, mais cela était tout à fait irréalisable, car il avait coutume de dormir sur le côté droit et il lui était impossible, dans son état actuel, de se mettre dans cette position. Il avait beau se jeter de toutes ses forces sur le côté droit, il rebondissait sans cesse sur le dos.

Recommandé par : Jean-Jacques Tyszler

Episode : Jean-Jacques Tyszler : Analyser un monde anesthésié par l’horreur ? - Thinkerview

Permaculture : Guérir la terre, nourrir les hommes Perrine Herve-gruyer, Charles Hervé-Gruyer

La ferme du Bec Hellouin 

En 2004, Perrine et Charles Hervé-Gruyer créent la Ferme du Bec Hellouin, en Haute-Normandie. Cette ferme fait aujourd’hui référence en matière d’agriculture naturelle et attire des visiteurs du monde entier. 

Ce récit est celui d’une famille qui réussit à créer, en quelques années seulement, une oasis de vie généreuse sur des terres peu fertiles. C’est également une vaste enquête menée autour du monde, à la rencontre de pionniers de l’agriculture qui explorent des voies novatrices et inventent le monde de demain. 

La démarche de Perrine et Charles Hervé-Gruyer repose sur la permaculture. Son principe est de prendre la nature comme modèle et de concevoir des installations humaines fonctionnant comme des écosystèmes productifs et économes en ressources. 

Les résultats obtenus à la ferme du Bec Hellouin, grâce à l’énergie du soleil, stupéfient aujourd’hui les agronomes : en travaillant entièrement à la main, Charles et Perrine produisent des récoltes abondantes et de qualité sur une toute petite surface, tout en créant de l’humus, en aggradant la biodiversité, en embellissant les paysages, en stockant du carbone dans les sols et les arbres. Une étude agronomique menée en partenariat avec d’éminents chercheurs démontre la pertinence sociale, économique et écologique d’une agriculture permaculturelle qui dessine une nouvelle manière d’être paysans au XXIe siècle, source potentielle de millions d’emplois. 

Perrine Hervé-Gruyer a mené une carrière de juriste en Asie avant de se consacrer à la psychothérapie. Éducateur de formation, Charles Hervé-Gruyer a sillonné le globe à bord du voilier-école Fleur de Lampaul pendant vingt-deux ans. Il est l’auteur de nombreux documentaires et livres sur la nature. Tous deux sont ensuite devenus paysans et formateurs en permaculture.

Recommandé par : Marc Batty

Episode : Fermes En ViE - Quitter la tech après 20 ans pour soutenir les nouveaux agriculteurs : histoire d’une prise de conscience - Génération Do It Yourself (GDIY)

Customer Centric Selling Michael T. Bosworth, John R. Holland, Frank Visgatis

The Web has changed the game for your customers—and, therefore, for you. Now, CustomerCentricSelling, already recognized as one of the premiermethodologies for managing the buyer-sellerrelationship, helps you level the playing field soyou can reach clients when they are ready to buyand create a superior customer experience.

Your business and its people need to be“CustomerCentric”—willing and able to identifyand serve customers’ needs in a world wherecompetition waits just a mouse-click away.Traditional wisdom has long held that sellingmeans convincing and persuading buyers. Buttoday’s buyers no longer want or need to be soldin traditional ways.

CustomerCentric Selling givesyou mastery of the crucial eight aspects ofcommunicating with today’s clients to achieveoptimal results :

  • Having conversations instead ofmaking presentations
  • Asking relevant questions insteadof offering opinions
  • Focusing on solutions and notonly relationships
  • Targeting businesspeople insteadof gravitating toward users
  • Relating product usage instead ofrelying on features
  • Competing to win—not just to stay busy
  • Closing on the buyer’s timeline(instead of yours)
  • Empowering buyers instead of tryingto “sell” them

What’s more, CustomerCentric Selling teaches andreinforces key tactics that will make the most of your organization’s resources. Perhaps you feelyou don’t have the smartest internal systems inplace to ensure an ideal workflow. (Perhaps, asis all too common, you lack identifiable systemsalmost entirely.) From the basics—and beyond—ofstrategic budgeting and negotiation to assessingand developing the skills of your sales force, you’lllearn how to make sure that each step yourbusiness takes is the right one.

Recommandé par : Marc Batty

Episode : Fermes En ViE - Quitter la tech après 20 ans pour soutenir les nouveaux agriculteurs : histoire d’une prise de conscience - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sorry Children Collectif

Qu'allons-nous bien pouvoir dire à nos enfants pour leur expliquer pourquoi nous leur laissons un monde à ce point dégradé ? Qu'il fallait faire du fric ? Que c'était trop tard ? Pas nos priorités ? Qu'on avait besoin de bouffer cinq steaks par semaine ? Nous sommes très forts pour produire des justifications plus ou moins recevables pour nous "tirer d'affaire" : c'est-à-dire nous permettre, individuellement et collectivement, de supporter notre inaction et d'assister tranquillement à la destruction du vivant, l'épuisement des ressources et l'aggravation progressive des problèmes climatiques.Face à cette apathie qui semble pathologique, on a envie de secouer l'humanité tout entière (et certains spécimens en particulier !) en hurlant "Réagis ma vieille ! Mais réagis ! Qu'est-ce que tu attends, bon sang ?". C'est à cette question complexe que ce livre s'attaque : "Pourquoi ne réagissons-nous pas à la hauteur des enjeux ?"Appuyées ici par les centaines de photos de Josef Helie (dont celles de Corinne Masiero, Nicolas Hulot, Anny Duperey, Noam Chomsky, Pablo Servigne, Hugo Clément, Clara Morgane, IAM, Guillaume Meurice, Philippe Katerine...), les excuses deviennent un prétexte pour décortiquer les nombreux mécanismes freinant un "réveil écologique" massif. En prenant du recul face à ces justifications tantôt graves et sérieuses, tantôt ironiques et décalées, ce livre invite à mieux les comprendre pour les dépasser et réagir aujourd'hui plutôt que s'excuser demain.

Mary-Lou Mauricio : C’est une initiative de Pierre Charrrier, Gregory Poinsenet et le photographe, c'était Josef Helie, donc ils prenaient en photo les gens avec leur pire excuse, qu'est-ce que tu dirais à tes petits enfants ou à tes enfants de pas avoir agi justement aujourd'hui et donc ils ont fait un super livre où il y a toutes les photos, mais il y a aussi plein d'infos sur le changement climatique, sur aussi l’égalité sociale, parce que n'oublions pas qu'il n'y aura pas de transition écologique s'il n'y a pas de justice sociale. Je l'adore, et j'adore ce projet.

Recommandé par : Mary-Lou Mauricio

Episode : Comment Mary-Lou Mauricio utiliser la photographie d'art pour faire prendre conscience du changement climatique - L'Octet Vert

Le Coût de la virilité Lucile Peytavin

En France, les hommes représentent 84 % des auteurs d’accidents de la route mortels, 90 % des personnes condamnées par la justice, 86 % des mis en cause pour meurtre, 97 % des auteurs de violences sexuelles, etc.
Cette liste a un coût : direct pour l’État, qui dépense chaque année des dizaines de milliards d’euros en services de police, judiciaires, médicaux et éducatifs pour y faire face ; indirect pour la société, qui doit répondre aux souffrances des victimes.
Lucile Peytavin s’interroge sur les raisons de cette surreprésentation des hommes parmi les auteurs de violences et de comportements à risque, et tente d’estimer les conséquences financières de l’ensemble de ces préjudices. Quel est le coût des conséquences de la virilité érigée en idéologie dominante ? N’aurions-nous pas tous intérêt à nous comporter… comme les femmes ?!

Recommandé par : Nicolas Froissard

Episode : Groupe SOS - L'innovation sociale comme moteur de l'association aux 22 000 employés - Génération Do It Yourself (GDIY)

Employees First, Customers Second : Turning Conventional Management Upside Down Vineet Nayar

One small idea can ignite a revolution just as a single matchstick can start a fire.

One such idea—putting employees first and customers second—sparked a revolution at HCL Technologies, the IT services giant.

In this candid and personal account, Vineet Nayar—HCLT’s celebrated CEO—recounts how he defied the conventional wisdom that companies must put customers first, then turned the hierarchical pyramid upside down by making management accountable to the employees, and not the other way around.

By doing so, Nayar fired the imagination of both employees and customers and set HCLT on a journey of transformation that has made it one of the fastest-growing and profitable global IT services companies and, according to BusinessWeek, one of the twenty most influential companies in the world.
Chapter by chapter, Nayar recounts the exciting journey of how he and his team implemented the employee first philosophy by:

• Creating a sense of urgency by enabling the employees to see the truth of the company’s current state as well as feel the “romance” of its possible future state

• Creating a culture of trust by pushing the envelope of transparency in communication and information sharing

• Inverting the organizational hierarchy by making the management and the enabling functions accountable to the employee in the value zone

• Unlocking the potential of the employees by fostering an entrepreneurial mind-set, decentralizing decision making, and transferring the ownership of “change” to the employee in the value zone

Refreshingly honest and practical, this book offers valuable insights for managers seeking to realize their aspirations to grow faster and become self-propelled engines of change.

Recommandé par : Mickaël Cohen

Episode : Bagel Corner - Monter un réseau de franchise et perdurer dans le monde de la restauration rapide - Génération Do It Yourself (GDIY)

Brutalisme Achille Mbembe

Alors que tout pousse vers une unification sans précédent de la planète, le vieux monde des corps et des distances, de la matière et des étendues, des espaces et des frontières, persiste en se métamorphosant. Avec le devenir-artificiel de l'humanité et son pendant, le devenir-humain des machines, une sorte d'épreuve existentielle est donc engagée. L'être ne s'éprouve plus désormais qu'en tant qu'assemblage indissociablement humain et non humain. La transformation de la force en dernier mot de la vérité de l'être signe l'entrée dans le dernier âge de l'homme, celui de l'être fabricable dans un monde fabriqué. À cet âge, Achille Mbembe donne ici le nom de brutalisme, le grand fardeau de fer de notre époque, le poids des matières brutes. 
La transformation de l'humanité en matière et énergie est le projet ultime du brutalisme. En détaillant la monumentalité et le gigantisme d'un tel projet, cet essai plaide en faveur d'une refondation de la communauté des humains en solidarité avec l'ensemble du vivant, qui n'adviendra cependant qu'à condition de réparer ce qui a été brisé.

Eva Sadoun : C'est une vraie critique du néolibéralisme, assez intéressante, assez poussée, et ce qui est particulièrement intéressant, c'est ce que lui il appelle le devenir négre de la société occidentale. Donc c'est l'idée que, avec la crise climatique, des pays occidentaux sont en train d'expérimenter l'esclavagisation qu'ils ont fait vivre, et sont esclavagisés, eux, de différentes manières en fait. Et je trouve que c'est une perspective intéressante, et il appelle aussi, justement, à regarder les modèles aussi de développement, d'agroécologie etc. Parce que d'une certaine manière, c'est la même chose qu'avec la question du féminisme : quand on a été oppressés, victimes, on a développé des savoirs uniques en préservation, des instants de survie. Et du coup on a beaucoup à apprendre, d'où l'intérêt encore de la coopération. Mais en tout cas c'est un bouquin philosophique qui résume très bien les choses.

Recommandé par : Eva Sadoun

Episode : Eva Sadoun : Marchés financiers sans éthique : quels sont les risques ? - Thinkerview

Qui nourrit réellement l'humanité ? Vandana Shiva

À rebours des modèles de rentabilité et de mécanisation de l’agriculture moderne se trouve un principe fondamental : on ne peut nourrir l’humanité sans prendre soin de la terre. 
Dans la continuité des traditions anciennes en harmonie avec la nature, Vandana Shiva rétablit la “loi de la réciprocité” selon laquelle tous les êtres vivants doivent prendre autant qu’ils donnent. Cette théorie écologique de l’agriculture, mue par la compassion entre les vivants, s’intéresse en premier lieu à la terre et aux petits producteurs qui, malgré la taille modeste de leurs parcelles, fournissent 70 % de nos aliments. 
L’agroécologie paysanne est la clé : en revitalisant l’économie de la nature, elle produit de la nourriture de meilleure qualité, en abondance, et bénéfique pour la santé et le bien-être des communautés. 
C’est là notre seul espoir pour réparer les ravages causés par l’activité humaine sur le vivant.

Recommandé par : Eva Sadoun

Episode : Eva Sadoun : Marchés financiers sans éthique : quels sont les risques ? - Thinkerview

Nous, fils d'Eichmann Gunther Anders

Les deux lettres ouvertes de Günther Anders adressées au fils d’Adolf Eichmann constituent un petit traité, avec mode d’emploi, sur la condition humaine aujourd’hui, considérée sous l’angle d’une catastrophe à répétition, qui entraîne l’obsolescence toujours croissante de l’humain lui-même. L’homme apparaît ici, de nouveau, comme le détenteur d’une capacité de production infiniment supérieure à sa capacité de représentation, et tout aussi bien à sa capacité de sentir. Dans ce contexte, l’idée même de responsabilité se trouve profondément atteinte ou profondément pervertie, de sorte que nous sommes tous, d’une manière ou d’une autre, des enfants d’Eichmann. Plus exactement, nous sommes tous devant un choix comparable à celui auquel Günther Anders confronte le destinataire de ses deux lettres : le choix de la continuité ou de la rupture. Un choix d’autant plus urgent que se réduit de jour en jour la marge de jeu dont dispose l’humain dans le monde tel qu’il devient.

Eva Sadoun : Il a une lecture encore plus violente de la société que Hannah Arendt sur la question du totalitarisme, il a une lecture, voilà, vraiment très très très dure. Ça fait un choc fort, même si je ne trouve pas que ce soit exactement ce que l'on est en train de vivre. Ce qui est certain, c'est que ça fait un choc et ça fait réaliser qu'on n'est pas juste des atomes, qu'on a une responsabilité.

Recommandé par : Eva Sadoun (et aussi par )

Episode : Eva Sadoun : Marchés financiers sans éthique : quels sont les risques ? - Thinkerview

Mémoires d'Hadrien Marguerite Yourcenar

Cette oeuvre est à la fois roman, histoire et poésie. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu "refaire du dedans ce que les archéologues du XIXᵉ siècle ont fait du dehors". Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout. "... Je me sentais responsable de la beauté du monde", dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors menacent lescivilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la "discipline auguste", entre l'intelligence et la volonté.

Frédéric Biousse : Notamment pour la dernière phrase : "Tachons de rentrer dans la mort les yeux ouverts".

Julien Devaureix : Ca m'avait vraiment marqué. L'empereur qui se pose des questions sur le monde, sur la puissance, sur la vie, sur la politique. C'est très philosophique et en même temps très ancré dans une forme de réalité historique. J'avais trouvé ça fascinant, extrêmement bien écrit.

Recommandé par : Frédéric Biousse (et aussi par Bertrand Badré, Julien Devaureix)

Episode : Experienced Capital - Prendre la vie comme une partie de Monopoly - Génération Do It Yourself (GDIY)

Berezina Sylvain Tesson

"Il y a deux siècles, des mecs rêvaient d'autre chose que du haut-débit. Ils étaient prêts à mourir pour voir scintiller les bulbes de Moscou." Tout commence en 2012 : Sylvain Tesson décide de commémorer à sa façon le bicentenaire de la retraite de Russie. Refaire avec ses amis le périple de la Grande Armée, en side-car ! De Moscou aux Invalides, plus de quatre mille kilomètres d'aventures attendent ces grognards contemporains.

Recommandé par : Thierry Reboul

Episode : Directeur exécutif de Paris 2024 - Orchestrer l’événement du siècle : récit d’un créatif rebelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

Sociologie de l'imaginaire Patrick Legros, Frédéric Monneyron, Jean-Bruno Renard, Patrick Tacussel

Les imaginaires sociaux : de quoi s'agit-il au juste ? Comment se constituent-ils, comment fonctionnent-ils ?
Les « pères fondateurs » de la sociologie (Marx, Durkheim, Weber, Simmel,...) ont tous reconnu et pensé l'importance de la question.
Dans nos sociétés où la représentation commande largement l'action et où se bousculent l'imaginaire « fabriqué » par les industries du spectacle et les médias, les représentations propres aux divers groupes et le « petit cinéma » personnel de chacun, c'est un terrain de recherches aussi foisonnantes que nécessaires.
D'où l'importance de cet ouvrage à plusieurs voix, première synthèse sur le sujet. Trois parties le structurent, consacrées dans l'ordre à l'examen minutieux de l'emploi de la notion d'imaginaire dans la littérature sociologique, à l'approfondissement des questions épistémologiques et méthodologiques que pose l'utilisation de cette notion, et enfin à la présentation des travaux et lignes de recherche spécifiques sur le thème.
Illustré par de nombreux exemples (rumeur, rêve, religion, surnaturel, etc.), ce manuel servira de référence à tous ceux qui s'intéressent aux champs du quotidien, du sacré, de la création, du fantastique, et apportera une contribution importante aux réflexions sur les modalités d'évolution de notre société.

Recommandé par : Michaël Dandrieux

Episode : Mickaël Dandrieux : Les idées font-elles le monde ? - Sismique

L'entreprise du bonheur Tony Hsieh

Pour développer Zappos - entreprise américaine de vente en ligne de chaussures devenue légendaire dans le monde entrepreneurial -Tony Hsieh n'a pas misé sur les profits et les rendements. Il a mis au coeur de ses préoccupations le bonheur de ses employés et de ses clients. Cette culture d'entreprise passionnée et différente a fait de Zappos un modèle de succès : son chiffre d'affaires a atteint 1 milliard de dollars en moins de dix ans. Et en 2009, Zappos est entré dans le giron d'Amazon : une transaction de 1,2 milliard de dollars !

Dans ce livre passionnant, Tony Hsieh partage les leçons qu'il a apprises durant son parcours. À l'aide de nombreuses anecdotes, il montre que le bien-être des gens n'est pas qu'un objectif noble mais un formidable générateur de succès, et il donne une foule de conseils pour appliquer sa formule gagnante à n'importe quelle organisation : étonner le client par la qualité du service, être drôle et un peu insolite, créer une équipe constructive et animée par un esprit de famille, etc.

Thomas Thumerelle : Ca ressemble beaucoup à notre boîte, on en a acheté une trentaine d'exemplaires, c'est dans notre bibliothèque chez Motoblouz, tout le monde peut le lire, c’est une super histoire d’entrepreneur.

Recommandé par : Pascal Meyer (et aussi par Juliette Lévy, Charles Christory, Matthieu Stefani, Laurent De la Clergerie, David Laroche, Thomas Thumerelle)

Episode : QoQa - Vendre un Picasso à sa communauté : quand l’e-commerce n’a plus de limite - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le premier homme Albert Camus

"En somme, je vais parler de ceux que j'aimais", écrit Albert Camus dans une note pour Le premier homme. Le projet de ce roman auquel il travaillait au moment de sa mort était ambitieux. Il avait dit un jour que les écrivains "gardent l'espoir de retrouver les secrets d'un art universel qui, à force d'humilité et de maîtrise, ressusciterait enfin les personnages dans leur chair et dans leur durée". Il avait jeté les bases de ce qui serait le récit de l'enfance de son "premier homme". Cette rédaction initiale a un caractère autobiographique qui aurait sûrement disparu dans la version définitive du roman. Mais c'est justement ce côté autobiographique qui est précieux aujourd'hui. Après avoir lu ces pages, on voit apparaître les racines de ce qui fera la personnalité de Camus, sa sensibilité, la genèse de sa pensée, les raisons de son engagement. Pourquoi, toute sa vie, il aura voulu parler au nom de ceux à qui la parole est refusée.

Recommandé par : Henri Guaino

Episode : Henri Guaino : Où sont les risques, où va la France ? - Thinkerview

Civilisation matérielle, économie et capitalisme Fernand Braudel

Les trois volumes de Civilisation matérielle, économie et capitalisme nous plongent dans l'histoire du monde du XVe au XVIIIe siècle, un extraordinaire voyage à travers le temps et l'espace des civilisations humaines. C'est aussi une réflexion magistrale sur la nature et le rôle de ce capitalisme, acteur toujours plus essentiel des sociétés de l’époque médiévale et moderne.

Ce premier volume, Les structures du quotidien, est l'évocation d'une culture matérielle, celle des objets, des outils, des costumes, des logements, des nourritures et des techniques…, des gestes au jour le jour du commun des hommes des villes et des campagnes, des riches et des pauvres.

Cet «  inventaire du possible  » nous immerge dans le quotidien d’hommes et de femmes vivant dans un monde «  immobile  », durablement confrontés à l’étroitesse des espaces, aux faiblesses techniques et à la lenteur des transports et des communications.

Henri Guaino : C'est sans doute ce que l'on a écrit de plus instructif sur le capitalisme.

Recommandé par : Henri Guaino

Episode : Henri Guaino : Où sont les risques, où va la France ? - Thinkerview

Mémoires d'Outre-Tombe François-René de Chateaubriand

Quand vers 1830 Chateaubriand revient aux Mémoires de ma vie entrepris depuis plus de vingt ans, il les juge trop intimes et réoriente son projet. A travers le récit de sa propre existence, les Mémoires d’outre-tombe seront également l’épopée de ce temps qu’il a vécu et comme témoin et comme acteur. Au-delà de ce qu’il fut lui-même, son destin deviendra ainsi exemplaire de celui d’une génération qui connut à la fois l’effondrement de l’ancien monde et le commencement du nouveau, issu de la Révolution.
La première partie de ces Mémoires traversés par l’Histoire, où la mélancolie dit la difficulté à croire en la réalité du monde, où la vanité des choses toujours transparaît, est la plus personnelle. Car l’écrivain n’y retrace pas seulement ce qu’il appelait sa première carrière de soldat et de voyageur, mais le commencement d’une vie qui se découvre à nous comme un récit de formation : celui du jeune chevalier breton bientôt parti pour l’Amérique et de l’aristocrate qui combat dans l’armée des Princes, émigre en Angleterre, avant de revenir en France pour y devenir Chateaubriand.

Henri Guaino : Un des plus grand livre de la littérature française.

Recommandé par : Henri Guaino (et aussi par Alexandre Moatti, Eric Zemmour)

Episode : Henri Guaino : Où sont les risques, où va la France ? - Thinkerview

Mémorial de Sainte-Hélène Emmanuel de Las Cases

Las Cases fait partie des rares fidèles qui, après l’abdication de 1815, suivirent Napoléon dans son exil à Sainte-Hélène. Là-bas, il devint le confident et le secrétaire de l’Empereur qui, à sa mort, en fit son premier légataire. Las Cases entreprit alors de réunir ses notes, les textes laissés par Napoléon et les multiples souvenirs et pensées que ce dernier lui confia.

C’est ainsi qu’il composa ce Mémorial de Sainte-Hélène lequel constitue, au-delà de la légende, non seulement un document historique de première importance mais, aujourd’hui encore, l’un des plus poignants et des plus extraordinaires témoignages de la vie de Napoléon.

Recommandé par : Henri Guaino

Episode : Henri Guaino : Où sont les risques, où va la France ? - Thinkerview

Le monde change et on n'y comprend rien Julien Devaureix

Je regarde un documentaire sur la fin du pétrole et sur l'effondrement à venir de notre civilisation. Je zappe.
Je visionne une vidéo sur SpaceX et sa fusée géante. Fascinant, nous irons sur Mars en 2030 !
Je lis un rapport sur l'avenir du climat. Flippant. Mars me semble bien loin...Accélération technologique, basculements culturels, secousses écologiques, économiques, sociétales, folies politiques et géopolitiques... Notre époque est charnière, nous sommes à la croisée des chemins. Mais le bruit est permanent, les informations fusent, tout change trop vite et on n'y comprend rien. À quoi jouons-nous ? 
Ça fait maintenant six ans que je questionne les mutations du monde, que j'essaie de comprendre les causes profondes et les dynamiques qui déterminent notre avenir. J'ai interviewé une centaine d'experts pour mon podcast Sismique, des philosophes, des chercheurs, des entrepreneurs, des économistes, des scientifiques, des artistes... 
Avec ce livre, je poursuis cette enquête en profondeur et tente de démêler la grande pelote de notre époque, de découvrir la logique qui sous-tend l'ensemble, les nœuds et les liens, les règles du jeu. Le monde est un vaste théâtre, jetons ensemble un œil aux coulisses, et revenons sur scène plus lucides.

Recommandé par : Julien Devaureix

Episode : Julien Devaureix et son livre le monde change et on n'y comprend rien - L'Octet Vert

Mémoires d'Hadrien Marguerite Yourcenar

Cette oeuvre est à la fois roman, histoire et poésie. En imaginant les Mémoires d'un grand empereur romain, l'auteur a voulu "refaire du dedans ce que les archéologues du XIXᵉ siècle ont fait du dehors". Jugeant sans complaisance sa vie d'homme et son oeuvre politique, Hadrien n'ignore pas que Rome finira un jour par périr, mais son réalisme romain et son humanisme hérité des Grecs lui font sentir l'importance de penser et de servir jusqu'au bout. "... Je me sentais responsable de la beauté du monde", dit ce héros dont les problèmes sont ceux de l'homme de tous les temps : les dangers mortels qui du dedans et du dehors menacent lescivilisations, la quête d'un accord harmonieux entre le bonheur et la "discipline auguste", entre l'intelligence et la volonté.

Frédéric Biousse : Notamment pour la dernière phrase : "Tachons de rentrer dans la mort les yeux ouverts".

Julien Devaureix : Ca m'avait vraiment marqué. L'empereur qui se pose des questions sur le monde, sur la puissance, sur la vie, sur la politique. C'est très philosophique et en même temps très ancré dans une forme de réalité historique. J'avais trouvé ça fascinant, extrêmement bien écrit.

Recommandé par : Julien Devaureix (et aussi par Bertrand Badré, Frédéric Biousse)

Episode : Julien Devaureix et son livre le monde change et on n'y comprend rien - L'Octet Vert

Système 1 / Système 2 : Les deux vitesses de la pensée Daniel Kahneman

Comment prenons-nous nos décisions ? Qu'est-ce qui guide nos préférences et nos jugements ? Quand faut-il faire confiance à notre intuition ? Tels sont les fils rouges de cet ouvrage, dans lequel Daniel Kahneman nous emmène à la rencontre étonnante des deux "personnages" qui se partagent notre esprit. Le "Système 1" est rapide, intuitif et émotionnel ; le "Système 2" est lent, réfléchi et logique. Via de multiples expériences auxquelles le lecteur est invité à s'essayer lui-même, Daniel Kahneman expose les ravages des partis pris et autres biais cognitifs dont nous sommes les jouets : illusion de familiarité, effet de halo, biais optimiste, effet d'ancrage... Fruit de toute une vie de recherche, Système 1 / Système 2 dessine une théorie brillante qui offre des prolongements pratiques immédiats dans la vie quotidienne et professionnelle.

Julien Devaureix : Sur les biais cognitifs, qui avait été important pour moi. On a beaucoup parlé des biais cognitifs, donc c'est un peu moins percutant peut-être, mais je l'avais lu, je crois, en 2012, quelque chose comme ça. Important pour moi parce que c'était une vraie prise de conscience par rapport au fait qu'en fait on n'était pas du tout rationnel. Beaucoup moins rationnel que ce qu'on croyait, beaucoup plus manipulable, et qu'en fait on se trompait énormément sur nous-mêmes, sur le monde, sur la logique, etc. Donc c'était une des choses qui avait été un déclencheur dans la prise de conscience de ces oeillères.

Recommandé par : Julien Devaureix (et aussi par Rob Spiro, Clément Viktorovitch)

Episode : Julien Devaureix et son livre le monde change et on n'y comprend rien - L'Octet Vert

C'est (vraiment?) moi qui décide : Les raisons cachées de nos choix Dan Ariely

Pourquoi la période des soldes nous pousse-t-elle à acheter des choses dont nous n'avons aucun besoin ? Pourquoi sommes-nous persuadés qu'une aspirine à 50 centimes nous guérit plus sûrement qu'une autre à 5 centimes ? Pourquoi des gens intelligents comme vous et moi prennent-ils régulièrement des décisions absurdes ? Parce que nous ne sommes pas aussi rationnels que nous le voudrions. Et cette irrationalité se traduit par une multitude de "mauvais" choix, qui touchent tant à notre quotidien qu'à des décisions plus importantes - acquérir une maison, changer de travail ou se lancer dans une relation amoureuse. Conçu à partir d'expériences aussi variées qu'instructives, ce livre devenu un classique aide à déjouer les pièges de notre irrationalité.

Recommandé par : Julien Devaureix

Episode : Julien Devaureix et son livre le monde change et on n'y comprend rien - L'Octet Vert

Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent Adele Faber, Elaine Mazlish

Pourquoi se quereller avec les enfants quand il est possible de faire autrement ? Basé sur de récentes prises de conscience en psychologie, ce livre présente des façons innovatrices de résoudre les problèmes qu'on rencontre dans toute relation parent-enfant. Il met de l'avant une approche lucide, sensible et respectueuse, qui entraîne moins de stress et plus de gratification pour les parents comme pour les enfants. On y trouve des techniques à la fois concrètes, pratiques et surtout efficaces. Ça fonctionne, les résultats sont là! De charmantes bandes dessinées illustrent comment les habiletés de communication s'appliquent dans la vie quotidienne. Les parents apprennent comment : s'y prendre avec les sentiments négatifs de l'enfant, ses frustrations, ses déceptions, sa colère, etc ; suciter le désir de coopérer ; mettre des limites fermes tout en maintenant un climat d'ouverture ; éviter le recours à la punition ; favoriser l'image positive de l'enfant ; résoudre les conflits familiaux dans une atmosphère de calme.

Recommandé par : Caroline Lamaud Dupont

Episode : WeMaintain & Anaxago - Entrepreneuriat et congé maternité : l’importance de trouver son équilibre - Génération Do It Yourself (GDIY)

Au coeur des émotions de l'enfant : Comment réagir aux larmes et aux paniques Isabelle Filliozat

Les parents sont souvent démunis devant l’intensité des émotions de leur enfant. Ils cherchent volontiers à les calmer, à faire taire les cris, les pleurs. Or l’émotion a un sens, une intention. Elle est guérissante. Ce livre très concret tire ses exemples du quotidien, aide les parents à comprendre la peur, la colère, la joie, la tristesse et le besoin de l’enfant d’exprimer ces sentiments. Tout cela pour mieux l’accompagner vers l’autonomie et vers davantage d’apaisement.

Recommandé par : Caroline Lamaud Dupont

Episode : WeMaintain & Anaxago - Entrepreneuriat et congé maternité : l’importance de trouver son équilibre - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le bébé est un mammifère Michel Odent

Michel Odent, auteur et obstétricien reconnu, est à l’origine de l’évolution des pratiques d’accouchement (maisons de naissance, accouchement dans l’eau, accompagnement par une doula, etc.). Il prend le contre-pied des pratiques surmédicalisées, parfois traumatiques, de l’accouchement classique.

S’appuyant sur notre dimension animale, il détaille les besoins primordiaux des femmes lors de la mise au monde, et réaffirme le nécessaire respect des comportements instinctifs de la mère et du nouveau-né au cours des premières semaines de vie. Ce texte référence en matière d’accouchement naturel et de périnatalité,  offre au lecteur toutes les clés pour faire ses choix en conscience, et propose des pistes pour l’hôpital de demain.

Recommandé par : Jade Francine

Episode : WeMaintain & Anaxago - Entrepreneuriat et congé maternité : l’importance de trouver son équilibre - Génération Do It Yourself (GDIY)

Comment devenir un papa féministe Jordan Shapiro

Il existe des centaines de guides sur l’art d’être parent. Mais lorsqu’il s’agit de livres sur l’identité parentale, presque tous s’intéressent à la vie des mères. Voici un ouvrage qui s’adresse enfin aux pères ! Si vous vous demandez comment vous faire écouter par vos enfants sans forcément hausser le ton ou comment faire pour ne pas tomber dans les clichés de genre quand il s’agit d’éducation, alors ce livre est fait pour vous ! Très riche en références philosophiques et sociologiques, Comment devenir un papa féministe aborde des sujets aussi divers que variés.

De Zeus à Dark Vador : pourquoi les images du père dont nous disposons sont totalement inadaptées à notre nouvelle ère ?

Masculinité toxique, autorité patriarcale narcissique, essentialisme de genre, inclusivité : un éclairage instructif sur ces notions, parfois mal comprises.

Et finalement, c’est quoi être un père féministe ? 

Un livre passionnant qui invite à la réflexion et à la remise en question, et qui apprend aux pères à profiter des joies de la paternité tout en les guidant vers une image de la virilité adaptée au monde moderne.

Recommandé par : Jade Francine

Episode : WeMaintain & Anaxago - Entrepreneuriat et congé maternité : l’importance de trouver son équilibre - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'Homme en guerre 1901-2001 - De la Marne à Sarajevo Philippe Masson

Le XXè siècle a été particulièrement belligène. Aux deux guerres mondiales se sont ajoutés les conflits d'Extrême-Orient, Corée, Viêt-nam, les guerres de décolonisation, Indochine, Algérie, celles du Proche-Orient, la guerre du Golfe... Ces conflits ont mis en jeu des forces très diverses : des troupes conventionnelles ou des armées révolutionnaires. Pour l'homme, toutes ces guerres présentent un caractère différent. Elles impliquent des appelés, des réservistes ou des engagés. La combativité a dû s'adapter à toute une série d'armes nouvelles, artillerie lourde, blindé, aviation, armes chimiques. Les pertes ont été extrêmement variables, de quelques dizaines à plusieurs millions de morts parfois. Au cours du siècle, le combattant a connu la guerre traditionnelle mais aussi des mutations profondes. Ainsi, l'efficacité croissante des services de santé, ou encore les sorts divers réservés aux prisonniers de guerre. Certains pays ont appliqué strictement les conventions internationales, d'autres leur ont infligé des traitements que l'on croyait révolus. Autre caractère du XXè siècle, le culte des morts, tout au moins chez les Occidentaux, est associé, pour la première fois dans l'Histoire, à des cimetierres militaires considérés comme lieux de mémoire. Dernière innovation, le statut changeant des anciens combattants, tenus pour des héros ou des parias par les opinions publiques, suivant la nature des conflits. Dans tous les domaines, on observe une grande variété de comportements, à la mesure de la guerre elle-même qui reste, suivant la formule de Clausewitz, " un caméléon ".

Christian Harbulot : Un bouquin d'un auteur que j'aime beaucoup, je l'ai cité, Philippe Masson, parce qu'il est tombé dans les oubliettes, c'est un historien militaire. Je crois que c'est hélas un livre d'actualité et il faut aller boire à cette source.

Recommandé par : Christian Harbulot

Episode : Christian Harbulot : Qui aurait pu prédire : la guerre économique ? - Thinkerview

Combattre en dictature Jean-Luc Leleu

Un nouveau regard porté sur la Wehrmacht à son crépuscule.
Jean-Luc Leleu entend explorer le fonctionnement global de la Wehrmacht face au spectre de la défaite. Il s'agit de comprendre les acteurs plutôt que raconter les événements. Pour ce faire, les forces armées allemandes sont étudiées au prisme de la bataille de Normandie à l'été 1944 : une confrontation qui a vu quelque 640 000 soldats du Reich s'opposer pendant douze semaines à près de 2 millions de combattants alliés. Deux volets structurent le livre. Le premier consiste à appréhender la manière dont les stratèges allemands ont anticipé l'offensive alliée et y ont préparé leurs troupes. A cet égard, le Débarquement est analysé en fonction des réactions dans une situation d'extrême urgence. Comment réagissent les acteurs d'une chaîne de commandement face à un événement majeur aux contours mal définis, sur la base d'informations parfois erronées, souvent imprécises, toujours parcellaires ? Ceux qui commandent prennent-ils (ou ne prennent-ils pas) les bonnes décisions en temps et en heure ? Il apparaît ainsi que les premières contre-mesures allemandes furent loin d'être efficaces, faute de pouvoir localiser le point d'effort exact des Alliés. 
Le second grand volet concerne les attitudes rencontrées au combat au sein d'une institution militaire évoluant ici dans le cadre de la dictature nazie. L'analyse des pertes (tués, blessés, malades et prisonniers de guerre) permet tout d'abord de déterminer le degré de consentement au sacrifice et de mesurer quelles sont les catégories de personnels qui, selon l'âge, le grade, la fonction et l'unité, portèrent le fardeau du combat. Ensuite elle permet de toucher du doigt l'intensité des combats au fil des semaines et de déterminer les points de rupture dans la combativité des troupes. 
Sous couvert d'un sujet - la Wehrmacht - maint fois exploré, c'est donc une étude riche et originale que nous livre cet éminent specialiste de la Seconde Guerre mondiale.

Christian Harbulot : Jean Leleu, qui est lui aussi un historien et qui a écrit "Combattre en dictature". Et pourquoi ce livre ? Parce que c'est au moment du débarquement, juin 1944, c'est la Wehrmacht. Comment elle réagit ? Et on parlait de résilience, l'image que je retiens de ce livre, c’est quand Leleu démontre que ceux qui venaient du front de l'Est et qui arrivaient en Normandie, ils en arrivaient presque à dire qu'ils venaient d'un front facile. Parce qu'il y a cette image d'une compagnie allemande qui voit arriver 20 bombardiers, qui se dit "pas pour nous, c'est pour derrière" et qui se prend les 20 bombardiers. Et qu'après il y a une deuxième vague et c'est 40 bombardiers. Et après il y a une troisième vague et c'est 100 bombardiers. C'est-à-dire que là, Leleu, il nous remet en perspective la réalité de la guerre sous différents angles. Et comment les Allemands arrivent, malgré le fait de se faire déchiqueter la tête, ils sont toujours là dans le bocage normand. On est dans la vraie vie. Et ce n'est pas la vie que nous souhaitons, bien sûr, mais c'est voir ça.

Recommandé par : Christian Harbulot

Episode : Christian Harbulot : Qui aurait pu prédire : la guerre économique ? - Thinkerview

Les abeilles grise Andreï Kourkov

Dans un petit village abandonné de la «zone grise», coincé entre armée ukrainienne et séparatistes prorusses, vivent deux laissés-pour-compte : Sergueïtch et Pachka. Désormais seuls habitants de ce no man’s land, ces ennemis d’enfance sont obligés de coopérer pour ne pas sombrer, et cela malgré des points de vue divergents vis-à-vis du conflit. Aux conditions de vie rudimentaires s’ajoute la monotonie des journées d’hiver, animées, pour Sergueïtch, de rêves visionnaires et de souvenirs. Apiculteur dévoué, il croit au pouvoir bénéfique de ses abeilles qui autrefois attirait des clients venus de loin pour dormir sur ses ruches lors de séances d’«apithérapie». Le printemps venu, Sergueïtch décide de leur chercher un endroit plus calme. Ayant chargé ses six ruches sur la remorque de sa vieille Tchetviorka, le voilà qui part à l’aventure. Mais même au milieu des douces prairies fleuries de l’Ukraine de l’ouest et du silence des montagnes de Crimée, l’œil de Moscou reste grand ouvert...

Christian Harbulot : C'est l'histoire d'un type qui vit dans la zone grise du Donbass. Et il élève des abeilles. Ce type-là, c'est un être humain. Et c'est l'espoir de l'humanité dans la manière dont il vit. Et c'est un super roman. Parce qu'il y a cette soif de vivre, dans un rapport d'un homme qui élève des ruches d’abeilles, et qui va d'un bord à l'autre.

Recommandé par : Christian Harbulot

Episode : Christian Harbulot : Qui aurait pu prédire : la guerre économique ? - Thinkerview

Les quatre accords toltèques Miguel Ruiz

Castaneda a fait découvrir au grand public les enseignements des chamans mexicains qui ont pour origine la tradition toltèque, gardienne des connaissances de Quetzacoatl, le serpent à plumes. Dans ce livre, Don Miguel révèle la source des croyances limi-tatrices qui nous privent de joie et créent des souffrances inutiles. br/ br/ Il montre en des termes très simples comment on peut se libérer du conditionnement collectif - le rêve de la planète, basé sur la peur - afin de retrouver la dimension d'amour inconditionnel qui est à notre origine et constitue le fondement des enseignements toltèques. br/ br/ Les quatre accords proposent un puissant code de conduite capable de transformer rapidement notre vie en une expérience de liberté, de vrai bonheur et d'amour. Le monde fascinant de la Connaissance véritable et incarnée est enfin à la portée de chacun.

Recommandé par : Vincent Defrasne (et aussi par Nicolas Meilhan)

Episode : AYAQ - Prendre sa retraite sportive à 33 ans et se lancer dans l’entrepreneuriat écoresponsable - Génération Do It Yourself (GDIY)

Lovemarks : Le nouveau souffle des marque Kevin Roberts

"Pour survivre, les grandes marques doivent susciter une fidélité allant au-delà de la raison. C'est pour elles le seul moyen de ne pas se fondre dans la masse informe des millions de marques sans avenir. Le secret pour y arriver ? S'entourer de mystère, de sensualité et d'intimité. C'est un engagement passionné dans ces trois concepts forts qui crée les Lovemarkset dessine l'avenir de la marque."

Kevin Roberts est convaincu que l'amour sera un élément clé du succès des entreprises. Lovemarks est une approche originale du monde des affaires. Il relate le grand bouleversement qui a conduit des produits aux marques en passant par les trademarks, pour nous presser d'évoluer vers l'étape suivante : les Lovemarks.

L'auteur porte un regard acéré et critique sur les marques qui ne peut laisser indifférent. Son constat est simple : les marques sont à bout de souffle.

La solution ? Développer des produits et des expériences qui créent des relations émotionnelles à long terme avec les consommateurs.

L'idée que la marque appartient aux consommateurs, et non aux entreprises, est fondamentale. Ce livre montre que ce ne sont pas seulement les virtuoses du business qui feront l'avenir des affaires, mais aussi des gens passionnés, des "acteurs inspirateurs", comme Kevin Roberts les appelle.

Vincent Defrasne : Un livre profond, même si ça se lit de manière assez rapide, c'est plutôt des principes que de la grande littérature. C'est assez remarquable, avec un principe de base de se dire que pour être aimer de ses clients, il faut leur témoigner d’abord, en tant que marque, du respect et de l'amour. Je crois que c'est un peu un résumé de ce qu'on peut ressortir de ce livre.

Recommandé par : Vincent Defrasne

Episode : AYAQ - Prendre sa retraite sportive à 33 ans et se lancer dans l’entrepreneuriat écoresponsable - Génération Do It Yourself (GDIY)

Lettres d'adieux au marketing Denis Gancel, Gilles Deléris

Assignés à résidence par un micro-organisme tyrannique, deux fondateurs d'une agence de communication et leur équipe scrutent par leur fenêtre l'évolution d'un monde soudainement figé mais qui pourtant s'éloigne. 
Pour abolir les distances qui, physiquement, les séparent, ils choisissent la correspondance et adressent à leur métier des Lettres d'adieux pleines de désir de le revoir transformé et acteur d'une croissance responsable. Deux fondateurs d'une agence de communication et leur équipe scrutent par leur fenêtre l'évolution d'un monde soudainement figé mais qui pourtant s'éloigne.

Vincent Defrasne : Le principe de ce livre, et c'est intéressant je trouve, et c'est assez motivant pour Ayaq, c'est de dire que l'ère du marketing est terminée et qu'on est plutôt dans une ère où les marques doivent montrer et parler de leurs contributions, leurs contributions environnementales, sociales, et au lieu de faire croire que deux produits semblables sont dissemblables avec un marketing surfait, eh bien selon Denis, on est plutôt dans une ère où il il faut parler de notre contribution.

Recommandé par : Vincent Defrasne

Episode : AYAQ - Prendre sa retraite sportive à 33 ans et se lancer dans l’entrepreneuriat écoresponsable - Génération Do It Yourself (GDIY)

Une histoire d'amour et de ténèbres Amos Oz

" Tu veux jouer à inventer des histoires ? Un chapitre chacun ? Je commence ? Il était une fois un village que ses habitants avaient déserté. Même les chats et les chiens étaient partis. Et les oiseaux aussi. " Le petit garçon qui joue ainsi à inventer des histoires à la demande de sa mère est devenu un grand romancier. Sa mère n'est plus là, mais il tient malgré tout à poursuivre le récit de l'existence tumultueuse de sa famille et de ses aïeux. De Jérusalem, où il est né, il retourne en Ukraine et en Lituanie, et fait revivre tous les acteurs de cette tragi-comédie familiale. Leurs vies sont parfois broyées par la grande Histoire et toujours marquées par leurs propres drames intimes, illusions perdues et rêves avortés. Au cœur d'une narration riche, d'une ampleur et d'une puissance romanesques jusque-là inconnues dans l'œuvre d'Amos Oz, la disparition tragique de la mère demeure la question à laquelle ce roman cherche une réponse. Une histoire d'amour et de ténèbres est un livre bouleversant où l'histoire d'un peuple et la vérité d'un homme se confondent.

Anaïs Voy Gillis : Pour moi, ce qui est important d'avoir dans sa vie, c'est un livre qui est un livre refuge. C'est-à-dire que c'est le livre auquel je peux me référer comme un vaccin au temps qui passe et une forme de spleen. Et moi, un des livres qui est un refuge pour moi, c'est un livre que j'ai lu assez jeune, qui s'appelle "Une histoire d'amour et de ténèbres" d'Amos Oz, qui est un auteur israéliens qui est décédé.

Recommandé par : Anaïs Voy Gillis

Episode : Anaïs Voy-Gillis : Industrie : le déclin français, et après ? - Sismique

En attendant Bojangles Olivier Bourdeaut

Devant leur petit garçon, ils dansent sur "Mr. Bojangles" de Nina Simone. Chez eux, il n'y a de place que pour le plaisir et la fantaisie. Celle qui mène le bal, c'est la mère, feu follet imprévisible. Elle les entraîne dans un tourbillon de poésie pour que la fête continue, coûte que coûte. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Anaïs Voy Gillis : Il faut toujours avoir un livre qui invite aux rêves, à la contemplation et à la méditation, quelque chose qui nous permet de nous évader. Dans ce cas-là, c'est un livre qui s'appelle "En attendant Bojangles" de Olivier Bourdeaut, et je conseille d'écouter Nina Simone en même temps qu'on lit ce livre, parce-que c'est vraiment une ode à la folie, c'est une fin très triste, mais il y a quelque chose qui me fait toujours rire.

Recommandé par : Anaïs Voy Gillis (et aussi par Jérôme Idelon)

Episode : Anaïs Voy-Gillis : Industrie : le déclin français, et après ? - Sismique

City of quartz : Los Angeles, capitale du futur Mike Davis

Rythmé par un va-et-vient permanent entre culture et société, réel et imaginaire, passé et présent, City of Quartz explore le destin de Los Angeles à travers son urbanisme et son architecture, ses élites politiques et économiques, ses intellectuels et ses artistes, sa police et sa multiethnicité. Pétrie de mythes hollywoodiens et de contradictions écologiques et sociales, la mégapole y est décrite comme le prisme grossissant permettant de saisir certaines tendances lourdes de la société américaine : privatisation grandissante des espaces publics, séparatisme fiscal et résidentiel des possédants, polarisation sociale et économie de la drogue, développement des dispositifs de sécurité et de surveillance. Paradigme de l'Extrême-Occident, L.A. nous parle aussi des virtualités de notre avenir social et urbain.
Devenu un classique de la sociologie urbaine, cet ouvrage original, déployant une gamme étonnante de ressources intellectuelles et esthétiques, s'adresse à un large public. Inclassable, il est à la ville postmoderne ce que Paris, capitale du XIXe siècle de Walter Benjamin est au monde d'Haussmann et de Baudelaire.

Recommandé par : Anaïs Voy Gillis

Episode : Anaïs Voy-Gillis : Industrie : le déclin français, et après ? - Sismique

Eloge du carburateur : essai sur le sens et la valeur du travail Matthew B. Crawford

Matthew B. Crawford était un brillant universitaire, bien payé pour travailler dans un think tank à Washington. Au bout de quelques mois, déprimé, il démissionne pour ouvrir... un atelier de réparation de motos. À partir du récit de son étonnante reconversion, il livre dans cet ouvrage intelligent et drôle une réflexion particulièrement fine sur le sens et la valeur du travail dans les sociétés occidentales. 
Mêlant anecdotes, récit, et réflexions philosophiques et sociologiques, il montre que ce " travail intellectuel ", dont on nous rebat les oreilles, se révèle pauvre et déresponsabilisant. À l'inverse, il restitue l'expérience de ceux qui, comme lui, s'emploient à fabriquer ou réparer des objets – dans un monde où l'on ne sait plus qu'acheter, jeter et remplacer. Le travail manuel peut même se révéler beaucoup plus captivant d' un point de vue intellectuel que tous les nouveaux emplois de l'" économie du savoir ".

Recommandé par : Anaïs Voy Gillis

Episode : Anaïs Voy-Gillis : Industrie : le déclin français, et après ? - Sismique

Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand Céline

- Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !... - T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d'opinions, ou bien si tard, que ça n'en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres ! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C'est lui qui nous possède ! Quand on est pas sage, il serre... On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger... Pour des riens, il vous étrangle... C'est pas une vie... - Il y a l'amour, Bardamu ! - Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches et j'ai ma dignité moi ! que je lui réponds.

Recommandé par : Martin Solveig (et aussi par Flore Vasseur)

Episode : Alma Studio - Faire danser les foules et émerveiller les enfants : la double vie d’un DJ superstar - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'anomalie Hervé Le Tellier

"Il est une chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l'intelligence, et même le génie, c'est l'incompréhension."En juin 2021, un événement insensé bouleverse les vies de centaines d'hommes et de femmes, tous passagers d'un vol Paris-New York. Parmi eux : Blake, père de famille respectable et néanmoins tueur à gages ; Slimboy, pop star nigériane, las de vivre dans le mensonge ; Joanna, redoutable avocate rattrapée par ses failles ; ou encore Victor Miesel, écrivain confidentiel soudain devenu culte.Tous croyaient avoir une vie secrète. Nul n'imaginait à quel point c'était vrai.Roman virtuose où la logique rencontre le magique, L'anomalie explore cette part de nous-mêmes qui nous échappe.

Recommandé par : Martin Solveig (et aussi par Georges Ugeux)

Episode : Alma Studio - Faire danser les foules et émerveiller les enfants : la double vie d’un DJ superstar - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Quai de Wigan George Orwell

Dans l'émission " Réponses à vos questions ", diffusée par la B.B.C. le 2 décembre 1943, George Orwell répondait ainsi à la question " Quelle est la longueur du quai de Wigan, et qu'en est-il au juste de ce quai ? " : " Eh bien, je dois avouer, au risque de vous décevoir, que le quai de Wigan n'existe pas. En 1936, je me suis déplacé tout exprès pour le voir - et je ne l'ai pas trouvé. Toutefois, il a bien existé un jour, et, si l'on juge par les photographies, il devait faire quelque chose comme sept mètres de long. Wigan se trouve au cœur du pays minier et, si l'on peut lui trouver certains attraits, ce n'est pas dans le pittoresque du lieu qu'il faut les chercher. Le décor est principalement constitué de terrils évoquant les montagnes lunaires, de montagnes de boue, de cendres et de suie ; pour une raison que j'ignore - il existe cinquante autres endroits qui ne valent pas mieux - Wigan a toujours symbolisé la laideur inhérente aux districts de grande industrie. Il y a eu, à une époque, sur l'un des petits canaux bourbeux qui enserrent la ville, un appontement de bois perpétuellement branlant. Un loustic trouva amusant de le baptiser " quai de Wigan ". Le mot a fait son chemin, les chansonniers s'en sont emparés et c'est ainsi que se perpétue la légende du " quai de Wigan ", démoli depuis longtemps.

Aurore Stéphant : C'est un super bouquin, ça fait longtemps que je l'ai pas lu, il faudrait que je le relise, du coup. En fait, c'est un livre qui a été publié par George Orwell en 1937 et qui décrit la situation de la classe ouvrière au nord de l'Angleterre dans les zones charbonnières et industrielles. C'est presque écrit sous forme de reportage, vous voyez, c'est très descriptif, enfin c'est pas un reportage on s'entend, mais enfin c'est du George Orwell quand même, mais vous voyez, c'est très descriptif et ça vous décrit très bien la situation de la classe ouvrière, dans les années 30. Le livre a été publié en 1937. Il y a une très bonne traduction qui a été faite vraiment, qui est très agréable. Donc voilà, ça c'est un beau bouquin à lire. C'est pour changer un tout petit peu de, un, de germinal et, deux, parler de la condition de travail des gens et de se rappeler que derrière ça il y a des hommes et des femmes, et des femmes et des hommes qui travaillent, durs, et qui font souvent leur maximum, même dans des les sites miniers actuels pour produire du métal, toujours plus de métal, à des coûts toujours réduits.

Recommandé par : Aurore Stéphant

Episode : Aurore Stéphant : Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ? - Thinkerview

Paradis sous terre : Comment le Canada est devenu la plaque tournante de l'industrie minière mondiale Alain Deneault, William Sacher

Le Canada - à l'image de ce que peut être la Suisse pour la finance internationale - est devenu un havre réglementaire et judiciaire pour l'industrie minière mondiale. S'appuyant sur un remarquable travail d'investigation, Alain Deneault et William Sacher démontent le mythe d'un pays qui serait guidé par les principes les plus vertueux, en dévoilant comment les politiques avantageuses canadiennes ne font pas seulement la fortune des sociétés nationales, mais amènent les firmes d'autres pays du Nord à s'enregistrer au Canada pour profiter des complaisances du régime. Avec, dans les pays du Sud, de l'autre côté du miroir aux alouettes que constitue la Bourse de Toronto, un pillage massif des ressources, des expropriations violentes voire meurtrières de populations entières, la pollution durable de vastes territoires, les manoeuvres d'intimidation à l'encontre des opposants, les pertes sèches dans les trésors publics des pays concernés, les faits de corruption avérés...

Aurore Stéphant : Alors c'est un ouvrage qui est un peu moins connu, que j'ai personnellement beaucoup apprécié, ou comment le Canada est devenu la plaque tournante de l'industrie minière mondiale. En fait, ça vous raconte la situation du Canada en termes de régimes juridique, fiscaux, assez exceptionnels. Donc voilà, donc Paradis sous Terre, publié en 2012, ça vous raconte aussi la Bourse de Toronto, où il y a plus de la moitié des entreprises minières mondiales, des sociétés minières mondiales qui sont basées.

Recommandé par : Aurore Stéphant

Episode : Aurore Stéphant : Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ? - Thinkerview

La Contamination du monde : Une histoire des pollutions à l'âge industriel François Jarrige, Thomas Le Roux

Autrefois sources de nuisances locales circonscrites, les effets des activités humaines sur l’environnement se sont transformés en pollutions globales. Rendre compte de l’histoire des pollutions à l’échelle planétaire permet de ne pas sombrer dans la sidération ni dans le découragement face à un processus qui semble devenu inéluctable. Car le grand mouvement de contamination du monde qui s’ouvre avec l’industrialisation est avant tout un fait social et politique, marqué par des cycles successifs, des rapports de force, des inerties, des transformations culturelles. Cet ouvrage analyse les conflits et l’organisation des pouvoirs à l’âge industriel, mais aussi les dynamiques qui ont modelé la modernité capitaliste et ses imaginaires du progrès.

Aurore Stéphant : La Contamination du Monde de François Jarige et Thomas Le Roux, qui reviennent en fait depuis l'ère de l'industrialisation sur 300 ans de pollution, de conflit, de gestion aussi de ces conflits depuis donc du coup l'ère de l'industrialisation.

Recommandé par : Aurore Stéphant

Episode : Aurore Stéphant : Effondrement : notre civilisation au bord du gouffre ? - Thinkerview

Technologies partout, démocratie nulle part: Plaidoyer pour que les choix technologiques deviennent l'affaire de tous Yaël Benayoun et Irénée Régnauld

Pour sortir de cette confiscation du progrès, les auteurs proposent des actions concrètes et réalistes qui replacent le débat démocratique et les revendications citoyennes au coeur du développement technologique, afin que la question du progrès devienne l'affaire de tous.

Romane Clément : Le super livre de Yaël Benayoun et Irénée Régnauld, livre à recommander honnêtement à tout le monde.

Recommandé par : Romane Clément (et aussi par Louise Vialard)

Episode : Romane Clément et la décarbonation du numérique dans la culture - L'Octet Vert

Le Meilleur des mondes Aldous Huxley

Voici près d'un siècle, dans d'étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un État Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains " sauvages " dans des réserves. La culture in vitro des fœtus a engendré le règne des " Alphas ", génétiquement déterminés à être l'élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis. Le meilleur des mondes est possible. Aujourd'hui, il nous paraît même familier...

Romane Clément : "64 000 répétitions, en font une vérité". C'est tiré de ce livre et je trouve que ça rend bien compte de tout le techno-solutionnisme aussi et des imaginaires, des mythes technologiques qui nous entourent.

Recommandé par : Romane Clément (et aussi par Laurent Alexandre)

Episode : Romane Clément et la décarbonation du numérique dans la culture - L'Octet Vert

Coupures Paul-éloi Forget, Samuel Valensi

Ce soir, dans l’assistance, personne n’y comprend plus rien. Comment Frédéric, maire écologiste, agriculteur, jeune père de famille, engagé, rêveur, recyclage, circuit-court, pistes cyclables et festival de musique débranchée… bref, comment Frédéric a-t-il pu décider seul, et dans le secret, du déploiement de la dernière génération d’antennes-relais partout dans la commune ? Coupures aborde la place que le citoyen occupe, ou plutôt celle qu’il n’occupe pas, dans le débat démocratique. La création de Coupures a eu lieu le 5 janvier 2022 au Théâtre de Belleville dans une mise en scène de Paul-Éloi Forget et Samuel Valensi avec June Assal, Michel Derville, Paul-Éloi Forget, Valérie Moinet, Samuel Valensi et Lison Favart en alternance avec Emelyne Chirol.

Recommandé par : Romane Clément

Episode : Romane Clément et la décarbonation du numérique dans la culture - L'Octet Vert

L’ange exterminateur, la vraie vie de Bernard Arnault Airy Routier

Comment, en partant d'une PME familiale, Bernard Arnault a-t-il pu devenir, en moins de vingt ans, l'un des hommes les plus riches et les plus influents de France ?
Actionnaire principal de LVMH, le premier groupe mondial du luxe, de Christian Dior et de centaines d'autres sociétés, Bernard Arnault fait irruption au coeur du capitalisme français en reprenant l'empire Boussac. Il a 35 ans, le look provincial, et une détermination totale. L'ange exterminateur « se méfie » de tout et de tous. Aussi, de peur d'être abattu, il dégaine le premier.
Jusqu'à ce jour de mars 1999 où il apprend que son alter ego François Pinault vient de lui souffler le maroquinier de luxe italien Gucci. Plus qu'un coup financier, c'est une blessure personnelle que Bernard Arnault ne supporte pas. S'ensuit une bataille féroce...

Airy Routier brosse un univers balzacien, celui des trente dernières années de la vie économique et financière française qui ont vu, au gré des alternances politiques, des empires industriels s'effondrer et de nouvelles fortunes apparaître. À travers les secrets de la réussite de Bernard Arnault, L'ange exterminateur lève le voile sur des méthodes qui tranchent singulièrement avec l'image lisse que le roi du luxe veut donner de lui-même.

Recommandé par : Damien Morin (et aussi par Nicolas Schweitzer)

Episode : Mobile.club - Viser 80M de CA et devenir le leader de la location de smartphone - Génération Do It Yourself (GDIY)

Build : An Unorthodox Guide to Making Things Worth Making Tony Fadell

Everyone deserves a mentor. 

For every career crisis, every fork in the road, you need someone to talk to. Someone who's been there before, who knows exactly how wobbly and conflicted you feel, who can give it to you straight:

Here's how to think about choosing a job.
Here's how to be a better manager.
Here's how to approach design.
Here's how to start a company.
Here's how to run it.

Tony Fadell learned all these lessons the hard way. He spent the first 10 years of his career in Silicon Valley failing spectacularly, and the next 20 building some of the most impactful devices in history - the iPod, iPhone, and Nest Learning Thermostat. He has enough stories and advice about leadership, design, startups, mentorship, decision making, devastating screwups, and unbelievable success to fill an encyclopedia.

So that's what this book is. An advice encyclopedia. A mentor in a box.

Recommandé par : Damien Morin

Episode : Mobile.club - Viser 80M de CA et devenir le leader de la location de smartphone - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le Grand Meaulnes Alain-Fournier

Enigmatique et bravache, ce nouveau pensionnaire de l'école de Sainte-Agathe, rapidement surnommé le "Grand Meaulnes" par les autres élèves, n'en finit pas de subjuguer. Son mystère augmente encore quand, au retour d'une fugue, il raconte son étrange aventure: la rencontre d'une très belle jeune fille dans un château inconnu lors d'une fête fabuleuse. Avec l'aide de François, le fils de l'instituteur, il part en quête de ce paradis perdu. "Mais le passé peut-il renaître ?" Cette question qui hante Meaulnes, c'est celle que se pose Alain-Fournier, à travers ce roman nourri de souvenirs personnels.

Recommandé par : Lydia Bourguignon

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Loué sois-tu - Laudato si Pape François

L'encyclique sur l'écologie du Pape François.

Recommandé par : Lydia Bourguignon

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Flore Bonnier Gaston Bonnier

5 338 figures représentant les caractères de toutes les espèces avec une carte des régions de la France et une carte des régions de la Suisse.

Recommandé par : Lydia Bourguignon

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Avant que nature meure Jean Dorst

Beaucoup de choses se sont passées depuis que, en 1965, Jean Dorst a publié son fameux Avant que nature meure, analyse vivante et prémonitoire de la crise d’érosion de la biodiversité aujourd’hui avérée. Et appel à l’action : pour que l’homme se réconcilie avec la nature. Les faits donnent raison à cette analyse documentée et réfléchie. Tous ont besoin de la profondeur de ce récit, de son ampleur tant naturaliste qu’historique et géographique, pour être pleinement compris.

Certes, des avancées réelles ont été obtenues sur le plan des connaissances, de la prise de conscience, de la mobilisation et de l’action. Mais la biodiversité continue de se déchirer. Pourquoi ? Que faire ? D’abord, relire Avant que nature meure, qui a conservé toute son actualité, sa pertinence… et sa saveur. Ensuite, s’appuyer sur une synthèse de ce qui s’est passé depuis 1965, sur les développements en matière de connaissance et de protection de la biodiversité, et sur les obstacles qui persistent.

Avec Pour que nature vive, Robert Barbault prolonge ce récit écologique, avec des rappels fréquents sur les clairvoyances étonnantes d’actualité. Il confirme la réalité de la crise d’extinction de la biodiversité et en précise l’ampleur et les modalités, à la lumière des faits… et des analyses de Jean Dorst. Il s’attache ensuite à souligner l’ample mobilisation qui s’est déployée depuis les années 1970, et ouvre la perspective – encore utopique mais qui s’enracine –, de cette réconciliation avec la nature, dans un esprit de solidarité écologique, sur la base d’une éthique de la biosphère.

Avant que nature meure a posé dès 1965 les fondements scientifiques de la biodiversité. C’est une prise de conscience avant-gardiste, bien avant les sommets de Rio et de Johannesburg. Le vingtième anniversaire du sommet de Rio est l’occasion de redécouvrir ce texte majeur.

Recommandé par : Claude Bourguignon

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Printemps silencieux Rachel Carson

Premier ouvrage sur le scandale des pesticides, Printemps silencieux a entraîné l’interdiction du DDT aux États-Unis. Cette victoire historique d’un individu contre les lobbies de l’industrie chimique a déclenché au début des années 1960 la naissance du mouvement écologiste. Printemps silencieux est aussi l’essai d’une écologue et d’une vulgarisatrice hors pair. En étudiant l’impact des pesticides sur le monde vivant, du sol aux rivières, des plantes aux animaux, et jusqu’à nos cellules et notre ADN, ce livre constitue l’exposition limpide, abordable par tous, d’une vision écologique du monde. Avec plus de 2 000 000 d’exemplaires vendus, Printemps silencieux est un monument de l’histoire culturelle et sociale du 20e siècle.

Recommandé par : Claude Bourguignon

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Les racines du ciel Romain Gary

La viande ! C'était l'aspiration la plus ancienne, la plus réelle, et la plus universelle de l'humanité. Il pensa à Morel et à ses éléphants et sourit amèrement. Pour l'homme blanc, l'éléphant avait été pendant longtemps uniquement de l'ivoire et pour l'homme noir, il était uniquement de la viande, la plus abondante quantité de viande qu'un coup heureux de sagaie empoisonnée pût lui procurer. L'idée de la "beauté" de l'éléphant, de la "noblesse" de l'éléphant, c'était une idée d'homme rassasié...

Recommandé par : Claude Bourguignon (et aussi par Chloé Ridel)

Episode : Lydia et Claude Bourguignon : Les sols à l'agonie, peut-on encore les sauver ? - Thinkerview

Hooked : comment créer un produit ou un service qui ancre des habitudes Nir Eyal

Selon une étude universitaire, les gens consultent leur téléphone 34 fois par jour. Mais d'après les spécialistes du secteur, on approcherait plutôt le chiffre sidérant de 150 consultations quotidienne.

RECONNAISSONS-LE : NOUS SOMMES ACCROS !"

C'est en ces termes que Nir Eyal touche du doigt la plus grande réussite marketing de ces dernières décennies. Au fil des pages il décrypte le mécanisme de l'addiction à un produit ou à un service.

Les neurosciences ont largement permis de comprendre le fonctionnement de notre cerveau et de jouer sur notre besoin de satisfaction. Cela se déroule en quatre étapes :

1. Déclencheurs
2. Récompense
3. Action
4. Investissement
Vous êtes marketeur, créateur, entrepreneur ? Il vous dévoile le processus infaillible qui permettra de rendre votre client accro.

Vous être client, utilisateur ? Vous comprendrez pourquoi vous ne pouvez plus vous passer de telle application, de tel service ou de tel produit.

Recommandé par : Fanny Moizant

Episode : Vestiaire Collective - Bâtir un empire de la seconde main pour une consommation plus responsable - Génération Do It Yourself (GDIY)

Effondrement : Comment les sociétés décident de leur disparition ou de leur survie Jared Diamond

Au rythme actuel de la croissance démographique, et particulièrement de l'augmentation des besoins économiques, de santé et en énergie, les sociétés contemporaines pourront-elles survivre demain ? La réponse se construit à partir d'un tour du monde dans l'espace et dans le temps - depuis les sociétés disparues du passé (les îles de Pâques, de Pitcairn et d'Henderson ; les Indiens mimbres et anasazis du sud-ouest des États-Unis ; les sociétés moche et inca ; les colonies vikings du Groenland) jusqu'aux sociétés fragilisées d'aujourd'hui (Rwanda, Haïti, Saint-Domingue, la Chine, le Montana et l'Australie) en passant par les sociétés qui surent, à un moment donné, enrayer leur effondrement (la Nouvelle-Guinée, Tikopia et le Japon de l'ère Tokugawa). De cette étude comparée, et sans pareille, Jared Diamond conclut qu'il n'existe aucun cas dans lequel l'effondrement d'une société ne serait attribuable qu'aux seuls dommages écologiques. Plusieurs facteurs, au nombre de cinq, entrent toujours potentiellement en jeu : des dommages environnementaux ; un changement climatique ; des voisins hostiles ; des rapports de dépendance avec des partenaires commerciaux ; les réponses apportées par une société, selon ses valeurs propres, à ces problèmes. Cette complexité des facteurs permet de croire qu'il n'y a rien d'inéluctable aujourd'hui dans la course accélérée à la dégradation globalisée de l'environnement.

Recommandé par : Yamina Saheb

Episode : Yamina Saheb : Climat : la grande hypocrisie - Sismique

The metamorphosis of the world Ulrich Beck

We live in a world that is increasingly difficult to understand. It is not just changing: it is metamorphosing. Change implies that some things change but other things remain the same capitalism changes, but some aspects of capitalism remain as they always were. Metamorphosis implies a much more radical transformation in which the old certainties of modern society are falling away and something quite new is emerging. To grasp this metamorphosis of the world it is necessary to explore the new beginnings, to focus on what is emerging from the old and seek to grasp future structures and norms in the turmoil of the present. 

Take climate change: much of the debate about climate change has focused on whether or not it is really happening, and if it is, what we can do to stop or contain it. But this emphasis on solutions blinds us to the fact that climate change is an agent of metamorphosis. It has already altered our way of being in the world the way we live in the world, think about the world and seek to act upon the world through our actions and politics. Rising sea levels are creating new landscapes of inequality drawing new world maps whose key lines are not traditional boundaries between nation-states but elevations above sea level. It is creating an entirely different way of conceptualizing the world and our chances of survival within it.

The theory of metamorphosis goes beyond theory of world risk society: it is not about the negative side effects of goods but the positive side effects of bads. They produce normative horizons of common goods and propel us beyond the national frame towards a cosmopolitan outlook.

Recommandé par : Yamina Saheb

Episode : Yamina Saheb : Climat : la grande hypocrisie - Sismique

Le Mont Analogue René Daumal

"Le 10 octobre suivant, nous nous embarquions sur l'Impossible. Nous étions huit, on s'en souvient. [...] Il avait été convenu entre nous que nous ne dirions pas, dans nos entourages, le but exact de notre expédition ; car, ou bien on nous aurait jugés insensés, ou, plus probablement, on aurait cru que nous racontions des histoires pour dissimuler le vrai but de notre entreprise, sur lequel on aurait toutes sortes de suppositions. Nous avions annoncé que nous allions explorer quelques îles de l'Océanie, les montagnes de Bornéo et les Alpes australiennes. Chacun avait pris ses dispositions pour une longue absence d'Europe."L'auteur fait le pari que les mythologies disent vrai. Il existerait un centre originel du monde, un mont sacré qui ouvrirait une possibilité de communication avec l'au-delà.Réunissant une expédition pour découvrir ce Mont Analogue resté jusqu'alors inaccessible au commun des mortels, René Daumal fait le récit vertigineux de cette escalade en forme de quête.

Paul Mouginot : C'est un livre en fait que j'offre beaucoup à mes amis. René Daumal, c'est un auteur qui était proche des surréalistes, comme André Breton, etc. Mais qui ne se qualifie pas lui-même de surréaliste, et en fait il est mort à 36 ans de la tuberculose et il est mort en écrivant ce livre et donc ce livre se termine par une virgule, c'est un livre inachevée. C'est très étonnant, voilà, j'ai pas d'autres mots. C'est vraiment un livre qui a fait levier sur certaines découvertes scientifiques de l'époque mais en même temps qui est très poétique. Ca raconte un groupe qui se constitue presque comme une équipe d’entrepreneurs, tu vois, mais un groupe qui se constitue pour aller découvrir puis faire l'ascension d'une montagne parce qu'ils savent, ils ont cette intuition forte, qu'il existe une montagne plus haute que l'Everest qui est tellement immense sur la terre qu'elle est tellement grande qu'elle dévie les rayons du soleil, un peu tu vois avec les lois de la relativité etc. et que c'est pour ça qu’on ne la voit qu'à certains moments. Et ils arrivent à la trouver, ils découvrent un village avec des coutumes totalement différentes, les systèmes financiers sont très différents et ils font l'ascension d'une montagne et ça se termine par une sorte de glissement de terrain et c'est trop beau.

Etienne Klein : Si vous voulez rêver, je vous conseille Le mont analogue de René Daumal, qui est un livre inachevé, puisque René Daumal est mort en 1943, si ma mémoire est bonne, pendant l'écriture de ce roman, qui est un livre qu'on peut lire de mille façons différentes. A ma connaissance, c'est le premier roman qui prend au sérieux la relativité générale dont on a parlé. C'est une histoire d'une montagne dont on ne voit pas le sommet, parce qu'elle est tellement massive qu'elle a courbé l'espace dans son voisinage, de sorte que la lumière, venant de son sommet, ne peut pas nous parvenir. Il y a la cordé qui part à la conquête de ce sommet, qui disparait, c'est toute une histoire, et puis surtout, il y a une idée que je trouve magnifique, il dit quelque part que quand on escalade une montagne, quand on atteint le sommet, on la fait descendre. Tant que la montagne n'a pas été conquise, elle appartient au domaine des cieux et une fois qu'elle a été conquise, elle devient terrestre. Donc escalader une montagne, la gravir, c’est la faire descendre.

Recommandé par : Paul Mouginot (et aussi par Etienne Klein)

Episode : Stabler - Repousser les limites de l’imagination grâce à l’IA : chronique d’un entrepreneur visionnaire - Génération Do It Yourself (GDIY)

Leurs enfants après eux Nicolas Mathieu

Août 1992. Une vallée perdue quelque part dans l’Est, des hauts-fourneaux qui ne brûlent plus, un lac, un après-midi de canicule. Anthony a quatorze ans, et avec son cousin, pour tuer l’ennui, il décide de voler un canoë et d’aller voir ce qui se passe de l’autre côté, sur la fameuse plage des culs-nus. Au bout, ce sera pour Anthony le premier amour, le premier été, celui qui décide de toute la suite. Ce sera le drame de la vie qui commence. 

Avec ce livre, Nicolas Mathieu écrit le roman d’une vallée, d’une époque, de l’adolescence, le récit politique d’une jeunesse qui doit trouver sa voie dans un monde qui meurt. Quatre étés, quatre moments, de «Smells Like Teen Spirit» à la Coupe du monde 98, pour raconter des vies à toute vitesse dans cette France de l’entre-deux, des villes moyennes et des zones pavillonnaires, de la cambrousse et des ZAC bétonnées. La France du Picon et de Johnny Hallyday, des fêtes foraines et d’«Intervilles», des hommes usés au travail et des amoureuses fanées à vingt ans. Un pays loin des comptoirs de la mondialisation, pris entre la nostalgie et le déclin, la décence et la rage.

Recommandé par : Franck Annese (et aussi par Marc Simoncini)

Episode : SO PRESS - Les secrets de la presse qui cartonne (SO FOOT, Society, So Film) - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les praticiens de l'infernal Pierre La Police

Fongor et les frères Thémistecle reviennent! Publiées entre 1994 et 1996 sous forme de feuilleton hebdomadaire dans le magazine Les Inrockuptibles, les aventures de Fongor Fonzym et des mutants Thémistecle ont été saluées d'un succès public dépassant le cercle habituel des amateurs de bandes dessinées. Fongor c'est la vache qui rit puissance dix. Il digère à la manière des poissons, c'est à dire qu'il ne fait pas la différence entre les lipides et les protides, d'ou la pigmentation étrange de sa peau et la présence de sa curieuse membrane qui lui sert à appuyer sur le ventre des autres mammifères. Quant aux mutants Thémistecle, c'est le tout premier phénomène de jumeaux greco-romains potelés et meurtriers depuis Rémus et Romulus. Ils peuvent résister aux tremblements de terre et sont dépourvus de prostate. Ils aiment sortir en jupe et sont porteurs de nombreux germes microbiens concentrés dans les petites plaies qu'ils ont en permanence entre les doigts.

Recommandé par : Franck Annese

Episode : SO PRESS - Les secrets de la presse qui cartonne (SO FOOT, Society, So Film) - Génération Do It Yourself (GDIY)

Lettres à un jeune poète Rainer Maria Rilke

En 1903, Rilke répond à Franz Kappus, un jeune homme de vingt ans, élève d’un prytanée militaire, qui lui a envoyé ses premiers essais poétiques. Neuf autres lettres suivront, que Kappus publiera en 1929, trois ans après la mort de Rilke. Leur retentissement n’a fait que s’accroître depuis. Bien plus, en effet, qu’un entretien sur le métier poétique, elles forment une extraordinaire méditation sur la solitude, la création, l’accomplissement intérieur de notre être.
Cette nouvelle traduction s’accompagne ici d’essais échelonnés entre 1912 et 1919, Sur le poète, Instant vécu et Bruit originaire, ainsi que de poèmes écrits en français, à la fin de sa vie, par l’auteur des Elégies de Duino. Trois visages d’un des plus grands poètes du xxe siècle.

Recommandé par : Hervé Machenaud

Episode : Hervé Machenaud : Souveraineté énergétique : vers une tiers-mondisation de la France ? - Thinkerview

Regards sur le monde actuel Paul Valéry

Le génie de Paul Valéry - l'un des esprits les plus puissants et les plus lucides du siècle - a été non pas seulement de penser tout ce qui traversait son esprit, mais de le repenser, et en particulier les notions qu'il avait reçues ou qu'il s'était, comme tout le monde, formées, et qui servent aux groupes humains à réfléchir sur leurs relations. Comme tout lui était objet de pensée, il a réuni, ici, des essais, au sens véritable du terme, dont le dessein est de préciser " quelques idées qu'il faudrait bien nommer politiques ". De celle de la dictature, à celle sur les fluctuations de l'Amérique comme projection de l'esprit européen... Comme dans sa poésie - aussi bien que dans ses spéculations sur le fonctionnement de l'intellect, ou l'entrelacement du système nerveux et des sentiments, - Valéry se montre dans ces pages tel que Claudel le voyait : " ... l'esprit attentif à la chair et l'enveloppant d'une espèce de conscience épidermique, le plaisir atteint par la définition, tout un beau corps gagné, ainsi que par un frisson, par un réseau de propositions exquises "...

Hervé Machenaud : Fascinant de prévision de ce qu'il est en train de se passer, écrit dans les années 20 ou 30. Incroyable.

Recommandé par : Hervé Machenaud

Episode : Hervé Machenaud : Souveraineté énergétique : vers une tiers-mondisation de la France ? - Thinkerview

L'Enracinement Simone Weil

"L'enracinement est peut-être le besoin le plus important et le plus méconnu de l'âme humaine. C'est un des plus difficiles à définir. Un être humain a une racine par sa participation réelle, active et naturelle à l'existence d'une collectivité qui conserve vivants certains trésors du passé et certains pressentiments d'avenir. Participation naturelle, c'est-à-dire amenée automatiquement par le lieu, la naissance, la profession, l'entourage. Chaque être humain a besoin d'avoir de multiples racines. Il a besoin de recevoir la presque totalité de sa vie morale, intellectuelle, spirituelle, par l'intermédiaire des milieux dont il fait naturellement partie." Simone Weil.

Hervé Machenaud : Fondamental dans les enjeux qui, de mon point de vue, sont en train de se jouer dans la société.

Eric Sadin : L’enracinement, qu'elle a écrit en pleine guerre en 1943, elle est morte avant, c'est Albert Camus qui l'a publiée chez Gallimard en 1949, où elle parle du besoin humain d'être enraciné. Mais enraciné pas sous la logique barricienne ou d'extrême droite du terroir. L'enracinement, ça veut dire être dans des situations où nous sommes dans des états d'équilibre. C'est-à-dire pas en porte à foi avec nous-mêmes. Enracinement dans un territoire, enracinement avec des valeurs qui nous meuvent, enracinement dans des rapports qui sont épanouissements et qui ne laissent pas avec les autres, enracinement avec le milieu, c'est-à-dire être à notre place. C'est ça, enraciné. Chacun a sa place, sa place qui est mobile, qui est faite de volonté. Et je pense que quand je parle d'enracinement, je parle du migrant, je pense que le problème d'immigration aujourd'hui c'est évidemment, c'est énorme, mais nous sommes tous des migrants, nous avons tous été plus ou moins des migrants et retrouver notre place et dans l'action et dans l’équilibre, c'est un enjeu majeur. Donc, Simone Weil, au moment de la guerre, a vu ce besoin de retrouver ce besoin d'équilibre et quand il nous fait défaut, il nous rend fou.

Recommandé par : Hervé Machenaud (et aussi par Eric Sadin)

Episode : Hervé Machenaud : Souveraineté énergétique : vers une tiers-mondisation de la France ? - Thinkerview

Le jour où la Chine va gagner - La fin de la suprématie américaine Kishore Mahbubani

Mahbubani analyse la compétition que se livrent la Chine et les Etats-Unis, il en présente les enjeux et prévoit son issue. L'auteur montre que Washington, sûre de sa puissance, cumule les erreurs notamment en augmentant ses dépenses militaires et sans établir une stratégie de coopération internationale sur le long terme. Selon lui, aucun des deux pays n'aurait intérêt à ce que cette rivalité aboutisse à un affrontement militaire toutefois le conflit géopolitique semble inextricable.

Hervé Machenaud : Explique ce que l'occident est en train de ne pas comprendre sur ce qui se passe dans le monde, en restant, les Etats-Unis en particulier, complètement crispés sur leur position dominante, et qui va exploser s'ils se crispent trop, alors que ce serait l'intérêt commun de voir que le monde est divers et peut se construire ensemble dans la diversité.

Recommandé par : Hervé Machenaud

Episode : Hervé Machenaud : Souveraineté énergétique : vers une tiers-mondisation de la France ? - Thinkerview

En avant Maxime de Rostolan

Nous allons dans le mur, de plus en plus vite. 
Et nous avançons en marche... arrière. 
L'environnement et la justice sociale se délitent. 
La démocratie recule, les libertés se restreignent. 
À réfléchir, on se demande qui tient la boussole du bon sens. 
À agir, on échoue dans des impasses économiques et institutionnelles. 

Nous n'avons plus le choix : il faut changer le système. 
Construire ensemble des fondations solides pour la maison commune. 
Lucidité écologique et action politique pour faire émerger une société désirable et résiliente !

Recommandé par : Lucie Basch

Episode : Too Good To Go - L’hypercroissance au service de l’anti-gaspillage alimentaire - Génération Do It Yourself (GDIY)

Ouvrir une voie Emmanuel Faber

Emmanuel Faber, le patron visionnaire écarté de Danone, partage sa passion de la montagne et ses engagements pour l'avenir. " Nous sommes au pied de la montagne. Nous avons dix ans pour ouvrir une nouvelle voie et nous y engager tous ensemble. " 

Passée sa brutale éviction de Danone, Emmanuel Faber se pose dans un refuge des Alpes. Il raconte comment la montagne et l'escalade ont dessiné son itinéraire : l'orage en Oisans dans l'enfance, les falaises du Vercors à l'adolescence, seul dans la tempête une nuit d'hiver à ski, en collectif pour l'ouverture d'une nouvelle voie sur le granite corse. Il partage son expérience hors du commun de patron activiste et livre sa vision des enjeux d'aujourd'hui et demain. 

Un appel vibrant à la prise de conscience et à l'action.

Recommandé par : Lucie Basch

Episode : Too Good To Go - L’hypercroissance au service de l’anti-gaspillage alimentaire - Génération Do It Yourself (GDIY)

Le fil de l'épée Charles de Gaulle

Publié en juillet 1932, Le Fil de l'épée est le premier livre d'envergure publié par le commandant Charles de Gaulle. Œuvre habitée, anticonformiste, politique et littéraire, elle est aussi " matrice d'un destin ". On y découvre les lignes de force d'une pensée déjà tournée vers l'action, hantée par la grandeur et la passion de la France.

Recommandé par : Thierry Pick

Episode : Clinitex - Les secrets de management d’un laveur de carreaux - Génération Do It Yourself (GDIY)

L’économique et le vivant René Passet

Nouvelle édition actualisée de l’ouvrage désormais classique qui, dès 1979, ouvrait la voie encore inexplorée de la recherche d’harmonisation entre les deux processus de destruction créatrice que sont le développement économique et l’évolution naturelle. Après avoir analysé les conflits de logiques opposant la sphère productive à celle de la vie, l’auteur situe les mécanismes du développement dans les comportements sociaux et les régulations de la nature ; il en tire des principes fondamentaux concernant l’organisation sociale et la politique économique. Précurseur du développement durable, ce livre annonce clairement l’émergence de la société informationnelle et applique une approche multidimensionnelle de systèmes complexes.

Emmanuel Hache : Un bouquin de 1976, mon maître à penser d'un point de vue écologique, c'est René Passet. Il a écrit un bouquin qui s'appelle "L'économique et le vivant", qui est... j'ai presque envie de dire qu'il y a tout. Tout. Toute la pensée écologique est là, les problématiques sont déjà là, les réponses sont là, les débats sur la décroissance, la croissance, post-croissance sont déjà là et quelque part ça a été un de mes professeurs, il est absolument extraordinaire.

Recommandé par : Emmanuel Hache

Episode : Emmanuel Hache : Minerais et métaux : un enjeu stratégique - Sismique

Shibumi Trevanian

Nicholaï Hel est l'assassin le plus doué de son époque et l'homme le plus recherché du monde. Son secret réside dans sa détermination à atteindre une forme rare d'excellence personnelle : le shibumi. Après avoir été élevé dans le Japon de l'après-guerre et initié à l'art subtil du Go, il est désormais retiré dans sa forteresse du Pays basque. Il se retrouve alors traqué par une organisation internationale de terreur et d'anéantissement "la Mother Company" et doit se préparer à un ultime affrontement. Shibumi, le chef-d'œuvre de Trevanian, est un formidable roman d'espionnage et une critique acerbe de l'Amérique. Avec, toujours, l'intelligence et l'humour noir qui sont la marque de fabrique de cet auteur exceptionnel.

Emmanuel Hache : Shibumi, c'est un peu le samouraï des temps modernes. Et il a une définition de ce que c'est que être Shibumi. Et il dit tout simplement, Shibumi, c'est compréhension plus que connaissance, modestie sans pruderie, simplicité harmonieuse. Et il dit, la concision intelligente, c'est exister sans angoisse de devenir. Et je trouve que exister sans angoisse de devenir, c'est un état dans lequel on devrait être tous. Or justement, les problématiques écologiques, les problématiques politiques, en gros, nous empêchent d'exister parce que justement, on a cette angoisse du lendemain et on devrait beaucoup apprendre en fait de ce samurai japonais qui passe son temps en fait dans le pays basque. Donc je vous conseille ce bouquin, il est absolument génial. 1979, très très vieux livre mais qui a été réédité et c'est un peu un maître à penser Shibumi.

Recommandé par : Emmanuel Hache

Episode : Emmanuel Hache : Minerais et métaux : un enjeu stratégique - Sismique

Le Monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l’impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d’humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l’énergie et du changement climatique au coeur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s’avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d’Orsay" signé avec l’expertise d’un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Charles Christory : Un bouquin que tout le monde devrait lire parce qu'on doit comprendre comment notre monde fonctionne, pourquoi on en est arrivé là dans un monde d'énergie fossile depuis 100 ans.

Justine Hutteau : Géniale cette BD. Elle est ouf en fait, je l'ai lu deux fois et mon père l'a lu quatre fois et j’en parle à chaque dîner, l'offre à tout le monde. En fait je trouve que cette BD elle t'ouvre les yeux sur le monde, sur l’environnement, sur où on va et ce qu'il faut faire. Et aujourd'hui je trouve que les discours d'environnement sont très anxiogènes et je trouve que Jancovici a réussi à le rendre beaucoup moins anxiogène, mais juste éducatif. En fait, je vous éduque, je vous raconte ce qui se passe vraiment. Et du coup, je vous donne les clés pour agir mieux et changer des choses dans vos vies. Et du coup, j'adore cette BD et pour moi, ça doit être la Bible qui se retrouve dans chaque foyer.

Nicolas Meilhan : C'est quand même assez incroyable, ce qu'il a fait avec Christophe Blain. Moi ça fait plus de 15 ans que je parle du sujet autour de moi, mais là, je vois tout le monde autour de moi qui a ce livre-là. Ils ne l'ont pas forcément lui jusqu'à la fin, mais il a quand même réussi à faire pénétrer le sujet dans les chaumières.

Recommandé par : Justine Hutteau (et aussi par Nicolas Meilhan, Charles Christory, Nicolas Meilhan, Olivier Cotinat, Jean-Marc Jancovici, Thibaud Elzière, Alexandre Chrétien, Christophe Clouzeau)

Episode : Respire - Faire le buzz et chambouler la cosmétique naturelle - Génération Do It Yourself (GDIY)

La Bible

Kevin Kelly : Tout le monde, y compris en dehors de l'Occident, devrait lire la Bible à un moment donné de sa vie. C'est un livre qui a une influence énorme sur notre culture. Et peu importe ce que vous pensez qu'elle dit, elle ne dit pas cela. Lisez-la donc vous-même. C'est un livre étonnant, dérangeant, génial, stupéfiant. Et c'est un élément tellement essentiel de la culture occidentale et même de la culture moderne que vous vous devez de le lire par vous-même, pour vous-même.

Recommandé par : Nouriel Roubini (et aussi par Gaël Giraud, Kevin Kelly)

Episode : Nouriel Roubini : Mégamenaces, un avenir sombre, des politiques dans le déni ? - Thinkerview

Le rouge et le noir Stendhal

Jeune ambitieux nourri à la légende napoléonienne, Julien Sorel entre au service du maire de son village, Monsieur de Rênal, comme percepteur de ses enfants. Cet ombrageux mais séduisant jeune homme, soucieux de faire oublier ses origines modestes, ne recule devant rien pour assouvir ses désirs d'élévation sociale. 
Deux femmes l'aimeront qu'il aimera également : la douce Madame de Rênal, dont il devient l'amant, et l'intense Mathilde de la Mole, toutes deux instruments de son ascension – et accessoires, passionnés, de sa chute. 

Recommandé par : Nouriel Roubini

Episode : Nouriel Roubini : Mégamenaces, un avenir sombre, des politiques dans le déni ? - Thinkerview

L'Interprétation du rêve Sigmund Freud

Dans les pages qui vont suivre j'apporterai la preuve qu'il existe une technique psychologique permettant d'interpréter des rêves et qu'avec l'application de ce procédé toute espèce de rêve se révèle être une création psychique chargée de sens qui doit être rangée à un endroit localisable dans le fonctionnement psychique actif de l'état de veille. J'essaierai en outre d'expliquer clairement les processus à l'origine du caractère étrange et inconnaissable du rêve, puis d'en tirer une conclusion rétrospective sur la nature des forces psychiques dont la coopération ou l'action antagonique provoque le rêve. Une fois parvenu à ce terme, mon exposé s'interrompra, dès lors qu'il aura atteint le point où le problème de l'activité onirique débouche dans des problèmes plus globaux, dont la solution doit par force être abordée sur la base d'un autre matériau.

Recommandé par : Nouriel Roubini

Episode : Nouriel Roubini : Mégamenaces, un avenir sombre, des politiques dans le déni ? - Thinkerview

Belle du Seigneur Albert Cohen

Solennels parmi les couples sans amour, ils dansaient, d'eux seuls préoccupés, goûtaient l'un à l'autre, soigneux, profonds, perdus. Béate d'être tenue et guidée, elle ignorait le monde, écoutait le bonheur dans ses veines, parfois s'admirant dans les hautes glaces des murs, élégante, émouvante, exceptionnelle, femme aimée, parfois reculant la tête pour mieux le voir qui lui murmurait des merveilles point toujours comprises, car elle le regardait trop, mais toujours de toute son âme approuvées, qui lui murmurait qu'ils étaient amoureux, et elle avait alors un impalpable rire tremblé, voilà, oui, c'était cela, amoureux, et il lui murmurait qu'il se mourait de baiser et bénir les longs cils recourbés, mais non pas ici, plus tard, lorsqu'ils seraient seuls, et alors elle murmurait qu'ils avaient toute la vie, et soudain elle avait peur de lui avoir déplu, trop sûre d'elle, mais non, ô bonheur, il lui souriait et contre lui la gardait et murmurait que tous les soirs ils se verraient."Ariane devant son seigneur, son maître, son aimé Solal, tous deux entourés d'une foule de comparses : ce roman n'est rien de moins que le chef-d'oeuvre de la littérature amoureuse de notre époque.

Recommandé par : Olivier Lluansi (et aussi par Marc Simoncini)

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Le Bateau ivre et autres poèmes Arthur Rimbaud

En 1871, lorsqu'il écrit "Le Bateau ivre", Rimbaud a tout juste dix-sept ans. Destiné au cercle des poètes parisiens et faisant office de présentation du jeune auteur, ce poème révèle déjà tout le génie de celui qui, "à seize ans, avait écrit les plus beaux vers du monde (Verlaine). Les autres poèmes du recueil - "Sensation", "Roman", "Ma bohème" - célèbrent la communion avec la nature, le vagabondage et l'éternelle jeunesse.

Recommandé par : Olivier Lluansi

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Où atterrir ? Bruno Latour

Peut-on continuer à faire de la politique comme si de rien n'était, comme si tout n'était pas en train de s'effondrer autour de nous ? Dans ce court texte politique, Bruno Latour propose de nouveaux repères, matérialistes, enfin vraiment matérialistes, à tous ceux qui veulent échapper aux ruines de nos anciens modes de pensée. Cet essai voudrait relier trois phénomènes que les commentateurs ont déjà repérés mais dont ils ne voient pas toujours le lien –; et par conséquent dont ils ne voient pas l'immense énergie politique qu'on pourrait tirer de leur rapprochement. 
D'abord la " dérégulation " qui va donner au mot de " globalisation " un sens de plus en plus péjoratif ; ensuite, l'explosion de plus en plus vertigineuse des inégalités ; enfin, l'entreprise systématique pour nier l'existence de la mutation climatique. 
L'hypothèse est qu'on ne comprend rien aux positions politiques depuis cinquante ans, si l'on ne donne pas une place centrale à la question du climat et à sa dénégation. Tout se passe en effet comme si une partie importante des classes dirigeantes était arrivée à la conclusion qu'il n'y aurait plus assez de place sur terre pour elles et pour le reste de ses habitants. C'est ce qui expliquerait l'explosion des inégalités, l'étendue des dérégulations, la critique de la mondialisation, et, surtout, le désir panique de revenir aux anciennes protections de l'État national. 
Pour contrer une telle politique, il va falloir atterrir quelque part. D'où l'importance de savoir comment s'orienter. Et donc dessiner quelque chose comme une carte des positions imposées par ce nouveau paysage au sein duquel se redéfinissent non seulement les affects de la vie publique mais aussi ses enjeux.

Recommandé par : Olivier Lluansi

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Vers la renaissance industrielle Anaïs Voy-Gillis, Olivier Lluansi

Hier délaissée, considérée comme dépassée, l'industrie fait son retour : donner à nouveau la priorité à l'industrie, dans un pays comme la France, s'impose comme une nécessité ! L'industrie française est en train de se transformer en profondeur sous l'impulsion de la révolution du numérique et de la transition écologique. Si de nombreuses opportunités se présentent, il est d'abord nécessaire de reconstruire le récit des années de la désindustrialisation et de l'abandon de cette activité vitale pour l'économie nationale. On ne construit pas un futur, sans assumer son passé. Longtemps, ce récit a été parcellaire, douloureux à écrire pour ceux que la désindustrialisation a touché en profondeur dans les territoires. Il a été partiellement occulté par le dogme d'une économie de services, alors que la création de richesse se concentrait dans les métropoles et fragilisait la cohésion nationale. Aujourd'hui l'innovation, l'économie de la fonctionnalité, la recomposition des chaînes de valeur et d'autres facteurs laissent entrevoir une renaissance de l'industrie. Cette renaissance appelle à une mobilisation renouvelée des acteurs, des savoir-faire, des territoires et des pouvoirs publics. Au fil de l'ouvrage - illustré avec une iconographie originale -, les auteurs appuient leurs analyses sur leurs expertises, mais aussi sur des "regards croisés". Débattre du futur de notre industrie est une question de cohésion nationale, de souveraineté technologique, d'indépendance économique et donc l'affaire du plus grand nombre. La renaissance de notre industrie est une nécessité, non seulement pour notre prospérité collective, notre indépendance mais aussi pour la cohésion de nos territoires et du corps social français. Ceci mérite une discussion ouverte et documentée ; ce livre y contribue avec succès.- Louis Gallois.

Recommandé par : Olivier Lluansi

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Vie et destin Vassili Grossman

Dans ce roman-fresque, composé dans les années 1950, à la façon de Guerre et paix, Vassili Grossman (1905-1964) fait revivre l’URSS en guerre à travers le destin d’une famille, dont les membres nous amènent tour à tour dans Stalingrad assiégée, dans les laboratoires de recherche scientifique, dans la vie ordinaire du peuple russe, et jusqu’à Treblinka sur les pas de l’Armée rouge. Au-delà de ces destins souvent tragiques, il s’interroge sur la terrifiante convergence des systèmes nazi et communiste alors même qu’ils s’affrontent sans merci.
Radicalement iconoclaste en son temps – le manuscrit fut confisqué par le KGB, tandis qu’une copie parvenait clandestinement en Occident –, ce livre pose sur l’histoire du xxe siècle une question que philosophes et historiens n’ont cessé d’explorer depuis lors. Il le fait sous la forme d’une grande œuvre littéraire, imprégnée de vie et d’humanité, qui transcende le documentaire et la polémique pour atteindre à une vision puissante, métaphysique, de la lutte éternelle du bien contre le mal.

Recommandé par : Louis Gallois

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Quatrevingt-treize Victor Hugo

Dans la Vendée de 1793, trois personnages s'affrontent : l'aristocrate Lantenac, fidèle à son passé, son petit-neveu Gauvain, tourné vers l'avenir généreux de la République, et le conventionnel Cimourdain, plus durement soucieux des exigences présentes de la Révolution et de la Terreur. Dans cette épopée où le romancier mêle la fiction de l'intrigue et la réalité de l'Histoire - Danton, Robespierre et Marat sont au centre du livre -, chacun des trois héros se trouve ainsi guidé par une certaine idée du devoir et de l'honneur. Et chacun sera conduit à une forme d'héroïsme qui n'écarte pas la mort.
L'écrivain se refuse donc à trancher, et Quatrevingt-Treize n'est pas un roman à thèse : «Je ne veux ni du crime rouge ni du crime blanc.» Mais la violence où s'achevait l'Ancien Régime était certainement un mal nécessaire, et ce qui s'affirme dans ce livre qui paraît en 1874 et sera le dernier roman de Hugo, c'est une vision de l'Histoire qui garde trace, sans doute, de la Commune récente où une même violence fit retour, mais ne s'interdit pas l'espérance.

Recommandé par : Louis Gallois

Episode : Louis Gallois et Olivier Lluansi : La fin de l'abondance industrielle ? - Thinkerview

Lettre à nos petits-enfants John Maynard Keynes

C’est en 1930 que J. M. Keynes publie cet essai dans lequel il propose une réflexion prospective et philosophique sur le devenir du capitalisme. Il y défend vertement l’idée de la fin d’une société gouvernée par l’économie (et de la « science » économique), qui aura alors fini de jouer son rôle, ainsi que l’avènement d’une société de l’abondance. Il exhorte ses descendants à ne pas oublier les priorités humaines essentielles. Et les économistes, tout comme les sociologues ou les philosophes, à toujours s’interroger sur l’avenir des générations futures sans sombrer dans le pessimisme ambiant. 
Un texte toujours très actuel qui démontre la stupéfiante clairvoyance de Keynes…

Claire Nouvian : C'est épatant de clairvoyance sur les enjeux qui vont être les nôtres. Il a vu tout vu. Et donc, il dit en fait qu'il faut toujours questionner nos besoins par rapport à nos désirs. Et je pense que c'est une bonne matrice. On peut toujours se dire est-ce que j'en ai besoin ou est-ce que j'en ai envie ? Et si j'en ai envie, est-ce que j'en ai eu envie assez longtemps ?

Recommandé par : Claire Nouvian

Episode : Claire Nouvian : Océan : l’état d’urgence absolue - Sismique

La Clinique Du Coureur Blaise Dubois, Frédéric Berg

La Clinique Du Coureur s’est imposé comme un livre référence en course à pied, running et trail. Cette nouvelle édition, actualisée et augmentée, vient poursuivre cet élan.
Blaise Dubois est un expert international de la santé en course à pied. Ce physiothérapeute et sa Clinique Du Coureur sont devenus incontournables, formant chaque année des milliers de kinés, révolutionnant leur manière d’anticiper et soigner les blessures des coureurs.
La méthode Blaise Dubois, c’est une lecture implacable
de la science qui bouleverse les idées reçues et déconstruit de nombreuses fausses vérités.
Manuel érudit, mais accessible et pédagogique, La Clinique du Coureur est un livre pour courir autrement,
un manuel pour apprendre à mieux courir.

Recommandé par : Mathieu Blanchard

Episode : Ultratrail et Aventure - Commencer le running à 26 ans et devenir une légende de l’ultratrail - Génération Do It Yourself (GDIY)

Commune frugale : La révolution du ménagement Collectif

Le mouvement pour une frugalité heureuse et créative, initié notamment par des architectes et des urbanistes, milite activement pour une refonte totale de notre rapport à l’aménagement du territoire qui, jusqu’à présent, dans une logique de croissance matérielle, a gaspillé une grande part des ressources naturelles du globe, détruisant par la même occasion la biodiversité et certaines communautés et cultures humaines. Il s’agit dès lors de sortir de cette logique productiviste de l’aménagement à tout va des territoires pour promouvoir à l’inverse un ménagement prenant soin des ressources et des vivants, humains et non-humains. L’unité fondamentale de ce nouveau paradigme est la commune, échelle à laquelle les auteurs estiment que peut s’exprimer au mieux l’intelligence collective.

Recommandé par : Timothée Parrique

Episode : Timothée Parrique sur la décroissance - L'Octet Vert

Second manifeste convivialiste : Pour un monde post-néolibéral Internationale convivialiste

Rien n’est plus urgent que d’élaborer une pensée et une intelligibilité du monde alternatives à celles que le néolibéralisme a su imposer à toute la planète. Et c’est d’une philosophie politique (au sens large du terme) que nous avons besoin, mais qui ne pourra pas consister en un simple retour au socialisme, au communisme, à l’anarchisme ou au libéralisme classiques ; ni résulter de la simple addition des analyses développées par tel ou tel philosophe, économiste, sociologue, aussi justes soient-elles. Parce qu’il ne suffira pas que ces analyses soient justes. Si elles le sont, encore faudra-t-il qu’elles soient largement crues et partagées, et si possible à l’échelle du monde.

Il est grand temps d’esquisser une avancée collective décisive dans le champ des idées. Tel est le pari de ce manifeste, résultat d’un travail qui réunit des intellectuels, mais aussi des activistes, des écrivains et des artistes, quelque 300 personnalités de 33 pays différents qui ont toutes accepté de privilégier les idées qu’elles partagent. Sans trop forcer le trait, on pourrait dire que ce Second manifeste convivialiste est le manifeste d’une Internationale informelle naissante. Une Internationale qui ne demande qu’à s’étendre pour devenir l’affaire de tous.

Recommandé par : Timothée Parrique

Episode : Timothée Parrique sur la décroissance - L'Octet Vert

Voyage en misarchie : Essai pour tout reconstruire Emmanuel Dockès

Misarchie. n.f. : régime dont le principe est une réduction maximale des pouvoirs et des dominations. Sébastien est professeur de droit. A la suite d'un accident d'avion, il découvre un pays inconnu et son organisation politique hyper-démocratique. Dans cet essai aux airs de roman, Emmanuel Dockès expose ses propositions pour repenser notre société dans tous ses aspects : partage du travail, propriété d'usage, autogestion progressive, élus sans pouvoir, assemblées tirées au sort, monnaie transparente, éducation sans années d'études, gratuité discrète... Il nous plonge dans un monde précis, réaliste, désirable. Cette réflexion politique démontre que les dérives autoritaires ou libérales actuelles ne sont pas une fatalité et qu'il est possible de penser une transformation radicale de la société.

Recommandé par : Timothée Parrique

Episode : Timothée Parrique sur la décroissance - L'Octet Vert

Paresse pour tous Hadrien Klent

Paresse générale ! Et si on ne travaillait que trois heures par jour ? 
Paresse pour tous : un roman espiègle qui offre ​le portrait d'une France qui se remet en marche, mais pas du tout comme certains voudraient. 
Et si on ne travaillait que trois heures par jour ? 
Telle est la proposition qu'Émilien Long, prix Nobel français d'économie, fait dans son dernier ouvrage, Le Droit à la paresse au XXIe siècle. Très vite, portée par la renommée de l'économiste et le sérieux de ses analyses, l'idée fait son chemin dans le débat public. Moquée par les uns, portée au nues par les autres, elle se retrouve au bout du compte débattue dans toutes les rédactions, sur tous les plateaux télé. En quelques jours, elle devient le sujet sur lequel tous doivent se prononcer. Et si un autre monde était possible ? 
L'ampleur du phénomène est tel qu'Émilien Long, pris de court par le succès colossal de son livre, se voit poussé par ses proches à l'élection présidentielle de 2022. L'enjeu est simple : changer de modèle de société, sortir d'un productivisme morbide pour redécouvrir le bonheur de vivre. 
Paresse pour tous est un roman espiègle. Fort d'une érudition jamais pédante et de clins d'œil taquins à nos choix de vie, il rend crédible une utopie, celle d'une société qui renverse ses priorités et prend le temps d'exister. 

Après La Grande Panne, roman d'une France qui se retrouvait à l'arrêt, Hadrien Klent nous offre cette fois-ci avec le même humour le portrait d'une France qui se remet en marche, mais pas du tout comme certains voudraient. 

Frédéric Laloux : Un petit roman joyeux, léger, mais qui donne l’espoir. C'est l'histoire d'un outsider qui fait une course à la présidentielle française en proposant un autre modèle de transition et c'est assez joyeux de se dire "OK, mais même la course à la présidentielle, en fait, je n'ai pas envie de la faire à l'ancienne, du coup, à quoi est-ce que ça ressemble". Si vous avez envie d'un petit roman à la fois profond mais joyeux.

Recommandé par : Timothée Parrique (et aussi par Frédéric Laloux)

Episode : Timothée Parrique sur la décroissance - L'Octet Vert

Deux siècles de rhétorique réactionnaire Albert O. Hirschman

Avec sa coutumière subtilité, Albert O. Hirschman dresse les contours de l'univers complexe et souvent trompeur du discours par lequel depuis deux siècles on a combattu les réformes politiques et sociales. Il tire ses exemples des penseurs et hommes politiques qui se sont opposés aux idées libérales de la Révolution française et à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen, puis à la démocratisation et au suffrage universel, enfin _ au XXe siècle _ à la création de l'Etat-providence.A chaque étape, trois grands arguments sont immanquablement invoqués. En premier lieu, la thèse de l'effet pervers: toute tentative de modifier l'ordre existant produit des effets strictement inverses au but recherché. Ensuite l'inanité: les programmes de changement politique et social sont incapables de modifier le statu quo en quoi que ce soit. La mise en péril enfin: les réformes sont à proscrire parce qu'elles compromettraient des acquis précieux et obtenus à grand-peine. Les trois thématiques se retrouvent dans l'oeuvre d'auteurs aussi divers que Burke, Maistre, Tocqueville, Spencer, Pareto, Le Bon, Stigler, Lampedusa, etc. Surprise! vers la fin du livre, il est démontré comment les hommes de progrès " usent souvent d'arguments en relation étroite, quoique indirecte, avec ceux de leurs adversaires.A l'intention de ceux qui aspirent à l'authentique dialogue qui caractérise une société vraiment démocratique, Albert O. Hirschman dénonce ces deux types de formes de pensée comme autant de mécanismes rendant tout débat impossible. Ce faisant, il offre une contribution inédite aux idées démocratiques. Comme le souligne Stanley Hoffmann, voici un livre " d'une intelligence admirable, original et provocateur, où se retrouvent l'agilité intellectuelle et l'engagement au service des idées de progrès que l'on connaît à Hirschman. [...] Le lecteur éprouve le sentiment de se trouver en présence d'un esprit brillant et d'un auteur au mieux de sa forme ".Albert O. Hirschman est professeur émérite en sciences sociales à l'Institute for advanced study de Princeton. Auteur de nombreux ouvrages, il a notamment publié en France Les Passions et les intérêts; Bonheur privé, action publique; Un certain penchant à l'autosubversion et Défection et prise de parole."

Recommandé par : Jézabel Couppey-Soubeyran

Episode : Jézabel Couppey-Soubeyran : Une formidable crise financière en perspective ? - Thinkerview

Brève Histoire de l'euphorie financière John Kenneth Galbraith

Les "krachs" qui marquent généralement la fin d'une période de spéculation à outrance ont toujours existé. Ils se reproduisent régulièrement, et ce phénomène maintenant commun, analysé, expliqué et surtout redouté n'est pourtant pas prêt de disparaître.
Cette répétition de catastrophes financières à travers les siècles s'explique par l'incapacité des hommes à tirer les leçons du passé ; attirés par la spéculation, qu'ils voient comme une chance de s'enrichir rapidement, ils se donneront des excuses pour ignorer le danger ou se croiront assez intelligents et avertis pour se retirer avant que tout ne s'effondre. La réalité est que peu d'acteurs sortent indemnes du jeu de la spéculation. Les scénarios, les époques, les circonstances sont très divers mais toujours comparables, ainsi que les instruments utilisés, notamment le système du "levier", qui permet avec une mise de fonds modeste, de drainer par emprunt de très grosses sommes d'argent.
De nombreux exemples, pris au travers des siècles, illustrent l'analyse de J. K. Galbraith et montrent ainsi le caractère récurrent de ces catastrophes financières : la spéculation sur les bulbes de tulipes en Hollande au XVIIème siècle, la ruée sur les titres de la Compagnie des Mers du Sud en Angleterre au XVIIIème siècle, et bien sûr les crises boursières du XXème siècle, celle de 1929 et celle de 1987 notamment.
Galbraith ne propose pas de solution miracle, mais une invitation à la réflexion sur les moyens de prévenir et d'éviter les catastrophes engendrées par la folie spéculative.

Recommandé par : Jézabel Couppey-Soubeyran

Episode : Jézabel Couppey-Soubeyran : Une formidable crise financière en perspective ? - Thinkerview

Cher connard Virginie Despentes

«  Cher connard,
J’ai lu ce que tu as publié sur ton compte Insta. Tu es comme un pigeon qui m’aurait chié sur l’épaule en passant. C’est salissant, et très désagréable. Ouin ouin ouin je suis une petite baltringue qui n’intéresse personne et je couine comme un chihuahua parce que je rêve qu’on me remarque. Gloire aux réseaux sociaux  : tu l’as eu, ton quart d’heure de gloire. La preuve  : je t’écris.  »
  
Après le triomphe de sa trilogie Vernon Subutex, le grand retour de Virginie Despentes avec ces Liaisons dangereuses ultra-contemporaines.
Roman de rage et de consolation, de colère et d’acceptation, où l’amitié se révèle plus forte que les faiblesses humaines…

Recommandé par : Jézabel Couppey-Soubeyran

Episode : Jézabel Couppey-Soubeyran : Une formidable crise financière en perspective ? - Thinkerview

La part de l'autre Eric-Emmanuel Schmitt

8 octobre 1908 : Adolf Hitler recalé.
Que se serait-il passé si l’École des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d’artiste ?
Cette minute-là aurait changé le cours d’une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde…

Recommandé par : Bernard Reybier

Episode : Fermob - Miser sur le design et le Made in France pour produire du mobilier intemporel - Génération Do It Yourself (GDIY)

Vivre avec nos morts Delphine Horvilleur

Un rabbin est confronté chaque jour au mystère de la mort. Pour accompagner les mourants et réconforter les endeuillés, il tente de transmuer l’inéluctable, d’y trouver du sens : « Je me tiens aux côtés de femmes et d'hommes qui, aux moments charnières de leurs vies, ont besoin de récits », écrit Delphine Horvilleur. Ce livre de consolation tresse étroitement trois fils – le conte, l'exégèse et la confession : la narration d'une existence interrompue, la manière de donner une signification à cette mort à travers les textes de la tradition, et l'évocation d'une blessure intime ou la remémoration d'un souvenir enfoui. Les textes sacrés ouvrent un passage entre les vivants et les défunts, et « le rôle d'un conteur est de se tenir à la porte pour s'assurer qu'elle reste ouverte », nous invitant ainsi à faire la paix avec nos disparus et avec notre propre histoire.

Aurélie Saada : C'est bouleversant, c'est joyeux, alors qu'elle parle de la mort quand même, mais... C'est intime, c'est son parcours, j'ai adoré son livre, je l'offrirais parce que c'est une... parce que je trouve que c'est d'abord, c'est quelqu'un qui nous pousse à réfléchir, Delphine, et avec une joie comme ça ...

Recommandé par : Aurélie Saada

Episode : Brigitte - S’armer de sa vulnérabilité et devenir invincible - Génération Do It Yourself (GDIY)

A la recherche du temps perdu Marcel Proust

À la recherche du temps perdu, couramment évoqué plus simplement sous le titre La Recherche, est un roman de Marcel Proust, écrit de 1906 à 1922 et publié de 1913 à 1927 en septembre, où trois derniers parurent après la mort de l'auteur. Plutôt que le récit d'une séquence d'événements, cette œuvre s'intéresse non pas aux souvenirs du narrateur mais à une réflexion psychologique sur la littérature, sur la mémoire et sur le temps. Cependant, comme le souligne Jean-Yves Tadié dans Proust et le roman, tous ces éléments épars se découvrent reliés les uns aux autres quand, à travers toutes ses expériences négatives ou positives, le narrateur (qui est aussi le héros du roman), découvre le sens de la vie dans l'art et la littérature au dernier tome.

Recommandé par : Adrien Labastire (et aussi par Bertrand Badré)

Episode : Kessel - Faire 7 années d’études supérieures, puis percer sur YouTube - Génération Do It Yourself (GDIY)

Picou : Fils de son père Edouard Ollivro

Dès les premières lignes de ce livre, vous "verrez" Picou, vous le reconnaîtrez et vous ne pourrez plus le quitter jusqu'à ce que lui-même, sur une note triste et douce, il s'éloigne de vous, de Marie-Rose, de Pa et de Ma, pour entrer de plain-pied dans l'existence. Vous rirez avec Picou, vous partagerez ses enthousiasmes et ses déceptions. Et certains passages vous laisseront ce serrement de cœur que donnent souvent la vérité et la tendresse, mélangées à l'âpreté de la vie. Picou est le frère des héros de Dickens, un frère plus heureux mais tout aussi pittoresque, turbulent et tendre. On ne sait pas si la Bretagne a été créée pour lui servir de décor ou une si une longue génération de Picou a fini par produire ce Picou junior aussi adapté ou paysage et à l'esprit de son pays que le chèvrefeuille couronnant les pierres grises, les calvaires aux carrefours balayés de grands vents ou les rues des petites villes sans histoire.

Recommandé par : Loïk Le Floch-Prigent

Episode : Loïk Le Floch-Prigent : Comment la France va-t-elle s’en sortir ? - Thinkerview

Il ne faut pas se tromper : Pour en finir avec les idées reçues sur l'énergie et l'industrie Loïk Le Floch-Prigent

L’industrie française ne cesse de décliner, dégringolant de 24 % à 11 % du PIB au cours de ces dernières décennies. La reconquête industrielle du pays n’est pas encore à l’ordre du jour. Mon diagnostic, c’est que nous nous sommes trompés. Il faut revenir à la raison : il y a une véritable hypocrisie à prôner l’émergence de nouvelles technologies tout en négligeant l’outil industriel qui permet de les fabriquer. On doit rendre ses lettres de noblesse à l’industrie comme à l’énergie, en cessant de s’en remettre aux idéologues qui sapent ces deux activités essentielles par ignorance ou par crainte.

Recommandé par : Loïk Le Floch-Prigent

Episode : Loïk Le Floch-Prigent : Comment la France va-t-elle s’en sortir ? - Thinkerview

Le dix-huit brumaire de Louis Bonaparte Karl Marx

Hegel remarque quelque part que tous les grands faits et les grands personnages de l'histoire universelle adviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d'ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce." Ainsi commence ce texte mordant, féroce et drôle. Voici la tragédie : le 18 Brumaire de l'an VIII - 9 novembre 1799 dans le calendrier révolutionnaire -, Bonaparte renverse le Directoire par un coup d'Etat, prenant le titre de Premier Consul ; puis la farce : le 2 décembre 1851, son neveu, Louis Napoléon Bonaparte, répète l'opération. Comment comprendre l'acte de ce Napoléon le Petit ? Son coup d'Etat fut-il, comme le qualifie Victor Hugo, une "félonie en chair et en os" ? Ou fut-il au contraire une avancée révolutionnaire, comme le prétend Proudhon ? A ces deux conceptions - l'histoire partisane mais anecdotique de Hugo, l'histoire scientiste de Proudhon -, Marx oppose une histoire des conditions de possibilité de l'action : "Je démontre comment la lutte des classes en France créa des circonstances et des conditions qui rendirent possible le fait qu'un personnage médiocre et grotesque joue le rôle de héros.

Marc Endeweld : C'est formidable, c'est extrêmement précis en termes de sociologie politique sur la situation de la République française à l’époque. Comment justement la République française a donné les clés du pouvoir à un dictateur, en l'occurrence Louis-Napoleon Bonaparte. Comment la bourgeoise française a accepté que le dictateur Louis-Napoleon Bonaparte récupère le pouvoir. Et c'est un livre absolument à lire.

Recommandé par : Marc Endeweld

Episode : Marc Endeweld : Les dessous du pouvoir - Sismique

L'Empire de la douleur Patrick Radden Keefe

Une enquête implacable sur une famille qui a bâti autour de la douleur un véritable empire ; le tableau saisissant de l'alliance mortifère du capitalisme le plus sauvage, d'un lobbyisme effréné et d'un système de santé en miettes. 

Longtemps, la famille Sackler a été saluée pour ses activités philanthropiques. Or ce mécénat colossal servait à masquer son rôle à la tête d'un empire pharmaceutique tentaculaire, responsable de l'un des plus gros scandales sanitaires de l'Histoire : la crise des opioïdes. 

Pour comprendre ce désastre, il faut remonter au début du xxe siècle, quand trois frères issus d'une famille juive désargentée de Brooklyn créent une agence de publicité qui va révolutionner le marketing lié à la santé. Leur premier exploit ? Rendre toute la génération d'après-guerre accro au Valium. 
Dans les années 1990, les Sackler vont encore plus loin. Surfant sur une nouvelle approche de la prise en charge de la douleur, ils mettent au point l'OxyContin, un " remède miracle " lancé à grand renfort de communication, qui va leur assurer des revenus exceptionnels. 
Jusqu'à ce que la vérité éclate : addiction, surdosage, trafic, et une vague d'overdoses sans précédent... Comment, en dépit des alertes répétées des médecins, les Sackler ont-ils pu nier la dangerosité de leur produit ? Comment ont-ils réussi à passer entre les gouttes judiciaires pendant toutes ces années ? 

Recommandé par : Marc Endeweld

Episode : Marc Endeweld : Les dessous du pouvoir - Sismique

Profession artisan d'art : Le guide indispensable pour développer son activité Philippe Hazet, Aude Augais

Qu'il soit indépendant ou à la tête d'une petite structure, un artisan d'art doit faire preuve d'une discipline de fer et acquérir de multiples compétences, notamment en matière de gestion des ressources et d'organisation, pour vivre de sa passion. 

Destiné aux artisans d'art en activité et à celles et ceux qui souhaitent le devenir (qu'il s'agisse de vocation ou de reconversion), ce livre a pour ambition de leur faire gagner un temps précieux en leur offrant les informations et les outils dont ils ont besoin pour se lancer ou se développer : se connaître et acquérir les bonnes pratiques de l'entrepreneur, étudier le marché, poser les fondations d'une marque forte, définir sa stratégie de prix, ses canaux de distribution et de communication, choisir un statut et le faire évoluer, créer un business plan et assurer le suivi financier, organiser son temps, trouver un atelier, répondre à une commande, recruter, protéger ses créations, se former et s'informer. 

Riche des multiples et précieux témoignages ou conseils d'artisans et d'experts aguerris, parcourue d'exercices inspirants, cette véritable boîte à outils montre comment conjuguer sereinement, avec agilité et efficacité, l'artisanat d'art et l'entrepreneuriat.

Recommandé par : Victor Augais

Episode : La Casa - Importer le foot en salle en France et révolutionner l’habitat partagé - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'angoisse du roi Salomon Romain Gary

Je vous préviens que ça ne se passera pas comme ça. Il est exact que je viens d'avoir quatre-vingt-cinq ans. Mais de là à me croire nul et non avenu, il y a un pas que je ne vous permets pas de franchir. Il y a une chose que je tiens à vous dire. Je tiens à vous dire, mes jeunes amis, que je n'ai pas échappé aux nazis pendant quatre ans, à la Gestapo, à la déportation, aux rafles pour le Vél'd'Hiv', aux chambres à gaz et à l'extermination pour me laisser faire par une quelconque mort dite naturelle de troisième ordre, sous de miteux prétextes physiologiques. Les meilleurs ne sont pas parvenus à m'avoir, alors vous pensez qu'on ne m'aura pas par la routine. Je n'ai pas échappé à l'holocauste pour rien, mes petits amis. J'ai l'intention de vivre vieux, qu'on se le tienne pour dit !

Recommandé par : Victor Augais

Episode : La Casa - Importer le foot en salle en France et révolutionner l’habitat partagé - Génération Do It Yourself (GDIY)

Les Cavaliers Joseph Kessel

Kessel a situé en Afghanistan une des aventures les plus belles et les plus féroces qu'il nous ait contées. Les personnages atteignent une dimension épique : Ouroz et sa longue marche au bout de l'enfer... Le grand Toursène fidèle à sa légende de tchopendoz toujours victorieux... Mokkhi, le bon sais, au destin inversé par la haine et la découverte de la femme... Zéré qui dans l'humiliation efface les souillures d'une misère qui date de l'origine des temps... Et puis l'inoubliable Guardi Guedj, le conteur centenaire à qui son peuple a donné le plus beau des noms : "Aïeul de tout le monde"... Enfin, Jehol "le Cheval Fou", dont la présence tutélaire et "humaine" plane sur cette chanson de geste... Ils sont de chair les héros des Cavaliers, avec leurs sentiments abrupts et du mythe les anime et nourrit le roman.

Recommandé par : Victor Augais

Episode : La Casa - Importer le foot en salle en France et révolutionner l’habitat partagé - Génération Do It Yourself (GDIY)

Vous voulez rire, monsieur Feynman ! Richard P. Feynman

Richard Feynman fut un scientifique hors normes. Non seulement il contribua en profondeur à la grande aventure de la physique des particules élémentaires, depuis la fabrication de la bombe atomique pendant la guerre, alors qu'il n'a pas 25 ans, jusqu'à ses diagrammes qui permettent d'y voir un peu plus clair dans les processus physiques de base. Non seulement il fut un professeur génial, n'hésitant pas à faire le clown pour garder l'attention de ses étudiants et à simplifier pour aller à l'essentiel. Mais il mena aussi une vie excentrique collectionneur, bouffon, impertinent, joueur de bongos, amateur de strip-tease, séducteur impénitent, déchiffreur de codes secrets et de textes mayas, explorateur en Asie centrale , qu'il raconte ici avec l'humour du gamin des rues de New York qu'il n'a jamais cessé d'être. Richard Feynman est né à Brooklyn, en 1918, et a passé son doctorat à Princeton, en 1942. Il a enseigné à Cornell et au Caltech. Il a reçu le prix Nobel de physique, en 1965, pour ses travaux en électrodynamique quantique.

Recommandé par : Théau Peronnin

Episode : Alice & Bob - Construire un ordinateur quantique : pas de la magie, juste la prochaine révolution technologique - Génération Do It Yourself (GDIY)

Énergie et équité Ivan Illich

Cet ouvrage d'Ivan Illich s'inscrit dans la publication successive de quatre textes polémiques (Une société sans école, Énergie et équité, La Convivialité et Némésis médicale) qui suscitèrent des débats dans le monde entier. Illich relève que, passé certains seuils, la production de services devient aussi destructrice de la culture que la production de biens matériels l'est de la nature. Dans Énergie et équité, Illich se livre à une analyse des transports motorisés comme d'un service qui, loin de se substituer à la consommation de marchandises, provoque au contraire une dépendance accrue à leur égard et n'apparaît en réalité que comme un songe creux, une aporie, un sac de néant. Dans ce texte visionnaire il établit les fondements de ce que sera la pensée écologique moderne. Penseur de l'écologie politique, Ivan Illich met en garde ses contemporains contre la crise de l'énergie qui les menace et contre les dérives de la productivité galopante, incontrôlable et dévastatrice pour les structures sociales. Reproduit à l'échelle planétaire, ce modèle énergivore constitue une spirale infernale et aliénante tant sur le plan social que sur le plan environnemental.

Recommandé par : Thomas Bourgenot

Episode : Thomas Bourgenot sur le budget carbone et la publicité - L'Octet Vert

La convivialité Ivan Illich

" Si les outils ne sont pas dès maintenant soumis à un contrôle politique, la coopération des bureaucrates du bien-être et des bureaucrates de l'idéologie nous fera crever de "bonheur'. La liberté et la dignité de l'être humain continueront à se dégrader, ainsi s'établira un asservissement sans précédent de l'homme à son outil. "

Dans ce texte phare, Ivan Illich amplifie et radicalise sa critique de la société industrielle. Dénonçant la servitude née du productivisme, le gigantisme des outils, le culte de la croissance et de la réussite matérielle, il oppose à la " menace d'une apocalypse technocratique " la " vision d'une société conviviale ". Ce n'est que par la redécouverte de l'espace du bien-vivre, qu'Illich appelait la convivialité, que les sociétés s'humaniseront.

Recommandé par : Thomas Bourgenot (et aussi par Romain Boucher)

Episode : Thomas Bourgenot sur le budget carbone et la publicité - L'Octet Vert

Le gang de la clef à molette Edward Abbey

Révoltés de voir le somptueux désert de l'Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d'entrer en lutte contre la "Machine". Un vétéran du Vietnam accro à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molette et de quelques bâtons de dynamite ils doivent affronter les représentants de l'ordre et de la morale lancés à leur poursuite. Commence alors une longue traque dans le désert. Dénonciation cinglante du monde industriel, hommage à la nature et hymne à la désobéissance civile, Le Gang de la clef à molette est un livre subversif à la verve tragi-comique sans égale.

Philippe Bihouix : C'est une histoire complètement délirante aux Etats-Unis de saboteurs écolos. Bon je ne dis pas qu'il faut saboter des trucs, c'est pas ça, mais c’est hilarant, c'est vraiment chouette, ça date des années 70.

Recommandé par : Philippe Bihouix

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

La Terre demeure George R. Stewart

L'allumette vivait non pas quand elle était enfermée dans la boîte, mais seulement quand elle brûlait... et elle ne pouvait brûler toujours."Ish, un biologiste américain, s'isole quelques semaines dans les montagnes pour ses recherches. Lorsqu'il retourne à la civilisation, il constate qu'une pandémie a décimé l'humanité. Mû par un instinct de survie, il sillonne les États-Unis à la recherche d'autres survivants, et parvient à reformer une petite communauté. Pour Ish, abandonner les sciences et l'héritage culturel de sa civilisation est inconcevable. Mais, dans un monde où la nature reprend ses droits, où les concepts d'éducation, de classe sociale et de consommation ont disparu, quelle société peuvent-ils reconstruire ? Pour redonner goût et sens à la vie, ils n'auront d'autre choix que de tout réinventer.Ce chef-d'oeuvre, devenu un classique aux États-Unis, fait écho avec une force rare aux questionnements contemporains.

Philippe Bihouix : Un peu en mode colapso, c'est un roman très ancien de George Stewart, qui s'appelle "La Terre demeure". C'est un espèce de truc horrible où tout le monde meurt, sauf quelques personnes. Mais au-delà de ça, c'est un roman sur la transmission, sur la capacité à transmettre une complexité technologique. Au début ils bouffent tous les boîtes de conserve, tout le monde est hyper riche. Les survivants qui restent, ils sont là, ils ne bossent pas, et puis à un moment ils disent "mais merde, faut qu'on apprenne à faire des trucs, parce qu’après un moment il n'y aura plus de stock". C'est pas mal écrit, je trouve que c'est assez sympa.

Recommandé par : Philippe Bihouix

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

L'âge des Low-tech Philippe Bihouix

Face aux signaux alarmants de la crise environnementale globale – changement climatique, effondrement de la biodiversité, dégradation des sols, pollution généralisée, tensions sur l'énergie et les matières premières –, nous fondons nos espoirs sur les technologies " vertes " et le numérique.

Plus consommatrices de ressources rares, plus difficiles à recycler, trop complexes, ces nouvelles technologies nous conduisent pourtant, à terme, dans l'impasse. Ce livre démonte les mirages des innovations high tech, et propose de questionner la course en avant technologique en développant les low tech, les " basses technologies ", plus sobres et plus résilientes. Il ne s'agit pas de revenir à la bougie, mais d'explorer les voies possibles vers un système économique et industriel compatible avec les limites planétaires.

Nicolas Meilhan : Pour moi c'est le prolongement du rapport du club de Rome, c'est-à-dire qu'il a quand même des solutions qui fonctionnent dans un monde contraint. Il y a un petit passage un peu aride avant la moitié, un peu technique. Mais une fois qu'on l'a passé, honnêtement, ça donne des perspectives.

Aurélie Baton : L'un des fondamentaux. L'âge des low tech ça m'a vraiment permis de comprendre les concepts de base.

Aurélien Déragne : Clairement ça permet de prendre conscience de beaucoup de choses et c'est vraiment intéressant.

Recommandé par : Nicolas Meilhan (et aussi par Aurélie Baton, Aurélien Déragne, Agnès Crépet)

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

Le Monde sans fin, miracle énergétique et dérive climatique Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici

La rencontre entre un auteur majeur de la bande dessinée et un éminent spécialiste des questions énergétiques et de l’impact sur le climat a abouti à ce projet, comme une évidence, une nécessité de témoigner sur des sujets qui nous concernent tous. Intelligent, limpide, non dénué d’humour, cet ouvrage explique sous forme de chapitres les changements profonds que notre planète vit actuellement et quelles conséquences, déjà observées, ces changements parfois radicaux signifient. Jean-Marc Jancovici étaye sa vision remarquablement argumentée en plaçant la question de l’énergie et du changement climatique au coeur de sa réflexion tout en évoquant les enjeux économiques (la course à la croissance à tout prix est-elle un leurre ?), écologiques et sociétaux. Ce témoignage éclairé s’avère précieux, passionnant et invite à la réflexion sur des sujets parfois clivants, notamment celui de la transition énergétique. Christophe Blain se place dans le rôle du candide, à la façon de son livre "En cuisine avec Alain Passard" et de "Quai d’Orsay" signé avec l’expertise d’un coauteur : un pavé de 120 pages indispensable pour mieux comprendre notre monde, tout simplement !

Charles Christory : Un bouquin que tout le monde devrait lire parce qu'on doit comprendre comment notre monde fonctionne, pourquoi on en est arrivé là dans un monde d'énergie fossile depuis 100 ans.

Justine Hutteau : Géniale cette BD. Elle est ouf en fait, je l'ai lu deux fois et mon père l'a lu quatre fois et j’en parle à chaque dîner, l'offre à tout le monde. En fait je trouve que cette BD elle t'ouvre les yeux sur le monde, sur l’environnement, sur où on va et ce qu'il faut faire. Et aujourd'hui je trouve que les discours d'environnement sont très anxiogènes et je trouve que Jancovici a réussi à le rendre beaucoup moins anxiogène, mais juste éducatif. En fait, je vous éduque, je vous raconte ce qui se passe vraiment. Et du coup, je vous donne les clés pour agir mieux et changer des choses dans vos vies. Et du coup, j'adore cette BD et pour moi, ça doit être la Bible qui se retrouve dans chaque foyer.

Nicolas Meilhan : C'est quand même assez incroyable, ce qu'il a fait avec Christophe Blain. Moi ça fait plus de 15 ans que je parle du sujet autour de moi, mais là, je vois tout le monde autour de moi qui a ce livre-là. Ils ne l'ont pas forcément lui jusqu'à la fin, mais il a quand même réussi à faire pénétrer le sujet dans les chaumières.

Recommandé par : Nicolas Meilhan (et aussi par Charles Christory, Justine Hutteau, Olivier Cotinat, Jean-Marc Jancovici, Thibaud Elzière, Alexandre Chrétien, Christophe Clouzeau)

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

Ravage René Barjavel

- Vous ne savez pas ce qui est arrivé ? Tous les moteurs d'avions se sont arrêtés hier à la même heure, juste au moment où le courant flanchait partout. Tous ceux qui s'étaient mis en descente pour atterrir sur la terrasse sont tombés comme une grêle. Vous n'avez rien entendu, là-dessous ? Moi, dans mon petit appartement près du garage, c'est bien un miracle si je n'ai pas été aplati. Quand le bus de la ligne 2 est tombé, j'ai sauté au plafond comme une crêpe... Allez donc jeter un coup d'oeil dehors, vous verrez le beau travail !

Nicolas Meilhan : Le livre de Barjavel, qui s'appelle "Ravage", un des premiers livres de science-section, date de 1943 et qui se projette en 2040 quelque chose, à peu près là où on en est aujourd'hui, où du jour au lendemain il n'y a plus d'énergie, plus d'électricité, blackout. En 43, il fallait être un peu visionnaire et ça nous montre un peu ce qui nous attend. Ce n'est pas très gros, ça vaut le coup.

Recommandé par : Nicolas Meilhan

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

La guerre éternelle Joe Haldeman

Imaginez une guerre si vaste que l'écho des batailles peut mettre plusieurs siècles à parvenir aux oreilles de ceux qui les ont ordonnées... enfin, de leurs descendants, en tout cas. Pour le soldat Mandella, membre de l'une des unités d'élite chargées de combattre les Taurans, le problème est inverse : lorsqu'il revient sur Terre après plusieurs mois de campagne, des décennies se sont écoulées. Comment continuer à vivre, quand tout ce pour quoi on s'est battu n'existe plus ?

Philippe Bihouix : Plutôt pour les amateurs de SF effectivement, La guerre éternelle de Joe Haldeman, comme on est en guerre un peu. Un truc très sympa, écrit par un ancien du Vietnam, qui est une une fable. Ça existe en BD aussi d’ailleurs, ça a été adapté.

Recommandé par : Philippe Bihouix

Episode : Nicolas Meilhan et Philippe Bihouix : En route vers un confinement énergétique ? - Thinkerview

Le Livre de l'intranquillité Fernando Pessoa

« En ces heures où le paysage est une auréole de vie, j'ai élevé, mon amour, dans le silence de mon intranquillité, ce livre étrange... » qui alterne chronique du quotidien et méditation transcendante. Le livre de l'intranquillité est le journal que Pessoa a tenu pendant presque toute sa vie, en l'attribuant à un modeste employé de bureau de Lisbonne , Bernardo Soares. Sans ambition terrestre, mais affamé de grandeur spirituelle, réunissant esprit critique et imagination déréglée, attentif aux formes et aux couleurs du monde extérieur mais aussi observateur de « l'infiniment petit de l'espace du dedans », Bernardo Soares, assume son "intranquillité" pour mieux la dépasser et, grâce à l'art, aller à l'extrémité de lui-même, à cette frontière de notre condition ou les mystiques atteignent la plénitude « parce qu'ils sont vidés de tout le vide du monde ». Il se construit un univers personnel vertigineusement irréel, et pourtant plus vrai en un sens que le monde réel. Le livre de l’intranquillité est considéré comme le chef-d’oeuvre de Fernando Pessoa.

Renaud Van Ruymbeke : Je pense que c'est le plus grand penseur du XXème siècle, qui est dans le prolongement de cette pensée socratique, qui pose des questions fondamentales. Très grand livre.

Recommandé par : Renaud Van Ruymbeke (et aussi par Renaud Van Ruymbeke)

Episode : Renaud Van Ruymbeke : Les coulisses édifiantes des paradis fiscaux ? - Thinkerview

Offshore, le livre noir des paradis fiscaux Renaud Van ruymbeke

L'évasion fiscale pratiquée par les GAFAM et autres multinationales, la fraude fiscale exercée à une grande échelle, la corruption de nombreux dirigeants et chefs d'État, l'argent collecté par les mafias et trafiquants de drogue ont un point commun : ils empruntent les mêmes circuits et ont recours aux paradis fiscaux complaisants. Renaud Van Ruymbeke, a été pendant près de vingt ans juge d'instruction spécialisé au pôle financier du tribunal de Paris. Il nous entraîne par cette enquête dans les arcanes du monde opaque des paradis fiscaux.

Recommandé par : Renaud Van Ruymbeke

Episode : Renaud Van Ruymbeke : Les coulisses édifiantes des paradis fiscaux ? - Thinkerview

Les Frères Karamazov Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski

L’odieux Féodor Karamazov est assassiné. De ses trois fils – Dimitri le débauché, Ivan le savant et l’ange Aliocha –, tous ont pu le tuer, tous ont au moins désiré sa mort.
Drame familial, drame de la conscience humaine, interrogations sur la raison d’être de l’homme, tableau de la misère, de l’orgueil, de l’innocence, de la Russie au lendemain des réformes de 1860, orgies, miracles, la richesse de ce roman de Dostoïevski, son dernier, et considéré comme son chef-d’œuvre, ne sera jamais épuisée.
Le génie de Dostoïevski est à ce point divers que Nabokov a même osé écrire : « N’oublions jamais que Dostoïevski est avant tout un auteur de romans policiers… un maître du suspens. »

Recommandé par : Renaud Van Ruymbeke (et aussi par Charles-Henri Gallois)

Episode : Renaud Van Ruymbeke : Les coulisses édifiantes des paradis fiscaux ? - Thinkerview

Colonisation et propagande - Le pouvoir de l'image Nicolas Bancel, Pascal Blanchard, Sandrine Lemaire, Alain Mabanckou, Dominic Thomas

Un beau livre illustré par des images exceptionnelles, jalonné d'extraits de textes d'époque sur l'histoire de la propagande coloniale.Pendant plus d'un siècle, de la IIIe République naissante (1870) à la dernière décolonisation (1980, les Nouvelles-Hébrides), la propagande coloniale a fait partie du quotidien des Français. Affiches touristiques ou de recrutement militaire, expositions universelles et coloniales, manuels scolaires et protège-cahiers, couvertures de livres et de magazines, presse illustrée et brochures de propagande, photographies et cartes postales, jeux de société et bandes dessinées, publicités et films, monuments et statues, peintures et émissions de radio... tous les supports ont participé à cette apologie de la " plus grande France ". Au cœur de l'État, une Agence des colonies a été le fer de lance de cette propagande, et beaucoup ont oublié son action. Génération après génération l'idée coloniale a fait son chemin, pour devenir consensuelle durant l'entre-deux-guerres et se prolonger jusqu'aux dernières heures de l'Algérie française et même au-delà. Au cœur de cette dynamique, l'image a été un vecteur essentiel du message colonial, portant un regard paternaliste et raciste sur ceux que l'on appelait les " indigènes ". 

Ce livre analyse, décode et replace dans son contexte cette incroyable production, permettant, en croisant les sources les plus diverses et des archives exceptionnelles, de comprendre les mécanismes de l'adhésion du plus grand nombre à l'Empire. Par un remarquable décryptage des images, accompagné de citations pour chaque époque, ce travail nous montre comment a été construit l'univers symbolique structurant l'imaginaire sur la colonisation. Celui-ci est indissociable de l'identité nationale et a des répercussions sur les grands enjeux politiques, économiques et idéologiques pendant près d'un siècle. Ce livre, écrit à cinq voix, permet de comprendre comment le discours sur la " mission civilisatrice " s'est imposé et comment se sont bâties les grandes mythologies de la " République coloniale ", dont certaines représentations perdurent. Cette approche inédite sur notre culture visuelle, politique et historique participe au travail de déconstruction en cours sur l'héritage de la colonisation, nous permettant de regarder autrement ce passé et ses résonances dans le présent.

Recommandé par : Lionel Zinsou

Episode : Lionel Zinsou : Crise financière, réchauffement climatique, où va l'Afrique ? - Thinkerview

L'Occident s'est-il perdu ? Kishore Mahbubani

Après deux siècles d’hégémonie sans partage, la domination occidentale sur le monde a pris fin au début du xxie  siècle. Un nouvel ordre global se fait jour, dans lequel la Chine et l’Inde sont les deux premières puissances économiques. Comment l’Occident doit-il réagir à son nouveau statut  ?
Avec recul, clarté et franchise, Kishore Mahbubani démontre que ce n’est qu’en acceptant ce phénomène, et en cherchant à influencer le monde par la diplomatie plutôt qu’à le dominer par son interventionnisme, que l’Occident pourra conserver un rôle clé dans la géopolitique des temps futurs. S’il ne met pas en œuvre cette stratégie, il sera perdu – parce qu’il se sera perdu.
  
Kishore Mahbubani est professeur à l’université de Singapour. Il est actif dans plusieurs institutions en Asie, en Europe et en Amérique du Nord. Il publie dans de nombreux magazines et revues comme le Financial Times, Time, Newsweek. Il est l’auteur de livres à diffusion internationale dont Can Asians Think? (1998), qui a fait date, et, chez Fayard, du Défi asiatique (2008).

Recommandé par : Lionel Zinsou

Episode : Lionel Zinsou : Crise financière, réchauffement climatique, où va l'Afrique ? - Thinkerview

Gouverner la transition écologique Pascal Canfin, Thierry Pech

Le problème de la transition écologique n’est plus tant de savoir ce que nous devons faire ou si nous savons le faire, mais plutôt comment le faire plus vite et à plus grande échelle. Nous savons isoler les logements, mais il reste des millions de passoires thermiques. Nous savons fabriquer des véhicules électriques, mais les bornes de recharge font encore souvent défaut. Nous savons qu’il faut stopper l’artificialisation des sols, mais nos villes continuent de s’étendre… Pourquoi ? Certes, des lobbies résistent, des catégories sociales se crispent et la volonté politique n’est pas toujours au rendez-vous. Mais nous avons surtout un problème de gouvernance de la transition : nous ne savons pas organiser convenablement la pluralité des acteurs qui doivent y concourir (entreprises, territoires, citoyens…). On ne peut pas gagner une guerre si on n’est pas organisé pour la gagner. Or, nous sommes aujourd’hui mal équipés pour produire à grande échelle les changements dont nous avons besoin pour réussir la transition écologique. C’est à cet enjeu souvent méconnu mais stratégique que répond cette note de Pascal Canfin, président de la Commission environnement du Parlement européen, et Thierry Pech, directeur général de Terra Nova, avec dix propositions-clés.

Recommandé par : Lionel Zinsou

Episode : Lionel Zinsou : Crise financière, réchauffement climatique, où va l'Afrique ? - Thinkerview

Le jeu infini Simon Sinek

Il existe deux sortes de jeux : les jeux finis et les jeux infinis. Les jeux finis sont disputés par des joueurs désignés. Ils ont des règles fixes. Et il existe un objectif convenu qui, lorsqu'il est atteint, met fin au jeu. Le football, par exemple, est un jeu fini. Les jeux infinis, au contraire, n'ont pas de règles précises ou admises. Il peut exister des conventions ou des lois gouvernant le comportement des joueurs, mais ces derniers peuvent agir à leur guise à l'intérieur de ces frontières larges.

Le jeu de l'économie répond à la définition même d'un jeu infini. Pourtant, à écouter le langage de tant de leaders actuels, on dirait qu'ils ne savent pas quel jeu ils disputent. "L'emporter sur les concurrents" est pour eux une obsession. Sauf que, dans les jeux sans ligne d'arrivée, tout cela est impossible. Diriger dans un esprit de fini en situation de jeu infini engendre toutes sortes de problèmes, dont le plus courant est le déclin de la confiance, de la coopération et de l'innovation. Diriger dans un esprit d'infini, au contraire, nous fait avancer dans une meilleure direction. Les groupes qui adoptent un tel esprit bénéficient de niveaux de confiance, de coopération et d'innovation bien plus élevés.

Plus percutant que jamais, Simon Sinek livre avec Le jeu infini un ouvrage inspirant qui va bouleverser votre vision du management et du monde de l'entreprise ; une invitation à insuffler un état d'esprit nouveau autour de vous, à être un leader, pas uniquement pour aujourd'hui, mais pour demain... et le jour d'après.

Recommandé par : Gary Anssens

Episode : Alltricks - On ne choisit pas ses accidents, mais on peut choisir ce qu'on en fait - Génération Do It Yourself (GDIY)

The Paypal Wars Eric M. Jackson

When Peter Thiel and Max Levchin launched an online payment website in 1999, they hoped their service could improve the lives of millions around the globe. But when their start-up, PayPal, survived the dot.com crash only to find itself besieged by unimaginable challenges, that dream threatened to become a nightmare. PayPal's history - as told by former insider Eric Jackson - is an engrossing study of human struggle and perseverance against overwhelming odds. The entrepreneurs that Thiel and Levchin recruited to overhaul world currency markets first had to face some of the greatest trials ever thrown at a Silicon Valley company before they could make internet history. Business guru Tom Peters, author of In Search of Excellence, called the hardcover edition of The PayPal Wars a real page turner that featured what he called the best description of business strategy unfolding in a world changing at warp speed. The new paperback edition will feature updated material and even more insights on the state of internet commerce.

Recommandé par : Cyril Chiche

Episode : Lydia - Du paiement entre amis à la super- app financière - Génération Do It Yourself (GDIY)

L'homme qui plantait des arbres Jean Giono

En 1953, le magazine américain The Reader's Digest demanda à Giono d'écrire quelques pages pour la rubrique bien connue " Le personnage le plus extraordinaire que j'aie jamais rencontré ". Quelques jours plus tard, le texte, tapé à la machine, était expédié, et la réponse ne se faisait pas attendre : réponse satisfaite et chaleureuse, c'était tout à fait ce qui convenait. Quelques semaines passèrent, et un beau jour Giono descendit de son bureau. Son visage reflétait la stupéfaction. Il venait de recevoir une deuxième lettre du Reader's Digest, d'un ton bien différent de la première : on l'y traitait d'imposteur... Giono trouvait la situation cocasse, mais ce qui dominait en lui à l'époque, c'est la surprise qu'il puisse exister des gens assez sots pour demander à un écrivain, donc inventeur professionnel, quel était le personnage le plus extraordinaire qu'il ait rencontré, et pour ne pas comprendre que ce personnage était forcément sorti de son imagination...

Recommandé par : Cyril Chiche

Episode : Lydia - Du paiement entre amis à la super- app financière - Génération Do It Yourself (GDIY)

Voyage au bout de la nuit Louis-Ferdinand Céline

- Bardamu, qu'il me fait alors gravement et un peu triste, nos pères nous valaient bien, n'en dis pas de mal !... - T'as raison, Arthur, pour ça t'as raison ! Haineux et dociles, violés, volés, étripés et couillons toujours, ils nous valaient bien ! Tu peux le dire ! Nous ne changeons pas ! Ni de chaussettes, ni de maîtres, ni d'opinions, ou bien si tard, que ça n'en vaut plus la peine. On est nés fidèles, on en crève nous autres ! Soldats gratuits, héros pour tout le monde et singes parlants, mots qui souffrent, on est nous les mignons du Roi Misère. C'est lui qui nous possède ! Quand on est pas sage, il serre... On a ses doigts autour du cou, toujours, ça gêne pour parler, faut faire bien attention si on tient à pouvoir manger... Pour des riens, il vous étrangle... C'est pas une vie... - Il y a l'amour, Bardamu ! - Arthur, l'amour c'est l'infini mis à la portée des caniches et j'ai ma dignité moi ! que je lui réponds.

Recommandé par : Flore Vasseur (et aussi par Martin Solveig)

Episode : Flore Vasseur : En bande organisée ? - Thinkerview

Le grand Quoi Dave Eggers

Valentino n'a pas huit ans lorsqu'il est contraint de fuir Marial Bai, son village natal, traqué par les miliciens armés par Khartoum. Comme des milliers d'autres gosses, le jeune Soudanais va parcourir à pied des centaines de kilomètres pour échapper au sort des enfants soldats et des esclaves. Valentino passera ensuite plus de dix ans dans des camps de réfugiés en Éthiopie et au Kenya, avant d'obtenir un visa pour l'Amérique. Dans une nouvelle jungle, urbaine cette fois, il découvrira une face inattendue du racisme. À mi-chemin entre le roman picaresque et le récit d'apprentissage, ce livre est avant tout le fruit d'un échange. Eggers l'Américain a écouté Valentino l'Africain se raconter. Sa plume impertinente fait mouche et insuffle à cette autobiographie une dimension épique, qui rappelle celle de Mark Twain.

Recommandé par : Flore Vasseur

Episode : Flore Vasseur : En bande organisée ? - Thinkerview

TAZ : Zone autonome temporaire Hakim Bey

La TAZ (Temporary Autonomous Zone), ou Zone Autonome Temporaire, ne se définit pas. Des "Utopies pirates" du XVIIIe au réseau planétaire du XXIe siècle, elle se manifeste à qui sait la voir, "apparaissant-disparaissant" pour mieux échapper aux Arpenteurs de l'Etat. Elle occupe provisoirement un territoire, dans l'espace, le temps ou l'imaginaire, et se dissout dès lors qu'il est répertorié. La TAZ fuit les TAZs affichées, les espaces "concédés" à la liberté : elle prend d'assaut, et retourne à l'invisible. Elle est une "insurrection" hors le Temps et l'Histoire, une tactique de la disparition.Le terme s'est répandu dans les milieux internationaux de la "cyber-culture", au point de passer dans le langage courant, avec son lot obligé de méprises et de contresens.La TAZ ne peut exister qu'en préservant un certain anonymat ; comme son auteur, Hakim Bey, dont les articles "apparaissent" ici et là, libres de droits, sous forme de livre ou sur le Net, mouvants, contradictoires, mais pointant toujours quelques routes pour les caravanes de la pensée.

Recommandé par : Flore Vasseur

Episode : Flore Vasseur : En bande organisée ? - Thinkerview

État, qu’as-tu fait de notre monnaie ? Murray N. Rothbard

Ce petit livre de Rothbard sur la monnaie est probablement l’une des meilleures introductions à la théorie et l’histoire monétaire. S’il n’est pas exempt de critiques, il faut surtout souligner ses qualités, au nombre desquelles un style non académique limpide et accessible, une méthodologie et un plan irréprochables, et une très grande densité de connaissances en un petit nombre de pages. De ce point de vue, on peut par exemple le comparer à L’économie politique en une leçon, de Henry Hazlitt. On est également frappé de la similitude avec un autre texte qui a plus d’un siècle, L’histoire d’une pièce de cinq francs et d’une feuille de papier, de Frédéric Passy. Tous ces ouvrages décrivent le fonctionnement d’un ou plusieurs marchés, et les conséquences de l’interventionnisme sous toutes ses formes : monopole, contrôle des prix, etc. La première partie de Etat, qu’as-tu fait de notre monnaie ? est intitulée La monnaie dans une société libre et décrit le processus par lequel des individus en société viennent à utiliser certaines marchandises comme moyen d’échange et, progressivement, se mettent à utiliser des instruments de crédit émis par des banques. Si cette robinsonnade peut paraître quelque peu utopique, elle est néanmoins d’un grand intérêt pédagogique et méthodologique. Pour décrire le marché puis l’interventionnisme, il convient d’abord de comprendre comment les acteurs individuels prennent des décisions dans leurs activités économiques concrètes. Comment choisissent-ils leurs objectifs ? Les moyens de les atteindre ? Comment apprennent-ils de leurs erreurs ? Autrement dit, comme l’écrit Hayek : “The situation seems here to be that before we can explain why people commit mistakes, we must first explain why they should ever be right.” (Hayek, Economics and knowledge, 1936) Cette première étape n’est pas spécifiquement autrichienne. Elle se retrouve aussi chez des auteurs néoclassiques, avec la fameuse « analyse à l’équilibre » qui précède l’analyse du déséquilibre. D’où la seconde partie, où Rothbard se livre à l’analyse du déséquilibre, c’est-à-dire les conséquences de l’interventionnisme. La question centrale de Rothbard étant « Quel est le rôle de l’Etat dans la monnaie ? » on voit qu’un tel plan est parfaitement adapté à son objectif. Quelles que soient les formes qu’il prend, l’interventionnisme dans la monnaie peut se résumer en un mot : inflation (et, plus rarement, déflation). Il est toujours motivé par la volonté de créer de la monnaie afin de financer des dépenses publiques. Il atteint cet objectif – et il est en cela parfaitement rationnel – au prix d’effets pervers considérables. Au passage, l’un des reproches qui est souvent fait à Rothbard est sa prise de position en défaveur du régime des banques à réserves fractionnaires. On notera pourtant qu’il vante explicitement les mérites d’un tel système, puisqu’il écrit : la « banque libre » serait un système monétaire beaucoup plus « solide » que celui que nous avons aujourd’hui. (...)

Yorick De Mombynes : Sur la monnaie, puisque c'est un sujet complexe et mal connu et pourtant absolument fondamental, il y a un petit livre extrêmement clair et intelligent qui décrit ce que c'est d'un point de vue théorique et d'un point de vue historique, en se concentrant sur les 150 dernières années, qui est « État, qu'as-tu fait de notre monnaie ? » d'un économiste qui s'appelle Murray Rothbard. Et la version française est gratuite en PDF sur Internet. La version anglaise aussi d’ailleurs. Mais on peut aussi acheter les versions imprimées sur Amazon pour pas cher. C'est un livre intéressant parce qu'il décrit la théorie de la monnaie, qu'est-ce que la monnaie, etc. Et ensuite, comment ça s'est passé depuis le début du XXe siècle ? Et sans jargon économique, ce qui, sur un sujet pareil, est quand même une prouesse incroyable. Et le bouquin est lumineux.

Recommandé par : Yorick De Mombynes

Episode : Yorick De Combines : Monnaie : tous sous contrôle ? - Sismique

L'étalon-bitcoin : l'alternative décentralisée aux banques centrales Saifedean Ammous

En mars 2020, le monde a été frappé par une pandémie, qui a mis à mal des pans entiers de notre économie […]. La réponse monétaire des responsables politiques à ce choc économique a été sans précédent. L’offre de monnaie s’est accrue au rythme le plus rapide de l’histoire moderne […]. Le résultat a été une reprise en forme de K […]. [Chez MicroStrategy] la bonne nouvelle, c’est que nous avions beaucoup de liquidités. La mauvaise nouvelle, c’est que le taux d’inflation monétaire avait triplé […]. [...] C’est à ce moment-là de ma recherche d’une solution que j’ai découvert The Bitcoin Standard de Saifedean Ammous, et c’est ce livre, plus que n’importe quel autre, qui a fourni le cadre économique holistique dont j’avais besoin pour interpréter les forces macroéconomiques qui remodèlent notre monde [...]. En mai 2020, ce livre a été déterminant dans ma décision de conclure que le bitcoin était la solution à notre problème de trésorerie d’entreprise. Notre entreprise a choisi d’investir nos actifs liquides en bitcoin en août 2020, pour finalement l’adopter comme principal actif de réserve de trésorerie et acheter 2,2 milliards de dollars de BTC au cours des six mois suivants." (Extrait de l’avant-propos de Michael J. Saylor) Dix ans après la naissance de Bitcoin, Saifedean Ammous analyse le contexte historique de son émergence et ses propriétés spécifiques qui en font une monnaie solide. Car si Bitcoin est une innovation de l'ère numérique, le problème qu'il cherche à résoudre est vieux comme le monde : Comment transférer de la valeur dans le temps et dans l'espace. L'auteur brosse un tableau passionnant des technologies de la monnaie depuis les systèmes primitifs à nos jours avec, en toile de fond, cette question qui revient sans cesse : quelles sont les caractéristiques d'une bonne monnaie et ses conséquences sur la paix, le commerce, la culture, l'art et l'accumulation de capital. Il en arrive à Bitcoin qui, par ses caractéristiques de cash numérique apolitique, défie le monopole étatique le mieux protégé. Un livre indispensable pour quiconque cherche à comprendre cette nouvelle monnaie numérique ainsi que pour les étudiants en sciences économiques, les enseignants et les financiers. Cette version du livre a été mise à jour par l'auteur.

Yorick De Mombynes : Sur un aspect plus précis qu'est le bitcoin, le livre de référence, c'est The Bitcoin standard de Saifedean Ammous. Sa traduction française est très mauvaise. Donc si on peut le lire en anglais, c'est mieux. Mais sinon en français, ça passe. Et paradoxalement, il parle pas beaucoup du bitcoin. Il parle beaucoup de la monnaie en général avec la même approche que l'auteur précédent, qui est l'approche autrichienne en fait, c'est un courant d'analyse très spécifique qui me semble plus convaincant pour comprendre le monde réel. Et c'est un livre très intéressant qui permet de comprendre en fait qu'est-ce que le Bitcoin, pourquoi il existe et pourquoi il est en train de devenir une monnaie et pourquoi il est urgent de comprendre tout ça.

Recommandé par : Yorick De Mombynes

Episode : Yorick De Combines : Monnaie : tous sous contrôle ? - Sismique

The Hard Thing About Hard Things : Building a Business When There Are No Easy Answers Ben Horowitz

Ben Horowitz, cofounder of Andreessen Horowitz and one of Silicon Valley's most respected and experienced entrepreneurs, offers essential advice on building and running a startup—practical wisdom for managing the toughest problems business school doesn’t cover, based on his popular ben’s blog.

While many people talk about how great it is to start a business, very few are honest about how difficult it is to run one. Ben Horowitz analyzes the problems that confront leaders every day, sharing the insights he’s gained developing, managing, selling, buying, investing in, and supervising technology companies. A lifelong rap fanatic, he amplifies business lessons with lyrics from his favorite songs, telling it straight about everything from firing friends to poaching competitors, cultivating and sustaining a CEO mentality to knowing the right time to cash in.

Filled with his trademark humor and straight talk, The Hard Thing About Hard Things is invaluable for veteran entrepreneurs as well as those aspiring to their own new ventures, drawing from Horowitz's personal and often humbling experiences.

Stanislas de Bentzmann : Je pense qu'en phase startup, tu as un bouquin qui est de mon point de vue celui qui m'a le plus inspiré. Il n'existait pas à l'époque, mais je l'ai lu depuis. C'est le bouquin d'Horowitz. Ça, je trouve que c'est la Bible de la startup et tu as à peu près tous les cas que tu vas rencontrer et le gars, il te donne, dans un mode fantastiquement intense en plus, le milieu de la tech, dos au mur. Il y a un stress dans ce bouquin qui est gigantesque. J'espère que tous les start-upeurs ne vont pas vivre un tel stress, mais en tout cas, tout ou partie de ce stress, tu sens que le gars l'a vécu et derrière, il a fait une carrière d'investisseur extraordinaire. On a bien le droit de ne pas adhérer, mais ma vision de l’entrepreneuriat, de la start-up, c'est ça. Et moi, j'ai fait une start-up dans la tech, j'ai eu d'énormes difficultés, j'étais tout près de mourir aussi, donc je me sens parfaitement en phase avec ça. Puis, ce côté dos au mur et volonté farouche d'arriver à faire décoller sa boîte. Après, un certain nombre de situations que tu vas vivre, de toute façon, plus ou moins, et il te donne quand même des recettes. Moi, je le conseille beaucoup.

Recommandé par : Denis Fayolle (et aussi par Stanislas de Bentzmann, Jonathan Cherki, Maud Caillaux)

Episode : Serial Startuper - Véhiculer ses valeurs dans la conception des licornes de demain - Génération Do It Yourself (GDIY)

La stratégie Ender Orson Scott Card

Andrew Wiggin, dit Ender, n'est pas un garçon comme les autres. Depuis sa naissance, ses faits et gestes sont observés par l'intermédiaire d'un moniteur greffé dans son cerveau. Car ceux qui l'ont conçu ambitionnent de faire de lui le plus grand général de tous les temps, le seul capable de sauver ses semblables de l'invasion des doryphores. Et alors qu'Ender suit pas à pas le dur chemin de son apprentissage de guerrier, ses créateurs mesurent la gravité de leur choix : en donnant naissance à un monstre, n'ont-ils pas damné l'humanité elle-même ?

Recommandé par : Luc Pallavidino

Episode : Yousign - Partir de zéro et créer un leader européen - Génération Do It Yourself (GDIY)

Magellan Stefan Zweig

En 1518, un Portugais exilé du nom de Magellan convainc le roi d’Espagne, Charles Quint, d’un projet fou : « Il existe un passage conduisant de l’océan Atlantique à l’océan Indien. Donnez-moi une flotte et je vous le montrerai et je ferai le tour de la terre en allant de l’est à l’ouest. » Partie en 1519, l’expédition reviendra trois ans plus tard, disloquée, victorieuse. Malgré les fausses cartes et les mutineries, le froid, la faim et les maladies, Magellan a forcé le détroit qui porte aujourd’hui son nom et vaincu le Pacifique, inconnu à l’époque. Un destin héroïque magistralement conté et réfléchi par Zweig.

Pierre Entremont : Quand tu entreprends, au début, les 6 mois, un an, etc. et puis probablement après aussi souvent, tu as tous les jours une bonne nouvelle, mais tu as aussi tous les jours une mauvaise nouvelle. Tu penses que tu vas y passer. Et tu as l'impression que c'est que à toi que ça arrive en fait. Et quand tu mets en perspective avec les histoires des autres, avec notamment Magellan, tu te rends compte qu'en fait, bah non, même le mec qui a découvert le détroit, en fait il a failli mourir 52 fois, à la fin il est mort, il est parti avec 5 bateaux, il est rentré avec un, et c'était galère de A à Z. Et donc ça rassure pas mal et ça relativise pas mal quoi.

Benjamin Netter : C'est incroyable ! Ca m'a vachement parlé ! Parce que Magellan il part, on revient à Buenos Aires, mais il a lu une note qui disait qu'on pouvait passer par cette latitude je crois, qu'on pouvait traverser et aller vers les Indes en passant par Buenos Aires. Il part avec 4 bateaux, il débarque là-bas, en fait non, tu passes pas quoi. Qu'est-ce qu'on fait ? Et c'est marrant parce que c'est ça l'entrepreneuriat, non, tu pars sur une erreur, une conception erronée du monde et tu finis par trouver la Patagonie quoi. Ca se lit hyper bien.

Recommandé par : Benjamin Netter (et aussi par Pierre Entremont, Florent Malbranche, Matthieu Bourgeaux)

Episode : Riot - Pourquoi la cybersécurité doit être l'affaire de tous - Génération Do It Yourself (GDIY)

Composer un monde en commun : Une théologie politique de l'Anthropocène Gaël Giraud

Comment relever les extraordinaires défis que nous lancent les crises induites par la destruction de notre habitat planétaire ? Faut-il réviser le concept même de propriété privée ? Remettre en cause la souveraineté des États-nations ? Comment construire ensemble les institutions internationales qui permettraient de prendre soin de nos communs globaux que sont le climat mais aussi la biodiversité, la santé, les cultures et jusqu’à la démocratie ?


Car c'est elle qui, aujourd'hui, est menacée par notre refus d'inscrire des limites à la toute-puissance de la personnalité juridique, des techniques extractivistes et de la marchandisation du monde. Où trouverons-nous les ressources politiques, culturelles et spirituelles pour inventer ces limites et en faire une chance plutôt qu'une insupportable privation de liberté ?


Un tel projet exige de refonder l'utopie des Lumières. Et pour cela, de puiser à la source du christianisme, qui constitue l'une de ses matrices historiques. Il implique donc une révision de la manière dont le christianisme se comprend lui-même : expérience stylistique du retrait d'un Dieu qui s'efface pour nous ouvrir à un horizon démocratique qu'il nous revient d'imaginer ensemble ? Ou religion d'un Christ glorieux qui légitimerait une souveraineté politique autoritaire, carnivore, phallocratique et colonialiste ? Telles sont quelques-unes questions que pose ce livre.

Apprendre à y répondre participe peut-être de ce que les traditions bibliques nomment la sainteté.

Gaël Giraud est économiste et prêtre jésuite. Directeur de recherches au CNRS, il dirige depuis 2021 le programme de justice environnementale à l’université de Georgetown. Il a notamment publié : Vingtpropositions pour réformer le capitalisme (avec Cécile Renouard, Flammarion, 2009), Illusion financière (Éditions de l’Atelier, 2013), Produire plus, polluer moins : l’impossible découplage ? (col., Les Petits Matins, 2014).

Recommandé par : Gaël Giraud (et aussi par )

Episode : Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud : Crise financière : la descente aux enfers ? - Thinkerview

Au commencement était... une nouvelle histoire de l'humanité David Graeber et David Wengrow

Depuis des siècles, nous nous racontons sur les origines des sociétés humaines et des inégalités sociales une histoire très simple. Pendant l’essentiel de leur existence sur terre, les êtres humains auraient vécu au sein de petits clans de chasseurs-cueilleurs. Puis l’agriculture aurait fait son entrée, et avec elle la propriété privée. Enfin seraient nées les villes, marquant l’apparition non seulement de la civilisation, mais aussi des guerres, de la bureaucratie, du patriarcat et de l’esclavage.
Ce récit pose un gros problème : il est faux.

David Graeber et David Wengrow se sont donné pour objectif de « jeter les bases d’une nouvelle histoire du monde ». Le temps d’un voyage fascinant, ils nous invitent à nous débarrasser de notre carcan conceptuel et à tenter de comprendre quelles sociétés nos ancêtres cherchaient à créer.
Foisonnant d’érudition, s’appuyant sur des recherches novatrices, leur ouvrage dévoile un passé humain infiniment plus intéressant que ne le suggèrent les lectures conventionnelles. Il élargit surtout nos horizons dans le présent, en montrant qu’il est toujours possible de réinventer nos libertés et nos modes d’organisation sociale.

Un livre monumental d'une extraordinaire portée intellectuelle dont vous ne sortirez pas indemne et qui bouleversera à jamais votre perception de l’histoire humaine.

Gaël Giraud : C'est un livre d'anthropologue qui réfléchit aux racines de la civilisation humaine sur la planète. Livre très discuté par les archéologues, mais très intéressants, extrêmement subtils et jubilatoires parce que David Graeber est un grand écrivain, malheureusement décédé.

Recommandé par : Gaël Giraud (et aussi par Alexis Bonon)

Episode : Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud : Crise financière : la descente aux enfers ? - Thinkerview

The Age of Sustainability Mark Swilling

With transitions to more sustainable ways of living already underway, this book examines how we understand the underlying dynamics of the transitions that are unfolding. Without this understanding, we enter the future in a state of informed bewilderment. 

Every day we are bombarded by reports about ecosystem breakdown, social conflict, economic stagnation and a crisis of identity. There is mounting evidence that deeper transitions are underway that suggest we may be entering another period of great transformation equal in significance to the agricultural revolution some 13,000 years ago or the Industrial Revolution 250 years ago. This book helps readers make sense of our global crisis and the dynamics of transition that could result in a shift from the industrial epoch that we live in now to a more sustainable and equitable age. The global renewable energy transition that is already underway holds the key to the wider just transition. However, the evolutionary potential of the present also manifests in the mushrooming of ecocultures, new urban visions, sustainability-oriented developmental states and new ways of learning and researching. 

Shedding light on the highly complex challenge of a sustainable and just transition, this book is essential reading for anyone concerned with establishing a more sustainable and equitable world. Ultimately, this is a book about hope but without easy answers.

Gaël Giraud : C'est une espèce de synthèse de... comment la pensée complexe, au sens des sciences politiques, peut appréhender la question de la transition énergétique dans les pays du Sud.

Recommandé par : Gaël Giraud

Episode : Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud : Crise financière : la descente aux enfers ? - Thinkerview

2% pour 2°C ! Institut Rousseau

Les investissements publics et privés nécessaires pour atteindre la neutralité carbone de la France en 2050.

Recommandé par : Gaël Giraud

Episode : Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud : Crise financière : la descente aux enfers ? - Thinkerview

Actifs fossiles, les nouveaux subprimes ? Institut Rousseau

Quand financer la crise climatique peut mener à la crise financière.

Gaël Giraud : Un rapport qu'on a publié l'an dernier sur les banques européennes. Ce qu'on a montré, c'est que les 11 premières banques de la zone euro ont, dans leur bilan, tellement d'actifs fossiles qu'elles savent que si on allait très très vite aujourd'hui au niveau de la transition, et qu'on banissait les trois hydrocarbures fossiles, charbon, pétrole, gaz, elles seraient toutes en faillite. Parce que ces actifs financiers fossiles représentent 95% de leur fonds propres, dont on parlait tout à l’heure.

Recommandé par : Gaël Giraud

Episode : Gaël Giraud, Raphaël Rossello & Gilles Raveaud : Crise financière : la descente aux enfers ? - Thinkerview